En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 438.27 PTS
+2.12 %
4 368.00
+0.55 %
SBF 120 PTS
3 492.60
+2.24 %
DAX PTS
10 356.70
+2.79 %
Dow Jones PTS
22 653.86
-0.12 %
8 049.31
-0.4 %

Wall Street : en berne malgré la Fed, le Congrès tarde sur le plan de soutien

| Boursier | 759 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York repart en baisse lundi, alors que les négociations se poursuivent au Sénat en vue de l'adoption du plan de soutien face au coronavirus.

Wall Street : en berne malgré la Fed, le Congrès tarde sur le plan de soutien
Credits Reuters

La Bourse de New York repart en baisse lundi soir, alors que les négociations se durcissent au Sénat autour du plan de soutien massif de plus de 1.500 milliards de dollars proposé par l'administration Trump pour lutter contre les effets du coronavirus. En raison du désaccord des élus démocrates, le Sénat a rejeté lundi soir le texte pour la 2e fois en 24h, mais les discussions se poursuivent. Par ailleurs, l'annonce par la Réserve fédérale lundi matin de son intention de racheter sans limites autant d'actifs que nécessaire pour faire face à cette crise, a permis de stabiliser les marchés, sans pour autant leur redonner de l'élan.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cédait 3,2% à 18.552 points, tandis que l'indice large S&P 500 perdait 3% à 2.235 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, perdait 1% à 6.811 pts. Les cours du pétrole WTI restent déprimé sous les 23$ le baril pour le brut américain WTI.

La semaine dernière, la marché a vécu sa pire semaine depuis la crise financière de 2008, le Dow Jones plongeant de 17,3% en 5 séances, le S&P 500 de 15% et le Nasdaq cédant de 12,6%. Depuis le début de l'année, le DJIA a perdu 30%, le S&P 500 26,2% et le Nasdaq 23,3%. Le Dow Jones a désormais effacé tous ses gains depuis décembre 2016, peu après l'élection de Donald Trump en novembre. Le S&P 500 est revenu à son plus bas niveaux depuis mars 2017, au début de la présidence Trump, et le Nasdaq pointe au plus bas depuis la fin 2018.

Face au Covid-19, la Fed s'engage dans un "QE" sans limites

Lundi matin, dans une annonce surprise avant l'ouverture des marchés, la Réserve fédérale a joué son va-tout, en annonçant qu'elle ne fixait désormais plus de limite à ses achats de bons du Trésor et de titres hypothécaires (programme de "QE" relancé la semaine dernière). Elle a en outre annoncé une nouvelle série de mesures permettant à un large éventail d'entreprises d'accéder à de l'argent frais.

La Fed procédera à des achats de dette "d'un montant nécessaire pour favoriser le bon fonctionnement du marché et la transmission efficace des politiques à des conditions financières plus larges et à l'économie", a-t-elle annoncé dans un communiqué.

La Fed va notamment mettre en place un programme de prêts aux PME, qui constituent l'essentiel du tissu économique américain, ainsi qu'aux collectivités locales. "Alors que de grandes incertitudes persistent, il est devenu évident que notre économie va faire face à de graves bouleversements", a-t-elle indiqué.

Les démocrates réclament plus de garanties sur le plan de soutien

Lundi soir, le Sénat a rejeté le plan de soutien de l'administration Trump, qui pourrait atteindre jusqu'à 2.000 milliards de dollars. Le texte avait déjà été repoussé une première fois dimanche soir, faute de majorité qualifiée (60 votes sur 100 requis) en raison d'un désaccord des élus démocrates. Les discussions se poursuivaient toutefois activement lundi soir, même si les tensions partisanes empoisonnent les débats malgré l'urgence de la situation.

Chuck Schumer, le chef de file de la minorité démocrate au Sénat, a déclaré que le texte présentait de "nombreux, très nombreux problèmes" et profiterait aux entreprises au détriment des hôpitaux, du personnel de santé et des villes affectées par l'épidémie. Les démocrates refusent ainsi de donner un blanc-seing à un volet du plan qui prévoit une enveloppe de 500 milliards de dollars pour venir en aide aux grandes entreprises en difficulté. Ils veulent s'assurer que ces aides bénéficieront à l'emploi et ne serviront pas à rémunérer les actionnaires (dividendes et programmes de rachats d'actions).

Lundi, M. Schumer, qui est en contact constant avec le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, s'est cependant montré optimiste : "nous somme très proches d'un accord, très proches, et notre objectif est de le conclure aujourd'hui, et nous espérons, nous sommes même confiants que nous y parviendrons", a déclaré le sénateur démocrate s'exprimant au Sénat.

Le secteur aérien fortement affecté par la crise du Covid-19

La semaine dernière, le secteur aéronautique, par la voix de Boeing, a demandé un soutien d'au moins 60 milliards de dollars sous la forme notamment de garanties de prêts. En outre, Donald Trump n'a pas exclu de nationaliser certaines entreprises en difficulté, rappelant que cela avait été fait avec succès lors de la crise financière de 2008, avec le constructeur automobile General Motors notamment. Le président américain s'était aussi montré favorable à une interdiction d'utiliser les aides de l'Etat pour des programmes de rachats d'actions.

Sur le plan international, les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales du G7 se réuniront mardi matin dans le cadre d'une téléconférence. L'entretien sera dirigé par le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le président de la Fed, Jerome Powell, selon des sources proches du G7, qui regroupe les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie et le Canada.

Le dollar reflue, les taux se détendent, le pétrole déprime encore

Sur le marché des changes, le dollar fait une pause lundi, après plus d'une semaine d'ascension fulgurante, les investisseurs ayant fui les autres devises, notamment celles des marchés émergents, pour se réfugier vers la devise américaine. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise) cède lundi soir 0,6% à 102,17 points. Le billet vert a grimpé de plus de 4% la semaine dernière et de 8% depuis le 9 mars, très recherché par les investisseurs en mal de liquidités ! L'euro regagne lundi 0,5% à 1,0751$.

Les obligations d'Etat continuent de grimper aux Etats-Unis, faisant chuter les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse de cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans perd encore 11 points de base lundi à 0,73%. En Europe, les taux souverains se sont détendus aussi, sous l'effet des mesures des banques centrales : -5 pdb à -0,38% pour le Bund à 10 ans allemand, stabilité à 0,10% pour l'OAT française à 10 ans et -14 pdb à 0,42% pour le Gilt britannique.

Sur le marché pétrolier, les investisseurs restent déprimés et tentent de retrouver leurs marques après l'effondrement de la semaine dernière. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) cède encore 1,4% à 22,31$ pour le contrat à terme de mai coté sur le Nymex. Le Brent de mer du Nord perd 2,9% à 26,20$. Le baril de WTI avait plongé de 29% la semaine dernière et a dégringolé de 63% depuis le début de l'année. Le Brent a perdu 19% la semaine dernière et abandonne près de 60% depuis la fin de l'année.

VALEURS A SUIVRE

* Delta Air Lines (+3,5%). La compagnie, qui attend de recevoir une aide de l'Etat américain, a suspendu son programme de rachat d'actions et le versement de son dividende alors qu'elle s'attend à voir ses revenus chuter de 80% au deuxième trimestre.

* Boeing (+15%) Goldman Sachs est passé à l'achat sur le géant de l'aéronautique, jugeant que la chute de près de 70% du titre depuis début février crée une opportunité.

* Walmart (-0,6%) va augmenter les salaires d'entrée de 2 dollars de l'heure pour les employés de ses entrepôts. Le plus grand détaillant au monde, qui emploie 1,5 million de personnes aux États-Unis, a du mal à maintenir ses rayons garnis face à l'explosion des commandes en ligne d'Américains effrayés par l'épidémie de coronavirus.

* Amazon (+1,7%) a annoncé samedi une augmentation des salaires sur les heures supplémentaires pour les employés travaillant dans ses entrepôts aux Etats-Unis alors que le numéro un mondial de la distribution en ligne voit ses commandes exploser.

* Eli Lilly (-2,3%). Le laboratoire américain a annoncé qu'il reportait le lancement de nouvelles études et suspendait les recrutements pour la plupart de celles en cours en raison de l'épidémie de coronavirus.

* Walt Disney (-2,3%). Disney+, la plateforme de vidéos en streaming du géant du divertissement, a annoncé samedi qu'elle reportait son lancement en France de deux semaines, soit au 7 avril, à la demande du gouvernement français face aux inquiétudes sur la congestion des réseaux.

* Apple (-4,7%). La firme à la pomme pèse désormais moins de 1.000 milliards de dollars à Wall Street alors que l'action a perdu un quart de sa valeur depuis le début de l'année.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/04/2020

En 2020, le développement de la pandémie de COVID-19 a pour effet de mettre en évidence un certain nombre de risques auxquels la solvabilité et le résultat du groupe CNP Assurances sont…

Publié le 07/04/2020

Le Directoire précise qu'il se réserve la possibilité, au vu du contexte, de revoir le montant de dividendes...

Publié le 07/04/2020

Filae constate, ces derniers jours, une augmentation significative de l'utilisation de ses services...

Publié le 07/04/2020

Rendez-vous le 12 juin...

Publié le 07/04/2020

"Une contribution majeure et remarquable durant toutes ces années"...