En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 858.97 PTS
-
4 876.0
-
SBF 120 PTS
3 844.68
-
DAX PTS
12 021.28
+3.75 %
Dow Jones PTS
25 742.65
+1.05 %
9 657.31
+0.61 %
1.120
+0.26 %

Wall Street en baisse, le Covid-19 se propage vite aux Etats-Unis

| Boursier | 1789 | Aucun vote sur cette news

New York commence le 2e trimestre en nette baisse, les investisseurs prenant conscience que la crise du coronavirus menace d'affecter durablement l'économie US.

Wall Street en baisse, le Covid-19 se propage vite aux Etats-Unis
Credits Reuters

La Bourse de New York commence le 2e trimestre en nette baisse, mercredi, les investisseurs prenant conscience que la crise du coronavirus menace d'affecter durablement l'économie américaine, alors que la pandémie n'est qu'au début de sa phase d'ascension aux Etats-Unis. Mardi soir, la Maison Blanche a adopté un nouveau ton, plus dramatique, et a fait savoir qu'elle s'attendait désormais à jusqu'à 240.000 décès outre-Atlantique, confirmant la prolongation des mesures de confinement jusqu'à la fin avril.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones perd 3,6% à 21.126 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 3,8% à 2.486 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, lâche 3,5% à 7.429 pts.

Au premier trimestre, le Dow Jones a plongé de plus de 23% et le S&P 500 de 20%, le pire 1er trimestre jamais enregistré par les deux indices. Le DJIA, qui existe depuis 124 ans, a tout de même connu un pire trimestre, avec une chute de 25% au 4e trimestre 1987 et le S&P 500 avait fait pire au 4e trimestre 2008 pendant la crise des "subprimes". Le Nasdaq a perdu 14,2% sur le 1er trimestre, sa pire performance trimestrielle depuis la crise de 2008.

Les statistiques commencent à montrer les dégâts du Covid-19

Jour après jour, les statistiques économiques et les données sanitaires montrent les dégâts causés par la coronavirus aux Etats-Unis. Sur le front de l'emploi, la publication, ce mercredi, de l'enquête ADP dans le secteur privé a montré que ce dernier a détruit 27.000 emplois en mars. Ce chiffre est inférieur aux attentes, mais l'enquête a été arrêtée au 12 du mois, alors que l'impact du Covid-19 a fortement augmenté dans la 2e partie du mois. Les chiffres complets de l'emploi US en mars sont attendus ce vendredi, précédés jeudi des demandes d'indemnisation de chômage pour la semaine achevée le 28 mars.

En février, l'économie américaine avait encore créé 273.000 emplois, et le taux de chômage avait reculé à 3,5%, contre 3,6% en janvier, au plus bas depuis près de 50 ans... Mais lors de la semaine close au 21 mars, les inscriptions au chômage se sont envolées à un niveau record de 3,283 millions contre seulement 282.000 la semaine précédente. Les experts s'attendent désormais à ce que le taux de chômage grimpe entre 10% et 15% dans les prochains mois, compte-tenu du nombre d'entreprises ayant gelé leur activité face à l'épidémie.

Publiés eux aussi ce mercredi, les indicateurs d'activité manufacturière IMS et PMI ont fortement reculé, mais ces enquêtes ne reflètent pas non plus la rapide détérioration de la fin du mois de mars. L'indice PMI calculé par IHS Markit manufacturier américain de mars a été revu en baisse pour sa lecture finale, à 48,5 contre 49,2 en première estimation et après 50,7 en février.

Le nombre de cas et de décès en forte hausse aux Etats-Unis

Sur le plan sanitaire, Donald Trump a désormais pris la mesure de l'ampleur de la pandémie, après en avoir longtemps minimisé la gravité. Dans sa conférence de presse quotidienne, le président américain Donald Trump a prévenu mardi soir que les deux prochaines semaines seraient "très, très douloureuses" aux Etats-Unis.

La Maison Blanche s'attend désormais à entre 100.000 et 240.000 morts aux Etats-Unis, si les mesures actuelles de distanciation sociale, qui ont été prolongées jusqu'au 30 avril, sont correctement appliquées... Si ces mesures n'étaient pas prises, le nombre de morts pourrait atteindre 1,5 à 2,2 millions, a précisé l'administration Trump.

Mercredi soir, le nombre de contaminations par le Covid-19 approchait les 200.000 aux Etats-Unis et le nombre de morts était d'au moins 4.360 (contre 3.600 24h plus tôt), selon le décompte de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Le nombre de décès continue d'accélérer, notamment à New York, épicentre américain de la pandémie.

Une lueur d'espoir en Italie

En Europe, une lueur d'espoir est apparue en Italie après plus de 3 semaines de confinement de la population, avec une réduction du nombre de décès quotidiens. Mercredi, Rome a fait état de 727 décès supplémentaires en l'espace de 24 heures (et 13.155 morts au total), le bilan quotidien le moins important depuis le 26 mars. Le 27 mars, la Protection civile avait fait état de 919 morts supplémentaires, soit la pire journée. Le bilan avait ensuite reflué à 889 décès samedi, 756 dimanche, 812 lundi et 837 mardi.

Du côté politique, le Congrès comme la Maison Blanche préparent déjà un nouveau plan de relance, après le plan de 2.200 milliards de dollars adopté en fin de semaine dernière et deux autres "packages" moins élevés adoptées la semaine précédente. Donald Trump a ainsi exhorté mardi le Congrès à approuver un nouveau plan d'investissement de 2.000 Mds$ dans les infrastructures du pays (routes, ponts, aéroports...)

Les stocks de pétrole bondissent aux Etats-Unis

Les cours du pétrole évoluent en ordre dispersé mercredi, après avoir vécu le pire trimestre de leur histoire avec un effondrement des deux-tiers en 3 mois. Le cours du brut léger américain WTI progresse mercredi soir de 0,3% à 20,54$ pour le contrat à terme de mai sur le Nymex, mais le Brent de mer du Nord chute de 5,5% à 24,89$ (contrat de juin).

La demande mondiale de pétrole a plongé de 20% à 25% ces dernières semaines en raison de la crise du Covid-19, selon les experts. Malgré cela, la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie entraîne une hausse de l'offre de brut sur des marchés où les stocks débordent. Ainsi, les stocks américains publiés mercredi pour la semaine close au 27 mars, ont montré une envolée de 13,8 millions de barils à 469,2 mb, contre un consensus de +3,3 mb.

Sur le marché des changes, le dollar repart à la hausse mercredi. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise) gagne 0,8% à 99,84 points, tandis que l'euro cède 0,86% à 1,0934$. Sur les marchés obligataires, les taux reculent, le rendement du T-Bond à 10 ans lâchant 3 points de base à 0,64%.

VALEURS A SUIVRE

* British American Tobacco (+3,8%). La division biotechnologique du fabricant de cigarettes - Kentucky BioProcessing - développe un vaccin COVID-19 dérivé des feuilles de tabac qui est actuellement soumis à des tests précliniques. L'unité du géant américain a déclaré qu'elle pourrait produire entre 1 million et 3 millions de doses dU vaccin par semaine à partir de juin avec le soutien des agences gouvernementales et des bons partenaires. Bien qu'elle demeure une entreprise commerciale, KBP travaille actuellement dans un but non lucratif sur ce projet de vaccin contre le Covid-19, a précisé la firme.

* JC Penney (-12%) avec Nordstrom (-11,8%). Boutiques, grands magasins, centres commerciaux... Déjà assailli depuis des années par l'e-commerce, le secteur de la distribution non alimentaire est désormais laminé aux Etats-Unis par le coronavirus, une crise sans précédent qui a fait fermer la quasi-totalité des points de vente et entraîne des milliers de mises à pied de salariés... Mardi, JC Penny a été le dernier grand magasin en date à annoncer la mise au chômage de la plupart de ses 90.000 salariés, en raison du prolongement de la fermeture de ses points de vente suite aux mesures de confinement prises aux Etats-Unis face au Covid-19.

* Toujours dans la distribution, Macy's (-6%) va être exclu de l'indice Standard & Poor's 500, a annoncé S&P Dow Jones Indices. Le cours de la chaîne de grands magasins a plongé de plus de 70% depuis le début de l'année. Le titre sera remplacé au sein de l'indice par le spécialiste de la climatisation Carrier Global (-10,2%), scindé le mois dernier d'United Technologies (-4%).

* Xerox (-7,4%) ne rachètera pas HP Inc (-13,6%). Les perturbations causées par l'épidémie de Covid-19 ont dégradé la capacité financière de Xerox et la firme a choisi de renoncer à cette opération de 35 Mds$ qui devait être financée essentiellement par de la dette. En janvier, Xerox avait affirmé avoir sécurisé 24 milliards de dollars d'engagements de financement provenant de Citi, Mizuho et Bank of America. Mais "La crise sanitaire mondiale actuelle et les turbulences causées par le Covid-19 sur l'environnement macro-économique et les marchés financiers ont créé un climat incompatible avec la poursuite par Xerox de son acquisition de HP Inc", a indiqué un porte-parole le groupe.

* Honeywell (-3,5%) a annoncé avoir conclu avec ses banques un accord de financement à court terme de six milliards de dollars pour renforcer sa trésorerie dans une période "incertaine".

* Caterpillar (-4,1%) a annoncé l'annulation de toutes les hausses de rémunération pour ses cadres dirigeants comme pour ses salariés en contrat à durée indéterminée cette année afin de contenir ses coûts face aux retombées de la pandémie sur ses activités. Cette décision intervient quelques jours après que le plus grand fabricant mondial d'équipements de construction et d'exploitation minière eut retiré ses prévisions financières 2020 et suspendu certaines activités, évoquant l'incertitude causée par la pandémie qui a entamé les ventes d'équipements et touché les chaînes d'approvisionnement. Caterpillar a souligné que bien que l'entreprise ne connaisse pas encore l'impact complet de l'incertitude économique sur ses activités, elle doit agir avec un "sentiment d'urgence" pour répondre à cette situation "extrêmement difficile".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/06/2020

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 02/06/2020

Dès sa livraison, l'immeuble accueillera le siège parisien de Goldman Sachs et lui donnera la possibilité de poursuivre son développement en France...

Publié le 02/06/2020

Ce système associe la technologie de tête de réseau Flamingo d'Anevia et le service de contenu multimédia en streaming du spécialiste des droits de contenus LicenseProof...

Publié le 02/06/2020

L'ensemble du contrat sera servi depuis la plateforme nord-américaine de Lisi Aerospace...

Publié le 02/06/2020

L'Assemblée générale mixte des actionnaires de Covivio Hôtel, réunie le 7 mai, a approuvé le versement d'un dividende au titre de l'exercice 2019 d'un...