En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 075.34 PTS
-0.42 %
6 072.50
-0.39 %
SBF 120 PTS
4 781.40
-0.35 %
DAX PTS
13 498.52
-0.2 %
Dow Jones PTS
29 348.10
+0.17 %
9 173.73
+0. %
1.108
-0.05 %

Wall Street : en baisse avec l'Iran et l'activité US fragile

| Boursier | 781 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York recule vendredi sous l'effet de l'escalade des tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et l'Iran. Les cours du pétrole en profitent.

Wall Street : en baisse avec l'Iran et l'activité US fragile
Credits Reuters

La Bourse de New York recule vendredi sous l'effet de l'escalade des tensions géopolitiques entre les Etats-Unis et l'Iran, après la mort du général iranien Soleimani, figure majeure du régime de Téhéran, dans un raid aérien américain en Irak. L'annonce d'une nouvelle dégradation de l'activité manufacturière en décembre aux Etats-Unis a aussi rendu les investisseurs prudents. Le pétrole bondit, tandis que les valeurs refuge (or, obligations) gagnent du terrain. Les "Minutes" de la dernière réunion de la Fed étaient attendues à 20h00.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones recule de 0,73% à 28.658 points, tandis que l'indice large S&P 500 cède 0,56% à 3.239 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, fléchit de 0,58% à 9.039 pts. Plus tôt dans la journée, les marchés asiatiques et européens ont également cédé du terrain (-0,05% pour le Shanghai Composite et -0,5% pour l'EuroStoxx 50, Tokyo étant fermé pour un jour férié). Le CAC 40 a mieux résisté en grappillant 0,04%.

En 2019, le Dow Jones a bondi de 22,3%, le S&P 500 a grimpé de 29% et le Nasdaq s'est envolé de 35,2%. Le Nasdaq et le S&P 500 ont signé leur meilleure performance annuelle depuis 2013 et le DJIA n'a pas fait mieux depuis 2017.

Sur le marché des changes, le dollar effaçait en soirée ses gains du début de séance. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 grandes devises, cède 0,06% à 96,79 points, tandis que l'euro est presque stable (+0,03%) à 1,1172$. Les obligations d'Etat américaines sont recherchées, faisant reculer les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans perd 8 points de base pour revenir à 1,80%. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a cédé vendredi 6 pdb à -0,29%.

Le pétrole et l'or profitent des tensions géopolitiques au Moyen-Orient

Les craintes d'une escalade militaire au Moyen-Orient, région riche en pétrole, a fait bondir les cours de l'or noir vendredi. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) gagnait en soirée 2,27% à 62,57$ sur le Nymex (contrat à terme de février), tandis que le Brent de la mer du Nord bondissait de 2,8% à 67,09$ pour le contrat à terme de février. Les gains se sont cependant réduits par rapport au début de la séance où les deux variétés de pétrole flambaient de l'ordre de 5%.

L'or noir est aussi soutenu par l'annonce d'une baisse bien plus forte que prévu des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis pour la semaine close au 27 décembre. Ces stocks ont chuté de 11,5 millions de barils contre un consensus de -3,1 mb.

En 2019, le WTI avait bondi de 34,5% et le Brent avait grimpé de 22,7%, leur meilleure année depuis 2016, tous deux soutenus par la perspective d'un cessez-le-feu commercial entre les Etats-Unis et la Chine, et par l'accord Opep+ de limitation de la production, qui a été renouvelé jusqu'à mars 2020.

L'or commence l'année sur les chapeaux de roues, lui aussi soutenu par le retour des risques géopolitiques. L'once d'or progresse en soirée de 1,5% à 1.551,20$ l'once, pour le contrat à terme de février coté sur le Comex de New York. En 2019, le métal jaune a gagné 19%, sa meilleure performance depuis 2010.

Téhéran jure de venger la mort de son général Soleimani

La fin de l'année 2019 s'est déroulée sous le signe du recul des risques de marché, à commencer par la conclusion d'un accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine, qui doit être signé le 7 janvier prochain. Mais dès le début de l'année 2020, les inquiétudes géopolitiques au Moyen-Orient ont refait surface après le raid surprise des Etats-Unis à Bagdad, dans la nuit de jeudi à vendredi, qui a provoquéla mort du général iranien Ghassem Soleimani, le patron des forces spéciales Al-Qods des gardiens de la révolution iranienne.

Le commandant irakien Abou Mahdi al Mouhandis, n-2 d'une importante milice pro-iranienne, Hashed al-Shaabi, et conseiller du général Soleimani, a aussi été tué dans l'attaque. Ordonnée par Donald Trump, l'opération militaire a suscité l'indignation de la République islamique et de ses alliés, dont la Syrie et le Hezbollah libanais. La Maison blanche a affirmé vendredi avoir pris une mesure défensive "décisive" destinée à protéger le personnel américain à l'étranger, après l'attaque dont a fait l'objet mardi son ambassade à Bagdad.

L'Iran a menacé les Etats-Unis de représailles après cette opération. L'ayatollah Ali Khamenei a affirmé qu'une vengeance terrible attendait les "criminels" ayant assassiné Soleimani, et le président Hassan Rohani a affirmé que "la grande nation d'Iran et les autres nations libres de la région prendront leur revanche sur l'Amérique criminelle pour cet horrible meurtre". De son côté, l'Irak a dénoncé par la voix de son premier ministre démissionnaire Adel Abdel Mahdi une "agression contre l'Irak, son Etat, son gouvernement et son peuple", et a estimé que le raid américain allait "déclencher une guerre dévastatrice en Irak". Le président irakien Barham Saleh a lui appelé toutes les parties à "la retenue" et à "la sagesse".

L'activité manufacturière au plus bas depuis 10 ans aux US

Outre les tensions au Moyen-Orient, les marchés ont peu apprécié l'annonce d'une nouvelle dégradation de l'activité manufacturière aux Etats-Unis en décembre. L'indice L'indice ISM manufacturier est ressorti à seulement 47,2, au plus bas depuis... 10 ans, après 48,1 en novembre. Il s'agit du 5e mois consécutif de contraction de cet indice, sous le niveau pivot des 50, qui sépare l'expansion de la contraction. Le consensus des économistes tablait sur une amélioration de cet indice à 49,1.

L'activité manufacturière est aussi restée affaiblie en Chine, bien qu'en légère expansion. Mardi, l'indice PMI officiel est ressorti à 50,2 en décembre, un peu supérieur aux attentes, tandis que jeudi, l'indice IHS Markit, calculé par l'institut privé Caixin est ressorti en baisse à 51,5, après 51,8 en novembre et contre 51,7 attendu par le consensus.

Par ailleurs, les dépenses américaines de construction, publiées ce vendredi, sont ressorties en novembre en croissance de 0,6% sur un mois, dépassant le consensus de marché de +0,3% et après une baisse de 0,8% en octobre.

VALEURS A SUIVRE

Les valeurs pétrolières réagissent en ordre dispersé à la hausse des prix du pétrole : -0,4% pour Chevron, -0,6% pour ExxonMobil, +0,1% pour ConocoPhillips, +0,7% pour Transocean, +0,8% pour Devon Energy et -0,02% pour Halliburton. Les valeurs de défense bénéficient des tensions géopolitiques, notamment Raytheon (+1,3%) ou Lockheed Martin (+3,6%).

ExxonMobil (-0,6%) a annoncé s'attendre à un gain allant jusqu'à 3,6 milliards de dollars sur la cession d'actifs norvégiens de production de pétrole et de gaz à Var Energi AS - majoritairement détenu par l'Italien Eni SpA. Ce produit devrait significativement améliorer les résultats du quatrième trimestre du géant pétrolier américain et compenser la baisse des marges des opérations chimiques ou de raffinage.

Uber (stable) a confirmé ce jour la finalisation officielle de l'acquisition précédemment annoncée de Careem pour un montant de 3,1 milliards de dollars. Careem Networks FZ-LLC est ainsi devenu une filiale à 100% d'Uber, tout en conservant sa propre marque. Mudassir Sheikha, cofondateur et directeur général de Careem, poursuivra dans ses fonctions. Avec cette opération, Uber s'offre les services de mobilité, livraison et paiement de Careem au Moyen-Orient, les marchés majeurs concernés comprenant l'Egypte, la Jordanie, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Dara Khosrowshahi, le patron du géant VTC californien, attend "encore plus d'innovation" de Careem, sous son management actuel. Les deux plateformes pourront ainsi bénéficier de leurs forces respectives.

Tesla (+4%), la 'vedette' californienne de l'automobile électrique, a réduit de 16% les prix de base de son Model 3 grand public en Chine afin d'intégrer les aides publiques... Par ailleurs, Tesla a annoncé ce jour des livraisons totales de véhicules pour l'année 2019 conformes à sa propre guidance. Le groupe d'Elon Musk a ainsi livré 367.500 véhicules en 2019, ce qui représente une progression de 50%, avec l'accroissement des volumes de production. Le groupe de Palo Alto a livré 112.000 voitures sur le seul quatrième trimestre. "Nous continuons à nous concentrer sur l'expansion de la production, à la fois aux États-Unis ainsi que sur notre site nouvellement lancé à Shanghai", a précisé le groupe.

General Motors (-2%) corrige après la publication de ses ventes annuelles. Le groupe de Detroit a livré 735.909 véhicules durant le quatrième trimestre, en déclin de 6,3% en comparaison de l'an dernier sur le marché domestique. Les livraisons 2019 ont régressé de 2,3% à 2,89 millions d'unités... Fiat Chrysler (-3%) a annoncé pour sa part que son unité FCA U.S. avait écoulé 542.519 véhicules durant le 4ème trimestre, en retrait de 2% en glissement annuel. Les ventes annuelles de l'unité de FCA ont baissé de 1% à 2,2 millions d'unités.

Le Brésilien Natura finalise le rachat du groupe américain de cosmétiques Avon Products (stable). Avon annonce dans la foulée le départ de son directeur général, Jan Zijderveld, effectif ce jour. Il était CEO du groupe depuis près de deux ans, après une carrière de trente ans chez Unilever. Natura & Co va nommer une nouvelle direction. Angela Cretu prendra les fonctions de directrice générale hors Amérique Latine. Roberto Marques, président exécutif du conseil d'administration de Natura depuis 2017, va prendre les fonctions de CEO du groupe. Natura, qui détient par ailleurs les marques Aesop et The Body Shop, devrait afficher des ventes annuelles voisines de 10 milliards de dollars en incluant l'activité d'Avon. Natura va par ailleurs faire ses débuts à Wall Street, cotant sous forme d'ADR sur le NYSE dès lundi. Le dossier cotait jusqu'à présent à Sao Paulo.

Apple (-0,1%). Confiants sur la période des fêtes qui vient tout juste de se terminer, deux analystes ont revalorisé leurs objectifs de cours pour Apple ce vendredi. A l''achat', Bank of America Merrill Lynch a relevé sa cible de 290 à 330 dollars, alors que RBC Capital Markets a porté son objectif de 295 à 330$, tout en restant à 'surperformer'. RBC, qui s'appuie sur une analyse des données sur les médias sociaux, explique qu'il y a un intérêt et une satisfaction accrus des clients à l'égard de la dernière gamme d'iPhones, ainsi qu'un intérêt soutenu et croissant pour les produits tels que les AirPods ou l'Apple Watch. Le broker évoque ainsi une amélioration des perspectives à court terme, mais aussi une forte croyance dans un cycle plus long avec l'arrivée de la 5G. BofA prévoit pour sa part un solide premier trimestre et a noté une forte demande d'iPhones au cours des derniers mois, ainsi que des données de tiers qui indiquent une croissance des revenus de l'App Store.

Illumina (-1%) a annoncé l'abandon de ses plans de rachat du laboratoire rival Pacific Biosciences of California pour 1,2 milliard de dollars, se heurtant à l'opposition des autorités de concurrence.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/01/2020

Des caractéristiques séduisantes...

Publié le 20/01/2020

Imerys vient d'annoncer un développement dans les solutions réfractaires en Inde...

Publié le 20/01/2020

Accor a annoncé le 16 décembre dernier un retour aux actionnaires de 1 milliard d’euros, qui sera réalisé dans les 24 prochains mois, dont 300 millions d’euros de rachat d’actions pour…

Publié le 20/01/2020

Fnac Darty, qui a décroché de près de 20% en séance avant de remonter quelque peu vendredi suite à son avertissement sur résultats, redonne encore...

Publié le 20/01/2020

Riber a annoncé une importante commande d'accessoires et de pièces détachées pour un montant supérieur à un million d'euros par un client en Asie dans l'industrie des écrans OLED. Cette…