Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 073.35 PTS
+3.23 %
6 117.00
+4.16 %
SBF 120 PTS
4 700.76
+3.09 %
DAX PTS
13 118.13
+1.59 %
Dow Jones PTS
31 500.68
+2.68 %
12 105.85
+3.49 %
1.055
+0. %

Wall Street : Dow Jones et Nasdaq tentent un rebond, après la purge

| Boursier | 3020 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine tente de se ressaisir avant bourse ce vendredi, le S&P 500 se redressant de 0,9%, le Dow Jones de 0,8% et le Nasdaq de 1,2%...

Wall Street : Dow Jones et Nasdaq tentent un rebond, après la purge
Credits Reuters

La cote américaine tente de se ressaisir avant bourse ce vendredi, le S&P 500 se redressant de 0,9%, le Dow Jones de 0,8% et le Nasdaq de 1,2%. Hier soir, les indices US avaient copieusement dévissé, le Dow abandonnant 2,4% et le Nasdaq 4,1%. Les opérateurs restent extrêmement nerveux, face à la perspective d'une poursuite du durcissement monétaire, dans un contexte d'inflation record et alors que l'économie montre déjà des signes importants de faiblesse. Sur le Nymex, le baril de brut WTI rend 0,5% à 117$. L'once d'or grappille 0,2% à 1.853$. L'indice dollar remonte de 0,9% face à un panier de devises. Le bitcoin hésite autour des 21.000$, après la chute récente.

Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 2 ans s'établit désormais à 3,11%, celui du 10 ans à 3,21% et celui du 30 ans à 3,28%.

C'est la journée des Quatre Sorcières ce vendredi à Wall Street, ce qui entraîne parfois (mais de moins en moins) une volatilité accrue des marchés. Cet événement boursier, qui intervient 4 fois par an (le 3ème vendredi de juin, mars, septembre et décembre), correspond à l'arrivée à échéance simultanée de 4 types de contrats : les options sur indices et sur actions, ainsi que les contrats à terme sur les indices et les actions.

Du côté des statistiques, les chiffres de la production industrielle américaine du mois de mai seront communiqués à 15h15 (consensus +0,4% en comparaison du mois antérieur, +0,4% également pour la production manufacturière et 79,2% de taux d'utilisation des capacités). L'indice des indicateurs avancés du Conference Board pour le mois de mai sera révélé à 16 heures (consensus FactSet -0,3%). Enfin, Jerome Powell, le patron de la Fed, interviendra à Washington, alors même que la banque centrale américaine vient de relever ses taux de 75 points de base sur les fonds fédéraux, entre 1,5 et 1,75%, une mesure d'une ampleur jamais vue depuis 1994, afin de lutter bien évidemment contre l'inflation galopante. Les marchés craignent quant à eux que ce durcissement monétaire accéléré de la Fed ne provoque une récession. Le speech de Powell ce jour pour les remarques d'introduction d'une conférence sur les rôles internationaux du dollar, ne devrait toutefois pas fournir d'indications nouvelles sur la politique monétaire.

Les valeurs

Adobe a publié jeudi soir des résultats et des ventes dépassant les attentes des marchés pour son 2e trimestre fiscal, mais a déçu en faisant des prévisions prudentes, évoquant un contexte "incertain", et citant des effets de change négatifs et les retombées de la guerre en Ukraine. Pour son 2e trimestre fiscal achevé le 3 juin, le groupe connu pour ses produits InDesign, Photoshop ou Acrobat, a dégagé un bénéfice net de 1,18 milliard de dollars, en hausse de 6% sur un an. Le bénéfice net par action ajusté est ressorti à 3,35$, contre 3,31$ attendu par les analystes du consensus FactSet. Les ventes trimestrielles ont atteint 4,39 milliards de dollars, en hausse de 14% sur un an, légèrement au-dessus des attentes, logées à 4,34 Mds$.

En revanche, la direction a revu en baisse ses prévisions annuelles à 13,50$ de bénéfice par action pour un revenu de 17,65 Mds$, alors que les analystes espéraient respectivement 13,66$ et 17,85 Mds$. En décembre, Adobe avait prévu un bpa de 13,70$ et des ventes de 17,90 Mds$ pour l'exercice qui s'achèvera fin novembre. Adobe rejoint ainsi une cohorte de compagnies technologiques, dont Microsoft et Salesforce, qui ont fait état d'un impact négatif de la vigueur du dollar sur leurs revenus, entraînant une révision à la baisse de leurs prévisions annuelles. Le dollar, soutenu par les hausses de taux de la Réserve fédérale pour juguler l'inflation, a atteint ces derniers jours ses plus hauts niveaux depuis 20 ans face à un panier de devises, dont l'euro, le yen et la livre sterling.

Un dollar fort rend d'une part les exportations américaines moins compétitives, et d'autre part réduit les revenus réalisés dans d'autres devises et convertis en dollars dans les comptes des multinationales.

Twitter. Elon Musk, qui entend désormais acquérir Twitter, s'est exprimé hier devant le personnel de la plateforme, pour la première fois depuis son offre initiale de 44 milliards de dollars formulée il y a deux mois. Lors de la réunion générale virtuelle, Musk a insinué que Twitter devrait réduire ses effectifs, estimant une rationalisation nécessaire. Il a aussi été interrogé au sujet de la modération sur le site et de sa tendance politique. Il s'est décrit comme modéré et ouvert à la liberté d'expression, le réseau social devant selon lui tolérer les extrêmes "dans les limites de la loi". Le milliardaire a exprimé le souhait que le réseau atteigne un milliard d'utilisateurs au moins, contre 229 millions actuellement. Il a aussi indiqué que la publicité allait rester importante dans le modèle du groupe, revenant un peu sur ses propos antérieurs à ce sujet. "Je ne suis pas contre la publicité. Je discuterais probablement avec les annonceurs et je leur dirais quelque chose comme, hey, assurons-nous juste que les publicités soient aussi divertissantes que possible".

Musk n'a pas donné de précision au sujet de la finalisation du deal, ni d'une éventuelle révision du prix attendue par Wall Street. En réponse à une question sur d'éventuels licenciements, il a précisé qu'il y aurait besoin "d'une certaine rationalisation des effectifs et des dépenses". Les employés ont aussi voulu en savoir plus au sujet de la vision de Musk à propos du télétravail, alors que pour l'heure, ils disposent d'une très grande liberté dans le travail à distance, et que le multimilliardaire a exprimé déjà son hostilité à ce sujet concernant Tesla, jugeant impossible de concevoir de superbes produits en télétravaillant et appelant les employés à revenir sous peine d'être considérés comme démissionnaires.

Musk a déclaré qu'il pensait que le personnel de Twitter devrait s'orienter vers le travail dans un bureau, mais a exprimé sa volonté de faire quelques exceptions. Le parti pris devrait être "fortement favorable au travail en personne, mais si quelqu'un est exceptionnel, le travail à distance peut être acceptable".

Snap, la maison-mère de l'application pour l'heure gratuite de partage de vidéos et photos Snapchat, testerait des fonctionnalités d'abonnement payant, indique The Verge. Une porte-parole, Liz Markman, a déclaré à The Verge que la société effectuait des "tests internes initiaux" de Snapchat Plus, ce qui permettrait aux utilisateurs d'accéder rapidement aux fonctionnalités et de leur offrir d'autres avantages. Rappelons que Snap ne cesse de dévisser à Wall Street, en particulier depuis la publication fin mai de trimestriels mitigés assortis d'un avertissement sur les revenus et bénéfices du deuxième trimestre fiscal, clos fin juin.

Alibaba bondit avant bourse à Wall Street, alors que selon Bloomberg, la Banque Populaire de Chine aurait accepté la demande d'Ant Group en vue d'une potentielle introduction en bourse. Reuters relaye également cette rumeur, selon laquelle la banque centrale chinoise aurait donc accepté la demande d'autorisation d'Ant en vue de la constitution d'une holding financière, ce qui relancerait le projet d'introduction du géant fintech, longtemps retardé par les obstacles réglementaires. Ant Group est une filiale du géant du commerce en ligne Alibaba.

JD.com, le groupe chinois de commerce en ligne, bondit avant bourse à Wall Street. JD.com explorerait en effet une éventuelle expansion dans la livraison de nourriture. Ces projets ont été confirmés par le directeur général de JD Retail, Xin Lijun, dans une interview accordée à Bloomberg. Cela mettrait le géant chinois du commerce électronique en concurrence directe avec Alibaba et Meituan, qui dominent cette activité en Chine.

U.S. Steel, le groupe sidérurgiste américain, grimpe avant bourse à Wall Street, sur de solides prévisions pour le deuxième trimestre fiscal. Hier soir, le groupe a donc annoncé s'attendre pour la période à un bénéfice net ajusté par action allant de 3,83 à 3,88$. "Nous prévoyons de continuer à fournir des performances record au deuxième trimestre, chaque segment d'activité contribuant de manière significative à la rentabilité", a commenté le président et directeur général d'U.S. Steel, David B. Burritt. "Notre large exposition au marché final nous permet de rester résilients, avec une demande provenant d'une base de clientèle diversifiée, y compris sur le marché renaissant de l'énergie".

Centene gagne du terrain avant bourse à Wall Street, alors que l'assureur-santé vient de relever ses estimations financières en termes de bénéfices et d'ajouter 3 milliards de dollars à son programme de rachat d'actions. Le groupe entend également réduire son empreinte immobilière. Ces belles intentions de création de valeur sont donc saluées. Le groupe table désormais, pour 2022, sur un bénéfice ajusté par action allant de 5,55 à 5,7$. Un plan de rachat de dette d'un milliard de dollars est en outre annoncé. Les revenus 2022 Premium et Services sont désormais anticipés entre 134,3 et 136,3 milliards de dollars.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE

WINCHARTS OFFERT*

Anticipez la tendance avec le logiciel d'analyse graphique Wincharts !

Soit 120€ d'économie / an*
Code Offre : WIN22

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère ouverture de compte Bourse Direct avant le 30 juin 2022 inclus.

Je profite de l'offre

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/06/2022

La cote américaine progresse vivement ce vendredi, alors que les opérateurs ont désormais intégré l'idée d'un risque important de récession du fait du...

Publié le 24/06/2022

La cote américaine progresse avant bourse ce vendredi...

Publié le 23/06/2022

A l'issue d'une nouvelle séance volatile, les actions américaines ont terminé en hausse jeudi...

Publié le 23/06/2022

A l'issue d'une nouvelle séance volatile, les actions américaines ont terminé en hausse jeudi...

Publié le 23/06/2022

Les actions américaines évoluent en ordre dispersé jeudi soir, les investisseurs cherchant toujours à s'adapter au nouvel environnement monétaire et économique moins favorable.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/06/2022

Les marchés actions européens ont rebondi après deux séances consécutives de baisse, soutenus par Wall Street. La perception des investisseurs sur la politique monétaire de la Fed s’est…

Publié le 24/06/2022

14h30 aux Etats-UnisCommandes de biens durables en mai16h00 aux Etats-UnisPromesses de ventes immobilières en maisource : AOF

Publié le 24/06/2022

La Réserve fédérale a publié jeudi les résultats de son test annuel de résistance des banques américaines, qui ont montré qu'elles continuent d'avoir des niveaux de capital élevés, ce qui…

Publié le 24/06/2022

Nexity gagne 2,10% à 25,28 euros, surperformant les autres valeurs du secteur immobilier au lendemain de l'annonce de la prise de contrôle du groupe Angelotti, spécialiste de l’aménagement et de…

Publié le 24/06/2022

Compagnie des Alpes campe sur les 14,75 euros ce vendredi, alors que le groupe a conclu, le 23 juin, un nouveau contrat de crédit renouvelable...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne