Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 528.32 PTS
-0.97 %
6 528.5
-0.76 %
SBF 120 PTS
5 047.42
-1.03 %
DAX PTS
13 626.71
-2.04 %
Dow Jones PTS
33 980.32
-0.5 %
13 470.86
-1.21 %
1.018
+0.08 %

Wall Street : Dow Jones et Nasdaq rebondissent

| Boursier | 1014 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine progresse vivement ce vendredi, alors que les opérateurs ont désormais intégré l'idée d'un risque important de récession du fait du...

Wall Street : Dow Jones et Nasdaq rebondissent
Credits Reuters

La cote américaine progresse vivement ce vendredi, alors que les opérateurs ont désormais intégré l'idée d'un risque important de récession du fait du durcissement monétaire et de l'inflation. Le Dow Jones s'offre un sursaut de 1,84% à 31.242 pts, alors que le S&P 500 prend 2,07% à 3.873 pts et le Nasdaq 2,14% à 11.474 pts. Le baril de brut WTI reprend 3,7% à 108,1$ sur le Nymex. L'once d'or consolide à 1.828$. L'indice dollar cède 0,3% face à un panier de devises de référence. Le Bitcoin se redresse un peu sur les 21.000$.

D'après le rapport gouvernemental du jour, les ventes de logements neufs aux Etats-Unis pour le mois de mai sont ressorties sur un rythme de 696.000 unités, contre 590.000 de consensus de marché et 629.000 pour la lecture révisée - en hausse - du mois d'avril.

L'indice final du sentiment des consommateurs américains pour le mois de juin 2022, mesuré par l'Université du Michigan, est ressorti à 50, contre 50,2 de consensus et 50,2 également pour sa lecture préliminaire.

Pour le deuxième jour hier, les opérateurs suivaient les propos du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, qui a été auditionné mercredi par le Sénat et jeudi par la Chambre des représentants. Jeudi, il s'est à nouveau montré très ferme face à l'envolée de l'inflation, affirmant que la détermination de la Fed à maîtriser les prix était "inconditionnelle", tout en admettant que la lutte contre la hausse des prix s'accompagnait d'un risque de hausse du chômage et de ralentissement économique. La veille, devant le Sénat, le patron de la Fed avait admis qu'il était "possible" que la hausse des taux entraîne une récession. "Ce n'est pas du tout l'effet recherché, mais c'est certainement une possibilité", avait-il ajouté, reconnaissant qu'un atterrissage en douceur allait être "très difficile".

Hier, le leader de la Fed a réaffirmé que l'intention de la banque était de parvenir à un atterrissage en douceur, même si le chemin est de plus en plus difficile. Il a admis qu'avec le recul, l'inflation avait été sous-estimée par la banque centrale américaine. Pour calmer les prix, "nous n'avons pas d'outil de précision" autre que la hausse des taux, a-t-il expliqué, ajoutant avoir conscience que le resserrement monétaire devrait réduire la croissance et affecter l'emploi. "Il est significativement plus difficile de réduire l'inflation sans impacter le marché du travail", a-t-il reconnu.

Rappelons que la Fed a procédé à une hausse de taux de 75 points de base la semaine dernière (la plus forte hausse depuis 1994), ce qui a porté son taux des fonds fédéraux entre 1,5 et 1,75%, afin de contrer l'inflation, qui a atteint 8,6% sur un an en mai, au plus haut depuis 41 ans aux Etats-Unis. Jerome Powell et d'autres responsables de la banque centrale ont indiqué qu'ils procéderaient à une nouvelle hausse, de 50 ou de 75 pb, à la prochaine réunion de juillet. Les nouvelles projections économiques publiées le 15 juin ont montré que la Fed s'attendait à ce que le taux des "fed funds" atteigne 3,4% à la fin de 2022, ce qui serait le niveau son plus élevé depuis 2008, puis 3,8% fin 2023.

Jerome Powell a confirmé que le rythme des prochaines hausses de taux dépendra des indicateurs et de l'évolution des perspectives économiques. "Nous prendrons nos décisions réunion après réunion", a expliqué le leader de la banque centrale américaine.

Mike Wilson, le directeur des investissements de Morgan Stanley, indique, cité par Bloomberg, que les chances de récession sont toujours inférieures à 50% aux Etats-Unis. "Ce n'est pas notre cas de base, c'est notre cas baissier", déclare le stratège. Le rapport risque-récompense pour investir dans le S&P 500 reste néanmoins, selon lui, "assez médiocre". Wilson voit actuellement une probabilité de récession de 35%. Le spécialiste, réputé généralement baissier, qui avait bien anticipé la chute boursière cette année, se montre donc plus modéré au sujet de l'hypothèse désormais largement avancée par les experts d'une potentielle récession provoquée par un durcissement monétaire très rapide de la Fed dans un contexte d'inflation record.

Les valeurs

CarMax (+7%), le détaillant américain en véhicules d'occasion, a annoncé pour son premier trimestre fiscal des bénéfices en déclin, mais supérieurs aux attentes de marché. Les revenus ont progressé au-dessus des anticipations, avec la hausse des prix des véhicules. Le bénéfice net sur ce trimestre clos fin mai 2022 a représenté 252 millions de dollars et 1,56$ par titre, contre 437 millions de dollars un an auparavant. Le consensus FactSet était logé à 1,49$ de bpa. Les revenus se sont appréciés quant à eux de près de 14% en glissement annuel et hors ventes de gros (+21% en données consolidées) pour atteindre 9,31 milliards de dollars, alors que le consensus FactSet était de 9,06 milliards de dollars.

Carnival (+9%), le géant de la croisière, bondit à Wall Street après la publication des comptes préliminaires du deuxième trimestre. L'opérateur a affiché sur la période un niveau positif de cash flow des opérations, mais ses revenus ont manqué le consensus. Le groupe évoque tout de même une croissance de près de 50% de l'activité en séquentiel, par rapport au premier trimestre fiscal. Le consensus FactSet de 2,76 milliards de dollars faisait pour sa part ressortir une expansion de 70%. Le taux d'occupation au deuxième trimestre s'est amélioré pour sa part à 69%, contre 54% sur le trimestre antérieur. La perte nette GAAP a été de 1,8 milliard, alors que la perte ajustée a atteint 1,9 milliard de dollars. Le groupe a terminé le trimestre avec un niveau de liquidités de 7,5 milliards de dollars. Les volumes de réservations sur le trimestre ont pratiquement doublé en séquentiel. Le groupe évoque le meilleur niveau de réservations depuis le début de la pandémie.

Bausch Health (+15%). Le président de Bausch Health, Joseph Papa, a démissionné avec effet immédiat. Cette décision de Papa de démissionner du conseil d'administration n'était pas due à un différend ou à un désaccord avec l'entreprise. Le conseil a nommé John Paulson au poste de président. Paulson est actuellement administrateur indépendant de Bausch + Lomb et président de Paulson & Co.

Merck (stable) poursuivrait sur la voie d'une acquisition de Seagen (+2%), croient savoir des personnes familières de la question citées par le Wall Street Journal. Les discussions auraient même accéléré avant une réunion programmée entre les deux compagnies. La société pharmaceutique américaine négocierait donc un possible rachat de la biotech Seagen, spécialisée dans les traitements du cancer. Selon les informations précédemment fournies par le WSJ, les deux sociétés sont conscientes d'un risque d'un blocage de leur mariage par les autorités de la concurrence. Avec Seagen, Merck renforcerait son portefeuille de médicaments anticancéreux, actuellement dominé par son blockbuster Keytruda. Seagen développe des thérapies ciblées, dont l'objectif est de viser les cellules cancéreuses avec plus de précision et de réduire les effets secondaires, et travaille aussi sur des traitements ciblant les tumeurs solides et les cancers hématologiques.

FedEx (+8%) a relevé jeudi soir ses prévisions de bénéfices pour l'exercice 2023 en cours, faisant bondir le titre à Wall Street dans les échanges électroniques après la clôture. Le groupe, qui a changé de PDG depuis le 1er juin, a publié après la clôture des marchés des comptes globalement en ligne avec les attentes pour son 4e trimestre fiscal 2022, achevé fin mai, mais s'est montré optimiste pour l'exercice qui vient de démarrer. Pour l'exercice fiscal 2023, Fedex s'attend ainsi à un bénéfice net par action (bpa) de 22,50 à 24,50$. Le point médian, à 23,50$, est supérieur aux attentes du consensus des analystes, logé à 22,21$. Au 4e trimestre fiscal, le bpa ajusté du groupe a atteint 6,87$ (+37% sur un an) et le chiffre d'affaires est ressorti à 24,39 milliards de dollars, en hausse d'environ 7,5% sur un an. Le consensus d'analystes de Refinitiv s'attendait à un peu mieux, à 6,86$ pour le bpa et 24,56 Mds$ de ventes.

Netflix (+4%). Le géant américain du streaming, qui a récemment fait face à un déclin inattendu de ses abonnements, a annoncé les licenciements de 300 employés, environ 4% de ses effectifs, dans le cadre d'un nouveau volet de réduction d'effectifs visant à abaisser les dépenses.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 septembre 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/08/2022

Wall Street corrige ce mercredi, suite au récent sursaut, et après la publication de chiffres contrastés de la consommation...

Publié le 17/08/2022

Wall Street corrige avant bourse ce mercredi, reprenant son souffle suite au récent sursaut, et après la publication de chiffres contrastés de la...

Publié le 17/08/2022

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mardi, le Dow Jones et le S&P 500 ont bénéficié des résultats meilleurs qu'attendus dans la grande distribution, alors que le recul des valeurs…

Publié le 16/08/2022

Wall Street perd un peu de terrain avant bourse ce mardi, cédant à quelques prises de bénéfices après une belle série haussière...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2022

Le montant global de la transaction financée en numéraire est de 135 ME...

Publié le 17/08/2022

Les revenus locatifs bruts de CBo Territoria progressent de +6,3% à 11,8 ME...

Publié le 17/08/2022

Contrairement aux récents résultats de Home Depot ou de Walmart qui avaient animé un peu la séance du 16 août à Wall Street, ceux de Target, la chaîne de magasins discount, ont alimenté le…

Publié le 17/08/2022

Vente du Turbo Illimité PUT VALEO P371T à 0,36 EUR (+20 %) Analyse :VALEO a poursuivi sa phase corrective après le test de la résistance majeure à 21,90 EUR. Les cours sont…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne