5 357.14 PTS
-
5 340.0
-1.11 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-
DAX PTS
13 068.08
-
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Wall Street : DJ dans le vert, Nasdaq rouge vif, après Yellen et le PIB

| Boursier | 372 | Aucun vote sur cette news

Wall Street s'affiche désormais très hésitant ce mercredi, après les chiffres sans surprise du PIB américain et l'intervention de Janet Yellen...

Wall Street : DJ dans le vert, Nasdaq rouge vif, après Yellen et le PIB
Credits Reuters

Wall Street s'affiche désormais très hésitant ce mercredi, après les chiffres sans surprise du PIB américain et l'intervention de Janet Yellen. Le DJIA s'adjuge encore 0,39% à 23.929 pts, au plus haut de son histoire, mais le Nasdaq trébuche de 0,98% à 6.845 pts. Après l'incroyable série haussière des derniers mois, les valeurs dites technologiques cèdent donc aux prises de profits, sans catalyseur précis. Apple abandonne notamment 2%, ce qui fait toujours son petit effet sur les marchés. Le S&P500 est pour sa part assez stable à 2.629 pts.

Robuste croissance américaine

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, le PIB du troisième trimestre 2017 est ressorti en croissance de 3,3%, en ligne avec le consensus de place, selon sa seconde estimation (lecture dite 'préliminaire'). L'indice des prix rattaché au PIB affiche une augmentation de 2,1%, contre +2,2% de consensus. Les dépenses réelles de consommation, enfin, s'apprécient de 2,3% au troisième trimestre, contre +2,5% de consensus.

Il s'agit de la plus forte croissance économique en trois ans pour les États-Unis. Le rythme de croissance de ce troisième trimestre était auparavant estimé à +3%. La révision en hausse provient essentiellement des investissements des entreprises et des dépenses en équipements (en particulier dans le transport). La croissance des stocks a été révisée marginalement en hausse, tout comme celle des dépenses gouvernementales. L'évolution des dépenses de consommation a été confirmée. Globalement, il s'agit pour les États-Unis du deuxième trimestre consécutif de croissance supérieure à 3%. Le quatrième trimestre pourrait aussi parvenir à une telle performance, selon les anticipations des économistes.

Janet Yellen intervient à son tour

Janet Yellen, actuelle dirigeante de la Fed, témoigne aujourd'hui à propos des perspectives économiques, devant le 'Joint Economic Committee' du Congrès à Washington. Il s'agit du dernier témoignage de Yellen en tant que présidente de la Banque centrale américaine.

A cette occasion, Yellen se montre plutôt satisfaite de la situation économique générale, mais estime qu'une amélioration supplémentaire du marché de l'emploi sera nécessaire, afin de soutenir la croissance des revenus. La situation économique, par contre, s'est renforcée cette année, constate la dirigeante, qui espère malgré tout une croissance plus vigoureuse.

Yellen s'étonne par ailleurs que l'inflation ajustée demeure aussi contenue à ce stade.

Pas de bulle financière ?

Yellen explique qu'alors que les valorisations des actifs s'affichent à des niveaux historiquement élevés, les risques pour le secteur financier ne semblent que légers. Ainsi, la dirigeante repousse toujours l'idée d'une quelconque bulle, alors que certains observateurs reprochent à la Fed de créer une exubérance financière.

Coup de pouce espéré du Congrès

Janet Yellen en appelle également au Congrès, afin qu'il adopte des mesures stimulant l'économie américaine. La croissance économique américaine serait en effet trop lente au goût de Yellen, qui juge que les législateurs US pourraient apporter un supplément de dynamisme.

Ainsi, l'Amérique devra s'attaquer aux causes sous-jacentes, pour générer une amélioration substantielle de la croissance économique.

Le Congrès devra, selon elle, considérer des politiques encourageant l'investissement des entreprises et la formation de capital, améliorant l'infrastructure de la nation, et renforçant la qualité du système d'éducation, tout en soutenant l'innovation et l'adoption des technologies nouvelles...

Politique de taux en question

Au sujet de la politique monétaire, Yellen assure que des augmentations graduelles des taux devraient être appropriées, alors que l'économie continue à se reprendre. La patronne de la Fed juge que cette politique de hausse mesurée des taux devrait permettre à l'économie et au marché de l'emploi de progresser encore.

Hier, à l'occasion de son audition de confirmation au Sénat, Jerome Powell, le successeur de Yellen, a montré qu'il était globalement en phase avec cette politique prudente de remontée des taux. Powell a également plaidé pour une moindre régulation bancaire...

Solides promesses de ventes de logements aux USA

D'après la National Association of Realtors américaine ce mercredi, les promesses de ventes de logements aux États-Unis pour le mois d'octobre 2017 sont ressorties en progression de 3,5% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de +1% et un repli de 0,4% un mois auparavant. L'indice du mois d'octobre atteint 109,3, contre 105,6 pour la lecture révisée de septembre.

Stocks de brut en déclin

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont reculé de 3,4 millions de barils sur la semaine close au 24 novembre, à 453,7 millions de barils. Le consensus tablait sur une baisse de 2,3 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux progressé de 3,6 millions de barils, contre une hausse de 1,2 million de barils anticipée, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont augmenté de 2,7 millions de barils, contre une hausse de 0,2 million attendue... Sur le Nymex, le baril de brut (contrat de janvier) progresse de 0,4% désormais sur les 58$.

Le Livre Beige économique de la Fed, résumé des conditions régionales, sera communiqué dans la soirée, vers 20 heures.

Les investisseurs restent par ailleurs très attentifs aux développements concernant la réforme fiscale américaine. Le Sénat pourrait voter demain sur sa propre version, après quoi il devra s'accorder avec la Chambre des représentants, dont le 'package' de propositions diffère en plusieurs points.

LES VALEURS

Tiffany (-1%) a présenté ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices du joaillier new-yorkais atteignent 100 M$ (0,80$ par action), contre 95 M$ (0,76$ par action) un an avant. Les revenus s'affichent à 976 M$, contre 949 M$ sur la même période, un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,76$, pour des revenus de 958 M$. A magasins comparables, les ventes reculent de -1%. Sur l'exercice, le groupe vise des ventes en légère hausse et un bpa en croissance d'environ 5%.

Autodesk (-16%) a publié ses résultats du troisième trimestre. Les revenus sont de 515 M$, contre 490 M$ un an avant. La perte s'élève à 120 M$, contre une perte de 143 M$ un an plus tôt. En non-GAAP, la perte par action s'affiche à 0,12$, contre 0,18$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,13$, pour des revenus de 514 M$. Sur le trimestre actuel, le groupe vise des revenus entre 537 et 547 M$, pour une perte par action entre 0,14 et 0,10$.

Apple (-2%) poursuit à son tour Qualcomm. Le géant technologique de Cupertino affirme que Qualcomm a enfreint certains de ses brevets. Pour Apple, les 'puces' mobiles Snapdragon de Qualcomm, qui alimentent de nombreux appareils Android, violent ses brevets. Les deux groupes sont régulièrement en conflit sur la question des brevets et de la propriété intellectuelle.

Qualcomm (-2%) avait accusé en juillet le groupe à la pomme d'enfreindre plusieurs de ses brevets relatifs à l'optimisation des batteries. Apple avait alors nié les faits, assurant que les brevets de Qualcomm étaient invalides. Ce mercredi, Apple a donc ajusté encore ses arguments en attaquant de manière frontale son rival. Apple a dénombré huit brevets relatifs à l'autonomie des batteries que Qualcomm enfreindrait. Le groupe de Cupertino juge que les produits Snapdragon 800 et 820 de Qualcomm, qui alimentent notamment des smartphones Samsung ou Pixel (Alphabet), violeraient donc ses brevets.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le groupe veut disposer d'une organisation plus agile...

Publié le 15/12/2017

Les deux plus hauts dirigeants du groupe vont le quitter. Guillaume Faury remplacera Fabrice Brégier...

Publié le 15/12/2017

Communiqué de presse Ecully, le 15 décembre 2017   Transfert des actions de Spineway sur le groupe de cotation E2 (offre au public) d'Euronext Growth…

Publié le 15/12/2017

Une partie de l'électricité est achetée par Kimberly-Clark...

Publié le 15/12/2017

Les syndicats du distributeur n'ont pas tous la même stratégie pour la fin de l'année. Mais tous attendent la direction au tournant dès 2018...

CONTENUS SPONSORISÉS