Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 611.69 PTS
-1.22 %
5 595.00
-1.42 %
SBF 120 PTS
4 456.08
-1.11 %
DAX PTS
13 787.73
-1.44 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
-0.73 %
1.207
0. %

Wall Street devrait ouvrir en légère hausse

| Boursier | 434 | Aucun vote sur cette news

Wall Street devrait ouvrir en légère hausse, l'accord sur un nouveau plan de relance historique semblant prendre le dessus sur les craintes soulevées...

Wall Street devrait ouvrir en légère hausse

Wall Street devrait ouvrir sans réelle tendance, mais avec un biais légèrement haussier, l'accord sur un nouveau plan de relance historique semblant prendre le dessus sur les craintes soulevées par la propagation d'une nouvelle souche du coronavirus. Après des mois de blocage, le Congrès a approuvé lundi un plan de soutien de près de 900 milliards de dollars destiné à compenser les effets de la pandémie sur l'économie américaine. Ce programme prévoit entre autres des aides directes aux particuliers et une indemnisation supplémentaire pour les demandeurs d'emplois.

Le troisième trimestre a bel et bien été historique aux Etats-Unis. D'après le rapport gouvernemental, le PIB du troisième trimestre, pour sa lecture finale, a progressé sur un rythme de 33,4% en comparaison du trimestre antérieur, contre +33,1% annoncé auparavant. Ce rebond sans précédent fait toutefois suite à une contraction tout aussi historique au second trimestre puisque la première économie mondiale s'était effondrée de 31,4% sur la période. Les dépenses personnelles de consommation du troisième trimestre se sont par ailleurs envolées sur un rythme de 41%, après une chute de 33,2% au second trimestre.

Ce sursaut apparaît désormais bien loin alors que le pays est confronté à une nouvelle vague de Covid-19. Les nouvelles restrictions adoptées dans certains Etats devraient en effet à nouveau fortement peser sur l'activité économique.

Les chiffres du logement de novembre seront également à suivre à 16 heures.

Signe de ce début d'accalmie dans les salles de marché, le VIX, l'indice de volatilité du CBOE (l'indice de la peur') recule de 4% à 24 points. Les cours du brut évoluent en revanche toujours dans le rouge avec un WTI qui cède 1,3% à 47,3$. L'once d'or est stable autour des 1.880$.

Sur le front des valeurs, l'actualité se veut plus calme à l'approche de Noël. Tesla, qui a chuté de 6,5% hier pour ses débuts au sein du S&P500, sera une nouvelle fois surveillée alors que le titre du constructeur de voitures électriques a gagné plus de 700% depuis le début d'année.

VALEURS A SUIVRE

* Google et Facebook s'unissent face à la justice. Selon une information du 'Wall Street Journal', les deux géants américains de la tech se sont engagés à s'entraider si jamais ils faisaient l'objet d'une enquête sur leur partenariat dans le domaine de la publicité en ligne. Une annonce qui intervient alors que 10 États américains ont déposé plainte contre Google la semaine dernière pour abus de position dominante du moteur de recherche.

Google et Facebook auraient conclu un accord en septembre 2018 dans lequel Facebook s'engageait à ne pas concurrencer les outils de publicité en ligne de Google. En retour, le géant des médias sociaux aurait reçu un "traitement spécial" lorsqu'il les utilisait lui-même, selon le WSJ. Selon la plainte vue par le quotidien financier, Google et Facebook étaient conscients que leur accord pouvait déclencher des enquêtes antitrust et ont discuté de la manière de les traiter. Un porte-parole de Google a déclaré à 'CNBC' que les affirmations faites dans le cadre de la poursuite étaient inexactes. "L'idée que c'était un accord secret est tout simplement fausse. Nous avons rendu public ce partenariat depuis des années". De son côté, un porte-parole de Facebook a affirmé au journal que toute allégation selon laquelle cet accord nuit à la concurrence ou toute suggestion de mauvaise conduite de la part de l'entreprise est sans fondement.

* MGM Holdings, le studio de cinéma américain à l'origine de la franchise 'James Bond', pourrait bientôt être vendu. Le groupe californien a fait appel aux banques d'investissement Morgan Stanley et LionTree et a entamé un processus de vente officiel, selon une source du 'Wall Street Journal'. Dix ans après sa sortie de la protection de la loi américaine sur les faillites, la société serait valorisée environ 5,5 milliards de dollars sur la base des actions négociées en privé (dette comprise). MGM espère susciter l'intérêt, au-delà des acteurs traditionnels d'Hollywood, de sociétés internationales de médias, d'acteurs du capital-investissement ou de SPAC (special purpose acquisition companies). Le plus grand actionnaire de MGM, le fonds spéculatif new-yorkais Anchorage Capital Group, a subi ces dernières années des pressions dues à la faiblesse de ses performances et à la défection de ses clients. Son investissement illiquide dans MGM poserait de plus en plus problème.

Alors que le streaming vidéo explose, merci Netflix, la bibliothèque de titres de MGM en fait une cible très intéressante. Le studio a en effet produit ou distribué divers films et émissions de télévision, notamment la franchise "Rocky", "The Handmaid's Tale" et "Vikings". Il a également conclu des accords de licence pour des films de sa bibliothèque, dont "Le silence des agneaux", "Danses avec les loups", "Rain Man" et "The Terminator". Apple a déjà tenté de mettre la main sur Metro-Goldwyn-Mayer il y a deux ans mais les pourparlers n'étaient pas allés au bout pour des questions de prix. Avec des milliards de cash, la firme à la pomme pourrait retenter sa chance afin de doper le contenu de son 'Apple TV+'.

* United Airlines se veut prudent. Alors que le plan de relance de 900 milliards de dollars adopté lundi par le Congrès américain prévoit notamment 15 milliards de dollars d'aide au secteur aérien, le transporteur a expliqué à ses salariés que tout rappel de personnel résultant de cette aide serait sans doute "temporaire", étant donné que la demande des passagers ne devrait guère changer au cours des prochains mois. "Nous ne nous attendons pas à ce que la demande des consommateurs change beaucoup d'ici la fin du premier trimestre 2021. United a été réaliste quant à ses perspectives tout au long de la crise, et nous avons essayé de vous donner une évaluation honnête à chaque étape. La vérité est que nous ne voyons rien dans les données qui montre une énorme différence dans les réservations au cours des prochains mois. C'est pourquoi nous pensons que le rappel sera temporaire".

Un programme d'aide fédérale de 25 Mds$ avait été adopté en mars par le Congrès pour soutenir l'emploi dans le secteur aérien jusqu'à fin septembre. Il n'avait pas été renouvelé, faute d'accord entre parlementaires sur un plan de relance global... Après l'expiration de ces aides, United Airlines avait été contraint de supprimer plus de 13.000 emplois.

* CONOCOPHILLIPS a fait une importante découverte de pétrole dans la mer de Norvège, de 76 à 201 millions de barils, a annoncé mardi l'agence publique Norwegian Petroleum Directorate.

* Apple progresse dans la technologie de conduite autonome et se fixe pour objectif de produire dès 2024 une voiture de tourisme susceptible d'être équipée de sa propre technologie de batterie électrique, selon Reuters. Au coeur de ce projet baptisé Titan, qui a avancé par à-coups depuis 2014, figure une technologie innovante susceptible de diminuer "radicalement" le coût des batteries et d'augmenter l'autonomie des véhicules, selon l'une des sources de l'agence. Ce projet a été relancé en 2018 avec le retour d'un ancien d'Apple, Doug Field, qui a travaillé pour Tesla.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/01/2021

Sogeclair, concepteur et producteur de solutions innovantes à forte valeur ajoutée pour la mobilité, annonce avoir conclu l'opération d'entrée de...

Publié le 15/01/2021

L'Administrateur Provisoire, assisté de l'Administrateur Judiciaire ont arrêté les états financiers sociaux et consolidés du groupe EEM le 15 janvier...

Publié le 15/01/2021

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies infectieuses générant d'importants besoins médicaux, a annoncé aujourd'hui une...

Publié le 15/01/2021

A la suite de l'ordonnance de référé du 9 octobre 2020 et de l'arrêt de la Cour d'appel du 19 novembre 2020, ayant ordonné la suspension des effets de...

Publié le 15/01/2021

Valneva a annoncé une modification des termes de son accord de financement avec les fonds américains spécialisés dans le secteur de la santé Deerfield Management Company et OrbiMed. Compte tenu…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne