En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 596.87 PTS
-0.10 %
5 606.50
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 422.53
+0.02 %
DAX PTS
12 351.33
-0.23 %
Dowjones PTS
27 076.82
-0.52 %
7 852.41
+0.00 %
1.102
+0.24 %

Wall Street : détente sur le front international

| Boursier | 248 | Aucun vote sur cette news

La Bourse américaine rebondissait mercredi sur fond d'amélioration du climat international, notamment à Hong Kong et au Royaume-Uni.

Wall Street : détente sur le front international
Credits Reuters

La Bourse américaine rebondissait mercredi sur fond d'amélioration du climat international, notamment à Hong Kong et au Royaume-Uni, où le risque d'un Brexit dur semble s'éloigner un peu. Le dollar s'est tassé après son récent rally, et les marchés restent suspendus à l'avenir des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine qui restent pour l'instant dans l'impasse.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones regagnait 0,72% à 26.305 points, tandis que l'indice large S&P 500 montait de 0,87% à 2.931 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologies et biotechnologiques, progressait de 1,1% à 7.961 pts.

Wall Street a suivi à la hausse les marchés asiatiques et européens, qui ont réagi au retrait par Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif hongkongais, du projet de loi qui prévoyait de faciliter le transfert de suspects vers la Chine continentale pour qu'ils y soient jugés. L'indice Hang Seng a bondi de 3,9% mardi matin à Hong Kong. En Europe, Boris Johnson a été mis en minorité au parlement britannique, ce qui rend moins plausible un Brexit dur dès le 31 octobre. L'indice EuroStoxx 50 a fini en hausse de 0,88%, le Footsie 100 a pris 0,6% à Londres et le CAC 40 a grimpé de 1,2% à Paris.

Le Brexit reporté à janvier 2020 ?

Sur le marché des changes, la livre sterling rebondissait de plus de 1% (+1,03% à 1,2206$) après que le Premier ministre Boris Johnson a été mis en minorité au Parlement britannique mardi soir. Les députés britanniques doivent se prononcer ce mercredi soir sur un report de la date du Brexit au 31 janvier 2020, au cas où aucun accord de retrait ne serait conclu avec Bruxelles dans les prochaines semaines. Bien que la situation reste confuse, les marchés estiment que le risque de Brexit sans accord dès le 31 octobre prochain semble s'éloigner.

L'indice du dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de six devises de référence, perd 0,5% à 98,51 points, tandis que l'euro se redresse de 0,48% à 1,1025$ après avoir atteint la veille son plus bas niveau depuis avril 2017 face au billet vert. La devise européenne a profité notamment de la publication d'un indice PMI composite un peu meilleur que prévu en août dans la zone euro, grâce à une bonne tenue des services.

Les obligations américaines restaient recherchées mercredi. Le rendement du T-Bond à 10 ans a encore cédé 1 point de base à 1,45%, au plus bas depuis juillet 2016. Les marchés continuent d'anticiper une nouvelle baisse des taux de la Fed lors de sa prochaine réunion des 17 et 18 septembre.

La Fed divisée sur les baisses de taux

L'outil Fedwatch du CME Group indique mercredi soir une probabilité de 90,4% pour une baisse d'un quart de point, ce qui ferait revenir le taux des "fed funds" entre 1,75% et 2%. Plusieurs membres de la Fed (John Williams, Robert Kaplan, Michelle Bowman, James Bullard, Charles Evans et Neel Kashkari) doivent s'exprimer en public ce mercredi, et la Fed doit en outre publier son dernier Livre Beige. Le président de la Fed, Jerome Powell, est très attendu pour vendredi, lorsqu'il s'exprimera lors d'une réunion à Zurich en Suisse.

Premier à parler, John Williams, le président de la Fed de New York, s'est montré plutôt ouvert à une nouvelle baisse des taux, estimant que le comité monétaire de la Fed devait faire preuve de flexibilité pour soutenir la croissance et prendre ses décisions sur la base de l'évolution des indicateurs économiques.

La veille, Eric Rosengren, le patron de la Fed de Boston avait au contraire temporisé sur l'urgence baisser à nouveau les taux, compte-tenu de la résilience de la consommation aux Etats-Unis (qui représente 70% du PIB) et de la solidité du marché de l'emploi. Il a jugé l'économie américaine "relativement solide", et a minimisé le risque d'une récession, malgré l'inversion actuelle de la courbe des taux d'intérêts, qui signale généralement une récession à venir. Rappelons qu'Eric Rosengren avait voté contre la baisse des taux décidée par la Fed en juillet.

L'or poursuit son avancée malgré le rebond boursier

Le cours du pétrole ont profité mercredi de l'embellie sur le front géopolitique, tandis que l'or est resté recherché comme valeur-refuge. Le contrat à terme d'octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) rebondissait de 4,5% à 56,39$ le baril, et le Brent grimpait de 4,3% à 60,79$. Les deux variétés de pétrole avaient perdu récemment environ 20% par rapport à leurs plus hauts niveaux annuels d'avril dernier face à la crainte d'un ralentissement de la demande mondiale de brut malgré un approvisionnement toujours élevé.

Signe que les marchés restent nerveux, l'or a poursuivi sa progression mercredi. Le contrat à terme de décembre sur le marché américain Comex a progressé de 0,45% à 1.562,90$ l'once d'or, pointant à son plus haut niveau depuis avril 2013.

L'or avait déjà bondi de 6,3% en août, profitant à plein de son statut de valeur-refuge face au regain des tensions commerciales, et à la perspective de nouvelles baisses de taux, qui rendent moins rémunératrices les obligations, également valeurs-refuge pour les investisseurs inquiets.

En l'absence d'informations sur la date de reprise des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, les marché ont pris connaissance du déficit commercial des Etats-Unis du mois de juillet, qui est resté élevé. Il a atteint 54 milliards de dollars, contre 53,5 milliards de consensus et 55,5 Mds$ en juin.

VALEURS A SUIVRE

American Eagle Outfitters (-12,7%) chute à Wall Street, les opérateurs sanctionnant les prévisions jugées trop courtes de la chaîne américaine de vêtements basée à Pittsburgh. Le groupe a pourtant battu le consensus de profit pour le second trimestre fiscal, affichant un bénéfice net de 65 millions de dollars soit 38 cents par titre, contre 60 millions de dollars et 34 cents par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action s'est établi à 39 cents, contre 32 cents de consensus. Les revenus ont totalisé 1,04 milliard de dollars, contre 965 millions de dollars un an plus tôt et 1,01 milliard de consensus. Les ventes à comparable se sont appréciées de 2%.

Le groupe table pour son troisième trimestre sur une croissance de 1-5% à comparable, contre 3,8% de consensus. Le bpa est attendu entre 47 et 49 cents, alors que les analystes visaient 52 cents.

Navistar (+11,6%) grimpe sur la cote américaine. Le groupe a annoncé pour le trimestre clos fin juillet 2019 un bénéfice net de 156 millions de dollars soit 1,56$ par action, contre 170 millions de dollars un an auparavant. Le consensus était de 1,18$. Les revenus se sont appréciés de 17% à 3,04 milliards de dollars, contre 2,9 Mds$ de consensus de marché. Le fabricant de camions anticipe pour l'exercice 2019 des revenus de 11,25-11,75 Mds$, pour une marge brute de 17,75-18%.

Box (+11,6%). L'activiste Starboard Value a déclaré détenir 7,5% du capital de ce spécialiste des services IT dématérialisés, devenant second actionnaire du groupe.

Amazon (+0,6%), géant américain du commerce en ligne, a écopé d'une amende de 4 millions d'euros infligée par la justice française pour des clauses estimées abusives envers ses fournisseurs. La procédure avait été engagée en juillet 2017 par les services de Bercy.

Alphabet (+0,7%). YouTube, service vidéo de Google, filiale du groupe Alphabet, va devoir pour sa part s'acquitter d'une amende de 170 millions de dollars aux USA, afin de régler un litige concernant la collecte jugée illégale de données personnelles d'enfants. La FTC (Federal Trade Commission) a confirmé l'amende. YouTube versera en particulier 34 M$ au bureau du procureur général de New York, un record depuis l'entrée en application de la loi de 1998 interdisant la collecte d'informations sur les mineurs de moins de 13 ans.

Tyson Foods (-6,5%), géant américain de l'alimentaire actif dans la transformation de viande, a livré un avertissement hier soir, après la clôture, abaissant ses estimations de bénéfice ajusté annuel par action, évoquant la volatilité des matières premières, ainsi qu'un redressement plus lent que prévu des activités volailles et l'impact d'un incendie dans un abattoir.

Le groupe prévoit pour 2019 un bpa ajusté allant de 5,30 à 5,70$, contre une guidance antérieure allant de 5,75 à 6,10$. Le titre, qui avait atteint un record le mois dernier après la publication de trimestriels solides, souffre ce jour à Wall Street. Le groupe affirme tout de même que les perspectives sur l'exercice 2020 restent positives, dans des conditions de marché attendues plus favorables.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2019

Rallye s'enflamme de 13% à 8,4 euros sur la place parisienne, portant ses gains à environ 30% depuis vendredi dernier...

Publié le 17/09/2019

Le Brent pointe sur les 68,6$ et le brut léger américain WTI a bondi à 62$

Publié le 17/09/2019

Ocado grimpe de 1,22% à 1369 pence à la Bourse de Londres, ses ventes ayant accéléré depuis à la création de la coentreprise avec Marks & Spencers (M&S), "Ocado Retail". Le groupe britannique…

Publié le 17/09/2019

Après plusieurs années de convalescence, Virbac affiche désormais une santé de cheval et la Bourse apprécie. Le titre du laboratoire vétérinaire flambe de 15,5% à 196,80 euros après avoir…

Publié le 17/09/2019

Dietswell annonce le renforcement de ses équipes de management avec les arrivées de Benoît Vernizeau en tant que Directeur Général Adjoint et...