Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 572.46 PTS
+0.98 %
5 564.0
+1. %
SBF 120 PTS
4 408.50
+0.96 %
DAX PTS
13 421.89
+0.98 %
Dow Jones PTS
29 638.64
-0.91 %
12 268.32
+0. %
1.197
+0.35 %

Wall Street : début d'année 2020 au sommet

| Boursier | 884 | Aucun vote sur cette news

Le S&P500 prend 0,3% en début de séance ce jeudi à 3...

Wall Street : début d'année 2020 au sommet
Credits Reuters

Le S&P500 prend 0,3% en début de séance ce jeudi à 3.241 pts, alors que le Nasdaq progresse de 0,64% à 9.029 pts ! Le Dow Jones gagne 0,49% à 28.679 pts. L'indice dollar grappille 0,3% à 96,6. L'optimisme prévaut donc pour commencer l'année 2020, alors que les marchés européens grimpent quant à eux, soutenus par les espoirs de relance économique en Chine et d'accord commercial sino-américain partiel. Le nouvel assouplissement monétaire en Chine et la perspective toute proche de la signature de l'accord commercial avec Washington (le 15 janvier) constituent les catalyseurs essentiels du jour.

Les indicateurs PMI manufacturiers du jour sont contrastés. L'indice Caixin chinois s'est établi à 51,5 contre 51,7 de consensus. L'indice PMI manufacturier européen final du mois de décembre est ressorti à 46,3 contre 45,9 de consensus, ce qui traduit une nette contraction de l'activité. L'indice allemand s'est établi à 43,7 contre 43,4 de consensus, alors que l'indicateur français s'est distingué à 50,4 contre 50,3 de consensus de marché. L'indice final italien est logé à 46,2 (consensus 47,3) et l'indice espagnol à 47,4 (consensus 46,9). L'indice manufacturier final britannique demeure déprimé à 47,5, proche des attentes de marché.

L'indice Markit PMI manufacturier américain final du mois de décembre 2019 est ressorti à 52,4, contre 52,5 de consensus de place et 52,6 pour le mois antérieur. La lecture préliminaire ('flash') du mois de décembre se situait à 52,5. L'indice demeure nettement supérieur à la barre des 50 et signale donc une expansion toujours assez solide de l'activité manufacturière nationale aux États-Unis.

Selon la dernière étude de la firme Challenger sur le sujet, les entreprises américaines ont annoncé au mois de décembre 2019 les suppressions de 32.843 emplois, hors ajustements saisonniers, contre 44.569 un mois auparavant. Ainsi, les annonces de licenciements ont reculé de 26% en comparaison du mois précédent et de 25% en glissement annuel, selon le rapport. Au total, sur l'ensemble de l'année 2019, les coupes annoncées ont toutefois augmenté de 10% par rapport à 2018. Sur le seul quatrième trimestre 2019, elles ressortent en retrait de 26%.

Le Département américain au Travail a publié pour sa part, pour la semaine close au 28 décembre 2019, des inscriptions au chômage au nombre de 222.000, en ligne avec le consensus de place, contre 224.000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure.

Donald Trump a indiqué qu'il allait signer le 15 janvier à la Maison blanche l'accord commercial de phase 1 avec la Chine. Le président américain entend se rendre ultérieurement à Pékin pour lancer la phase suivante des pourparlers. De son côté, la Banque de populaire de Chine a dévoilé hier une nouvelle réduction, la huitième sur deux ans (de 50 points de base) du ratio de réserves obligatoires imposé aux banques. Il s'agit là de soutenir le crédit en dégageant 800 milliards de yuans - plus de 100 milliards d'euros de liquidités.

Les prix du pétrole débutent l'année timidement dans le vert, le baril de brut WTI s'adjugeant 0,1% à 61,1$ et le Brent de la mer du Nord 0,3% à 66,2$. Les cours de l'or noir ont affiché l'an dernier leur plus forte hausse depuis 2016 avec les nouvelles rassurantes sur le commerce. Les tensions au Moyen-Orient, avec les frappes américaines dimanche contre une milice soutenue par l'Iran (en Syrie et Irak), ainsi que la manifestation visant l'ambassade américaine à Bagdad, soutiennent aussi les prix du pétrole.

Il n'y aura pas de publication financière trimestrielle notable d'entreprise cotée à Wall Street en cette fin de semaine. Boeing (+2%) reste surveillé ce jour, alors que son rival européen Airbus a livré 863 appareils sur l'année 2019, ce qui représente une hausse 7,9% par rapport à 2018. Le groupe espérait livrer 860 appareils commerciaux en 2019, objectif revu en baisse en octobre dernier par rapport aux 890 livraisons ciblées initialement. La révision avait été imposée par les retards de production pris sur la dernière version de l'A321, qui a été victime de son succès.

Apple gagne encore 2% pour une capitalisation boursière ahurissante de plus de 1.300 milliards de dollars ! Le groupe californien à la pomme vient de signer un accord de licence de plusieurs années avec Imagination Technologies Group Plc, concepteur de 'puces' et ancien fournisseur GPU du groupe de Tim Cook. Dans le cadre du nouvel accord, Apple payera une commission pour l'usage des droits de propriété intellectuelle d'Imagination liés aux domaines graphiques et à l'IA. L'accord prépare sans doute les iPhone à la transition vers la 5G.

Tesla (+1%), le groupe californien vedette de l'automobile électrique, livrera à partir de mardi 7 janvier ses premières berlines Model 3 fabriquées sur le site de Shanghai. C'est du moins ce qu'a fièrement affirmé à Reuters un représentant du groupe d'Elon Musk.

Alibaba (+3%). Ant Financial Services, une filiale du géant chinois du commerce en ligne Alibaba - désormais coté à Wall Street -, a effectué une demande auprès de l'autorité monétaire de Singapour afin d'obtenir une licence bancaire en ligne.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/12/2020

La Bourse de Paris est dans le vert ce matin ! Le contexte économique global semble toujours favorable à une tendance haussière sur les marchés financiers après les hausses records du mois de…

Publié le 27/11/2020

Lors de sa réunion du 26 novembre, le Conseil d'administration a pris acte du départ de Monsieur Géry Robert-Ambroix en qualité de Directeur Général...

Publié le 27/11/2020

Touax a procédé au rachat et à l'annulation d'une partie des titres super-subordonnés à durée indéterminée (TSSDI) émis en août 2013, novembre 2013 et...

Publié le 27/11/2020

Le conseil d’administration de la Compagnie des Alpes envisage qu’à l’expiration du mandat de PDG de Dominique Marcel, la présidence du conseil d’administration et la direction générale…

Publié le 27/11/2020

Le groupe de médias ADL Partner a réalisé au troisième trimestre 2020 un chiffre d’affaires de 34,2 millions d'euros, en croissance de 3,2% par rapport à la même période de 2019, pour un…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne