En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 761.13 PTS
-0.53 %
5 761.00
-0.4 %
SBF 120 PTS
4 564.88
-0.58 %
DAX PTS
12 988.55
-0.36 %
Dow Jones PTS
27 960.80
-3.56 %
9 079.63
+0. %

Wall Street dans le vert avant la Fed, Apple au sommet

| Boursier | 367 | Aucun vote sur cette news

Après avoir ouvert en assez nette progression, Wall Street se montre plus hésitant à la suite de l'annonce d'un indice immobilier pour le moins...

Wall Street dans le vert avant la Fed, Apple au sommet
Credits Reuters

Après avoir ouvert en assez nette progression, Wall Street se montre plus hésitant à la suite de l'annonce d'un indice immobilier pour le moins décevant. Le S&P500 avance actuellement de 0,20% à 3.283 pts, alors que le Nasdaq grimpe de 0,18% à 9.286 pts. Le DJIA progresse de 0,43% à 28.847 pts. L'indice dollar grignote 0,09% à 97,9. Mis à mal lundi par la propagation de l'épidémie de coronavirus, dont le bilan ne cesse de gonfler, le marché américain tente malgré tout de résister. Les opérateurs paraissent désormais se focaliser sur les résultats des entreprises, plutôt solides dans l'ensemble, et sur la décision de politique monétaire de la Fed attendue ce soir. La Banque centrale américaine ne devrait pas toucher à l'objectif de taux des fonds fédéraux mais le marché sera attentif à ses commentaires sur la situation économique, la gestion de son bilan et les tensions des derniers mois sur le marché interbancaire.

Les très nombreuses publications trimestrielles ont donc tendance à rassurer les investisseurs alors que les derniers comptes des géants tels qu'Apple, McDonald's et General Electric ont agréablement surpris. De bon augure avant Microsoft, Facebook et Tesla au programme après la clôture. On notera néanmoins quelques déceptions à l'image d'eBay et de Xilinx. Boeing a de son côté dévoilé le montant astronomique de la facture liée aux déboires de son 737 MAX. Enfin, Starbucks a présenté des comptes de bonne facture mais la situation en Chine inquiète les intervenants alors que la chaîne américaine de cafés branchés a indiqué avoir fermé plus de la moitié des quelque 3.000 cafés du groupe dans le pays en raison de l'épidémie de coronavirus.

Les promesses de vente ont donc décroché de 4,9% aux Etats-Unis en décembre, là où les économistes tablaient sur une hausse de 0,5% après une progression de 1,2% en novembre. Il s'agit du déclin le plus marqué depuis mai 2010. Sur un an, les promesses de vente affichent encore une hausse de 6,8%, a précisé la NAR (National Association of Realtors).

Le baril de pétrole reste orienté à la baisse après les dernières données concernant le marché de l'or noir américain. D'après le rapport du Département à l'Energie, les stocks pétroliers domestiques de brut pour la semaine close au 24 janvier, hors réserve stratégique, ont augmenté de 3,5 millions de barils à 431,7 millions de barils, contre un consensus positionné à +1,3 million de barils. Les stocks d'essence ont eux augmenté de 1,2 million de barils alors que les stocks de produits distillés ont reculé de 1,3 million de barils.

Les valeurs

* General Electric s'envole de plus de 10%, les investisseurs saluant la solide publication du géant industriel américain. Le groupe a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 538 millions de dollars, en repli de 6%, soit un bpa de 0,07$. Les revenus ont reculé de 1% à 26,2 Mds$ mais le consensus était positionné un cran plus bas, à 25,3 Mds$. Sur une base ajustée, le bpa ressort à 21 cents contre 17 cents attendus par les analystes. Le free cash-flow industriel a atteint 3,9 Mds$ sur la période, permettant à la société de dépasser sa guidance annuelle. Le groupe prévoit un free cash-flow industriel annuel allant de 2 à 4 milliards de dollars en 2020, contre un consensus jusqu'ici positionné à 2,2 Mds$. Le bpa ajusté est anticipé entre 50 et 60 cents contre 67 cents de consensus.

* Boeing (+3%) vient de dévoiler des résultats trimestriels qui portent la marque de l'immobilisation et de l'arrêt de la production du 737 MAX. Sur les trois mois clos fin décembre, le géant de l'aéronautique essuie une perte opérationnelle de 2,2 milliards de dollars pour des revenus en baisse de 37% à 17,9 Mds$ (21,7 Mds$ de consensus). La perte nette ressort à 1 Md$ soit 1,79$ par titre contre un profit de 3,4 Mds$ et un bpa de 5,93$ un an plus tôt. Le cash-flow opérationnel est négatif à hauteur de 2,2 Mds$. En données ajustées, la perte par action s'établit à 2,33$ contre un consensus de 1,32$. Sur l'ensemble de l'exercice, la firme essuie une perte de 636 M$, son premier résultat négatif depuis 1997. Boeing prévoit désormais que les coûts liés aux déboires du 737 Max dépassent la barre des 18,6 Mds$, soit environ le double de ses prévisions antérieures.

Comme annoncé précédemment, Boeing va par ailleurs réduire le rythme de production du 787 à 12 avions par mois à la fin de l'année contre 14 actuellement. Sur la base de l'environnement actuel et des perspectives du marché à court terme, le taux de production devrait être ajusté à 10 avions par mois au début de l'année 2021, et revenir à 12 avions par mois en 2023.

* Apple (+2,4%) évolue sur de nouveaux sommets. La firme a dévoilé mardi soir les résultats de son 1er trimestre fiscal, achevé fin décembre, qui s'est avéré encore plus stellaire que l'espéraient les analystes. Les ventes et les bénéfices du fabricant de l'iPhone ont atteint des niveaux record et ont nettement dépassé le consensus. Pour le trimestre octobre-décembre 2019, la firme à la pomme a ainsi dégagé un bénéfice net de 22,24 milliards de dollars, soit 4,99$ par action, en hausse de 11,4% par rapport aux 19,97 Mds$ affichés pendant la même période de 2018 (4,18$ par action). Le consensus attendait un bénéfice par action de 4,54$. Les ventes se sont élevées à 91,82 milliards de dollars, contre 84,31 Mds$ un an plus tôt (+9,5%), dépassant pour la première fois le seuil des 90 Mds$. Le consensus tablait sur des revenus de 88,45 milliards de dollars. Le groupe basé à Cupertino en Californie a également fait des prévisions supérieures aux prévisions des analystes. Apple s'attend a des ventes de 63 à 67 Mds$ pour le trimestre en cours contre 62,41 Mds$ prévu par le consensus.

* McDonald's (+2,3%) après avoir publié des résultats supérieurs aux attentes du marché. Le géant de la restauration rapide a enregistré sur les trois mois clos fin décembre un bénéfice net de 1,57 milliard de dollars ou 2,08$ par titre contre un profit de 1,42 Md$ ou un bpa de 1,82$ un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 1,97$ contre 1,96$ de consensus. Les revenus ont progressé de 3,6% à 5,35 Mds$, légèrement au-dessus des attentes des analystes. Les ventes à magasin comparable ont augmenté de 5,9%, dont 5,1% aux Etats-Unis.

* Microsoft (+1%) est très attendu sur ses comptes trimestriels ce mercredi après la clôture de Wall Street. Alors que d'autres géants du secteur (IBM, Apple, Intel, AMD...) ont dépassé les attentes des marchés, les investisseurs ont aussi placé la barre très haut pour groupe informatique fondé par Bill Gates, et dirigé actuellement par Satya Nadella. Pour le 2e trimestre de l'exercice fiscal, achevé fin décembre, les marchés tablent sur une hausse de l'ordre de 20% des profits, dont la croissance devrait rester soutenue par Azure, son offre d'informatique dématérialisée ("cloud computing"), et par la hausse des revenus récurrents provenant des abonnements aux logiciels du groupe (Office 365...). Le consensus compilé par le cabinet Factset s'attend à un bénéfice net trimestriel supérieur à 10 milliards de dollars, soit 1,32$ par action, en hausse de 22% sur un an (1,08$ au T2 2018). Les revenus devraient s'établir à 35,7 milliards de dollars, en hausse de près de 10% par rapport aux 32,5 Mds$ du 2e trimestre 2018.

* Xilinx dévisse de 8%, au lendemain d'une publication sans grand relief. Ainsi, le groupe américain de semi-conducteurs a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal une guidance inférieure aux attentes. Sur le troisième trimestre fiscal juste clos, le bénéfice net s'est élevé à 162 millions de dollars soit 64 cents par titre, contre 239 millions de dollars et 93 cents par action un an auparavant. Le bénéfice ajusté trimestriel est ressorti à 68 cents, contre 92 cents un an avant et 60 cents de consensus. Les revenus se sont tassés à 723,5 millions de dollars, contre 800,1 millions un an plus tôt et 731 M$ de consensus. Le groupe table, pour le quatrième trimestre de l'exercice fiscal, sur des revenus allant de 750 à 780 millions de dollars. Le consensus était bien plus élevé, à 825 M$. Le groupe prévoit par ailleurs de réduire ses effectifs de 7% face à la faiblesse de l'activité.

* eBay abandonne 3%, sanctionné après une guidance décevante. Le géant américain du e-commerce a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal des résultats dépassant les attentes de marché, mais les estimations pour la période entamée, le premier trimestre fiscal, ont donc déçu les opérateurs. Sur le trimestre clos, eBay a réalisé un bénéfice net de 558 millions de dollars soit 69 cents par titre, contre 763 millions de dollars et 80 cents par action un an auparavant. Les revenus ont régressé de 2% à 2,82 milliards de dollars, contre 2,9 milliards un an plus tôt. Le consensus était de 57 cents de bpa et 2,8 Mds$ de ventes. Le groupe dit désormais tabler sur des revenus allant de 2,55 à 2,6 milliards pour le premier trimestre, contre 2,64 Mds$ de consensus de marché.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/02/2020

TECHNICOLOR (+5,17% à 0,25 euro)Le titre rebondit après plusieurs séances consécutives de forte baisse suite à la présentation de mauvais résultats annuels la semaine passé. Sur une semaine,…

Publié le 25/02/2020

Natixis (-2,33% à 4,15 euros) n’échappe pas à la pression s’exerçant sur les autres banques en Bourse en dépit de la cession de l’essentiel de sa participation dans Coface (-1,58% à 11,20…

Publié le 25/02/2020

Mastercard a réduit sa prévision de croissance pour le premier trimestre en raison de l’impact du coronavirus sur les voyages transfrontaliers et dans une moindre mesure sur la croissance de…

Publié le 25/02/2020

Par courrier reçu le 24 février 2020 par l'AMF, la société anonyme Sycomore Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la...

Publié le 25/02/2020

Selon plusieurs sources de presse, JCDecaux aurait renouvelé son contrat portant sur la gestion du mobilier urbain de la ville de Vitoria en Espagne. Cet accord, d'une durée de 13 ans, porterait…