Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 611.69 PTS
-1.22 %
5 595.00
-1.42 %
SBF 120 PTS
4 456.08
-1.11 %
DAX PTS
13 787.73
-1.44 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
-0.73 %
1.207
0. %

Wall Street consolide sur ses sommets avant le plan de relance

| Boursier | 725 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine perd du terrain ce vendredi sur ses sommets, dans l'attente du plan de relance du Congrès...

Wall Street consolide sur ses sommets avant le plan de relance
Credits Reuters

La cote américaine perd du terrain ce vendredi sur ses sommets, dans l'attente du plan de relance du Congrès. Le DJIA recule de 0,47% à 30.160 pts, alors que le S&P 500 abandonne 0,49% à 3.704 pts. Le Nasdaq régresse de 0,15% à 12.746 pts. Le baril de brut avance de 1,5% sur le Nymex à 49,1$. L'once d'or consolide de 0,1% à 1.888$. L'indice dollar s'accorde 0,3% face à un panier de devises de référence.

La séance boursière du jour est celle des Quatre Sorcières, ce qui entraîne parfois (mais de moins en moins) une volatilité accrue des marchés. Cet événement boursier, qui intervient 4 fois par an (le 3ème vendredi de chaque trimestre), correspond à l'arrivée à échéance simultanée de 4 types de contrats : les options sur indices et sur actions, ainsi que les contrats à terme sur les indices et les actions.

Dans l'actualité économique, les États-Unis ont affiché un déficit courant de 178,5 milliards de dollars au troisième trimestre 2020, contre un consensus de place de 186 milliards environ et un niveau de 161,4 milliards de dollars pour la lecture révisée du trimestre antérieur.

L'indice des indicateurs avancés américains du Conference Board pour le mois de novembre est ressorti en croissance de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,5% et une hausse de +0,8% pour la lecture révisée d'octobre.

Concernant le Brexit, le doute est mis après une conversation téléphonique entre le Premier ministre britannique Boris Johnson et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. Johnson a indiqué en effet que le 'no deal' restait l'hypothèse la plus probable, certains problèmes subsistant. Von der Leyen a mentionné des progrès, mais reconnu également des divergences persistantes.

A propos des tensions sino-américaines, l'administration Trump pourrait bien placer plus de compagnies chinoises, dont SMIC, sur la liste des entités du Département au Commerce visant des industries clés. Reuters croit savoir que les USA pourraient ajouter environ 80 compagnies à la liste, pratiquement toutes chinoises... Pendant ce temps, les liens économiques entre la Chine et l'Union Européenne se resserrent en revanche, et l'UE aurait conclu comme pressenti un accord de principe avec Pékin sur l'investissement.

Le catalyseur positif majeur demeure donc celui du plan de relance de l'activité outre-Atlantique. L'optimisme reste élevé concernant la perspective de ce package fiscal de stimulus. Les vaccins constituent l'autre moteur des marchés, avec une très probable approbation de celui de Moderna aux Etats-Unis. Ainsi, un panel consultatif de la FDA a recommandé comme prévu d'accorder l'autorisation d'utilisation d'urgence au candidat vaccin de Moderna contre le Covid-19.

Du côté des banques centrales, la Banque du Japon n'a pas surpris ce jour en maintenant sa posture monétaire, avec un statu quo sur les taux et le programme QE. Des mesures spéciales liées au coronavirus ont été étendues afin de soutenir le financement des entreprises.

Ailleurs dans le monde, l'indice allemand des prix à la production pour novembre a décliné comme prévu de 0,5%. L'indice Ifo du climat des affaires pour décembre a battu le consensus à 92,1... Les ventes de détail britanniques ont progressé de 2,4% en novembre, légèrement inférieures au consensus FactSet.

La Bourse de New York a terminé jeudi sur de nouveaux records historiques, dans l'espoir d'un accord au Congrès sur un nouveau plan de soutien budgétaire de 900 milliards de dollars. La Réserve fédérale a par ailleurs rassuré en affirmant son intention de poursuivre ses achats d'actifs jusqu'à un rétablissement complet de l'économie américaine. Pour la 2e semaine d'affilée, les inscriptions au chômage ont fortement augmenté aux Etats-Unis, mettant une pression supplémentaire pour voter un plan de relance.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,49% à 30.303 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,58% à 3.722 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a progressé de 0,84% à 12.764 pts. Les trois indices ont fini à des niveaux historiquement élevés, de même que l'indice Russell 2000 qui suit les valeurs moyennes (+1,2% à 1.977 pts).

Les investisseurs ont les yeux tournées vers le Congrès américain, où les négociateurs se sont montrés optimistes mercredi sur l'adoption d'un nouveau plan de soutien à l'économie américaine, au moment où les décès du coronavirus ont dépassé les 300.000 aux Etats-Unis, menaçant la reprise économique.

Le plan de 900 milliards de dollars, élaboré par un groupe de sénateurs démocrates et républicains, prévoirait le versement d'une aide directe aux particuliers ainsi que d'indemnités de chômage technique. En revanche, il n'inclurait pas d'aide aux Etats ni aux municipalités, et ne serait assorti d'aucune garantie concernant la responsabilité des entreprises. Les discussions avaient bloqué ces derniers jours sur ces deux derniers sujets, les Républicains refusant d'approuver des aides directes aux Etats et collectivités, et exigeant des garanties pour les entreprises poursuivies en justice dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Le texte devrait être adopté en même temps que le projet de financement de l'Etat de 1.400 Mds$, qui doit être adopté avant ce vendredi minuit, faute de quoi, certaines administrations fédérales ne serait plus financées et devraient cesser de fonctionner ("shutdown").

A l'issue des dernières négociations, les leaders du Congrès ont paru optimistes. Mitch McConnell, le chef de file des Républicains du Sénat (dont le soutien est crucial) a déclaré que "nous sommes de plus en plus proches d'y arriver. Je suis optimiste, nous arriverons à une décision bientôt", a-t-il ajouté, alors qu'il s'était opposé jusqu'à présent au propositions qui lui étaient soumises.

Face à la crise sanitaire, le Congrès américain a déjà adopté environ 3.000 Mds$ d'aides aux particuliers et aux entreprises, dont un plan massif de 2.200 Mds$ voté en mars dernier, le CARES Act. Cependant, la plupart des programmes d'aide prendront fin le 31 décembre, ce qui priverait notamment 12 millions de personnes d'indemnités de chômage et mettrait aussi fin aux moratoires sur les crédits et loyers...

Mercredi soir, la Réserve fédérale américaine n'a pas modifié sa politique monétaire, mais elle s'est efforcée de rassurer les marchés sur le maintien d'un soutien massif jusqu'à ce que l'économie américaine ait surmonté la crise sanitaire actuelle. La Fed conservera ses taux directeurs proches de zéro au moins jusqu'à la fin 2023, et continuera ses achats d'actifs au rythme actuel tant que l'économie ne sera pas pleinement rétablie.

La Fed a aussi revu en légère hausse ses prévisions de croissance, même si son président, Jerome Powell, a rappelé que des incertitudes subsistent sur l'évolution de la situation sanitaire, malgré l'espoir que représente la campagne de vaccination qui a démarré cette semaine aux Etats-Unis. Powell a précisé que la banque centrale pourrait accroître encore son soutien, si nécessaire. "Nous continuons de penser que la politique actuelle est appropriée", mais "nous avons la flexibilité pour fournir davantage de mesures accommodantes... Et nous sommes conscients que les circonstances pourraient évoluer", a-t-il ajouté.

Sur le front sanitaire, les investisseurs préfèrent comme toujours ignorer la propagation du virus et se concentrer sur l'actualité plus favorable des vaccins. Pourtant, le dernier bilan fait frémir, puisque selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus depuis le début de l'épidémie dépasse désormais les 75 millions à l'échelle mondiale, dont 17,2 millions aux Etats-Unis. Le virus a fait 1,66 million de morts dans le monde depuis son émergence, dont près de 310.800 aux USA.

Les valeurs

Moderna (-4%). Un comité consultatif de la FDA a comme attendu recommandé l'approbation d'utilisation d'urgence de son vaccin anti-covid aux Etats-Unis. Le panel a voté unanimement en faveur du vaccin. L'EUA de la FDA ne fait plus aucun doute. La compagnie espère livrer 20 millions de doses d'ici la fin du mois.

Moderna annonce par ailleurs que la Commission européenne a exercé une option sur une commande de 80 millions de doses supplémentaires de son vaccin. Avec cette option, l'UE a commandé au total 160 millions de doses à l'Américain. Les premières livraisons sont prévues pour début 2021. Le vaccin devrait recevoir une autorisation d'urgence de l'Agence européenne des médicaments, espère le laboratoire.

Johnson & Johnson (-1%) a pour sa part annoncé la fin du recrutement de la phase 3 d'étude de son candidat vaccin contre le coronavirus à dose unique (étude ENSEMBLE). Le groupe dénombre 45.000 participants. Les données intermédiaires de l'essai sont attendues d'ici à la fin du mois de janvier 2021. La demande d'autorisation d'urgence auprès de la FDA est programmée en février si les données sont probantes en matière d'innocuité et d'efficacité.

Centene (-3%) a publié une guidance bénéficiaire inférieure aux attentes pour 2021. Les estimations de revenus ressortent en ligne. La compagnie anticipe pour 2021 un bénéfice ajusté par action allant de 5$ à 5,3$, contre un consensus de 5,43$. Le bpa de l'exercice en cours est anticipé entre 4,9 et 5,06$. Les revenus 2020 sont attendus entre 109,8 et 111,4 milliards, alors que ceux de 2021 sont anticipés entre 114,1 et 116,1 milliards.

Microsoft (-1%) a été piraté dans le cadre d'une campagne plus vaste tirant profit de l'utilisation de SolarWinds. Selon des sources de Reuters proches de la question, les propres produits de Microsoft auraient ensuite été utilisés par les pirates pour mener d'autres cyberattaques.

Microsoft. La vaste attaque informatique est attribuée à des hackers russes qui ont pu espionner pendant des mois les clients du fournisseurs américain de logiciels SolarWinds, selon Reuters. Des produits Microsoft ont été ensuite utilisés pour étendre cette cyberattaque à d'autres cibles. Plusieurs sites du gouvernement fédéral américain ont été touchés, et l'attaque serait toujours en cours, selon le FBI, l'Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA) et le bureau du directeur du Renseignement national.

Les hackers auraient accédé à des courriels des départements du Trésor et du Commerce, d'après les sources de Reuters... Solarwinds a précisé que jusqu'à 18.000 de ses clients avaient téléchargé une mise à jour de logiciel malveillante ayant permis aux pirates d'espionner pendant près de neuf mois des entreprises ou des agences gouvernementales.

Alphabet (-1%). Google a reçu le feu vert de la Commission Europénne pour son projet de rachat de Fitbit, une opération de 2,1 milliards de dollars, contre des concessions en matière de concurrence.

BioTelemetry (+17% !), firme américaine de diagnostic et de surveillance cardiaque, fait l'objet d'une offre d'acquisition du Néerlandais Philips dans le cadre d'une transaction de 2,8 milliards de dollars en numéraire, au prix de 72$ par titre, ce qui présente une prime de 16,5% sur la clôture d'hier. L'offre est soutenue par le board de l'Américain. La finalisation est attendue au premier trimestre 2021. BioTelemetry affiche un CA de 439 M$ et emploie 1.900 salariés.

PPG (-1%). Le groupe de chimie vient de formuler une offre pour 1,1 milliard d'euros visant à racheter le producteur finlandais de peintures Tikkurila.

FedEx (-5%) est en pleine forme. Le géant des livraisons a pratiquement doublé son bénéfice trimestriel, avec la hausse des tarifs et la progression des volumes. Le groupe ne fournit toutefois pas de guidance financière pour 2021. Sur le second trimestre fiscal, les revenus ont totalisé 20,6 milliards de dollars, pour un bénéfice ajusté de 4,83$ par titre. Le consensus était de 19,5 Mds$ de recettes et 4,01$ de bpa ajusté. Le groupe dépasse pour la première fois les 20 Mds$ de revenus trimestriels, avec une croissance de 19% de l'activité. Le bénéfice net a grimpé de 114% sur le trimestre à 1,23 milliard, 4,55$ par titre.

FedEx, évoquant un environnement global toujours incertain, anticipe "une croissance des bénéfices" au second semestre fiscal 2021, sans se montrer plus spécifique. Michael Lenz, CEO, ajoute que le groupe demeure concentré sur l'exécution de ses priorités stratégiques.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/01/2021

Sogeclair, concepteur et producteur de solutions innovantes à forte valeur ajoutée pour la mobilité, annonce avoir conclu l'opération d'entrée de...

Publié le 15/01/2021

L'Administrateur Provisoire, assisté de l'Administrateur Judiciaire ont arrêté les états financiers sociaux et consolidés du groupe EEM le 15 janvier...

Publié le 15/01/2021

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies infectieuses générant d'importants besoins médicaux, a annoncé aujourd'hui une...

Publié le 15/01/2021

A la suite de l'ordonnance de référé du 9 octobre 2020 et de l'arrêt de la Cour d'appel du 19 novembre 2020, ayant ordonné la suspension des effets de...

Publié le 15/01/2021

Valneva a annoncé une modification des termes de son accord de financement avec les fonds américains spécialisés dans le secteur de la santé Deerfield Management Company et OrbiMed. Compte tenu…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne