Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 622.02 PTS
+1.16 %
7 674.50
+1.53 %
SBF 120 PTS
5 769.14
+1.16 %
DAX PTS
18 407.07
+1.29 %
Dow Jones PTS
40 415.44
+0.32 %
19 822.87
+1.54 %
1.089
+0. %

Wall Street consolide sur les sommets, après les bons chiffres de l'inflation

| Boursier | 259 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine reprend son souffle ce jeudi, après une nouvelle bonne surprise sur le front de l'inflation des prix à la production, au lendemain...

Wall Street consolide sur les sommets, après les bons chiffres de l'inflation
Credits Reuters

La cote américaine reprend son souffle ce jeudi, après une nouvelle bonne surprise sur le front de l'inflation des prix à la production, au lendemain de chiffres déjà réjouissants de l'indice des prix à la consommation. Le Nasdaq, dopé à l'IA, grappille encore 0,35% à 17.669 pts après un nouveau sommet historique, avec Broadcom, Tesla et Nvidia. Le S&P 500 fléchit légèrement de 0,07% à 5.417 pts, tandis que le mal-aimé Dow Jones cède 0,67% à 38.455 pts. Hier soir, Wall Street a battu déjà de nouveaux records à la suite de chiffres rassurants concernant l'inflation américaine, tandis que la Fed a sans surprise maintenu ses taux entre 5,25 et 5,5%, misant néanmoins sur une seule baisse de taux cette année contre trois auparavant.

Sur le Nymex, le baril de brut WTI gagne 0,2% à 78,6$, tandis que l'once d'or fin cède 1,1% à 2.327$. L'indice dollar gagne 0,3% face à un panier de devises de référence.

Les Big Three de la "tech", Microsoft, Apple et Nvidia, restent sous haute surveillance, alors que le titre du groupe à la pomme vient de remonter en flèche suite aux annonces IA à l'occasion de la conférence WWDC de Cupertino. Ensemble, les trois titans capitalisent désormais près de 10.000 milliards de dollars et restent dans un mouchoir de poche pour la course symbolique à la première capitalisation mondiale. Enfin, les opérateurs suivront ce jeudi le vote des actionnaires de Tesla sur le très juteux package de rémunération de 56 milliards de dollars d'Elon Musk, mais ce dernier a déjà levé tout suspense en indiquant que la proposition serait largement validée.

L'indice américain des prix à la consommation du mois de mai 2024 est ressorti stable en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,1% et après une hausse de 0,3% en avril. Sur un an, l'indice des prix à la consommation s'affiche en augmentation de 3,3%, contre 3,4% de consensus. Hors alimentaire et énergie, l'IPC a augmenté de 0,2% d'un mois sur l'autre et de 3,4% sur un an, contre respectivement +0,3% et +3,5% de consensus. Le salaire horaire moyen a progressé comme attendu de 0,4% en mai, en comparaison du mois antérieur.

Ce jeudi, l'indice des prix à la production du mois de mai 2024 s'est affiché en repli de 0,2% en comparaison du mois antérieur et en hausse de 2,2% seulement sur un an, alors que le consensus était de +0,1% d'un mois sur l'autre et de +2,5% en glissement annuel. Hors alimentation et énergie, l'indice est ressorti stable par rapport au mois antérieur et en croissance de 2,3% sur un an, alors que le consensus était de +0,3% par rapport à avril et +2,5% en glissement annuel.

Les inscriptions au chômage ont bondi la semaine passée aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail a annoncé pour la semaine close au 8 juin des inscriptions au chômage au nombre de 242.000, en hausse de 13.000 par rapport au niveau révisé de la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 225.000. La moyenne à quatre semaines s'établit à 227.000, en progression de 4.750. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 1er juin ressort à 1,82 million (1,80 million attendu), en hausse de 30.000 sur sept jours.

La Fed a laissé hier soir ses taux inchangés, au plus haut de 23 ans entre 5,25 et 5,5%. Jerome Powell, patron de l'institution, a estimé que les perspectives d'inflation proposées par la Fed constituaient une prévision assez conservatrice sujette à révision. Powell a jugé que les données publiées sur l'inflation des prix à la consommation allaient dans le bon sens. Il a cependant noté que les nouvelles prévisions de la banque centrale, qui font état d'une hausse des taux des fonds fédéraux à long terme, témoignent d'un "changement d'opinion" au sein des responsables de l'établissement. "Nous élaborons des politiques avec l'économie dont nous disposons", a-t-il dit... L'augmentation du taux des fonds fédéraux à long terme de 2,6% à 2,8% montre que les responsables en viennent "progressivement" à l'idée que l'environnement de taux très bas antérieur pourrait ne plus se reproduire...

Powell a également noté qu'une baisse des taux d'un seul quart de point n'aurait pas à elle seule un impact majeur sur l'économie américaine, la trajectoire globale des taux étant l'élément le plus important. Il a indiqué que l'amorce de la réduction des taux de la banque centrale, lorsque cela se produirait, resterait importante. Le début de l'assouplissement de la politique monétaire serait "une décision conséquente pour l'économie que l'on doit prendre avec justesse".

L'outil FedWatch du CME Group fait ressortir désormais une probabilité d'environ 90% d'un nouveau statu quo monétaire le 31 juillet, à l'issue de la prochaine réunion. La probabilité d'une baisse des taux d'ici au 18 septembre atteint près de 70% (contre 60% avant l'annonce des prix à la production). Le baromètre fait ressortir une probabilité dominante (45% environ) dans la fourchette 4,75-5% pour la fin de l'année, ce qui montre que malgré les dernières informations fournies par la Fed et son 'dot plot', les marchés misent plutôt sur deux baisses de taux d'un quart de point cette année.

Enfin, vendredi, les marchés suivront les prix à l'import et à l'export, l'indice du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan, ainsi qu'une intervention d'Austan Goolsbee, qui dirige la Fed de Chicago.

Dans l'actualité des entreprises, après Oracle hier, c'est Broadcom qui se distingue ce jeudi, alors que le groupe affiche des perspectives très enthousiasmantes avec l'essor de l'IA. Apple a inscrit pour sa part un nouveau sommet historique hier, dopé également par l'intégration des outils d'IA dans ses appareils. Ce jour, Nvidia (+3%) tente une échappée vers un énième sommet proche des 130$. Microsoft et Apple sont aussi sur leurs plus hauts.

Adobe dévoilera ses derniers résultats financiers trimestriels ce soir, après la clôture de la place américaine.

Les valeurs

Apple (stable) va "payer" OpenAI pour ChatGPT via la distribution, et non pas en cash, indique Bloomberg, citant des sources. Lorsque Tim Cook, DG d'Apple, et ses principaux adjoints, ont dévoilé cette semaine un accord historique avec OpenAI pour intégrer ChatGPT dans l'iPhone, l'iPad et le Mac, ils sont restés muets sur les conditions financières, note Bloomberg. Selon des personnes informées du dossier, le partenariat ne devrait pas générer de revenus significatifs pour les deux compagnies, alors qu'Apple considère que le fait de "pousser" la marque et la technologie d'OpenAI sur ses appareils serait équivalent ou d'une plus grande valeur que des paiements en cash. Ainsi, le fabricant d'iPhone ne paie pas OpenAI pour utiliser le chatbot, mais le groupe à la pomme entend ensuite générer des revenus IA en acceptant des accords de partage des revenus selon lesquels le groupe obtiendrait une part provenant des partenaires d'IA qui monétiseraient les résultats des chatbots sur les plateformes Apple, ce qui pourrait engloutir une partie des milliards de dollars tirés de son accord pour la recherche Google, car les utilisateurs préféreraient les chatbots aux moteurs de recherche...

Tesla grimpe de 4%. Le colossal package de rémunération d'Elon Musk, ainsi que la résolution concernant l'incorporation du groupe au Texas plutôt qu'au Delaware, passeraient largement ce jour à l'occasion du vote des actionnaires. C'est du moins ce qu'affirme le premier intéressé. Le milliardaire a ainsi commenté les résultats préliminaires du vote des actionnaires, alors que l'assemblée générale se tient aujourd'hui à Austin. La proposition 3 soumise au vote des actionnaires concernait donc l'incorporation au Texas, alors qu'un juge du Delaware avait bloqué le package de Musk. La proposition 4 demandait aux actionnaires de ratifier de nouveau le plan de compensation financière record de l'homme d'affaires. Le package contesté avait été voté déjà en 2018, mais un juge du Delaware avait ensuite estimé que les investisseurs n'avaient pas été pleinement informés des détails.

Broadcom s'enflamme de 13% à Wall Street, au plus haut historique pour une capitalisation de près de 800 milliards de dollars. Le groupe a en effet relevé ses prévisions financières annuelles avec la demande en puces d'intelligence artificielle. Le groupe californien de Palo Alto table désormais sur des revenus de puces liées à l'IA de 11 milliards de dollars cette année, contre 10 milliards auparavant. Broadcom rehausse par ailleurs à 51 milliards de dollars sa guidance de revenus annuels, 1 milliard de dollars de plus que précédemment. Les prévisions de bpa ajusté annuel sont également révisées en hausse. Le groupe conçoit des puces réseau avancées qui permettent de déplacer de grandes quantités de données utilisées par des applications d'IA.

Pour le deuxième trimestre fiscal juste clos, le bénéfice ajusté par action est ressorti à 10,96$, contre 10,8$ de consensus. Les revenus ont totalisé 12,5 milliards de dollars contre 12,1 milliards de consensus de place. Les résultats ont été tirés par l'IA et VMware. Les seuls revenus des produits d'intelligence artificielle ont atteint un record de 3,1 milliards de dollars. La division semi-conducteurs a dégagé des revenus de 7,2 milliards de dollars sur ce trimestre clos début mai, contre 7,1 milliards de consensus. Enfin, le groupe californien a annoncé un fractionnement de son action à 10 contre 1, "split" qui sera effectif dès le 15 juillet et offrira donc une meilleure accessibilité aux investisseurs et petits porteurs.

Virgin Galactic, le groupe de tourisme spatial fondé par Richard Branson, décroche de 15% à Wall Street. Le groupe a annoncé un regroupement d'actions à 1 contre 20 qui prendra effet demain après la clôture des marchés. La décision du regroupement a été prise afin de faire revenir le titre au-dessus du minimum requis pour conserver une cotation sur le New York Stock Exchange.

Walt Disney (-1%) a promis d'investir jusqu'à 17 milliards de dollars dans son complexe de Floride au cours des 10 à 20 prochaines années. L'accord de 15 ans a été négocié dans le cadre d'un règlement à la suite d'un différend de plusieurs années entre le géant américain du divertissement et le gouverneur Ron DeSantis. L'entité nouvellement renommée, Central Florida Tourism Oversight District, supervise tous les services publics de la zone de villégiature de Walt Disney World et a désormais un conseil d'administration choisi par le gouverneur, précise CNN. Le New York Times a aussi indiqué que la querelle touchait donc à sa fin, le CFTOD contrôlé par le gouverneur depuis 2022, ayant approuvé à l'unanimité ce plan autorisant à Disney d'étendre Disney World. L'accord permettrait à Disney de construire un cinquième parc à thème et 15.000 chambres d'hôtel. Disney a réservé jusqu'à 17 milliards de dollars pour le projet et doit dépenser au moins 8 milliards.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du mardi 16 juillet 2024 au lundi 22 juillet 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 août 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/07/2024

Wall Street se reprend ce lundi, en attendant une nouvelle série de publications trimestrielles, et alors que Joe Biden vient de quitter la course...

Publié le 22/07/2024

Wall Street se reprend avant bourse ce lundi, en attendant une nouvelle série de publications trimestrielles, et alors que Joe Biden vient de quitter...

Publié le 22/07/2024

La Bourse de New York a fini en baisse vendredi au terme d'une séance volatile, après la pagaille déclenchée par une panne informatique mondiale qui a semé le chaos au sein de multiples…

Publié le 19/07/2024

Wall Street concède du terrain...

Publié le 19/07/2024

Wall Street perd encore un peu de terrain ce vendredi, au terme d'une semaine chahutée...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/07/2024

PMI Manufacturier & Services 🇫🇷🇩🇪🇪🇺🇺🇸 / PIB 🇺🇸 / IPC🇺🇸#Bourse #Investir #BourseDirect #CAC40 #Indicateur #Indices #PIB

Publié le 22/07/2024

Ce matin, Tokyo perd 1,21%, Shanghai 0,97% et Hong Kong prend 0,55%

Publié le 22/07/2024

Capgemini annonce l'extension de son partenariat stratégique de longue date avec SAP, pour aider les organisations à relever des défis critiques grâce...

Publié le 22/07/2024

Le Groupe PAT annonce aujourd'hui un chiffre d'affaires semestriel 2024 combiné non audité de 2,1 millions d'euros, en hausse de 149% par rapport au...

Publié le 22/07/2024

La Bourse de Paris a clôturé la semaine sur une note négative, pénalisée par les avertissements sur bénéfices, les incertitudes économiques et politiques, ainsi que par une panne géante qui a…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne