En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 967.69 PTS
-1.69 %
5 025.00
-0.50 %
SBF 120 PTS
3 976.99
-1.79 %
DAX PTS
11 274.28
-2.17 %
Dowjones PTS
25 197.75
-0.47 %
7 117.92
-0.33 %
1.147
+0.06 %

Wall Street consolide, malgré un chômage américain au plus bas de 49 ans

| Boursier | 425 | Aucun vote sur cette news

Wall Street demeure assez hésitant ce vendredi, après un rapport sur l'emploi peu lisible aux USA...

Wall Street consolide, malgré un chômage américain au plus bas de 49 ans
Credits Reuters

Wall Street demeure assez hésitant ce vendredi, après un rapport sur l'emploi peu lisible aux USA. Ainsi, les créations de postes sont ressorties décevantes au mois de septembre, mais ont été également révisées en hausse pour les deux mois antérieurs. En outre, le taux de chômage américain est tombé pour sa part à 3,7%, au plus bas de... 49 ans ! Le DJIA consolide de 0,43% désormais à 26.513 pts sur un marché prudent, tandis que le Nasdaq perd 0,56% à 7.836 pts. Le S&P500 fléchit de 0,14% à 2.897 pts.

Le chômage américain au plus bas depuis 1969

Les créations d'emplois non-agricoles aux États-Unis pour le mois de septembre 2018 sont ressorties très décevantes, au nombre de 134.000, contre un consensus de place voisin de 180.000. Le taux de chômage américain, en revanche, est ressorti en retrait à 3,7% contre 3,9% un mois auparavant, alors que le consensus de place se situait à 3,8%. Le taux de chômage américain n'a jamais été aussi bas depuis 1969 !

Le Département américain au travail explique ce jour que les gains en matière d'emploi en septembre ont concerné les services professionnels et d'entreprise, la santé ou le transport, ainsi que l'entreposage... Les créations de postes du mois de juillet 2018 ont été révisées de 147.000 à 165.000. Par ailleurs, les créations du mois d'août ont été ajustées en forte hausse à 270.000, contre 201.000 précédemment évalué.

Le taux de chômage a par conséquent tout de même diminué de 0,2 point de pourcentage, alors que le nombre de personnes sans emplois a reculé de 270.000 à 6 millions. Sur l'année, le taux de chômage et le nombre de personnes sans emplois ont régressé de respectivement 0,5 point de pourcentage et 795.000... En septembre, le taux de participation à la force de travail est resté à 62,7%, alors que le ratio emploi sur population s'est élevé à 60,4%.

Et l'inflation salariale ?

Le salaire horaire moyen, mesure désormais très suivie de l'inflation salariale, a progressé de 2,8% en glissement annuel pour le mois de septembre 2018. Sa hausse ressort à +0,3% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place, après un gain révisé à +0,3% pour le mois d'août.

Creusement du déficit commercial

Le déficit commercial américain pour le mois d'août 2018 est ressorti à 53,2 milliards de dollars, contre 53,7 Mds$ de consensus de place et 50 Mds$ pour le mois de juillet 2018.

(Très) probable hausse des taux en décembre

L'annonce ce jour d'un rapport mitigé sur l'emploi n'offre guère d'indice supplémentaire concernant les futures décisions de la Fed. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'une nouvelle hausse des taux de la Fed le 19 décembre, à l'issue de la dernière réunion monétaire de l'année, est de 81,8%. Le taux des fonds fédéraux serait alors porté dans une fourchette allant de 2,25 à 2,50%, après ce quatrième tour de vis de l'année 2018. Cette 'proba' d'une quatrième hausse des taux ne cesse d'augmenter ces derniers mois, du fait essentiellement de la solidité de l'économie américaine.

Tensions persistantes sur les taux

Le rendement du '10 ans' américain (bons du Trésor) demeure à haut niveau ce vendredi, à 3,22%, taux le plus élevé depuis 2011, la dette gouvernementale américaine demeurant 'vendue' dans cette perspective d'une remontée des taux. Le billet vert était hier au plus haut d'un mois et demi contre un panier de six devises majeures, et reprend donc son souffle ce jour. Les tensions se sont accentuées cette semaine suite à la publication de deux solides indices américains des services (Markit PMI et ISM), traduisant une vive expansion en septembre. Ces données ont corroboré les dernières indications fournies par le Président de la Fed, Jerome Powell.

Les prix du pétrole se stabilisent

Après avoir atteint cette semaine des sommets de quatre ans dans l'anticipation de l'impact sur l'offre des sanctions contre l'Iran, les prix du pétrole se sont stabilisés quelque peu. Russie et Arabie saoudite se seraient en effet entendus pour accroître progressivement leur production. En outre, le dernier rapport gouvernemental américain concernant les stocks pétroliers domestiques a fait ressortir une forte reconstitution de 8 millions de barils des stocks hors réserve stratégique. Sur le Nymex ce jour, le baril de brut WTI (contrat de novembre) prend 0,7% à 74,8$. Le Brent évolue à 84,8$ le baril (+0,2%).

Les valeurs à suivre

Tesla (-5%) est retombé de 4,4% hier en clôture à Wall Street dans un énorme volume, et perd encore plus de 5% à 267$ ce vendredi. Il faut dire qu'Elon Musk, inénarrable patron du groupe, a une fois de plus perdu son sang-froid en s'attaquant à la SEC, gendarme du marché boursier américain, et aux vendeurs à découvert, ses ennemis jurés ! Le DG de Tesla aurait pu se contenter hier soir de relayer le rapport de sécurité des véhicules du groupe pour le troisième trimestre 2018, mais c'était apparemment trop lui demander (ou pas assez). Dans une série de tweets, Elon Musk s'en est donc pris hier soir à la SEC et aux investisseurs vendant le titre Tesla à découvert. Ces attaques intervenaient moins d'une semaine après la conclusion d'un accord avec cette même autorité des marchés financiers américains, preuve que décidément, Musk ose tout.

Le patron de Tesla a qualifié l'autorité de marché de 'Shortseller Enrichment Commission', autrement dit de Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert. "Juste pour dire que la Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert fait un travail formidable. Et ce changement de nom lui va si bien", s'est amusé Musk, 47 ans, sur Twitter. Effectivement, l'acronyme est le même, mais il n'est pas certain que la Commission apprécie vraiment, surtout quelques jours après avoir accepté un arrangement plutôt favorable à Musk dans l'ensemble (même si telle ne semble pas être sa perception de la chose).

Hier, une juge fédérale américaine avait laissé à Musk et à la SEC une semaine pour argumenter et justifier leur fameux accord du 29 septembre prévoyant que Tesla et son patron payent chacun une amende de 20 millions de dollars, que Musk abandonne son fauteuil de président, que le groupe nomme des administrateurs indépendants et... qu'il contrôle mieux les interventions de son leader - en particulier sur les médias sociaux (visiblement la partie de l'accord la mieux respectée !). L'accord mettait un terme à l'enquête de la SEC pour fraude. Alison Nathan, la juge en question, qui officie au tribunal fédéral de Manhattan, a indiqué qu'il était habituel dans ce genre d'affaires que les parties lui remettent une lettre commune expliquant en quoi l'arrangement est équitable et ne nuira pas à l'intérêt général, précise l'agence Reuters. Elle attend donc une réponse au plus tard le 11 octobre.

Costco Wholesale (-3%) a publié ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 1,04 Md$ (2,36$ par action), contre 919 M$ (2,08$ par action) un an avant. Les ventes ressortent à 43,4 Mds$, contre 41,4 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,36$, pour des ventes de 44,2 Mds$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 9,5%... En outre, le groupe a prévenu d'une faiblesse matérielle de ses contrôles internes liée à des mesures 'IT' générales soutenant son processus de reporting financier. Le groupe ne semble pas envisager néanmoins, pour l'instant, de réviser ses comptes.

Nike (stable) et Electronic Arts (stable), sponsors du footballeur Cristiano Ronaldo, ont exprimé leur inquiétude suite aux accusations de viol contre la 'star' de la Juventus de Turin. Une plainte pour agression sexuelle a été déposée dans le Nevada par une femme, Kathryn Mayorga, qui l'accuse de l'avoir violée en 2009 dans un hôtel de Las Vegas. "Nous sommes profondément préoccupés par ces accusations inquiétantes et nous allons continuer de suivre de près la situation", a déclaré Nike. Sponsor de Ronaldo depuis 2003, la firme américaine a annoncé en 2016 avoir conclu avec le footballeur un contrat à vie. Un privilège réservé à seulement quelques-uns des plus grands sportifs de la planète, puisque seuls Michael Jordan et LeBron James ont un accord du même type. Selon le magazine américain, le contrat liant CR7 à la marque à la virgule pourrait s'élever à un milliard de dollars.

Snap (stable). Le directeur général du groupe, Evan Spiegel, a affirmé à ses employés, dans un message interne relayé notamment par CNBC, que la compagnie était concentrée sur l'atteinte de la rentabilité en 2019.

Gap (+1%) a annoncé qu'Amy Bohutinsky, COO de Zillow Group Inc., John Fisher, co-fondateur de Sansome Partners, et Lexi Reese, COO de Gusto, allaient rejoindre le conseil d'administration du groupe à partir du 1er novembre 2018.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Tradez sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

La haute autorité des télécoms déplore une dégradation progressive et significative de la qualité de service en matière de téléphonie fixe...

Publié le 23/10/2018

Eurobio Scientific a fait évoluer avec succès ses systèmes de management de la qualité pour continuer à justifier du marquage CE de ses produits au-delà de 2019...

Publié le 23/10/2018

'Oggy et les Cafards', le pari gagnant de Xilam. Ce succès mondial made in France compte 7 saisons et 500 épisodes...

Publié le 23/10/2018

En cumulées, sur deux semaines, les réservations de Capelli atteignent 27,3 ME...

Publié le 23/10/2018

Louis Gallois renonce au Comité Stratégique...