En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 863.02 PTS
-
5 855.00
-
SBF 120 PTS
4 627.29
-
DAX PTS
13 204.77
-
Dow Jones PTS
28 535.80
-1.57 %
8 952.18
+0. %
1.102
+0.04 %

Wall Street au sommet, accord commercial imminent ?

| Boursier | 694 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine est attendue au plus haut historique avant bourse ce vendredi

Wall Street au sommet, accord commercial imminent ?
Credits Reuters

La cote américaine est attendue au plus haut historique avant bourse ce vendredi, S&P500, Dow Jones et Nasdaq s'accordant solidairement 0,3% en pré-séance. La tendance demeure donc favorable, dans l'attente de l'accord sino-américain sur le commerce et après la franche victoire des conservateurs britanniques. La perspective d'un 'big deal' commercial entre Washington et Pékin, ainsi que la victoire de Boris Johnson aux législatives britanniques - permettant de progresser sur le Brexit -, constituent donc les deux cadeaux du jour. Les opérateurs ne s'alarment par ailleurs pas des mauvais chiffres de la consommation américaine publiés ce jour.

L'administration Trump aurait donc accepté de suspendre certains 'tarifs' douaniers frappant des produits importés de Chine et d'en réduire d'autres. Pékin se serait pour sa part engagé à renforcer ses achats de produits agricoles américains l'an prochain. Bloomberg, citant des personnes familières de la question, relate notamment cette validation par le président Trump d'un accord commercial partiel 'de phase 1', que certains n'attendaient plus pour cette année. Cela éviterait donc l'entrée en vigueur jusqu'alors attendue dimanche de droits de douane supplémentaires sur près de 160 milliards de dollars d'importations venant de Chine. Les termes de l'accord auraient été acceptés, mais le texte légal n'aurait pas encore été finalisé selon Bloomberg. Le Wall Street Journal avait auparavant indiqué que les négociateurs américains avaient offert d'annuler les tarifs douaniers de décembre et de réduire les taxes douanières existantes sur environ 360 milliards de dollars d'autres importations de produits chinois jusqu'à 50% - tout en demandant à Pékin un engagement ferme sur les achats agricoles. La Chine a souligné pour sa part sa volonté de mettre un terme au conflit commercial avec les Etats-Unis.

Les investisseurs sont également soulagés de l'issue de l'élection britannique, qui voit Boris Johnson remporter haut la main son pari électoral puisque les conservateurs disposeront de la majorité absolue à la Chambre des communes, ce qui devrait lui permettre de sortir le pays de l'Union européenne le 31 janvier. Il y aura bien un Brexit avant le 31 janvier et vraisemblablement selon le premier accord avec l'UE, les marchés le savent et s'en satisfont. "Finissons-en avec le Brexit, mais d'abord mes amis, allons préparer le petit-déjeuner", a lancé Johnson ce matin, pragmatique.

La Bourse de New York a progressé jeudi, le S&P 500 et le Nasdaq terminant sur de nouveaux records. A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,79% à 28.132 points, tout près de son record du 27 novembre (28.164 pts), tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,86% à 3.168 pts, un nouveau record. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a progressé de 0,73% à 8.717 pts, terminant lui aussi sur un nouveau sommet historique.

Les ventes de détail aux États-Unis pour le mois de novembre 2019 sont ressorties en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus et +0,4% pour la lecture révisée du mois antérieur. Les ventes de détail hors automobile ont progressé de 0,1% par rapport au mois d'octobre, contre +0,4% de consensus et +0,3% pour la lecture ajustée du mois d'octobre. Enfin, hors automobile et essence, la consommation américaine est au point mort, les ventes de détail ressortant stables alors que le consensus était de +0,4% par rapport au mois précédent.

Les prix à l'import et à l'export aux USA pour le mois de novembre 2019 ont également été publiés ce jour. Les prix à l'import se sont appréciés de 0,2% par rapport au mois antérieur, en ligne avec les attentes de marché. Les prix à l'export ont grimpé de 0,2%, contre +0,1% de consensus. En glissement annuel, par rapport au mois de novembre 2018, les prix à l'import et à l'export ont solidairement décliné de 1,3%.

Les valeurs

Oracle perd du terrain en pré-séance à Wall Street ce vendredi, au lendemain de l'annonce des comptes trimestriels. Le géant américain des logiciels d'entreprise a dévoilé ainsi des comptes mitigés pour le second trimestre fiscal clos fin novembre 2019. Les revenus se sont appréciés de 1% à 9,61 milliards de dollars, contre un consensus de 9,65 Mds$. L'activité a également augmenté de 1% en glissement annuel et à changes constants. Le groupe envisageait une croissance de 0-2% en données consolidées et 1-3% à devises constantes. Le bénéfice ajusté trimestriel s'est établi à 90 cents, alors que le consensus était de 88 cents et la guidance de 87-89 cents.

Safra Catz, la dirigeante du groupe californien, estime qu'Oracle a affiché un solide trimestre de plus sur les activités Fusion et NetSuite. "Cette croissance rapide constante dans le segment ERP désormais multimilliardaire de nos activités d'applications cloud a permis à Oracle de délivrer un taux de croissance à deux chiffres du bénéfice par action en glissement annuel. Je suis pleinement confiante que nous ferons de même cette année".

Adobe gagne du terrain avant bourse à Wall Street, vers ses sommets historiques. Le groupe software californien a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal 2019 un bénéfice de 852 millions de dollars soit 1,76$ par titre, pour des ventes de 2,99 milliards de dollars en augmentation de 21% en glissement annuel. Hors éléments non récurrents, le bénéfice ajusté par action a représenté 2,29$, contre 2,26$ de consensus. Les ventes étaient attendues à 2,97 milliards. L'expansion du groupe aux produits Photoshop, InDesign, Acrobat et Flash demeure donc solide, sur les 20% en glissement annuel, tandis que les profits dépassent les attentes de marché.

Broadcom, le géant américain des produits semi-conducteurs, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal 2019 un bénéfice net de 818 millions de dollars soit 2,06$ par titre, contre 1,12 milliard de dollars et 2,71$ par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 5,39$, en phase avec le consensus de place. Les revenus ont grimpé à 5,78 milliards de dollars, contre 5,44 milliards un an auparavant et 5,77 milliards de consensus. Pour l'exercice 2020, le fabricant de 'puces' table sur des revenus totaux allant de 24,5 milliards à 25,5 milliards de dollars. Le consensus était de 23,9 milliards de dollars. Pour l'ensemble de l'exercice 2019 juste clos, les revenus étaient de 22,6 milliards de dollars, contre 20,85 Mds$ un an avant.

Facebook a perdu jeudi 2,7% à 197$ à la clôture de Wall Street, après la publication d'un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social. Selon des sources citées par le quotidien américain, l'Agence fédérale de régulation du commerce (FTC) pourrait interdire à Facebook de renforcer l'interopérabilité entre ses différents services, dont les réseaux Facebook et Instagram, et les messageries Messenger et WhatsApp. Les différentes plateformes de Facebook revendiquent plus de 2,5 milliards d'utilisateurs dans le monde.

La FTC étudie la façon dont Facebook optimise ses produits en reliant ses applications entre elles ou en autorisant des rivaux à accéder aux informations de ses utilisateurs. Si la FTC décidait d'agir, elle pourrait demander à Facebook de limiter l'interopérabilité entre ses différents services, jugeant cette pratique anti-concurrentielle. Cela pourrait ouvrir la voie à une injonction interdisant à Facebook d'intégrer ses applis et mener à terme à un démantèlement du géant d'internet, affirme le journal.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/01/2020

L'objectif de marge d'Ebitda 2021 de 20% est maintenu...

Publié le 27/01/2020

Groupe JAJ est prudent pour l'exercice...

Publié le 27/01/2020

Le chiffre d'affaires consolidé du 4e trimestre 2019 se monte à 56,5 millions d'euros, assorti d'une croissance organique de +18,1%...

Publié le 27/01/2020

Les deux résolutions soumises au vote des créanciers ont été adoptées...

Publié le 27/01/2020

La technologie de diffusion vidéo de bout en bout d'Anevia est choisie pour la nouvelle plateforme de télévision OTT espagnole...