En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 696.90 PTS
-0.09 %
5 691.50
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 489.32
-0.14 %
DAX PTS
12 670.11
+0.32 %
Dowjones PTS
27 001.98
-0.08 %
7 920.21
-0.29 %
1.107
+0.02 %

Wall Street : au rebond malgré les tensions commerciales

| Boursier | 357 | 5 par 1 internautes

La Bourse de New York regagnait mardi la moitié du terrain perdu la veille. Malgré les tensions commerciales, Donald Trump a réaffirmé sa confiance en la conclusion d'un accord avec la Chine.

Wall Street : au rebond malgré les tensions commerciales

La Bourse américaine rebondit mardi, après avoir subi la veille sa pire journée depuis janvier. Malgré l'échec des négociations commerciales la semaine passée entre les Etats-Unis et la Chine, et la montée des barrières douanières des deux côtés du Pacifique, les marchés veulent croire en la conclusion d'un accord in fine... Lundi soir, Donald Trump a ainsi confirmé qu'il rencontrerait son homologue chinois Xi Jinping fin juin lors du sommet du G20 à Osaka, toute en continuant d'arroser la Chine de critiques via le réseau social Twitter.

Environ deux heures avant la clôture, l'indice Dow Jones regagnait 1,37% à 25.668 points (après -2,38% lundi), tandis que l'indice large S&P 500 reprenait 1,34% à 2.849 pts (après -2,4%) et que le Nasdaq composite rebondissait de 1,49% à 7.768 pts (-3,4% lundi). Le Nasdaq avait signé lundi sa pire séance de 2019, tandis que pour le DJIA et le S&P 500, il s'agissait de la pire journée depuis celle du 3 janvier dernier.

Mardi, les marchés asiatiques sont restés dans le rouge (-0,6% pour le Nikkei à Tokyo et pour le CSI 300 à Shanghai) tandis qu'en Europe, l'EuroStoxx 50 a regagné 1,3% et qu'à Paris,le CAC 40 a rebondi de 1,5%.

Sur le marché des changes, le yen et le franc suisse refluaient face au dollar, après avoir servi de valeurs refuge face aux turbulences ces derniers jours. L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) gagnait 0,19% à 97,50 points, tandis que l'euro cédait 0,1% à 1,1212$. Le dollar regagnait notamment 0,3% face au yen et au franc suisse.

Sur les marchés obligataires, les titres étaient un peu moins recherchés mardi, faisant remonter un peu les taux d'intérêts. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, regagnait ainsi 2 points de base à 2,42% après une chute de 7 pdb lundi... En Allemagne, le rendement du Bund à 10 ans est resté stable, ancré en terrain négatif à -0,07%. Les opérateurs sont nombreux à penser que des deux côtés de l'Atlantique, les banques centrales devront accentuer leurs mesures de soutien aux marchés financiers dans les mois à venir.

Le pétrole remonte après des incidents dans le Golfe et en Arabie saoudite

Les cours du pétrole sont repartis à la hausse mardi, réagissant à une série d'incidents dans le Golfe persique depuis le week-end dernier, sur fond de tensions diplomatiques croissantes entre les Etats-Unis et l'Iran. Le contrat à terme de juin sur le brut léger américain WTI regagnait mardi 1,41%, à 61,90$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance juillet reprenait 1,67% à 71,40$.

Mardi, des drones armés ont ciblé deux stations de pompage de pétrole près de Riyad, en Arabie saoudite, causant des dégâts peu importants. L'attaque a été revendiquée par les rebelles houthis du Yémen, ethnie chiite alliée de l'Iran. Ces incidents interviennent alors que le week-end dernier, des actes de sabotages ont été perpétrés par des inconnus contre 4 navires dans le Golfe, dont 2 pétroliers saoudiens...

Des responsables américains citées lundi par le 'Wall Street Journal' estimaient lundi que, l'Iran était probablement à l'origine des attaques contre ces navires, bien qu'aucune preuve tangible n'ait encore été apportée.

Etats-Unis-Chine : les marchés veulent croire en une sortie de l'impasse

Sur le front commercial, Donald Trump a donc confirmé lundi soir qu'il s'entretiendrait avec le président chinois Xi Jinping en marge du sommet du G20 fin juin au Japon. Dans le même temps, le président américain ne cesse de railler la Chine via son compte Twitter, tout en laissant entendre qu'il estime toujours possible la conclusion d'un accord commercial.

La semaine dernière, les négociateurs des deux géants économiques mondiaux se sont séparés sur une impasse, les Américains accusant Pékin d'être revenu sur ses engagements, notamment en refusant de légiférer pour mettre en oeuvre les engagements pris. Pékin de son côté juge ces accusations infondées et selon la presse, reproche à Washington d'avoir fait capoter les discussions en refusant de s'engager à lever les barrières douanières si l'accord était signé par la Chine...

Même si les marchés veulent croire à un accord, ils restent nerveux dans un contexte où les taxes d'importation ne cessent de monter, menaçant la croissance économique mondiale. Les Etats-Unis ont relevé vendredi soir de 10% à 25% les droits de douane sur 200 milliards de marchandises chinoises importées aux Etats-Unis. Donald Trump a aussi lancé la procédure en vue de taxer à 25% la totalité des biens chinois importés, soit environ 325 Mds$ supplémentaires en assurant qu'il se satisferait de cette situation.

De son côté, Pékin a répliqué en annonçant lundi la hausse, à partir du 1er juin, des taxes sur environ 60 milliards de dollars de produits américains importés, dont le coton, les machines-outils, les céréales et les pièces détachées aéronautiques. Plus de 5.000 produits sont concernés et seront taxés pour la plupart à 25% contre 10% depuis septembre 2018.

Les prix US à l'importation restent sages malgré les barrières douanières

Pour l'instant, la hausse des droits de douane ne semble pas se traduire par une hausse des prix à l'importation aux Etats-Unis. Les chiffres d'avril publiés mardi montrent que les prix à l'import ont augmenté de 0,2% sur un mois - contre un consensus +0,7% - et qu'en glissement annuel, ils ont diminué de 0,2%. Les prix à l'export ont eux aussi augmenté de +0,2%, contre +0,5% de consensus et sur un an, ils se sont appréciés de 0,3%.

Le président de la Réserve fédérale de New York, John Williams, qui s'exprimait mardi lors d'une conférence à Zurich, en Suisse, a estimé que les nouveaux droits de douane appliqués par Donald Trump devraient entraîner une hausse de l'inflation et pourraient peser sur la croissance économique.

Les taxes d'importation déjà mises en oeuvre ont fait légèrement augmenter les prix et ont ralenti la croissance, et "à mesure que les taxes d'importation augmentent, leurs effets seront plus importants, gonflant l'inflation et ayant probablement des effets négatifs sur la croissance", a ajouté M. Williams.

Face à ces craintes sur la croissance, les marchés estiment que la probabilité d'une baisse des taux de la Banque centrale américaine cette année est de plus en plus élevée.

VALEURS A SUIVRE

Apple reprend 1,87% ce mardi, après avoir chuté hier de près de 6%. Les investisseurs ont été pris à revers par une décision de la Cour suprême des Etats-Unis, qui a autorisé des consommateurs à poursuivre le groupe californien pour abus de sa position dominante sur l'App Store... Cette décision est susceptible d'avoir des conséquences économiques importantes pour tous les géants des nouvelles technologies.

Le taïwanais Foxconn, principal sous-traitant d'Apple en Asie, a annoncé quant à lui ce mardi un recul plus important que prévu de son bénéfice du premier trimestre, victime d'une moindre demande des principaux clients (dont évidemment Apple). Le bénéfice net du groupe a régressé de 18% à 19,8 milliards de dollars de Taïwan, contre un consensus de 24,8 milliards.

Les autres grandes valeurs "technos", qui avaient bu la tasse lundi, se sont aussi redressées, dont Amazon (+1,1%), Microsoft (+1,6%), Nvidia (+2,6%) et Tesla (+3%) tandis qu'Alphabet restait hésitant (-0,4%) ... Chez les industriels, Boeing regagnait 2,15% mardi en séance et Caterpillar montait de 2,2%.

Facebook (stable). WhatsApp, filiale du réseau social, a demandé à ses utilisateurs de mettre à jour rapidement l'application de messagerie du fait d'une faille qui pourrait permettre l'installation d'un logiciel espion sur le téléphone portable. Rappelons que l'application est utilisée chaque mois par 1,5 milliard de personnes dans le monde.

Ralph Lauren (-4,2%) a publié pour son quatrième trimestre fiscal des comptes supérieurs aux attentes, mais les difficultés du groupe en Amérique du Nord semblent inquiéter. Le groupe a réalisé un bénéfice dilué par action de 39 cents (1,07$ sur une base ajustée), contre 50 cents (90 cents sur une base ajustée) un an avant. Sur l'ensemble de l'exercice, le bpa dilué a représenté 5,27$ et le bpa ajusté 7,19$. Les revenus de l'exercice 2019 ont augmenté de 2% à 6,3 milliards de dollars (+3% à devises constantes), ce qui dépasse la guidance du groupe.

Take-Two Interactive (+5,3%). Pour le quatrième trimestre fiscal, l'éditeur de jeux vidéo a dépassé les attentes de bénéfices mais raté le consensus de revenus. Les prévisions de ventes du trimestre entamé sont mitigées, face à la rude concurrence des 'battle royale' Fortnite ou Apex Legends. Sur le trimestre clos fin mars, les revenus ajustés ont totalisé 488 M$ contre un consensus de 506 M$, alors que le bpa ajusté a représenté 78 cents, 3 cents de mieux que prévu. Les revenus du 1er trimestre sont attendus entre 310 et 360 M$, contre 418 M$ de consensus.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2019

Les concours bancaires utilisés par le Groupe dans les comptes consolidés s'élèvent au 30 septembre 2019 à 4,76 ME...

Publié le 16/10/2019

La Française de l'Energie confirme ses objectifs pour l'horizon 2021...

Publié le 16/10/2019

Le produit de cette émission obligataire d'Altarea Cogedim sera utilisé pour le refinancement de dettes sécurisées et pour les besoins de financement généraux..

Publié le 16/10/2019

Gaussin est lauréat dans le cadre du concours organisé par l'Autorité des Transports routiers (RTA) de Dubaï,..

Publié le 16/10/2019

Gaïa Rating publie annuellement le Gaïa Index, l'indice Développement Durable de référence pour les entreprises de valeur moyenne...