Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 902.99 PTS
-
5 892.50
+1.94 %
SBF 120 PTS
4 658.86
-
DAX PTS
14 380.91
+3.31 %
Dow Jones PTS
31 802.44
+0.97 %
12 299.08
-2.92 %
1.184
-0.03 %

Wall Street au rebond, la spéculation se déplace sur l'argent

| Boursier | 809 | Aucun vote sur cette news

Après avoir vécu sa pire semaine depuis la fin octobre, la Bourse de New York est repartie de l'avant lundi au cours d'une séance moins volatile.

Wall Street au rebond, la spéculation se déplace sur l'argent

Après avoir vécu sa pire semaine depuis la fin octobre, la Bourse de New York est repartie de l'avant lundi au cours d'une séance moins volatile, marquée par un reflux de la vague de spéculation observée la semaine dernière sur GameStop et d'autres petites valeurs ciblées par les fonds vendeurs à découvert. La spéculation s'est déplacée sur les matières premières, faisant bondir l'argent de près de 10%. Cette semaine sera à nouveau chargée en résultats de sociétés, avec environ 110 membres du S&P 500 au rendez-vous, dont Alphabet et Amazon. Les derniers chiffres d'activité manufacturière aux Etats-Unis font preuve d'une bonne résistance en janvier, malgré l'épidémie de coronavirus, qui semble ralentir depuis une semaine aux Etats-Unis.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones reprend 0,76% à 30.209 points (après -2% vendredi), alors que l'indice large S&P 500 regagne 1,58% à 3.772 pts (-1,9% vendredi), et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, rebondit de 2,45% à 13.392 pts (-2% vendredi).

La semaine dernière, les trois indices avaient perdu respectivement 3,2%, 3,3% et 3,5%. Le mois de janvier, qui avait commencé en fanfare dans l'espoir de vaincre le Covid-19 grâce à la vaccination, s'est terminé sur un recul de 2% pour le DJIA, de 1,1% pour le S&P 500 et de 1,7% pour le Nasdaq.

La spéculation retombe sur GameStop, les courtiers bloquent les transactions

Lundi, les titres qui avaient fait l'objet d'une frénésie spéculative corrigent pour la plupart. Le titre de GameStop, qui avait flambé de 400% la semaine passée, reperd 24%, tandis qu'AMC Entertainement (+277% la semaine dernière) gagne encore 6%. Koss (+1.816% la semaine passée) rechute de 42%...

Ces titres, cibles de fonds vendeurs à découvert, ont été massivement achetés directement ou via des options par des petits porteurs, qui se sont organisés via les réseaux sociaux boursiers, notamment le forum WallStreetBets ("WSB") sur Reddit. Les day traders ont ainsi fait s'envoler les cours, ce qui a forcé les hedge funds à racheter leurs positions vendeuses au prix de lourdes pertes. Pour compenser ces pertes et répondre à des appels de marges, les fonds ont aussi été amenés à vendre des titres d'entreprises de premier plan, comme Apple ou d'autres grandes "technos", ce qui a entraîné la baisse des marchés la semaine dernière, et fait craindre un effet de contagion plus sérieux.

En fin de semaine, les brokers en ligne, dont le courtier sur mobile Robinhood, privilégié par les petits porteurs actifs, ont bloqué les transactions sur certaines valeurs, provoquant la colère des investisseurs particuliers. Robinhood a ainsi interdit les transactions sur 50 valeurs la semaine dernière, et continue de les restreindre ce lundi sur 8 valeurs, dont GameStop et AMC, ainsi que BlackBerry, Express Inc., Genius Brands, Koss, Naked Brand Group et Nokia.

Après les actions, les petits porteurs spéculent sur l'argent

Lundi, les petits porteurs ont reporté leurs paris haussiers sur le cours de l'argent. Sur le marché à terme Comex, le contrat à terme de mars sur le métal argenté a gagné jusqu'à 13% en séance lundi dépassant les 30$ l'once, avant de finir à 29,42$ (+9,3%). Les appels à acheter de l'argent papier se sont multipliés sur 'WSB' suggérant que l'objectif était de "squeezer" des grandes banques d'affaires ayant parié à la baisse sur ce métal.

Quoi qu'il en soit, les cours des actions des mines d'argent ont aussi été catapultés à travers le monde lundi : +22% pour Coeur Mining et +10% pour Pan American Silver à Wall Street, +5,5% pour Wheaton Precious Metals et +24% pour First Majestic Silver à Toronto ou encore +9% pour Fresnillo à Londres, +4% pour South32 et +49% pour Silver Mines à Sydney.

L'or a aussi progressé lundi, dans une moindre mesure, le contrat à terme d'échéance avril sur le métal jaune gagnant 0,7% à 1.863,90$ l'once.

La pandémie reflue aux Etats-Unis, mais le variant anglais inquiète

Sur le front de la pandémie, les investisseurs aimeraient voir des avancées concrètes dans le processus d'adoption du plan de soutien de 1.900 milliards de dollars du président Biden. Le projet rencontre des résistances au Sénat et devra être retravaillé afin de pouvoir être accepté par les deux partis. Selon la chaîne 'CNBC', un groupe de sénateurs républicains a fait une proposition limitée à 600 milliards de dollars, ce week-end dans une lettre adressée à Joe Biden.

La situation sanitaire semble se calmer depuis une semaine aux Etats-Unis, mais les experts redoutent que les cas de Covid ne repartent à la hausse en raison de la propagation du variant britannique, plus contagieux, qui n'est pas encore très répandu outre-Atlantique. Plusieurs Etats, dont la Californie, ont commencé à lever progressivement leurs mesures de restriction.

Sur la semaine passée, le nombre de nouveaux cas de Covid-10 s'est élevé à 148.460 par jour, en baisse de 32% par rapport à la moyenne des deux semaines précédentes, selon les données publiées par le 'New York Times'. Le nombre de patients hospitalisés a aussi diminué, à 95.013 dimanche, au plus bas depuis le 29 novembre. Le nombre de décès par jour recule lui aussi, maisle bilan continue de grimper, dépassant désormais 441.000 morts aux Etats-Unis pour 26,2 millions de cas avérés.

Dans le même temps, la campagne de vaccination monte en puissance aux Etats-Unis malgré des problèmes de distribution que l'administration Biden tente de résoudre. Depuis ce week-end, une tempête de neige dans le nord-est a forcé les autorités à interrompre la campagne, notamment dans la région de New York.

L'activité a résisté en janvier aux USA, 50.000 créations d'emplois attendues

Le regain de la pandémie de Covid-19 a pesé sur l'activité manufacturière en janvier. Ainsi, en Chine, l'indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit a reculé à 51,5 contre 53,0 en décembre, et 52,7 de consensus. L'activité a ralenti sous l'effet du recul des nouvelles commandes à l'exportation provoqué par le regain du coronavirus. Dans la zone euro, l'indice PMI final calculé par IHS Markit, a fléchi à 54,8 en janvier (contre une estimation flash de 54,7) après 55,2 en décembre 2020, traduisant aussi ralentissement de l'expansion du secteur.

En revanche, aux Etats-Unis, l'indice PMI manufacturier américain final a accéléré à 59,2 en janvier contre 57,1 en décembre. Très supérieur à 50, l'indicateur traduit donc toujours une solide expansion de l'activité manufacturière nationale en janvier. De son côté, l'indice ISM manufacturier est ressorti un peu plus mitigé à 58,7, contre 60,7 en décembre et 60 de consensus. Il reste néanmoins à haut niveau. Mercredi, les investisseurs suivront le PMI composite final américain et l'ISM final des services en janvier.

Par ailleurs, les dépenses de construction sont restées dynamiques en décembre aux Etats-Unis, avec un bond de 1% par rapport à novembre, contre +0,8% de consensus et après +1,1% en novembre.

La "stat" la plus attendue outre-Atlantique cette semaine est sans conteste le rapport sur l'emploi en janvier, prévu vendredi. Le consensus table sur 50.000 créations de postes le mois dernier, après 140.000 destructions en décembre, et sur un taux de chômage stable à 6,7%.

Le rapport sur l'emploi sera précédé mercredi du rapport du cabinet ADP sur l'emploi dans le secteur privé en janvier, et jeudi, des chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage, ainsi que de l'étude Challenger sur l'emploi.

Jeudi, les chiffres de la productivité et les commandes industrielles retiendront l'attention, puis vendredi la balance du commerce international des biens et services.

Encore 110 sociétés du S&P 500 publient leurs comptes cette semaine

Cette semaine sera encore très chargée en résultats d'entreprises américaines avec environ 110 publications attendues au sein du S&P 500. A la date du 29 janvier, 37% des membres du S&P 500 ont publié leurs comptes du trimestre achevé fin décembre. 82% d'entre elles ont fait mieux que prévu en termes de bénéfices et 76% ont dépassé les attentes pour les ventes.

A ce jour, le consensus du cabinet FactSet projette pour l'ensemble du S&P 500 un recul des bénéfices de 2,3% sur un an, en nette amélioration par rapport aux -9,3% anticipés fin décembre... L'analyste en chef de FactSet, John Butters, n'exclut pas qu'à la fin de saison des résultats, les bénéfices aient finalement retrouvé la progression, après 3 trimestres consécutifs de baisse.

Malgré les bonnes surprises du côté des bénéfices jusqu'à présent, la valorisation du marché d'actions américain reste très supérieure à sa moyenne historique, avec un rapport cours sur bénéfices (PER) de 21,8 fois les bénéfices attendus sur les 12 prochains mois, contre une moyenne d'environ 14 fois.

VALEURS A SUIVRE

Demain mardi, Alphabet (après bourse), Alibaba (pré-séance) et Amazon (après bourse) seront de la partie, avec notamment Electronic Arts, Amgen, Chubb, ExxonMobil, Marathon Petroleum, Eaton, McKesson, Sysco, Waters, Sanmina, Harley-Davidson, Marvell, Sirius XM, HCA, Pfizer, ManpowerGroup, United Parcels Services (UPS).

Mercredi, Abbvie, Allstate, Adtran, Biogen, Cognizant, KLA Corp, Madison Square Garden, Coty, eBay, Humana, Qualcomm, Spotify ou IAC/Interactivecorp, publieront leurs derniers chiffres trimestriels. Jeudi, Activision Blizzard, Air Products, Amerisourcebergen, Bristol-Myers, Baxter International, Yum! Brands, Merck & Co, Ford Motor, Hershey, Clorox, Meredith, International Paper, New York Times, News Corp, Motorola Solutions, Pinterest, Tapestry, Plantronics, Snap Inc, GoPro, Prudential Financial ou Quest Diagnostics, annonceront leurs résultats. Vendredi, la journée sera plus calme, avec tout de même les comptes de Lazard, Regeneron, Johnson Outdoors, Illinois Tool Works, Estée Lauder et Cardinal Health.

Thermo Fisher Scientific (+1,9%), le fabricant américain d'équipements de laboratoire, gagne du terrain avant bourse à Wall Street, alors que le groupe a publié un chiffre d'affaires et un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes, grâce notamment aux ventes de produits liés au Covid-19. Sur le trimestre, le bpa ajusté est ressorti ainsi à 7,09$, contre 6,86$ de consensus et 3,55$ un an plus tôt. Les revenus ont totalisé 10,55 milliards de dollars sur le trimestre clos en décembre, contre 10,3 milliards de consensus et 6,83 milliards un an avant. Le bénéfice net a plus que doublé à 2,5 milliards de dollars et 6,24$ par titre. Le bpa ajusté a doublé. Sur l'exercice, les revenus se sont envolés de 26% à 32,2 milliards, pour un bpa ajusté en croissance de 58% à 19,55$.

Otis Worldwide (-0,3%). Le fabricant d'ascenseurs et d'escaliers mécaniques a annoncé pour son quatrième trimestre des résultats meilleurs que prévu. Le bénéfice net est ainsi ressorti à 251 millions de dollars soit 58 cents par action, contre 218 millions et 50 cents par titre un an plus tôt. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action est ressorti à 66 cents, contre 47 cents un an avant et 59 cents de consensus FactSet. Les revenus se sont appréciés de plus de 4% en glissement annuel à 3,49 milliards de dollars, contre 3,36 milliards de consensus. Pour l'exercice 2021, et après ce retour à la croissance, le groupe envisage un bpa ajusté allant de 2,67 à 2,77$, pour des revenus logés entre 13,3 et 13,6 milliards de dollars. Le consensus était de 2,62$ de bpa et 13,2 milliards de facturations.

ExxonMobil (+0,1%) et Chevron (+1,2%), les deux colosses pétroliers américains, ont tenu des discussions préliminaires en vue d'un potentiel rapprochement l'année dernière, rapporte le Wall Street Journal. Les deux compagnies ont toutefois indiqué que ces négociations n'avaient été qu'une tentative, et qu'aucun échange n'était actuellement en cours.

Pfizer (stable) et son partenaire allemand BioNTech (-1,1%) devraient livrer à l'Union européenne 75 millions de doses supplémentaires de leur vaccin contre le Covid-19 sur le deuxième trimestre, a indiqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Les doses supplémentaires s'inscrivent dans le cadre du contrat annoncé le 8 janvier, selon lequel l'UE pourrait s'accorder près de la moitié de la production vaccinale de Pfizer / BioNTech cette année. L'Américain entend produire jusqu'à 2 milliards de doses cette année au lieu des 1,3 milliard initialement attendus. Pfizer a précisé que 500 millions de doses allaient être disponibles pour l'UE d'ici la fin de l'année, avec une option d'achat pour 100 millions de doses de plus.

AstraZeneca (-0,7%) va livrer sur le premier trimestre neuf millions de doses de plus que prévu à l'Union européenne. Ainsi, le laboratoire britannique entend livrer 30% de doses de plus de son vaccin contre le covid conçu avec l'Université d'Oxford, pour un total de 40 millions de doses. C'est ce qu'a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Les livraisons débuteront une semaine plus tôt que prévu et le groupe étendra sa capacité de production du vaccin en Europe, a assuré la présidente de la CE sur Twitter.

Tesla (+5%). Pendant qu'Elon Musk défend le Bitcoin et s'attaque aux vendeurs à découvert sur Twitter, le titre Tesla est orienté en vive hausse. Il profite ce lundi à Wall Street d'une recommandation très optimiste de Piper Sandler, qui vient de doper son objectif de cours à 1.200$ ! Un tel objectif ferait ressortir une capitalisation boursière de plus de... 1.000 milliards de dollars.

Microsoft (+4%) pense que son moteur de recherche Bing pourrait se substituer à Google en Australie, si le groupe de Mountain View mettait à exécution sa menace de bloquer son activité dans le pays en opposition à un projet local visant à contraindre les géants du numérique à rémunérer les médias. C'est ce que croit savoir le Premier ministre australien, Scott Morrison.

Virgin Galactic (+20%). La société de tourisme spatial de l'homme d'affaires Richard Branson a annoncé viser un tir d'essai à partir du 13 février.

Tilray (+3,6%), producteur canadien de cannabis coté à Wall Street, a obtenu la première autorisation de commercialisation de produits à base de cannabis pour des usages médicaux au Portugal.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/03/2021

Aramis Group, filiale de Stellantis spécialisée dans la vente en ligne de voitures d'occasion, a annoncé lundi envisager une introduction en Bourse à Paris cette année.

Publié le 08/03/2021

Eurazeo Patrimoine, pôle du groupe Eurazeo spécialisé dans l'immobilier et dans les sociétés détenant et exploitant leurs actifs physiques, annonce la...

Publié le 08/03/2021

Compte tenu des circonstances économiques très graves qui touchent l'ensemble du football français :- à la suite de l'arrêt par l'Etat et/ou la LFP...

Publié le 08/03/2021

Compte tenu des circonstances économiques très graves qui touchent l'ensemble du football français :- à la suite de l'arrêt par l'Etat et/ou la LFP...

Publié le 08/03/2021

Le micro-miroir de STM assure un balayage laser continu sur l'ensemble du champ de vision. Il est intégré dans la caméra Intel RealSense LiDAR1 L515...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne