En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 101.85 PTS
+0.85 %
5 097.00
+0.76 %
SBF 120 PTS
4 078.82
+0.75 %
DAX PTS
11 472.22
+1.30 %
Dowjones PTS
25 442.38
+0.22 %
6 910.46
+1.19 %
1.128
+0.57 %

Wall Street : Apple plombe le Nasdaq, midterms et Fed inquiètent

| Boursier | 203 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine s'affiche en ordre dispersé, avant une semaine riche en actualité

Wall Street : Apple plombe le Nasdaq, midterms et Fed inquiètent
Credits Reuters

La cote américaine s'affiche désormais en ordre dispersé ce lundi. Le DJIA prend 0,51% à 25.399 pts, alors que le S&P500 grappille 0,06% à 2.725 pts. Le Nasdaq, plombé une fois encore par Apple, cède en revanche près de 1% à 7.286 pts. La prudence prévaut, avant les élections américaines de mi-mandat qui se tiendront demain mardi, et la réunion monétaire de la Fed programmée mercredi et jeudi. L'aversion au risque domine malgré les espoirs ténus d'accord commercial avec la Chine.

Sur le marché des changes, le dollar s'affiche en retrait de 0,2% contre un panier de devises. Sur le Nymex, le baril de brut (contrat de décembre) remonte de 0,9% à 63,7$, tandis que le Brent avance de 1,1% à 73,7$...

Les 'midterms' préoccupent

Les élections américaines de mi-mandat constitueront l'un des rendez-vous majeurs de la semaine. Les sondages les plus récents montrent que le parti Démocrate pourrait remporter le contrôle de la Chambre américaine des représentants, alors que les Républicains l'emporteraient au Sénat - conservant ainsi leur majorité. La réaction du marché, quant à elle, est pour l'heure difficilement prévisible, même si Trump martèle qu'un succès des Démocrates serait très mauvais pour les actions...

Sur le réseau social Twitter, Donald Trump balaye d'un revers de main les sondages défavorables aux Républicains ce jour. "Sortez & VOTEZ. Rappelez-vous, nous avons peut-être désormais la plus grande Économie 'EMPLOI) de l'histoire de notre Pays!

Jerome Powell attendu de pied ferme

La Fed devrait maintenir ses taux inchangés jeudi soir, entre 2% et 2,25% sur les fonds fédéraux, à l'issue de son avant-dernière réunion de l'année 2018. La probabilité d'un tel statu quo serait de 93%, selon l'outil FedWatch du CME Group. La Fed procèderait en revanche, le 19 décembre, à sa quatrième hausse des taux de l'année, ce qui porterait le taux des fed funds entre 2,25% et 2,50% (probabilité de 72,1% d'après FedWatch)... Ce durcissement monétaire de la Banque centrale américaine est désormais ouvertement et régulièrement critiqué par Trump, qui s'inquiète de son impact sur l'expansion économique et l'emploi aux USA.

Des espoirs sur le front commercial

Le Président chinois Xi Jinping a joué la carte de l'apaisement ce lundi, pour l'ouverture de la China International Import Expo (CIIE) à Shanghai - qui se tient du 5 au 10 novembre et réunit des milliers d'entreprises et d'investisseurs. Ainsi, Xi s'est engagé à baisser les droits de douane chinois sur les importations, afin d'améliorer l'accès à son marché. Le dirigeant chinois déclare ainsi vouloir "ouvrir son marché au monde". Le Président chinois entend également ouvrir les marchés de l'éducation de la culture ou des télécommunications, selon ses déclarations du jour. Il assure vouloir garantir la protection des intérêts des sociétés étrangères en matière notamment de propriété intellectuelle. Ainsi, Xi a évoqué l'avènement d'un environnement commercial mondial, sans détailler précisément de mesures concrètes.

Trump et Xi sous surveillance

Les derniers commentaires du leader chinois n'ont pas réellement convaincu les observateurs, en plein conflit commercial ouvert avec les Etats-Unis. Des négociations sont encore prévues ce mois entre les deux puissances économiques, avant une rencontre très attendue entre Donald Trump et Xi Jinping en marge du sommet du G20 en Argentine, les 30 novembre et 1er décembre... Depuis le début du conflit commercial, les Etats-Unis de Trump ont déjà infligé des taxes supplémentaires à 250 Mds$ de produits chinois importés. Pékin a répliqué par des taxes additionnelles frappant au total environ 110 milliards de dollars d'imports américains.

Le Président américain avait assuré jeudi, sur le réseau social Twitter, avoir eu une "longue et très bonne conversation" avec le Président chinois Xi Jinping à propos de nombreux sujets, et surtout du commerce. "Ces discussions avancent bien, des réunions étant prévues au G-20 en Argentine. J'ai également eu une bonne discussion sur la Corée du Nord!", avait affirmé Trump, alors que les marchés craignaient un durcissement du conflit et de potentielles taxes douanières supplémentaires s'appliquant aux importations de produits chinois. Des sources de Bloomberg indiquaient même, en début de semaine dernière, que Trump était susceptible d'infliger prochainement des taxes additionnelles à la totalité des importations provenant de Chine (plus de 500 Mds$ de produits).

La presse chinoise a confirmé la semaine dernière ces échanges téléphoniques entre Trump et Xi, qui constitueraient leur première conversation depuis plusieurs mois, et pourrait donc montrer une volonté d'apaisement. Le Président chinois a affirmé pour sa part souhaiter le développement de relations solides et saines entre les deux premières puissances économiques de la planète. "Les négociateurs des deux pays devraient renforcer leurs contacts et mener des consultations sur des sujets d'inquiétude pour les deux camps. Ils doivent promouvoir un plan que les deux parties peuvent accepter", avait indiqué Xi sur la chaîne CCTV.

Solides indicateurs des services

L'expansion de l'activité dans les services aux États-Unis s'est confirmée en octobre. Ainsi, l'indice Markit PMI final des services américains pour le mois d'octobre 2018 s'est établi à 54,8, contre un consensus de place de 54,7 et un niveau de 54,7 également pour la lecture antérieure.

L'indice ISM des services (dit 'non-manufacturier') pour le mois d'octobre 2018, également publié ce jour, est ressorti pour sa part à 60,3, contre un consensus de place de 59,1 et un niveau de 61,6 pour le mois précédent. L'ISM traduit donc un léger ralentissement de l'activité dans les services, qui demeure tout de même à haut niveau en comparaison des données historiques.

Enfin, ces deux indicateurs des services dépassent toujours largement la barre des 50, ce qui signale donc une expansion.

Après Apple, les publications trimestrielles se poursuivent

La saison des trimestriels n'est pas encore terminée outre-Atlantique, après la 'déception Apple' qui avait quelque peu miné Wall Street en fin de semaine dernière. Il reste en effet une belle semaine de résultats, avec plus de 70 membres de l'indice S&P500...

CNA Financial (+11%) a annoncé pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice net de 336 M$ et 1,23$ par titre, ainsi qu'un profit ajusté de 317 M$ et un bpa ajusté de 1,17$.

Diamond Offshore (-1%) a dévoilé sur la même période une perte nette de 51 M$ soit 37 cents par titre, ainsi qu'une perte ajustée par action de 26 cents, moins lourde que prévu. Le groupe, actif dans le forage pétrolier et gazier, a réalisé des revenus trimestriels de 286 M$.

Loews (+4%) a affiché sur le troisième trimestre un bénéfice net de 278 M$, 88 cents par titre, pour des revenus de 3,61 Mds$.

Sysco (-10%) trébuche. Le groupe alimentaire américain a raté le consensus pour le premier trimestre fiscal. Sysco a affiché sur la période un bénéfice de 431 M$, 81 cents par titre, contre 368 M$ un an avant. Le bpa ajusté par action s'est élevé à 91 cents, mais le consensus était de 92 cents. Les revenus ont totalisé 15,2 Mds$, contre 14,7 Mds$ un an plus tôt et 15,4 Mds$ de consensus.

SeaWorld (-3%) a annoncé des profits trimestriels et des revenus supérieurs aux attentes. Le bénéfice net s'est établi à 96 M$, 1,11$ par titre, contre 55 M$ un an avant. Le consensus était de 1,09$ de bpa. Les revenus totaux se sont appréciés de 10% à 483 M$, alors que le consensus était de 475 M$.

Lowe's (-1%), le numéro deux américain de l'ameublement, va fermer 20 magasins aux US et 31 au Canada, dans le cadre des dernières initiatives stratégiques. Le groupe estime que l'impact des fermetures de magasins 'sous-performants' en 2018 représentera 28 à 34 cents de bénéfice par action.

Berkshire Hathaway (+5%), la firme de Warren Buffett, a largement dépassé les attentes sur le trimestre clos, doublant son bénéfice opérationnel du troisième trimestre, grâce notamment à de solides résultats dans les assurances, ainsi qu'à une baisse de l'imposition. Le bénéfice opérationnel a atteint 6,9 Mds$, contre 3,4 Mds$ un an avant et 6,1 Mds$ de consensus.

Apple (-4%) souffre encore à Wall Street ce jour, après une chute de 6,6% vendredi. La capitalisation boursière du groupe de Cupertino est retombée cette fois assez nettement sous les 1.000 milliards de dollars, les opérateurs sanctionnant des ventes d'iPhones et une guidance quelque peu décevantes. La prudence domine encore ce jour, alors que le groupe à la pomme aurait annulé des hausses de production concernant l'iPhone XR, si l'on en croit le journal japonais 'Nikkei'. Apple aurait ainsi informé les sous-traitants Foxconn et Pegatron qu'ils allaient devoir renoncer à une augmentation du nombre de lignes de production dédiées à l'iPhone XR, le moins cher des trois nouveaux modèles d'iPhone vendus.

Amazon (-3%) abandonne son prix minimum d'achat pour une livraison gratuite durant la période des fêtes, a fait savoir le colosse américain du e-commerce. Le minimum d'achat pour les clients non abonnés au service Prime est en principe de 25$ aux USA. La promotion restera en vigueur jusqu'à la fin des livraisons de Noël.

Ferrari (-1%) fléchit à Wall Street, après des résultats trimestriels quelque peu décevants. Pénalisé par des effets de changes adverses et un mix-produit défavorable, le constructeur de voitures de luxe a réalisé, au troisième trimestre, un Ebitda ajusté de 278 ME (+4,7%) pour des revenus de 838 ME, en hausse de 0,3% (+2,2% à change constant). Le bénéfice net est ressorti à 287 ME, contre 140 ME un an plus tôt. Ferrari, qui a écoulé 2.262 véhicules sur la période (+10,6%), a confirmé ses objectifs 2018, à savoir des revenus supérieurs à 3,4 MdsE, un Ebitda ajusté d'au moins 1,1 MdE et la livraison d'au moins 9.000 voitures.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2018

      13 novembre 2018     Orange : Information relative au nombre total d'actions et de droits de vote prévue par l'article L. 233-8 II du Code de…

Publié le 13/11/2018

GTT a reçu une notification de commande du chantier coréen Hyundai Heavy Industries (HHI), portant sur la conception des cuves d'un nouveau méthanier d'une capacité de 174 000 m3, pour le compte…

Publié le 13/11/2018

GTT réalisera le design des cuves de cette unité

Publié le 13/11/2018

Seb annonce l'acquisition de 750g International, éditeur de sites et services culinaires en Allemagne, Espagne, Italie, Portugal, Brésil, USA et...