Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 650.91 PTS
+0.19 %
6 654.00
+0.38 %
SBF 120 PTS
5 212.26
+0.2 %
DAX PTS
15 573.88
+0.27 %
Dow Jones PTS
34 869.37
+0.21 %
15 204.82
-0.81 %
1.169
-0.01 %

Wall Street apeuré face à la perspective du 'tapering'

| Boursier | 1194 | 3 par 1 internautes

Wall Street poursuit sa correction avant bourse ce jeudi, le DJIA perdant 0,9% et le S&P 500 0,7%...

Wall Street apeuré face à la perspective du 'tapering'
Credits Reuters

Wall Street poursuit sa correction avant bourse ce jeudi, le DJIA perdant 0,9% et le S&P 500 0,7%. Le Nasdaq abandonne 0,6%. Le baril de brut WTI retombe de 3% à 63,3$, alors que l'once d'or se redresse de 0,3% à 1.789$. L'indice dollar avance de 0,2% face à un panier de devises de référence. Le Bitcoin fléchit de 1,2% sur 24 heures à 44.528$.

Alors que les places boursières mondiales souffrent, 'pricant' enfin en partie le futur allègement du soutien monétaire de la Fed attendu en fin d'année ou au début de l'année prochaine, quelques statistiques sont à suivre ce jeudi outre-Atlantique. Les opérateurs prennent connaissance d'une baisse plus forte que prévu des inscriptions au chômage aux Etats-Unis pour la semaine passée, au plus bas depuis mars 2020. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 14 août, que les inscriptions au chômage ont atteint un niveau de 348.000, en repli de 29.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 364.000.

La moyenne à quatre semaines s'établit à 377.750, en baisse de 19.000, également au plus bas depuis mars 2020. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 7 août atteint 2,82 millions, en recul de 79.000 sur sept jours (2,8 millions de consensus).

L'indice manufacturier régional de la Fed de Philadelphie pour le mois d'août est ressorti à 19,4, contre 25 de consensus et 21,9 un mois avant. Cet indicateur traduit donc un ralentissement de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région considérée.

Hier soir, la bourse américaine a donc terminé en forte baisse (-1,08% sur le DJIA et -0,89% sur le Nasdaq), plombée surtout par la crainte d'un resserrement monétaire de la Fed par le biais du 'tapering' - réduction des achats d'actifs obligataires actuellement logés à 120 milliards de dollars mensuels. Les Minutes de la Fed dévoilées hier soir n'ont pourtant pas révélé de grande surprise. Elles confirment les récentes interventions des différents responsables de la banque centrale américaine. La majeure partie des membres du FOMC ont estimé que l'économie américaine allait poursuivre sa reprise et que les objectifs de la Fed pourraient par conséquent être atteints dès cette année. Le compte rendu de la réunion des 27-28 juillet montre donc que la banque centrale US pourrait entamer dès la fin de l'année son tapering, sous réserve de développements favorables à court terme sur le marché de l'emploi... Les investisseurs attendent désormais fébrilement le symposium de Jackson Hole, dans le Wyoming, qui se tient du 26 au 28 août, et fournira peut-être quelques indications supplémentaires sur le timing du 'tapering'. La prochaine réunion monétaire de la Fed est quant à elle programmée les 21 et 22 septembre.

Ailleurs dans le monde ce jeudi, l'actualité économique est relativement réduite. L'excédent commercial suisse a dépassé les attentes à CHF 5,25 milliards en juillet. La balance européenne des comptes courants est ressortie positive de 21,8 milliards d'euros, contre 12 milliards de consensus.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street, Cisco, Nvidia, Robinhood, Victoria's Secret et Bath & Body Works publiaient hier soir après bourse. Applied Materials, BJ's Wholesale, Kohl's, Madison Square Garden, Estee Lauder, Tapestry, Ross Stores et Macy's, annoncent ce jeudi.

Les valeurs

Cisco. Le leader des équipements de réseaux a révélé des résultats globalement conformes aux attentes. La guidance 2022 ressort mitigée, les résultats étant attendus sous pression du fait de coûts accrus et des difficultés concernant la supply chain. Pour l'exercice clos en juillet prochain, Cisco envisage un bénéfice ajusté par action allant de 3,38 à 3,45$ - contre 3,41$ de consensus. Le groupe californien de San Jose estime que ses revenus de l'exercice devraient augmenter de 5 à 7%, alors que le consensus était de 5%.

Malgré des commandes record, le groupe de Chuck Robbins demeure prudent, victime de la hausse des coûts et de la pénurie de semi-conducteurs. Sur le trimestre entamé, les ventes sont attendues en progression de 7,5 à 9,5%, alors que le bpa ajusté est anticipé entre 79 et 81 cents... Pour le trimestre clos, quatrième trimestre fiscal de l'exercice 2021, Cisco a réalisé des revenus en hausse de 8% en glissement annuel à 13,1 milliards de dollars, alors que son bénéfice ajusté par action a dépassé d'un petit cent le consensus de marché, à 84 cents.

Nvidia, le géant américain des processeurs graphiques, a annoncé des profits supérieurs aux attentes et une progression de 68% de son activité en glissement annuel. Les ventes sur les segments gaming et data center ont soutenu les comptes. Le bénéfice ajusté par action a été de 1,04$, supérieur au consensus, contre 55 cents un an plus tôt. Les revenus ont totalisé 6,51 milliards de dollars, contre 3,87 milliards un an auparavant. Le consensus de revenus est battu de près de 3%. Les 'puces' d'AI du groupe, utilisées notamment pour la reconnaissance d'image et la conduite autonome, ont connu une demande particulièrement forte. Nvidia table, pour le trimestre entamé, sur des revenus de 6,8 milliards de dollars, plus ou moins 2%, à comparer à un consensus de 6,53 milliards.

Le groupe indique par ailleurs que les discussions avec les régulateurs concernant l'acquisition du Britannique Arm Ltd pour 40 milliards de dollars prennent plus longtemps que prévu, ce qui pourrait peser sur les cours ce jour. Nvidia s'était engagé sur une finalisation du deal en mars prochain. Quoi qu'il en soit, le management de l'Américain reste confiant dans la finalisation de la transaction.

Goldman Sachs se renforce en Europe. La banque d'affaires va racheter la branche de gestion d'actifs de NN Group contre un chèque de 1,7 milliard d'euros. En vertu de l'accord, NN Group et Goldman Sachs Asset Management concluront un partenariat de 10 ans dans le cadre duquel la société combinée continuera à fournir des services de gestion d'actifs à la société néerlandaise. "Après la clôture de cette transaction, NN Group s'attend à disposer d'un capital excédentaire qui sera disponible pour des retours supplémentaires aux actionnaires au fil du temps, à moins qu'il ne soit utilisé pour des opportunités de création de valeur", souligne NN Group. La clôture de l'opération, soumise aux conditions habituelles, devrait avoir lieu d'ici le premier trimestre de 2022.

CME Group (Chicago Mercantile Exchange), un des deux principaux marchés à terme américains, a démenti hier la rumeur selon laquelle il aurait approché son concurrent CBOE Global Markets en vue d'une offre d'acquisition de 16 milliards de dollars. Citant ses sources proches des discussions, le Financial Times avait précédemment rapporté que CME aurait proposé 0,75 de ses propres actions pour chaque titre CBOE, soit une offre voisine de 150$ pièce. CME a donc démenti ces rumeurs de négociations avec CBOE.

Robinhood met les nerfs des actionnaires à rude épreuve. Après une IPO pricée à 38$ fin juillet à Wall Street, le titre avait initialement plongé, avant de brusquement s'enflammer début août, porté par les traders sociaux et la prise de participation du fonds Ark Innovation de Cathie Wood. Hier soir, le titre 'HOOD' avait grimpé encore de 6,7% juste avant les résultats. Après bourse, suite à la publication, il retombait brutalement de plus de 9% !

Il faut dire qu'après un second trimestre fiscal dopé par l'activité frénétique des petits investisseurs et les cryptomonnaies, Robinhood se montre assez prudent concernant l'activité du troisième trimestre. Les revenus du courtier ont plus que doublé au second trimestre, mais l'application a affiché dans le même temps une perte massive de 502 millions de dollars avec un 'deal' de financement d'urgence. La perte par action a été de 2,16$. Les recettes ont totalisé 565 millions de dollars, pour cette première publication depuis l'IPO. Pour le second trimestre 2020, Robinhood avait affiché un bénéfice de 58 millions de dollars et des revenus de 244 millions. Plus de 14 millions d'utilisateurs de l'application, soit 63% des clients actifs, ont 'tradé' des actifs digitaux durant le trimestre écoulé.

Victoria's Secret trébuchait hier soir de 9% après bourse à Wall Street. Le groupe a pourtant publié pour son second trimestre fiscal clos fin juillet un bénéfice net de 151 millions de dollars et 1,71$ par titre, contre un déficit de 199 millions de dollars un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel a atteint 203 millions de dollars, contre une perte de 243 millions sur la période correspondante, l'an dernier. Les revenus ont été de 1,614 milliard de dollars, contre 1,07 milliard au second trimestre 2020. L'an dernier, les ventes avaient été plombées par les fermetures de magasins au coeur de l'épidémie. Les ventes à comparable ont augmenté de 5% en comparaison du second trimestre 2019, ce qui signifie que le groupe a largement retrouvé ses niveaux d'activité pré-pandémiques.

Bath & Body Works grimpait en revanche de 6% hier après bourse à Wall Street. Pour sa première publication depuis la scission de Victoria's Secret, la chaîne américaine de produits de beauté et d'articles dédiés à la maison a révélé des ventes de 3,32 milliards de dollars, contre 2,32 milliards un an avant. En comparaison du second trimestre 2019 cette fois, la croissance atteint 54%. Le bénéfice net par action a été de 1,34$, niveau record, contre une perte de 18 cents par action un an avant. Le bénéfice opérationnel a représenté 599 M$, contre 44 M$ un an plus tôt. Le bénéfice net s'est établi à 374 M$, contre 50 M$ de pertes un an avant. La compagnie anticipe pour son troisième trimestre un bénéfice par action allant de 55 à 60 cents, excluant les coûts de scission de Victoria's Secret, contre un bpa ajusté de 83 cents en 2020 et 20 cents en 2019... Les chiffres de Bath & Body Works pour le second trimestre comprennent ceux de Victoria's Secret.

Kohl's, la chaîne américaine de distribution, a publié pour son second trimestre fiscal des ventes et profits supérieurs aux attentes et à sa propre guidance. Les ventes trimestrielles ont flambé de 31,4% à 4,45 milliards de dollars, alors que le bénéfice dilué par action est ressorti au niveau record de 2,48$, contre une perte sur la période correspondante de l'an dernier. Le consensus était de 1,16$ de bpa ajusté et 3,99 milliards de recettes. Kohl's rehausse par ailleurs ses prévisions de bénéfices 2021 entre 5,80 et 6,10$ par action. Le groupe a terminé le trimestre avec 2,6 milliards de dollars de cash et racheté pourtant pour 255 millions de dollars de titres sur la période.

Macy's, la chaîne américaine de grands magasins, a rehaussé ses prévisions financières ce jeudi. Le groupe ambitionne désormais des revenus allant de 23,55 à 23,95 milliards de dollars, contre une fourchette antérieure allant de 21,73 à 22,23 milliards. Le groupe annonce par ailleurs un nouveau programme de rachat d'actions. Sur le trimestre clos, le bénéfice net a représenté 345 millions de dollars et 1,08$ par titre, contre une perte de 431 millions de dollars un an avant. Le bpa ajusté a été de 1,29$, contre... 23 cents de consensus FactSet. Les ventes ont représenté 5,65 milliards de dollars, contre 3,56 milliards sur la période comparable, l'an dernier, et 5,01 milliards de consensus.

BJ's Wholesale, le détaillant américain sur un concept de club-entrepôt réservé aux membres, a annoncé pour le trimestre clos des comptes supérieurs aux attentes. Le bénéfice net a été de 111 millions de dollars et 80 cents par titre, contre 107 millions de dollars et 76 cents par action sur la période comparable de l'an dernier. Le bénéfice ajusté par action a été de 82 cents, contre 77 cents un an avant et 65 cents de consensus. Les revenus ont totalisé quant à eux 4,18 milliards de dollars, en progression de 5,6%, contre 3,82 milliards de consensus de marché. La croissance à comparable a été de 4% en glissement annuel.

Tapestry, la maison-mère de Coach, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal 2021 un bénéfice net proche de 200 millions de dollars, 69 cents par titre, contre une perte de 294 millions de dollars un an auparavant. Le bénéfice ajusté trimestriel par action a été de 74 cents, contre 70 cents de consensus FactSet. Les ventes ont totalisé 1,61 milliard de dollars, contre 715 millions de dollars un an plus tôt et 1,55 milliard de consensus FactSet. Les ventes digitales se sont appréciées de 35%. Les ventes en Chine ont grimpé de 60%.

Estée Lauder ne réagit pas avant bourse à Wall Street, alors que le groupe vient pourtant de dévoiler des comptes solides. Le géant new-yorkais des cosmétiques ne profite donc pas de ses belles annonces, alors que le secteur corrige face à la menace d'un ralentissement chinois, et que le président Xi Jinping a proposé un plan de 'prospérité commune' comprenant la régulation et la redistribution des revenus.

Sur le trimestre clos, Estée Lauder a affiché des revenus en très forte croissance de 62% à 3,94 milliards de dollars, contre 3,75 Mds$ de consensus. Les ventes de la division maquillage se sont envolées de 76%. Sur l'exercice 2021 juste clos, les revenus ont ainsi grimpé de 13%, alors que le bpa dilué s'est établi à 7,79$. Le bpa ajusté a augmenté de 54% sur l'exercice. Les ventes annuelles sont ainsi de 16,22 milliards de dollars, tandis que le bénéfice net grimpe à 2,87 milliards, plus de quatre fois celui de l'exercice antérieur. Sur l'exercice 2022, le groupe envisage désormais une croissance des ventes allant de 13% à 16%, contre 14% de consensus. Le bénéfice ajusté par action sur l'exercice est anticipé entre 7,23 et 7,38$, contre 7,14$ de consensus.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/09/2021

A compter du 1er janvier 2022, Pascal Bantegnie est nommé Directeur Financier Groupe et membre du Comex de Safran, également en charge des fusions &...

Publié le 27/09/2021

La stratégie "Ancrage 2023" poursuit son développement et les comptes 2021 du Groupe Bernard Loiseau permettront d'en mesurer les premiers effets...

Publié le 27/09/2021

L'ANR d'ADC SIIC ressort à 0,3634 euro...

Publié le 27/09/2021

Colas a réduit les moyens affectés au contrat de liquidité de 650 kE...

Publié le 27/09/2021

Cette obligation verte financera le portefeuille énergétique existant du groupe, actuellement composé de projets de gaz de mine et de projets solaires dans le Nord de la France et en Wallonie...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne