Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 430.19 PTS
+1.3 %
6 458.50
+1.93 %
SBF 120 PTS
4 997.00
+1.29 %
DAX PTS
14 185.94
+1.59 %
Dow Jones PTS
32 654.59
+1.34 %
12 564.10
+2.62 %
1.055
+1.1 %

Wall Street à la peine, la croissance chinoise inquiète

| Boursier | 412 | Aucun vote sur cette news

La pandémie de coronavirus est revenue hanter les marchés financiers lundi, la politique "zéro Covid" de la Chine menaçant de plomber la croissance chinoise et mondiale.

Wall Street à la peine, la croissance chinoise inquiète
Credits Reuters

La pandémie de coronavirus est revenue hanter les marchés financiers lundi, la politique "zéro Covid" de la Chine menaçant de plomber la croissance chinoise, avec des répercussions sur la croissance mondiale. L'aversion au risque a entraîné lundi un plongeon des cours du pétrole, et une ruée vers les obligations d'Etat, faisant rechuter les rendements, malgré les perspectives de durcissement de la politique monétaire de la Fed. Les investisseurs ont malgré tout salué la probable acceptation par Twitter (+5,3%) de l'offre d'Elon Musk.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones cède 0,55% à 33.624 points, après sa chute de 2,82% vendredi, sa pire séance depuis octobre 2020. L'indice large S&P 500 lâche 0,81% à 4.237 pts, après -2,77% vendredi, tandis que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, lutte près de l'équilibre (-0,04%) à 12.834 pts, après sa perte de 2,55% vendredi. Témoignant de la nervosité des investisseurs, l'indice VIX de la volatilité (surnommé "l'indice de la peur") grimpe encore de 7,5% pour remonter au-dessus de 30 points, après un bond d'environ 27% vendredi.

La semaine dernière, le Dow Jones avait perdu 1,86%, le S&P 500 avait chuté de 2,75% et le Nasdaq avait perdu 3,8% face au durcissement de ton de la Fed, qui s'apprête sans doute à relever ses taux d'un demi-point début mai pour juguler l'inflation.

Plus tôt dans la journée, les craintes de nouveaux confinements anti-Covid en Chine ont pesé sur les Bourses mondiales. L'indice Euro Stoxx 50 a perdu 2,15%, le DAX 30 a lâché 1,54% à Francfort, et à Paris, le CAC 40 a cédé 2%. En Asie, le Nikkei a reculé de 1,9% à Tokyo, et le Shanghai composite a plongé de 5,1%.

Avalanche de résultats attendue cette semaine, dont les Gafa

Les marchés se préparent à vivre une semaine particulièrement chargée en résultats d'entreprises, avec non moins de 180 sociétés du S&P500 qui dévoileront leurs résultats du premier trimestre. Parmi elles figurent les géants d'internet Microsoft, Alphabet, Meta Platforms, Apple et Amazon, qui seront particulièrement suivis après la déception Netflix. Jusqu'à présent, un cinquième des entreprises du S&P 500 ont publié leurs comptes pour les 3 premiers mois de l'année avec un bilan globalement positif puisque 79% ont fait mieux que prévu, selon les dernières données de FactSet. L'ampleur de la surprise haussière est toutefois inférieure à la moyenne quinquennale : 8,1%, comparativement à 8,9%.

Sur le front du coronavirus, après Shanghai, confiné depuis plus d'un mois, la recrudescence de cas de Covid-19 à Pékin fait craindre un confinement de la capitale de la 2e économie mondiale, où les ménages se sont rués dans les magasins d'alimentation pour faire des réserves. Le bilan des décès du Covid-19 s'est alourdi dimanche à 87 morts à Shanghai, toujours confinée, tandis que la capitale chinoise Pékin a signalé une hausse des cas et a appelé à "agir sans attendre".

Le pétrole et l'or en berne, détente sur les rendements obligataires

Face aux craintes de ralentissement de la demande chinoise, les cours du pétrole abandonnent environ 5% ce lundi. Le baril de brut léger américain WTI (contrat à terme de juin) cède en séance 5,3% à 96,64$ sur le Nymex, tandis que le Brent de la mer du Nord a lâché 5,5% à 100,71$ pour le contrat de juin. Les cours du brut avaient déjà abandonné environ 4% la semaine dernière, tiraillés entre des facteurs contradictoires.

L'or n'a pas profité de l'aversion au risque, le contrat à terme de juin terminant lundi en baisse de 2% à 1.896,00$ l'once sur le Comex.

Après les fortes tensions de la semaine passée, les rendements des emprunts d'Etat américains se sont nettement détendus lundi. Le taux du T-Bond à 10 ans est revenu à 2,8% contre 2,90% vendredi soir, au plus haut depuis novembre 2018. Le rendement du T-Bond à 2 ans, qui réagit davantage à la politique monétaire, est retombé à 2,58% contre 2,70% vendredi soir (-12 pb). En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans, référence de la zone euro, a rechuté de 14 pb à 0,83% contre 0,97% vendredi. Malgré leur repli du jour, ces taux ont flambé depuis le début de l'année, qu'ils avaient commencée respectivement à 1,5% pour le "10 ans" US, à 0,72% pour le "2 ans" et à -0,18% pour le "10 ans " allemand.

Des taux directeurs à plus de 2% aux Etats-Unis dès cet été ?

Du côté des devises, l'indice du dollar poursuit son "rally" lundi, gagnant 0,5% pour s'élever à 101,73 points face à un panier de devises de référence, des niveaux inconnus depuis mars 2020 et avant cela, avant début 2003 ! L'euro recule de 0,73% à 1,0715$. Le billet vert a profité de la hausse des rendements obligataires aux Etats-Unis, qui rend les placements en dollars plus rémunérateurs que d'autres investissements, tels que l'or, mais aussi les actions, dans le contexte actuel d'aversion au risque.

Sur le front monétaire, les derniers propos offensifs du président de la Fed, Jerome Powell, semblent avoir particulièrement marqué l'esprit des investisseurs. Le dirigeant a indiqué la semaine dernière qu'une hausse des taux directeurs d'un demi-point est "sur la table" pour la réunion de mai, et a laissé entendre que d'autres hausses de même ampleur pourraient suivre rapidement afin de juguler l'inflation. Les marchés à terme attribuent désormais à 97,6% la probabilité d'une hausse d'un demi-point du taux des "fed funds" en mai, puis à 85% un tour de vis majeur de trois quarts de point en juin, suivi d'une nouvelle hausse d'un demi-point en juillet, ce qui porterait le taux à 2,00%-2,25% dès la fin juillet, selon l'outil FedWatch de CME Group.

VALEURS A SUIVRE

* Twitter (+5,3%) pourrait réussir son pari. Quelque peu dubitatif après l'annonce initiale d'Elon Musk qui souhaite racheter le réseau social et le sortir de la cote, le marché pourrait bien finir par croire en l'offensive du patron de Tesla et SpaceX. Comme révélé par la presse américaine, l'homme le plus riche du monde a rencontré plusieurs dirigeants de Twitter dimanche après avoir séduit de nombreux actionnaires de l'oiseau bleu en dévoilant les détails financiers de son offre de 43 milliards de dollars.

Selon le 'Wall Street Journal', un accord pourrait être finalisé dès cette semaine, et selon des sources citées par Reuters, Twitter est sur le point d'accepter l'offre et une annonce serait imminente... Depuis que le milliardaire a lancé son offre, l'action Twitter a grimpé de plus de 10% (dont +5,6% en séance ce lundi), mais il se négocie toujours environ 5% en dessous du prix offert, signe qu'un certain scepticisme persiste encore quant au potentiel succès d'Elon Musk.

Le milliardaire américain d'origine sud-africaine, qui possède une participation de 9,1% dans Twitter, a annoncé son projet d'acquisition le 14 avril, en expliquant que le réseau social devait être retiré de la Bourse pour pouvoir relancer sa croissance et devenir une plate-forme dédiée à la liberté d'expression. Le prix proposé est de 54,2$ par action, soit un montant total de plus de 43 milliards de dollars.

* Coca-Cola (+0,08%) a dévoilé des résultats supérieurs aux attentes du marché au premier trimestre. Sur la période, le géant américain des soft drinks enregistre un bpa de 64 cents contre 58 cents de consensus pour des revenus en hausse de 16% à 10,5 milliards de dollars. La croissance organique ressort à 18% en base ajustée contre un consensus de place de 9,5%. La marge opérationnelle atteint 32,5% contre 30,2% un an plus tôt. La compagnie estime que la suspension de ses activités en Russie aura un impact de 1 à 2% sur ses revenus et son résultat opérationnel 2022 et de 0,04$ sur son bpa ajusté. Elle table sur une croissance organique ajustée de 7 à 8% sur l'exercice et sur une hausse de 8 à 10% de son bpa non-GAAP.

* KKR (stable). Le groupe de capital-investissement a levé 19 milliards de dollars auprès d'investisseurs pour son nouveau fonds dédié au marché nord-américain, le plus important de son histoire.

* Exxon Mobil chute de 5%. Les valeurs pétrolières reculent dans le sillage des cours du brut, affectés par les inquiétudes pour la demande mondiale en raison des restrictions sanitaires prolongées en Chine et de la perspective d'une remontée prochaine des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

* Blackstone (-1,7%) se renforce encore dans l'immobilier. Le fonds d'investissement américain a accepté de débourser 7,6 milliards de dollars pour racheter PS Business Parks. Les affiliés de Blackstone Real Estate offrent 187,50$ par action en espèces pour reprendre la société californienne, soit une prime d'environ 12% par rapport au cours de clôture de PSB vendredi. "Nous sommes ravis d'ajouter le parc d'activités, les bureaux et les actifs industriels de PS Business Parks à notre portefeuille et nous sommes impatients de tirer parti de notre expertise pour fournir le meilleur service et la meilleure expérience possible aux clients de PSB", a déclaré David Levine, co-responsable des acquisitions pour les Amériques chez Blackstone Immobilier. La transaction devrait être conclue au troisième trimestre. L'accord comprend néanmoins une période de " go-shop " qui expirera dans 30 jours, au cours de laquelle PSB pourra activement solliciter et examiner des propositions d'acquisition alternatives.

* Boeing (-1,7%). L'Allemagne va commander 60 exemplaires de l'hélicoptère de transport CH-47F Chinook pour environ cinq milliards d'euros, a rapporté dimanche 'Bild am Sonntag', en citant des sources gouvernementales.

* Apple (-1%). JPMorgan s'attend à ce que le chiffre d'affaires total et celui tiré de l'iPhone sur l'ensemble de l'exercice en cours soient "légèrement" inférieurs au consensus. Par ailleurs Foxconn, l'un des principaux sous-traitants du groupe, a suspendu l'activité de l'un de ses sites de production en Chine en raison des restrictions sanitaires.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2022

CODE OFFRE : INVESTIR22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : INVESTIR22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/05/2022

Du changement au capital et à la gouvernance de Ucar...

Publié le 17/05/2022

Cette cession d'actions permet à Daniel Julien de faire face à la charge fiscale déclenchée par l'acquisition définitive des actions de performance attribuées...

Publié le 17/05/2022

Ce festival se déroule à Hambourg avec plus de 500 exposants, 700 conférenciers, et 23 'masterclass'...

Publié le 17/05/2022

Face à l'incompréhension de certains actionnaires qui considèrent que cette attribution n'est pas conforme aux principes qui doivent s'appliquer à la rémunération des mandataires sociaux...

Publié le 17/05/2022

Après le succès de la commercialisation des premiers fonds Eurazeo ouverts aux particuliers, Eurazeo lance le fonds European Real Estate II ELTIF,...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne