En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
-
4 892.0
-
SBF 120 PTS
3 901.62
-
DAX PTS
10 929.43
+1.38 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.89 %
1.137
-0.01 %

Pré-ouverture Wall Street : Tesla craque complètement

| Boursier | 297 | Aucun vote sur cette news

Wall Street devrait terminer prudemment la semaine, le S&P500 et le Nasdaq étant attendus en retrait d'environ 0,3%...

Pré-ouverture Wall Street : Tesla craque complètement
Credits Reuters

Wall Street devrait terminer prudemment la semaine, le S&P500 et le Nasdaq étant attendus en retrait d'environ 0,3%. La cote américaine devrait donc légitimement consolider après les sommets historiques. Il faut dire que le contexte n'a rien de réellement enthousiasmant, puisque la Fed poursuit le durcissement de sa politique monétaire, alors que dans le même temps, les conflits commerciaux divers impliquant les États-Unis de Trump risquent de faire dérailler la belle croissance américaine...

Sur le marché des changes ce jour, l'euro se tasse de 0,5% à 1,1582$. Sur le Nymex américain, le baril de brut WTI (contrat de novembre) se stabilise à 72$, contre un baril de Brent à 81,8$ (+0,6%). Les prix restent sur des niveaux très élevés, les opérateurs anticipant un resserrement de l'offre compte tenu notamment des sanctions contre l'Iran.

La Fed durcit un peu le ton

La Réserve fédérale américaine a relevé avant-hier ses taux directeurs pour la 3ème fois cette année, pour les porter entre 2% et 2,25%. Son président Jerome Powell, a souligné que la croissance et le marché de l'emploi étaient "forts" aux États-Unis, l'inflation demeurant quant à elle proche de l'objectif de 2%. Les marchés s'attendent à une dernière hausse des taux d'un quart de point cette année, le 19 décembre 2018, ce qui porterait le taux des fonds fédéraux entre 2,25 et 2,50% (probabilité de plus de 78% selon l'outil FedWatch du CME Group).

Revenus et dépenses des ménages en croissance, inflation contenue

D'après le rapport gouvernemental dévoilé ce vendredi aux États-Unis, les revenus personnels des ménages pour le mois d'août 2018 sont ressortis en progression de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre 0,4% de consensus de place. Les dépenses personnelles de consommation sont également ressorties en augmentation de 0,3% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus.

L'indice de prix 'core PCE' du mois d'août, très suivi par la Fed, n'a affiché strictement aucune évolution en comparaison du mois antérieur, contre +0,1% de consensus. Il progresse de 2% en glissement annuel, par rapport au mois d'août 2017. Il s'agit donc d'un indicateur assez rassurant concernant l'inflation américaine, qui reste surveillée en cette période de durcissement monétaire 'progressif'.

L'indice manufacturier PMI de Chicago du mois de septembre 2018 sera annoncé à 15h45 (consensus 62,3 - niveau historiquement toujours très élevé).

L'indice - final - du sentiment des consommateurs américains pour le mois de septembre, mesuré par l'Université du Michigan, sera communiqué à 16h (consensus 100,8).

Carnage boursier attendu pour Tesla, Musk attaqué par la SEC

Tesla devrait connaître une séance particulièrement douloureuse à Wall Street ce vendredi, au lendemain de l'annonce des poursuites de la Securities & Exchange Commission américaine, qui accuse donc Elon Musk de fraude et veut l'empêcher d'exercer en tant que dirigeant ou administrateur d'une société cotée. L'affaire est en lien direct avec le fameux tweet du 7 août d'Elon Musk directeur général de Tesla, qui avait alors surpris en fin de séance - pendant les horaires de cotation -, en dévoilant un supposé projet de sortie de la cote de son groupe à 420$ par action.

La SEC accuse le CEO de Tesla d'avoir fraudé et trompé les investisseurs en tweetant à propos de cette sortie de la bourse. Elle juge que Musk a affirmé de manière erronée qu'il pouvait sortir Tesla de la cote à un prix reflétant une prime substantielle sur les cours alors cotés. L'affirmation du patron de Tesla concernant le financement garanti du 'deal' potentiel était également fausse, juge la SEC. De même, Musk ne pouvait assurer que la seule contingence était le vote des actionnaires, précise le gendarme de marché. Le procès vise à obtenir une injonction afin que Musk rétrocède les gains indus éventuels, paye des amendes et soit interdit de gestion en tant que dirigeant ou administrateur d'une entreprise cotée.

D'après la SEC, Musk n'avait même pas discuté ou confirmé les termes clés de l'éventuelle opération - y compris son prix - avec une quelconque source de financement. Musk, défendant ses affirmations initiales le mois dernier, avait pour sa part détaillé ses échanges avec un fonds souverain saoudien présumé capable et désireux de financer la totalité du 'deal'. Les spécialistes n'avaient pas vraiment été convaincus à l'époque. La SEC ne l'est pas plus aujourd'hui, d'autant que l'opération a bel et bien été abandonnée, quelques jours après son annonce.

Boeing a décroché l'appel d'offres pour le prochain avion d'entraînement de l'U.S. Air Force, pour un montant pouvant atteindre 9,2 milliards de dollars sur la durée de vie du programme. C'est du moins ce qu'a confirmé l'armée américaine, citée par Reuters. Boeing s'était allié au Suédois Saab sur ce contrat, également convoité par Lockheed Martin associé à l'Italien Leonardo DRS. L'armée de l'air américaine entend acquérir 351 appareils, dont la livraison débuterait en 2022. Le contrat permet le remplacement des T-38 de l'Air Force, qui étaient utilisés depuis un demi-siècle. Jusqu'à 600 appareils pourraient être achetés à terme, selon des analystes cités par Reuters.

BlackBerry vient de publier ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 43 M$, contre 19 M$ un an avant. Malgré un résultat net positif, le groupe fait état d'une perte par action trimestrielle de 0,04$, contre une perte par action de 0,08$ un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche quant à lui à 0,04$. Les revenus s'élèvent à 210 M$, contre 238 M$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,01$, pour des revenus de 206 M$. Sur l'exercice, le groupe vise toujours un bénéfice par action ajusté "positif" et des revenus software & services en hausse de 8 à 10%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Cette facilité modifie et proroge l'ouverture de crédit syndiqué signée par le groupe Nexans en 2015...

Publié le 12/12/2018

Dominico de Carvalho est nommé représentant permanent de la société Aviva France...

Publié le 12/12/2018

Les économies d'énergies réalisées par Gazonor au travers de ces nouveaux moteurs vont contribuer à l'amélioration de la rentabilité

Publié le 12/12/2018

L'assemblée générale ordinaire des actionnaires de Maurel & Prom, réunie sur 2e convocation, s'est tenue le 12 décembre (9h30) au Cercle National des...

Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…