En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Pré-ouverture Wall Street : survolté, Trump vise la Chine

| Boursier | 287 | Aucun vote sur cette news

Wall Street tente de remonter en pré-séance ce mercredi, mais la conviction manque, après la sanction de la veille...

Pré-ouverture Wall Street : survolté, Trump vise la Chine
Credits Reuters

Wall Street tente de remonter en pré-séance ce mercredi, mais la conviction manque, après la sanction de la veille. Le S&P500 est attendu en hausse de 0,3%, alors que le Nasdaq prend 0,4% en pré-séance.

Les opérateurs demeurent nerveux, inquiets de l'hyperactivité du président Donald Trump, qui s'est donc distingué ces derniers jours en bloquant purement et simplement la fusion technologique géante Broadcom / Qualcomm, puis en se séparant de son chef de la diplomatie Rex Tillerson.

Taxer les importations 'technos' provenant de Chine

Le feuilleton continue aujourd'hui, Trump envisageant des tarifs douaniers susceptibles de représenter jusqu'à 60 milliards de dollars sur les importations chinoises. La Maison Blanche vise en particulier les secteurs technologiques chinois et les télécommunications, expliquent deux sources de l'agence 'Reuters'. Une troisième source, ayant une connaissance directe des projets, croit savoir que ces taxes, liées à une investigation de 'section 301' sur la propriété intellectuelle lancée en août dernier, pourraient se matérialiser dans un avenir très proche.

Multiples secteurs concernés

Les fameuses taxes viseraient surtout le segment 'IT', l'électronique de consommation et les télécoms, mais elles pourraient s'appliquer à une liste encore plus importante atteignant une centaine de produits, toujours selon l'une des sources de Reuters. Certains lobbyistes plaideraient d'ailleurs pour l'application de ces taxes aux secteurs de l'habillement, des chaussures ou du jouet...

Pratiques injustes de la Chine ?

Washington juge en effet injustes certaines pratiques de la Chine concernant les politiques d'investissement, qui contraignent les sociétés américaines à abandonner certains secrets technologiques pour pouvoir opérer dans le pays. La Maison Blanche étudie aussi d'éventuelles restrictions aux investissements, qui seraient imposées aux compagnies chinoises...

Évidemment, la Chine n'entend pas se laisser faire. Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, a ainsi expliqué : "Si les États-Unis prennent des mesures qui nuisent aux intérêts de la Chine, la Chine devra répliquer par des mesures destinées à protéger fermement nos droits légitimes".

Guerre commerciale en vue ?

Les marchés devraient manifester leur prudence ce jour à Wall Street. Les investisseurs s'inquiétaient en effet déjà d'une potentielle guerre commerciale initiée par l'administration Trump, après les tarifs douaniers sur les importations d'acier et d'aluminium annoncés la semaine dernière.

Trump agité

Rappelons que Donald Trump s'est séparé de son principal diplomate, le Secrétaire d'Etat Rex Tillerson, 65 ans, ancien directeur général d'Exxon Mobil. Les relations entre les deux hommes étaient tendues, en particulier depuis l'affaire des violences de Charlottesville, Virginie, sur lesquelles leurs positions s'étaient heurtées. Ensuite, Trump s'était illustré en taclant publiquement Tillerson sur le dossier nord-coréen. Tillerson, qui s'était donc publiquement opposé à Trump à de nombreuses reprises en tant que Secrétaire d'Etat, sera remplacé par le directeur de la CIA Mike Pompeo. Trump estime que Pompeo fera "un travail fantastique" dans ses nouvelles fonctions. Le président américain a remercié pour la forme Tillerson, et confirmé par ailleurs que Gina Hapsel, directrice adjointe de la CIA, allait prendre la tête de l'agence. C'est la première femme à accéder à ce poste.

Pompeo, outre ses fonctions à la tête de la CIA, est un vétéran de l'armée et un ancien congressiste. Trump pense qu'il sera en mesure de défendre les États-Unis au niveau international, de renforcer leurs alliances et de se confronter à leurs adversaires, tout en recherchant une dénucléarisation de la Corée. La nomination de Pompeo doit encore être confirmée par le Sénat. L'audience de confirmation se tiendra le mois prochain.

Consommation en berne

Les ventes de détail aux États-Unis pour le mois de février 2018 sont ressorties en retrait de 0,1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place logé à +0,4% sur la période. Ces derniers chiffres de la consommation américaine ressortent donc particulièrement décevants. Le repli des ventes de détail pour le mois de janvier 2018 a par ailleurs été révisé à -0,1%, contre -0,3% précédemment estimé. Hors automobile, ces ventes de détail du mois de février se sont appréciées de 0,2%, mais le consensus était de +0,4% sur cette période. En janvier, les ventes hors automobiles avaient augmenté de 0,1%.

Pour finir, hors automobile et essence, les ventes de détail du mois de février sont annoncées en croissance de +0,3%, contre +0,4% de consensus de place et -0,1% en janvier.

Prix à la production 'en ligne'

L'indice américain des prix à la production pour le mois de février 2018 est ressorti en progression de 0,2% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place, après un gain de 0,4% pour le mois de janvier. Le 'PPI' hors alimentation et énergie a grimpé de 0,2%, ce qui ressort également conforme aux attentes de marché. En glissement annuel, le PPI progresse de 2,8% (+2,5% hors alimentaire et énergie).

Broadcom jette l'éponge

Broadcom a officiellement abandonné ce mercredi son offre de 117 milliards de dollars pour l'acquisition de Qualcomm ! Broadcom a donc plié devant l'opposition de Donald Trump, qui avait bloqué le 'deal', évoquant des motifs de sécurité nationale. L'opération aurait constitué la plus importante acquisition technologique de l'histoire. Broadcom avait initialement contesté la décision de la Maison Blanche, mais semble finalement se résoudre à la 'défaite', avec ce retrait formel, après avoir mené pourtant une lutte agressive ces derniers mois pour conclure la transaction. Broadcom retire également ses propositions de nominations au conseil d'administration de Qualcomm.

Le groupe singapourien se dit évidemment déçu de l'issue de cette affaire, et maintient quoi qu'il en soit son projet de 'relocalisation' de son siège social aux États-Unis. Une assemblée extraordinaire des actionnaires est attendue le 23 mars... Donald Trump avait signé lundi soir un décret interdisant le rapprochement entre le fabricant américain de puces et Broadcom, basé à Singapour. Trump disait alors disposer de "preuves crédibles" que l'opération éventuelle puisse nuire à la sécurité des USA...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.