En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 097.99 PTS
-0.08 %
5 092.50
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 073.22
-0.14 %
DAX PTS
11 468.57
-0.03 %
Dowjones PTS
25 286.49
-0.40 %
6 830.91
+0.00 %
1.129
-0.04 %

Pré-ouverture Wall Street : dans le vert malgré les affrontements commerciaux

| Boursier | 290 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine attendue en légère progression

Pré-ouverture Wall Street : dans le vert malgré les affrontements commerciaux
Credits Reuters

Wall Street parvient à progresser légèrement avant bourse ce jeudi, récupérant une partie de ses pertes de la veille. Le S&P500 et le Nasdaq sont attendus en hausse timide, malgré la poursuite du conflit commercial avec la Chine et l'absence d'accord tangible avec le Canada sur la renégociation de l'Aléna. Hier soir, le S&P avait abandonné 0,3% et le Nasdaq 1,2%, mais le DJIA était parvenu à un gain de 0,1%.

L'accord NAFTA sent (un peu) la naphtaline

Le bras de fer n'est toujours pas terminé entre Donald Trump et le gouvernement de Justin Trudeau. Trump a pour mémoire menacé de mettre un terme à l'Aléna (Accord de libre-échange nord-américain - NAFTA en anglais) si les législateurs américains contrarient ses plans. De telles menaces entrent dans le cadre de sa stratégie habituelle de négociation. Les échanges de la semaine dernière n'ayant pas abouti entre USA et Canada, les discussions ont repris hier mercredi.

Les négociateurs canadiens et américains ont fait état de progrès ces derniers jours, même si aucun accord n'a encore été scellé. Les pierres d'achoppement concerneraient notamment le secteur laitier, et la volonté de l'administration Trump de mettre un terme à un mécanisme empêchant les USA de mener des procédures contre le 'dumping' et les mesures compensatoires (chapitre 19). Trudeau ne semble pas vouloir 'bouger' sur ce dernier point. Trump, quant à lui, a évoqué hier des discussions intenses, mais n'a pas donné d'indication quant au dénouement éventuel. C'est peut-être mieux ainsi, puisque le Président américain et Justin Trudeau s'étaient montrés particulièrement confiants la semaine dernière, pour finalement ne rien conclure.

Le Président américain a affirmé qu'il n'y avait pas de nécessité à maintenir le Canada dans l'accord Aléna (Accord de libre-échange nord-américain), et manifesté sa volonté d'obtenir un accord "juste" après des années d'abus. Trump a aussi rappelé que l'Aléna était, de son point de vue du moins, l'un des pires accords commerciaux jamais conclus. L'accord initial n'aurait selon lui jamais dû être signé... Ces commentaires, livrés ces derniers jours sur le réseau social Twitter, ne favorisent évidemment pas les négociations. Justin Trudeau a d'ailleurs calqué son discours sur celui de Trump mardi en affirmant : "Pas d'accord Aléna est mieux qu'un mauvais accord Aléna pour les Canadiens".

Chrystia Freeland, Ministre canadienne aux affaires étrangères, a dû toutefois rouvrir hier les débats avec le Représentant américain au commerce Robert Lighthizer à Washington.

Accord espéré

Les marchés n'ont pas excessivement corrigé ces derniers jours, ce qui montre que les investisseurs espèrent encore un accord commercial d'ici la fin du mois de septembre avec le Canada. Après un accord obtenu sans forcer avec le Mexique, il s'agirait donc pour Trump de transformer l'essai.

Nouvelles sanctions contre la Chine

Sur le front sino-américain, cette fois, les relations demeurent tendues, et la phase de commentaire public concernant des taxes supplémentaires visant 200 milliards de dollars d'importations chinoises prend fin ce jour. Donald Trump devrait rapidement enchaîner sur une implémentation des sanctions, les plus importantes depuis le début du conflit avec Pékin. La Chine entend évidemment riposter de manière proportionnée. Pour l'heure, les deux pays se sont infligés des taxes supplémentaires respectives portant sur 50 milliards de dollars d'importations.

Le pétrole se stabilise

Les cours du brut se stabilisent, après la correction de la veille. Le baril de brut WTI (contrat d'octobre) évolue autour des 69$, contre 77$ pour le baril de Brent. Le faible impact de la tempête tropicale Gordon sur les infrastructures pétrolières du Golfe du Mexique explique le récent reflux. L'impact sur la production devrait en effet se révéler moins important que prévu. Les cours du brut avaient auparavant grimpé dans l'anticipation d'un impact plus fort de Gordon.

Chiffres contradictoires de l'emploi américain

Sur le front économique aux USA ce jour, les chiffres de l'emploi sont particulièrement suivis. La dernière étude de la firme Challenger concernant les destructions de postes annoncées par les entreprises américaines pour le mois d'août a fait ressortir 38.472 licenciements, contre 27.122 en juillet. Les annonces concernent notamment les biens industriels et les produits de consommation.

Le rapport d'ADP concernant l'emploi privé non-agricole aux Etats-Unis, pour le mois d'août 2018, a été également révélé. Les créations de postes d'août ressortent largement inférieures aux attentes, à 163.000 contre 182.000 de consensus. Les créations de postes du mois de juillet ont été révisées quant à elles à 217.000, contre 219.000 auparavant évalué.

Pour finir, les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 1er septembre se sont inscrites au nombre de 203.000, contre un consensus de place de 214.000 et un niveau de 213.000 une semaine plus tôt. Les inscriptions ressortent même au plus bas depuis 1969.

Ces différents rapports sont assez suivis, à la veille du rapport gouvernemental mensuel sur la situation de l'emploi aux Etats-Unis (consensus 195.000 créations d'emplois non-agricoles en août pour 3,8% de taux de chômage).

Les chiffres révisés de la productivité trimestrielle américaine pour le second trimestre 2018 ont fait ressortir ce jeudi une croissance de 2,9%, contre +3% de consensus et +2,9% pour la lecture antérieure. Les coûts unitaires du travail ont régressé quant à eux de -1%, en ligne avec les attentes.

Le PMI et l'ISM des services, ainsi que les commandes industrielles, sont encore attendus ce jour (à 16h). Le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains sera révélé également dans quelques instants (16h30).

Navistar International a publié ses comptes du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 170 M$ (1,71$ par action), contre 37 M$ (0,38$ par action) un an avant. Les revenus grimpent de 18% à 2,6 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais des revenus logés entre 10,1 et 10,4 Mds$.

GameStop s'est envolé de près de 16% hier à Wall Street. Le dossier a profité mercredi de rumeurs évoquant à nouveau une possible vente de la société. D'après la presse anglo-saxonne, le distributeur américain de jeux vidéo aurait fait appel à des conseillers financiers pour l'aider à examiner cette hypothèse, alors que les noms de Sycamore Partners et d'Apollo Group sont cités parmi les potentiels acquéreurs en cas de vente. Rappelons que GameStop publiera ses comptes du second trimestre ce soir, après la clôture de Wall Street.

Marvell Technology, société spécialisée dans les composants semi-conducteurs pour l'informatique, les supports de stockage et les interfaces réseau, publiera ses résultats du second trimestre ce soir. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,34$, pour des revenus de 782 M$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 0,30$, pour des revenus de 605 M$. Lors de la publication des comptes du T1, Marvell avait annoncé viser, sur le T2, des revenus entre 600 et 630 M$, pour un bpa entre 0,32 et 0,36$.

Tesla a abandonné encore 2,8% hier soir à 280,7$, après une chute de plus de 4% mardi à Wall Street. Les nouvelles attaques d'Elon Musk, patron du groupe, contre un spéléologue britannique qu'il avait déjà traité de 'pedo guy', inquiètent les marchés. Il faut dire que depuis la récente interview-confession accordée par Musk au New York Times, au cours de laquelle le CEO avait fait état d'une extrême fatigue et d'horaires de travail épuisants, les opérateurs sont très attentifs aux échanges parfois musclés de Musk sortant du cadre de sa stricte activité de CEO.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

Iliad grimpe de 6,53% à 106,25 euros, et signe la plus forte hausse du SRD et du SBF 120 dans le sillage d'une publication trimestrielle en demi-teinte. L'opérateur a continué de perdre des…

Publié le 14/11/2018

Des cours à surveiller de près...

Publié le 14/11/2018

Daimler va investir près de 145 millions d’euros dans un centre de recherche et développement à Pékin. L’objectif du constructeur automobile allemand est d’accélérer l'implantation de sa…

Publié le 14/11/2018

Nous profitons du récent repli du titre LVMH pour acheter le turbo infini Best call Vontobel 2935V qui cote 2.95 EUR. Le titre LVMH revient, en effet, à proximité de ses récents points bas,…

Publié le 14/11/2018

D'un point de vue graphique, le titre confirme son rebond et vient de dépasser une oblique baissière en place depuis le mois de mars dernier. Du côté des indicateurs techniques, le RSI journalier…