En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 569.67 PTS
-0.03 %
4 572.50
+0.13 %
SBF 120 PTS
3 624.38
+0.01 %
DAX PTS
11 598.07
+0.32 %
Dow Jones PTS
26 659.11
+0.52 %
11 350.74
+1.87 %
1.167
-0.62 %

Fed : des taux au plancher jusqu'en 2023.... vraiment ?

| Boursier | 650 | 5 par 1 internautes

Lors de la dernière réunion de la Fed, ses membres étaient divisés sur la durée du maintien des taux proches de zéro, selon le compte-rendu publié mercredi. Si bien qu'ils ont estimé que leur stratégie n'était pas "un engagement inconditionnel".

Fed : des taux au plancher jusqu'en 2023.... vraiment ?
Credits Reuters

Les Minutes de la dernière réunion de la Fed , publiées mercredi soir, ont mis en évidence des divisions au sein de l'Etat major de la banque centrale américaine sur la notion de maintien des taux directeurs proches de zéro pour une période prolongée.

Lors de sa réunion des 15 et 16 septembre, la Fed avait indiqué que ses taux directeurs (actuellement entre 0% et 0,25%), resteraient à ce plancher jusqu'à ce que l'inflation soit remontée modérément au-dessus de l'objectif de long terme de 2% de la banque centrale américaine. Les projections économiques de la Fed montraient que cela ne devrait pas se produire avant la fin 2023.

"Pas d'engagement inconditionnel" sur le niveau des taux

Cependant, selon le compte-rendu de la réunion, les responsables de la Fed ont estimé que leur nouvelle stratégie n'était pas "un engagement inconditionnel" sur l'évolution des taux directeurs. Ainsi, en cas de reprise économique plus vigoureuse que prévu après la crise du coronavirus, il faudrait raccourcir la période où les taux resteront proches de zéro, et vice-versa, a précisé la banque centrale.

Le compte-rendu rapporte que deux des dix membres votants du conseil monétaire ont désapprouvé, mais aussi (ce qui n "était pas encore connu) que "plusieurs" des 7 membres non votants avaient eux aussi exprimé des réserves sur la nouvelle politique monétaire défendue par le président Jerome Powell.

Maintenir la flexibilité de la Fed

Plusieurs responsables se sont ainsi inquiétés d'une limitation de la flexibilité de la Fed, et ont souligné que la banque centrale, en influençant les vues des marchés sur l'évolution des taux à court terme, "pourrait contribuer à l'accumulation de déséquilibres financiers, ce qui pourrait rendre plus difficile pour la Fed d'atteindre ses objectifs à l'avenir".

Ainsi, le 29 septembre, Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas, (qui avait voté contre la nouvelle politique monétaire le 16 septembre) a estimé qu'"il y a des coûts réels à maintenir les taux proches de zéro pendant une période prolongée", notamment une prise de risque excessive et des distorsions sur les marchés financiers. Selon Robert Kaplan, l'économie américaine est susceptible d'évoluer de façon imprévisible au cours des prochaines années, et de ce fait, selon lui, la politique monétaire de la Fed devra être flexible, s'autorisant aussi, si besoin, à relever les taux.

Les Minutes ont toutefois relevé que "quelques responsables" de la Fed ont au contraire estimé que l'institution devrait affirmer son intention de maintenir ses taux à zéro pendant une période encore plus prolongée, jusqu'à ce que l'inflation ait "dépassé pendant quelque temps l'objectif des 2%".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/10/2020

Quadient obtient le statut "Prime" d'ISS ESG pour son engagement en matière de responsabilité sociétale d'entreprise...

Publié le 29/10/2020

Au 3e trimestre 2020, le chiffre d'affaires de Guillemot Corporation progresse de 85% à 39,3 millions d'euros...

Publié le 29/10/2020

Malgré la crise sanitaire, les sociétés du Groupe mettent tout en oeuvre pour assurer la continuité des activités...

Publié le 29/10/2020

Le carnet de commandes recule mais reste ferme avec 39 mois d'activité sécurisés...

Publié le 29/10/2020

Le Groupe Gaussin a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 3,02 millions d'euros au cours du 1er semestre 2020 (2,2 ME au 30 juin 2019), soit une...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne