5 253.98 PTS
-0.52 %
5 250.0
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 209.79
-0.52 %
DAX PTS
12 379.37
-0.58 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
22 149.21
+1.97 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture de Wall Street : vif rebond à l'issue d'une séance animée !

| Boursier | 169 | Aucun vote sur cette news

La Bourse américaine a vivement rebondi mardi dans la dernière heure de cotation, effaçant une partie de ses lourdes pertes de la veille. Le DJIA est revenu en terrain positif depuis le début 2018.

Clôture de Wall Street : vif rebond à l'issue d'une séance animée !
Credits Reuters

Une forte volatilité a encore dominé la séance de mardi à Wall Street, qui a oscillé entre le rouge et le vert avant de s'orienter en vive hausse dans la dernière heure de cotation. Les trois principaux indices ont regagné environ 2%, après leur chute de l'ordre de 4% lundi, sans qu'aucune information nouvelle soit intervenue depuis 24 heures. Les marchés restent dominés par une forte nervosité liée aux signes d'inflation aux Etats-Unis et aux craintes d'une politique monétaire moins accommodante de la part des banques centrales cette année, sur fond d'accélération de la croissance mondiale.

Rebond après 10% de correction par rapport aux records

A la clôture, l'indice Dow Jones a regagné 567 points, soit 2,33%, pour finir à 24.912 points, revenant au-dessus de son niveau de la fin 2017 (24.719 pts). La veille, il avait plongé de 4,60% (-1.175 points!) pour finir à 24.345 points. Mardi, le DJIA a encore chuté jusqu'à 23.778 pts en début de séance, perdant alors plus de 10% par rapport à son record historique de la fin janvier, ce qui correspond techniquement à une correction. Le franchissement de ce seuil des 10% de pertes a déclenché des ordres d'achats automatiques, qui ont entraîné un rapide rebond dans la dernière heure de cotation.

De son côté, l'indice large S&P 500 a regagné mardi 1,74% à 2.695 pts après une chute de 4,1% la veille, tandis que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a repris 2,13% à 7.115 pts après avoir abandonné 3,78% lundi.
Désormais, depuis le début de l'année, le Dow Jones (+0,8%) et le S&P 500 (+0,8%) sont revenus en terrain positif, alors que le Nasdaq gagne encore plus de 3%.

La Maison Blanche avait réagi lundi soir aux turbulences boursières en affirmant que le président Donald Trump était concentré sur les fondamentaux économiques à long terme, qui restent "exceptionnellement forts".

Le Vix, l'"l'indice de la peur", s'agite en tous sens

Dans ce contexte très agité, la volatilité a encore beaucoup varié, l'indice Vix flambant mardi jusqu'au niveau de 50, avant de plonger de 19%, à 30, en fin de séance... Lundi, le Vix avait plus que doublé, à plus de 37, alors qu'il pointait à seulement 9 tout début janvier... "L'indice de la peur" reste cependant au-dessus de sa moyenne de 20, ce qui augmente les risques d'une poursuite de la correction boursière entamée la semaine dernière.

L'indice du dollar a poursuivi son rebond, gagnant encore 0,15% mardi à 89,68 face à un panier de 6 devises internationales. Sur les marchés obligataires, les taux souverains américains se sont repartis à la hausse : le rendement du bon du Trésor américain (T-Bond) à 10 ans a regagné 9 points de base à 2,80% (après une chute de 14 pdb lundi...), remontant près de son plus haut niveau depuis 4 ans atteint vendredi soir à 2,84%. Les taux américains se sont fortement tendus depuis le début de l'année, le 10 ans ayant achevé 2017 sur le niveau de 2,40%.

Les signes d'inflation décelés dans le dernier rapport sur l'emploi aux Etats-Unis, ont relancé les spéculations sur un durcissement de la politique de la Fed, à l'occasion de la prise de fonction de Jerome Powell comme président de la Fed. Ce dernier a remplacé officiellement Janet Yellen depuis lundi, et même s'il n'a pas une réputation de "faucon", certains pensent qu'il pourrait procéder à plus de 3 hausses de taux cette année si l'inflation confirme son accélération.

En janvier, l'économie américaine a créé plus d'emplois que prévu (200.000 emplois, au lieu de 175.000 à 180.000 attendus) et les hausses de salaires ont été plus fortes que prévu. Le salaire horaire moyen a ainsi augmenté de 2,9% sur un an en janvier, son rythme plus rapide depuis juin 2009. Le consensus tablait sur une hausse limitée à 2,6%.

Vers 4 hausses des taux de la Fed cette année ?

Cette accélération devrait logiquement conduire à une remontée de l'inflation et pourrait pousser la Réserve fédérale à relever ses taux plus vite que prévu jusqu'ici, afin de se donner une marge de manoeuvre en cas de retournement de l'économie. L'hypothèse de 4 tours de vis cette année (et non trois comme attendu jusqu'ici) commence donc à faire son chemin auprès des investisseurs.

Un environnement de taux plus élevés est dommageable pour les marchés d'actions, d'une part parce qu'il pèse sur la rentabilité des entreprises via le renchérissement du crédit, et d'autre part, parce que le rendement des obligations devient plus attractif que celui des actions, détournant les investisseurs de placements plus risqués comme les d'actions. Si une croissance économique dynamique justifie des taux d'intérêts plus élevés, c'est la crainte d'une hausse rapide, difficile à gérer, qui inquiète le plus les opérateurs et fait craindre un krach obligataire.

VALEURS A SUIVRE

L'action de Tesla a gagné 0,15%, une réaction très modérée alors qu'une autre société de la galaxie d'Elon Musk, SpaceX, est parvenue mardi soir à lancer avec succès la fusée géante Falcon Heavy, dont c'était le premier vol d'essai. Falcon Heavy a mis en orbite une Tesla rouge, dont le système audio va diffuser la chanson de David Bowie "Space Oddity" en boucle dans l'espace.

General Motors (+5,8%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus des opérations poursuivies baissent de 5,5% à 37,7 Mds$. La perte des opérations poursuivies s'élève à 4,9 Mds$ (en prenant en compte une charge de 7,3 Mds$ liée à réforme fiscale US), contre un bénéfice de 1,9 Md$ un an plus tôt. La perte par action est ainsi de 3,46$ sur la période. En base ajustée, le bénéfice par action grimpe de 21,3% à 1,65$. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,39$, pour des revenus de 37 Mds$. La perte nette totale sur le trimestre s'affiche à 5,15 Mds$, faisant ressortir une perte de 3,86 Mds$ sur l'ensemble de l'exercice. En 2017, GM a vendu 8,9 millions de véhicules, soit une hausse de 0,8% par rapport à 2016.

Walt Disney (+1,4%) publiait mardi après la clôture ses résultats du premier trimestre fiscal. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,61$, pour des revenus de 15,4 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,55$ et des revenus de 14,78 Mds$.

Becton, Dickinson (+1,2%), le groupe du New Jersey, concepteur d'appareils médicaux, a publié ses résultats du premier trimestre fiscal 2018. Le groupe affiche une perte de 174 M$ (0,76$ par action), contre un bénéfice de 562 M$ (2,58$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 2,48$, contre 2,33$ un an plus tôt. Les revenus montent de 5,4% à 3,08 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,41$, pour des revenus de 3 Mds$. Pour 2018, le groupe vise un bpa compris entre 10,85 et 11$.

Allergan (+2%) a dévoilé ses comptes du quatrième trimestre. Le groupe enregistre des bénéfices de 3,05 Mds$ (8,88$ par action), contre une perte de 70,2 M$ (0,20$ par action) un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 4,86$. Les revenus s'élèvent à 4,33 Mds$, contre 3,86 Mds$ un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 4,74$, pour des revenus de 4,3 Mds$.

Micron (+11,3%) a annoncé de nouvelles prévisions. Sur le second trimestre fiscal, le groupe vise désormais des revenus compris entre 7,20 et 7,35 Mds$, contre une précédente fourchette de 6,80/7,20 Mds$. Le bénéfice par action est quant à lui désormais attendu entre 2,70 et 2,75$, contre une précédente fourchette de 2,51/2,65$. Le groupe annonce par ailleurs la nomination, effective le 19 février, de David Zinsner au poste de nouveau CFO. Il était récemment chief operating officer chez Affirmed Networks.

Boeing (+3,6%). Les spéculations autour de l'éventuelle association entre Boeing et Embraer battent leur plein. Alors que la chaîne 'Globo TV' évoquait vendredi un accord de principe entre les deux acteurs, le journal économique Valor Economico estime ce jour que Boeing pourrait prendre une participation de 80% à 90% dans une nouvelle entreprise avec Embraer. Boeing reprendrait les activités d'Embraer dans l'aviation civile via la création de cette nouvelle société, les activités militaires restant sous le contrôle de l'avionneur brésilien afin de répondre aux exigences du gouvernement. Toujours selon le journal brésilien, Boeing proposerait à Embraer un paiement en numéraire lorsque les activités dans l'aviation civile seraient transférées dans la nouvelle société, la majeure partie du produit étant ensuite distribuée aux actionnaires sous forme de dividende. L'Etat brésilien, qui contrôle environ 10% du capital d'Embraer via des fonds publics, peut bloquer les décisions stratégiques affectant les programmes militaires de l'avionneur et empêcher toute tentative de prise de contrôle du groupe. Boeing a proposé un accord avec Embraer, troisième avionneur mondial, pour se renforcer sur le segment des avions de 70 à 130 sièges et concurrencer le programme CSeries de Bombardier, désormais entre les mains d'Airbus.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

Sabeton a annoncé son chiffre d'affaires social...

Publié le 19/02/2018

Fin du contrat de liquidité avec Invest Securities

Publié le 19/02/2018

Moody's a relevé de Baa2 à Baa1 la note d'émetteur de long terme attribuée à Ahold-Delhaize. L'agence de notation s'attend à ce que le distributeur belgo-néerlandais continue à faire croitre…

Publié le 19/02/2018

Total, Borealis et NOVA Chemicals Corporation annoncent que leurs filiales respectives ont signé les accords définitifs de création d'une...

CONTENUS SPONSORISÉS