En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 196.11 PTS
-
5 187.50
-0.13 %
SBF 120 PTS
4 120.70
-
DAX PTS
11 423.28
-
Dowjones PTS
25 850.63
-0.40 %
7 035.16
+0.00 %
1.133
-0.01 %

Clôture de Wall Street : valse-hésitation en fin de semaine

| Boursier | 143 | Aucun vote sur cette news

Wall Street a passé l'essentiel de la séance de vendredi dans le rouge avant de terminer proche de l'équilibre. Les investisseurs restent prudents sur fond de craintes pour la croissance mondiale.

Clôture de Wall Street : valse-hésitation en fin de semaine
Credits Reuters

Après une séance passée en terrain négatif, la Bourse de New York a effectué vendredi un "rally" de dernière heure, pour finir proche de l'équilibre, grâce à une avancée des valeurs technologiques, notamment soutenues par de bons résultats d'entreprises comme ceux de Motorola Solutions (+14%!). La prudence est cependant restée de mise, sur fond de regain de tensions commerciales et de craintes d'un nouveau "shutdown" la semaine prochaine.

A la clôture, les indices ont fini en ordre dispersé. Le Dow Jones a cédé 0,25% à 25.106 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,07% à 2.707 pts, et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a avancé de 0,14% à 7.298 pts.

Sur l'ensemble de la semaine, le DJIA a progressé de 0,17%, le S&P 500 est resté quasi-stable (+1 point) et le Nasdaq a gagné 0,5%. Le DJIA et le Nasdaq ont ainsi enchaîné non moins de 7 semaines de hausse consécutives, tandis que le S&P 500 affiche 6 hausses sur les 7 dernières semaines.

Le marché américain vient ainsi de regagner 15% (pour le S&P 500) depuis ses plus bas de décembre, qui avaient été précédés d'un plongeon de l'ordre de 20% des indices par rapport à leurs records historiques inscrits en 2018.

L'euro abandonne 1% sur la semaine, la croissance européenne ralentit

Le dollar est a poursuivi son ascension vendredi, tandis que les obligations d'Etat américaines ont encore été recherchées en tant que valeurs-refuge. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises de référence (euro, yen, franc suisse, livre sterling, dollar canadien et couronne suédoise) a progressé vendredi de 0,13% à 96,63 points dans les échanges interbancaires à New York. Le billet vert affiche ainsi un bond de 1% en 5 séances.

Sur les marchés de taux, les achats d'obligations ont fait reculer les taux (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans s'est ainsi détendu de trois points de base pour revenir à 2,63%.

L'euro a reculé de 0,14% à 1,1324$, et abandonne plus de 1% sur la semaine, après des signes supplémentaires de ralentissement économique en Europe, notamment en Allemagne et en Italie. La Commission européenne (CE) a revu jeudi à la baisse la croissance prévue pour la zone euro, où la hausse du PIB est désormais attendue à 1,3% en 2019, au lieu de 1,9%. La livre sterling a cédé vendredi 0,13% à 1,2935$, alors que Theresa May n'a pas obtenu de concessions, jeudi, sur le Brexit à l'occasion de sa rencontre avec les dirigeants européens.

A Wall Street, les marchés financiers se sont montrés assez volatils cette semaine, sur fond d'informations inquiétantes concernant les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, qui seraient encore très loin d'un accord. Enfin, la crainte d'un nouveau "shutdown" après le 15 février a aussi atteint le moral de la Bourse new-yorkaise ces derniers jours, aucun compromis ne semblant se dessiner entre Donald Trump et le Congrès au sujet du financement du mur transfrontalier avec le Mexique.

Washington prêt à bannir les groupes chinois des marchés de la 5G

Vendredi, l'escalade des tensions entourant Huawei et les autres équipementiers télécoms chinois a accentué les craintes que ce dossier n'empoisonne les négociations commerciales entre Washington et Pékin. Selon le site d'information 'Atlantico', Donald Trump pourrait signer dès la semaine prochaine un décret bannissant Huawei et ZTE des réseaux de télécommunications 5G américains... Le texte pourrait entrer en vigueur avant la tenue du Mobile World Congress (MWC), qui démarrera le 25 février à Barcelone.

En outre, les Etats-Unis appellent l'Europe à se détourner de Huawei, dont les équipements sont soupçonnés de pouvoir être utilisés à des fins d'espionnage. Selon la presse, un haut responsable du département d'Etat américain fait actuellement la tournée des capitales européennes pour délivrer un message de défiance vis à vis du groupe chinois, soupçonné de pouvoir faire le jeu des services de renseignement de son pays.

Pas de rencontre Donald Trump-Xi Jinping avant la date-butoir du 1er mars

Ces informations interviennent au moment où une délégation américaine se prépare à se rendre la semaine prochaine en Chine pour un nouveau round de négociations commerciales. Le représentant au commerce américain Robert Lighthizer dirigera les négociations, accompagné du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Donald Trump a jeté un grand froid jeudi en annonçant qu'il n'était pas prévu de rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping avant l'échéance du 1er mars, date à laquelle les tarifs douaniers américains augmenteront en cas d'échec des pourparlers avec Pékin.

Le président américain avait pourtant évoqué il y a quelques jours une possible rencontre, donnant le sentiment que les négociations allaient dans le bon sens. Jeudi, Larry Kudlow, un des principaux conseillers économiques de la Maison Blanche, s'est montré très prudent en estimant sur la chaîne 'Fox Business' que "nous avons un très long chemin à parcourir avant de parvenir" à un accord avec Pékin...

VALEURS A SUIVRE

Motorola Solutions (+14%) a dévoilé ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 423 M$ (2,44$ par action), contre une perte de 575 M$ (3,56$ par action) un an avant. En non-GAAP, le bpa ressort à 2,63$, en croissance de 25%. Les ventes s'affichent à 2,25 Mds$, en augmentation de 15%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,53$, pour des revenus de 2,2 Mds$.

Hasbro (-0,95%) a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre. Les profits sont de 8,8 M$ (0,07$ par action), contre une perte de 5,3 M$ (0,04$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,33$. Les revenus baissent de 13% à 1,39 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,67$, pour des revenus de 1,5 Md$. Le groupe annonce par ailleurs une hausse de 8% de son dividende trimestriel, qui passe ainsi à 0,68$ par action.

A l'inverse de Hasbro,Mattel (+23,2%!) a flambé en Bourse vendredi . Au quatrième trimestre, les bénéfices du fabricant de jouets ont atteint 14,9 M$ (0,04$ par action), contre une perte de 281 M$ (0,82$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 1,52 Md$, contre 1,61 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,16$, pour des revenus de 1,44 Md$.

Amazon a perdu 1,6%, réagissant à une polémique entre son patron Jeff Bezos et le journal 'National Enquirer'. Bezos, actuellement en instance de divorce, accuse ce tabloïd pro-Trump de l'avoir menacé de dévoiler des photos coquines que lui et sa maîtresse s'étaient échangées. "Plutôt que de capituler devant l'extorsion et le chantage, j'ai décidé de publier exactement ce qu'ils m'ont envoyé, malgré les dommages personnels et l'embarras que cela risque de provoquer", a réagi Jeff Bezos dans un message publié via Twitter.

Tesla (-0,56%) a perdu du terrain, alors que le groupe californien d'Elon Musk aurait été contraint de désactiver l'Autopilot de son Model 3 en Europe, marché sur lequel il vient tout juste de lancer sa berline. En effet, d'après le Los Angeles Times, l'homologation européenne reçue le mois dernier par le Model 3 n'inclurait pas l'Autopilot. Il ne s'agirait néanmoins que d'un souci temporaire, qui devrait être réglé.

Arconic (-3,2%), groupe US né d'une scission d'Alcoa, a publié ses résultats du quatrième trimestre. Les profits sont de 218 M$ (0,44$ par action), contre une perte de 727 M$ (1,51$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,33$, contre 0,31$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus montent de 6% à 3,5 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,30$, pour des revenus de 3,4 Mds$. Sur l'exercice, le groupe, spécialisé dans l'ingénierie et la fabrication de métaux légers, vise un bpa compris entre 1,55 et 1,65$.

L Brands (-1,8%) a enregistré des ventes de 780 M$ en janvier 2019, contre 1,04 Md$ un an avant. A magasins comparables, les ventes reculent de 1% en glissement annuel. Les ventes du quatrième trimestre sont quant à elles de 4,85 Mds$, contre 4,82 Mds$ un an plus tôt, faisant ressortir une progression de 3% des ventes trimestrielles à magasins comparables.

Goodyear Tire & Rubber (-9%) a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 110 M$ (0,47$ par action), contre une perte de 96 M$ (0,39$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,51$, contre 0,99$ un an plus tôt. Les ventes s'élèvent à 3,88 Mds$, contre 4,07 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa de 0,69$, pour des revenus de 4,1 Mds$.

IAC/InterActiveCorp (stable) a présenté ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 191,8 M$ (2,04$ par action), contre 32,8 M$ (0,37$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 1,1 Md, contre 951 M$ un an plus tôt et 1,07 Md$ de consensus.

Skechers USA (+15%) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les profits s'affichent à 47,4 M$ (0,31$ par action), contre une perte de 66,7 M$ (0,43$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 1,08 Md$, contre 971 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,23$, pour des revenus de 1,1 Md$. Sur le premier trimestre, le groupe vise un bpa compris entre 0,70 et 0,75$.

Expedia (+2,3%) a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les profits sont de 17 M$ (0,11$ par action), contre 55 M$ (0,35$ par action) un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 1,24$, contre 0,84$ un an avant. Les revenus grimpent de 10% à 2,56 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,08$, pour des revenus de 2,5 Mds$.

Western Union (-1,7%) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Le résultat net ressort à 212 M$ (0,48$ par action), contre une perte de 1,1 Md$ (2,44$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,49$, contre 0,41$ un an plus tôt. Les revenus baissent de 3% à 1,4 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,49$, pour des revenus de 1,45 Md$. Sur l'exercice 2019, le groupe vise un bpa compris entre 1,83 et 1,95$.

News Corp (-2%) a présenté ses résultats du second trimestre fiscal. Les revenus du groupe média s'affichent à 2,63 Mds$, contre 2,18 Mds$ un an avant. Les bénéfices sont de 95 M$, contre une perte de 84 M$ un an plus tôt. Le bénéfice par action est ainsi de 0,16$, contre une perte par action de 0,14$ sur la même période de l'exercice précédent. En base ajustée, le bpa ressort à 0,18$, contre 0,24$ il y a un an. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,15$, pour des revenus de 2,63 Mds$.

VeriSign (stable) a dévoilé ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus sont de 307 M$, en croissance de 4% en glissement annuel. Les bénéfices s'affichent à 182 M$ (1,50$ par action), contre 103 M$ (0,83$ par action) un an avant. En non-GAAP, le groupe affiche un bpa de 1,58$, contre 0,96$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,21$, pour des revenus de 309 M$.

Lions Gate (+1%) a annoncé ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les revenus s'élèvent à 933 M$, contre 1,14 Md$ un an plus tôt. Les bénéfices s'affichent à 22,9 M$ (0,10$ par action), contre 193 M$ (0,87$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa est de 0,35$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,34$, pour des revenus de 1 Md$.

Bank of America (+0,2%) a dévoilé une augmentation de son programme de rachats d'actions, de 2,5 Mds$ d'actions supplémentaires, au 30 juin 2019. Le groupe avait initialement annoncé un programme de rachats d'actions de 20 Mds$ sur la période s'étalant du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019.

Coty (+32%!) a présenté ses résultats du second trimestre fiscal. La perte nette ressort à 961 M$ (1,28$ par action), contre un bénéfice de 109,2 M$ (0,15$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,24$. Les revenus baissent de près de 5% à 2,51 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,22$, pour des revenus de 2,5 Mds$.

Exelon (-0,85%) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus sont de 8,81 Mds$, contre 8,38 Mds$ un an avant. Les bénéfices s'élèvent à 152 M$ (0,16$ par action), contre 1,88 Md$ (1,94$ par action) un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort quant à lui à 0,58$, contre 0,56$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,57$, pour des revenus de 7 Mds$.

Phillips 66 (+1,9%), le raffineur favori de Warren Buffett, a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 2,24 Mds$, contre 3,19 Mds$ un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 4,87$, contre 1,07$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,86$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

L'opération doit être finalisée en mars 2019....

Publié le 21/02/2019

Soft Computing enregistre un chiffre d'affaires de 47 millions d'euros (40,5 ME en 2017)...

Publié le 21/02/2019

14 véhicules des marques Peugeot, Citroën et DS ont été labellisés "Origine France Garantie"...

Publié le 21/02/2019

Cette acquisition d'actions Locindus s'inscrit dans le cadre de l'offre publique de retrait...

Publié le 21/02/2019

Après plusieurs mois de travail, Cecurity...