5 391.64 PTS
-
5 391.00
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 318.18
-
DAX PTS
12 567.42
-
Dowjones PTS
24 664.89
-0.34 %
6 774.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 092.07
-0.45 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture de Wall Street : une petite séance pour clore l'année de tous les records !

| Boursier | 162 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a fini l'année en recul vendredi, dans un volume limité. Mais 2017 restera une année historique avec des gains de 20% à 30% pour les indices boursiers américains !

Clôture de Wall Street : une petite séance pour clore l'année de tous les records !
Credits Reuters

La Bourse de New York a fléchi vendredi, pour le dernier jour de l'année boursière 2017. Les trois principaux indices restent cependant proches de leurs records historiques, qu'ils ont pulvérisés à de très nombreuses reprises cette année.

Dans un marché très calme avant le réveillon du 31 décembre, le Dow Jones a cédé en clôture 0,48% à 24.719 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,52% à 2.673 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a lâché 0,67% à 6.903 pts. Les indices sont toutefois proches de leurs derniers records de 24.837 pts pour le DJIA (inscrit jeudi), de 2.690 pts pour le S&P 500 (le 18 décembre) et de 6.994 pts pour le Nasdaq (le 18 décembre).

+25% pour le DJIA et +29% pour le Nasdaq en 2017

Soutenue par la perspective de la réforme fiscale de Donald Trump et par un dollar affaibli, la Bourse new-yorkaise a volé de record en record tout au long de 2017. L'indice Dow Jones affiche sur l'année un gain de 25%, le S&P 500 a gagné 19,5% et le Nasdaq Composite a flambé d'environ 29%. Les valeurs technologiques ont été particulièrement favorisées, à l'instar d'Apple (+46%), Alphabet (Google, +33%), Facebook (+53%), Amazon (+56%) ou encore Netflix (+55%). Toutes ces valeurs ont cependant reculé vendredi sous l'effet de prises de bénéfices.

La conjoncture a été particulièrement favorable aux actions américaines cette année : elles ont été galvanisées par la hausse des bénéfices des entreprises américaines, par la faiblesse du dollar et surtout, par la perspective de la réforme fiscale de grande ampleur promise par Donald Trump, qui a été adoptée peu avant Noël. La réforme prévoit notamment une baisse de 35% à 21% de l'impôt sur les sociétés et offre des incitations fiscales aux sociétés qui rapatrieront leurs bénéfices détenus à l'étranger, une manne potentielle de 2.600 milliards de dollars...

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a reculé vendredi de 0,3% à 92,30, ce qui porte le recul du billet vert à près de 10% depuis le début de l'année face à un panier de 6 devises de référence. L'euro s'est même apprécié de 14% cette année face au dollar (+0,5% à 1,2003$ ce vendredi), un facteur qui a contribué à la sous-performances des marchés d'action européens en 2017 (+6,5% pour l'EuroStoxx 50, +9,2% pour le CAC 40)...

Sur les marchés obligataires américains, les taux ont cédé du terrain vendredi : le rendement du T-Bond à 10 ans a reculé de 3 points de base à 2,41%, s'affichant ainsi à peu près au même niveau qu'à la fin 2017, malgré trois hausses des taux directeurs effectuées par la Fed cette année.

Une bonne année pour le pétrole et l'or

Le pétrole a fini l'année en beauté, le contrat a terme de février sur le brut léger américain (WTI) gagnant vendredi 0,97%, à 60,42$ sur le Nymex, tandis que le Brent a progressé de 0,71% à 66,63$ le baril. Les cours de l'or noir ont retrouvé leurs plus hauts niveaux depuis plus de deux ans et demi.
Le baril WTI a gagné près de 12% cette année, soutenu par les quotas que l'Opep et ses alliés se sont imposés afin de rééquilibrer le marché mondial. Une stratégie payante au regard du redressement des cours même si les excédents de production tardent à être épongés, et le rééquilibrage semble désormais reporté à la mi-2018, selon les experts. La hausse du prix du brut laisse en effet craindre un nouveau rebond de la production américaine qui pourrait atteindre des niveaux record l'an prochain.

De son côté, le cours de l'or a progressé vendredi de 0,62% à 1.305,10$ pour le contrat à terme de février 2018. Le métal jaune a progressé de 13% cette l'année, profitant d'un dollar bas et de la persistance de tensions géopolitiques dans le monde.

VALEURS A SUIVRE

Les stars de l'indice Dow Jones en 2017 s'appellent Boeing, avec plus de 90% de gains en 2017 (!), Caterpillar (+70% sur un an), Apple (+47%) et Visa (+47%). Le distributeur Wal-Mart réalise aussi une belle prouesse, avec une hausse de 44% en 2017, 5ème meilleure performance du DJIA.

Apple (-1,08%) a pourtant fléchi vendredi, réagissant à la polémique provoquée par ses propres annonces. La marque à la pomme s'est excusé et a reconnu avoir ralenti volontairement des performances des anciens modèles d'iPhones. Néanmoins, le groupe de Cupertino a fermement nié avoir agi de la sorte pour inciter les clients à acheter un nouveau modèle.
Pour satisfaire sa clientèle, Apple a annoncé la réduction prochaine des coûts de remplacement des batteries usagées et l'élaboration d'une nouvelle version de son système d'exploitation, qui permettra aux utilisateurs de connaître l'état de leur batterie.

Netflix (-0,3%). Le géant de la vidéo en streaming a annoncé qu'un certain nombre de ses dirigeants allaient bénéficier de hausses salariales conséquentes l'an prochain, grâce à la réforme fiscale américaine. Le directeur général Reed Hastings disposera d'un salaire de 700.000$ en 2018, ainsi que de stock options de près de 29 M$. Le dirigeant affichera donc un salaire fixe réduit, mais profitera d'une attribution largement améliorée sur le plan des stock options. Ted Sarandos, le directeur des contenus chez Netflix, gagnera 12 M$ en salaire fixe l'an prochain, contre 'seulement' 1 M$ en 2017.

Amazon (-1,4%). Le président américain Donald Trump s'en est pris au leader du e-commerce, estimant ce vendredi que l'U.S. Postal Service devrait facturer "bien plus" au groupe de Jeff Bezos pour ses livraisons de colis. Trump a donc profité de ses vacances pour livrer l'un de ces tweets rageurs dont il a le secret.
"Pourquoi est-ce que l'United States Post Office, qui perd des milliards de dollars chaque année, facture si peu à Amazon et aux autres pour livrer leurs colis, rendant Amazon plus riche et le Post Office plus bête et pauvre ?", s'est ainsi interrogé Trump, partageant sa réflexion avec ses followers.

Goldman Sachs (-0,7%) a perdu du terrain après avoir annoncé une charge financière exceptionnelle liée à la réforme fiscale américaine, pour 5 milliards de dollars. Ainsi, le géant américain de la banque d'investissement précise que ses profits de cette année seront affectés à hauteur de 5 Mds$, du fait surtout des taxes visant les profits réalisés à l'étranger.

La banque entend par ailleurs accélérer les attributions de compensations actions à ses dirigeants, afin de réduire son bénéfice imposable de cette année. Malgré cet impact négatif, les analystes estiment que la réforme fiscale qui vient d'être adoptée devrait être globalement favorable pour le secteur financier.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2018

Le réexamen du dossier conduira le CHMP à donner une seconde opinion en juillet 2018...

Publié le 19/04/2018

L'ambition de Groupe Open est d'intégrer à nouveau en 2018, plus de 1.000 nouveaux collaborateurs...

Publié le 19/04/2018

Stellenbosch Vineyards représentait en 2017 un chiffre d'affaires de 13,5 ME...

Publié le 19/04/2018

Ces contrats sont dédiés au domaine naval...

Publié le 19/04/2018

Le chiffre d'affaires 2018 budgété pour cette activité était de 7,7 ME...