5 385.33 PTS
+0.36 %
5 375.50
+0.28 %
SBF 120 PTS
4 281.62
+0.26 %
DAX PTS
13 164.43
-0.02 %
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+0.00 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture de Wall Street : une fin de semaine teintée d'optimisme

| Boursier | 303 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a progressé vendredi, sur fond de bons résultats bancaires et alors que la faible inflation laisse envisager une politique monétaire toujours accommodante. Les principaux indices ont fini proches de leurs records.

Clôture de Wall Street : une fin de semaine teintée d'optimisme
Credits Reuters

Wall Street a encore frôlé vendredi ses records historiques, les principaux indices terminant en hausse à l'issue d'une semaine calme, marquée par les premiers résultats d'entreprises pour le 3ème trimestre. Plusieurs grandes banques ont publié des chiffres supérieurs aux attentes depuis 48 heures, même si l'accueil de la Bourse a été contrasté selon les établissements.

Par ailleurs, la faiblesse de l'inflation, confirmée par les données de septembre et soulignée par de nombreux membres de la Fed, fait penser que la banque centrale procédera très prudemment à l'avenir sur le chemin du resserrement monétaire.

Une 5ème semaine de hausse pour le DJIA et le S&P 500

Vendredi soir, l'indice Dow Jones a progressé de 0,13% à 22.871 points, à deux points de son record de mercredi, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,09% à 2.553 pts, là aussi à deux points de son plus haut historique. Le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a gagné 0,22% à 6.605 pts, ce qui représente un nouveau record, à 2 pts au-dessus de sa clôture de mercredi.

Sur l'ensemble de la semaine, les trois baromètres boursiers ont gagné respectivement 0,4%, 0,15% et 0,22%. Pour le DJIA et le S&P 500, il s'agit de la 5ème semaine de hausse consécutive, tandis que le Nasdaq a grimpé sur 4 des 5 dernières semaines.

Sur le marché des changes, le dollar s'est affaibli passagèrement vendredi après la publication d'une inflation plus faible que prévu en septembre aux Etats-Unis, mais a regagné du terrain en fin de séance. L'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) a fini stable à 93,09. L'euro a cédé 0,1% à 1,1819$. La devise européenne a néanmoins regagné 0,75% sur la semaine, soutenue par l'éloignement dans l'immédiat du risque d'une déclaration unilatérale d'indépendance de la Catalogne.

Sur les marchés obligataires américains, les taux se sont nettement détendus vendredi après les chiffres de l'inflation. Le rendement du T-Bond à 10 ans cédé 4 points de base pour revenir à 2,28% vendredi soir, ce qui marque une nette baisse en une semaine (2,37% le vendredi 6 octobre).

La faible inflation persistante pourrait rendre la Fed plus prudente

Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont progressé moins vite que prévu en septembre, en hausse 0,5% sur un mois et de 2,2% sur un an. Hors alimentation et énergie, l'indice 'core CPI' n'a cependant augmenté que de 0,1% sur un mois, contre +0,2% de consensus, et sur un an, cet indicateur s'est limité à une hausse de 1,7% alors que les économistes tablaient sur +1,8%.

Ces chiffres corroborent les inquiétudes exprimées par de nombreux membres de la Fed lors de la dernière réunion des 19 et 20 septembre dernier. Dans les Minutes de cette réunion, publiées mercredi, la Fed a ainsi souligné que "de nombreux participants ont exprimé des inquiétudes, selon lesquelles les chiffres bas de l'inflation cette année pourraient refléter non seulement des facteurs transitoires, mais aussi l'influence de développements qui pourraient s'avérer plus persistants". Plusieurs membres ont indiqué que leur décision de relever une troisième fois les taux cette année "dépendrait si les données macro-économiques des prochains mois accroissent ou non leur confiance" dans le fait que l'inflation sous-jacente va remonter vers l'objectif de 2% de la Fed.

Vendredi, d'autres statistiques ont montré que l'économie américaine se porte plutôt bien malgré la faible inflation. Les ventes de détail ont progressé 1,6% en septembre sur un mois, contre +1,8% de consensus de place et -0,1% pour le mois précédent. Hors automobile, les ventes de détail ont grimpé de 1% en septembre, contre +0,8% de consensus et +0,5% en août. Enfin, les ventes considérées hors automobile et essence ont augmenté de 0,5%, contre +0,4% de consensus et +0,1% en août.
Par ailleurs, l'indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains pour le mois d'octobre 2017, mesuré par l'Université du Michigan, est ressorti à 101,1 contre 95,1 pour sa lecture antérieure. L'indicateur était attendu à 'seulement' 95,4.

Le pétrole parvient à se maintenir au-dessus des 50$

Le cours du pétrole a poursuivi ses mouvements de yoyo, terminant finalement la semaine en hausse. Le contrat à terme de novembre sur le pétrole brut léger américain (WTI) a repris vendredi 1,68% à 51,45$ le baril sur le Nymex, confirmant son retour au-dessus du seuil psychologique des 50$. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent gagnait 1,54% à 57,17$. Sur l'ensemble de la semaine, le pétrole WTI a repris 4,4% après avoir subi une chute de 4,6% la semaine précédente.

Les spéculations continuent d'aller bon train sur les chances de l'Opep et de ses alliés de mettre fin aux excédents de l'offre mondiale. Malgré le respect de leurs objectifs de baisse de production, la hausse de la production d'autres pays, notamment des Etats-Unis, laisse planer le doute sur la situation du marché mondial l'an prochain. Vendredi, le cours du brut a notamment été soutenu par l'annonce d'importations chinoises de brut plus élevées que prévu en septembre, et par la baisse des stocks aux Etats-Unis publiée jeudi.

Les stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis ont ainsi reculé plus que prévu la semaine dernière (-2,8 millions de barils à 462,2 millions) même si ces chiffres sont difficiles à analyser en raison des effets des récents ouragans sur le marché américain.

LES VALEURS

Les résultats bancaires se sont enchaînés vendredi avec Bank of America et Wells Fargo, qui on été accueillis de façon contrastée. L'action Bank of America a bondi de 1,5% après l'annonce de revenus de 21,84 Mds$ au 3ème trimestre, contre 21,64 Mds$ un an avant. Les bénéfices s'élèvent à 5,59 Mds$, contre 4,96 Mds$ un an plus tôt. Le résultat net attribuable aux actionnaires est quant à lui de 5,12 Mds$, contre 4,45 Mds$ sur le T3 2016. Le bénéfice par action est ainsi de 0,48$, contre 0,41$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 0,45$, pour des revenus proches de 22 Mds$.

Quant à Wells Fargo (-2,7%), la banque a déçu en affichant des revenus en baisse 2% en glissement annuel, à 21,92 Mds$. Les bénéfices sont de 4,60 Mds$, contre 5,64 Mds$ un an avant. Le bénéfice par action est ainsi de 0,84$, contre 1,03$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,03$, pour des revenus de 22,4 Mds$. Le résultat net attribuable aux actionnaires s'affiche quant à lui à 4,19 Mds$, contre 5,24 Mds$ il y a un an.

Les titres de JP Morgan (-0,1%) et de Citigroup (-0,3%) ont continué à reculer malgré la publication, jeudi, de résultats supérieurs aux attentes. Les analystes ont cependant relevé des sources d'inquiétude pour les trimestres à venir. Ils soulignent notamment la faiblesse des activités de "trading" (liée à une très faible volatilité), ainsi qu'un ralentissement du crédit à la consommation. Les deux établissements ont en outre fait état d'une hausse de leurs provisions en vue de faire face à des défauts sur les dettes liées aux cartes de crédit.

Par ailleurs, PNC Financial (-1,1%) a publié vendredi un bénéfice trimestriel de 1,13 Md$, contre 1 Md$ un an avant. Le bénéfice par action est ainsi de 2,16$, contre 1,84$ un an plus tôt. Le résultat net attribuable aux actionnaires s'élève quant à lui à 1,04 Md$, contre 913 M$ il y a un an. Les revenus grimpent de 2% à 4,12 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,13$, pour des revenus de 4,1 Mds$.

McDonald's (+0,9%). Le broker RBC Capital maintient sa recommandation 'surperformance' sur le titre du géant de la restauration rapide à Wall Street, et rehausse, de 175 à 180$, son objectif de cours. Notons que 'McDo' publiera ses résultats trimestriels le 24 octobre.FIN

Walt Disney (+0,4%). Les équipes d'ABC TV Group vont être réduites. La filiale de Disney devrait supprimer environ 200 emplois. Disney/ABC TV Group cherche à réduire ses coûts annuels de 10%, tandis que les ressources de l'entreprise sont en train d'être redéployées pour répondre aux besoins futurs. Toutes les branches du groupe TV seraient touchées (ABC Entertainment, ABC Studios, Disney Channel, Disney XD, Disney Junior et Freeform). En revanche, ESPN, le réseau TV américain dédié au sport qui fait également partie de la galaxie Disney, ne serait pas concerné. ABC TV Goup emploie près de 10.000 personnes au global.

Amazon (+0,2%). Le patron d'Amazon Studios, Roy Price, a été suspendu avec effet immédiat. Un article du 'Hollywood Reporter' avait fait savoir hier jeudi qu'une productrice d'Amazon TV - Isa Hackett - accusait Price de harcèlement sexuel. Cette affaire intervient par ailleurs en plein scandale Harvey Weinstein. Amazon entend justement revoir ses projets avec The Weinstein Company, le studio cofondé par Weinstein...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2017

Medicrea s'envole de 20% à 3,94 euros à la mi-journée après la bonne nouvelle américaine...

Publié le 22/11/2017

Le consortium mené par le groupe de défense a décroché le contrat SYSENV...

Publié le 22/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 22/11/2017

Bruxelles a donné son feu vert...

Publié le 22/11/2017

Nexans ouvre son nouveau laboratoire de tests haute tension dans son Centre d'excellence de Calais...

CONTENUS SPONSORISÉS