Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 762.34 PTS
+1.51 %
5 690.5
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 435.09
+1.55 %
DAX PTS
12 114.36
+1.16 %
Dow Jones PTS
28 725.51
-1.71 %
10 971.22
-1.73 %
0.980
+0. %

Clôture de Wall Street : une clôture mitigée

| Boursier | 564 | Aucun vote sur cette news

Seul le Dow Jones résiste jeudi soir, malgré un bon début de séance. La hausse du jour est signée Disney, qui a réussi à doubler Netflix en nombre d'abonnés.

Clôture de Wall Street : une clôture mitigée
Credits Reuters

Après un bon début de séance, la bourse de New York a nettement ralenti la cadence jeudi malgré les derniers chiffres des prix à la production, qui ont confirmé que l'inflation a sans doute atteint son pic aux Etats-Unis. Plusieurs responsables de la Fed ont toutefois douché l'enthousiasme des investisseurs ces dernières heures, en rappelant que les prix restaient très élevés, et que la hausse des taux devait se poursuivre.

A la clôture de Wall Street, le Dow Jones s'adjuge 0,08% à 33.337 points. Le S&P 500 a basculé dans le rouge et cède 0,07% à 4.207 points, tout comme le Nasdaq en repli de 0,58% à 12.779 points.

Les Bourses européennes ont fini en ordre dispersé jeudi, tiraillées entre les signes de ralentissement de l'inflation américaine et les incertitudes persistantes quant au rythme du resserrement monétaire de la Réserve fédérale. À Paris, le CAC 40 a pris 0,33% à 6.544 points. Le Footsie britannique a cédé 0,55%, pénalisé par GSK, et le Dax allemand a perdu 0,05%. L'indice EuroStoxx 50 a clôturé en hausse de 0,21%

Le pic d'inflation touché ?

L'indice des prix à la production a donc reculé de 0,5% en juillet en comparaison du mois antérieur, là où le consensus était positionné à +0,2%. Hors alimentaire et énergie, l'indice affiche une progression de 0,2% sur un mois et de 7,6% sur un an. Des niveaux inférieurs au mois précédent et aux attentes des économistes. Malgré cette accalmie sur le front de l'inflation, plusieurs responsables de l'institution - du "faucon" Neel Kashkari à la "colombe" Mary Daly - n'ont laissé aucun doute sur le fait que la Fed continuera à resserrer sa politique monétaire jusqu'à ce que les pressions inflationnistes retombent durablement.

"Malgré la rhétorique inébranlable de la Fed, cette publication (ndlr : l'IPC) a donné aux investisseurs l'espoir que le rythme de hausse des taux aux États-Unis ralentira et que le légendaire atterrissage en douceur pourrait être moins insaisissable que prévu", explique à 'Bloomberg' Lewis Grant, responsable des actions mondiales chez Federated Hermes.

Selon le baromètre FedWatch de CME Group, le marché estime désormais à 67,5% la probabilité d'un relèvement de taux de 50 points de base à la fin du mois de septembre, et à 32,5% celle d'une hausse de 75 pb (entre 2,75% et 3%). Sur les marchés obligataires, les taux évoluent en ordre dispersé. Le rendement du 10 ans américain augmente de 6,5 points de base à 2,84% alors que celui du deux ans, plus sensible aux variations de taux de la Fed, abandonne 2,5 pb à 3,19%. Le dollar perd lui encore de 0,4% face à un panier de devises.

Toujours sur le front macro, les inscriptions au chômage ont moins augmenté que prévu la semaine passée aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail a en effet annoncé, pour la semaine close au 6 août, que les inscriptions au chômage ont atteint 262.000, en hausse de 14.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus tablait sur 265.000 nouvelles inscriptions. La moyenne à quatre semaines s'établit à 252.000, en progression de 4.500. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 30 juillet atteint 1,428 million, en augmentation de 8.000 sur sept jours (1,420 million de consensus).

Pétrole et devises

Du côté des devises, l'"indice dollar", qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, continue de reculer (-0,23%) après avoir accusé la veille sa pire performance quotidienne en cinq mois. L'euro monte à 1,0333 dollar (+0,35%).

Le bitcoin grimpe de 2,5% sur 24 heures à 24.660$ sur Coindesk. L'once d'or grignote 0,1% à 1.791$

Le baril de brut WTI pour livraison septembre prend actuellement 0,6% à 92,5 dollars sur le Nymex. L'Agence internationale de l'énergie a relevé ses prévisions de croissance de la demande de brut cette année, la flambée des prix du gaz incitant certains consommateurs à se tourner vers le pétrole.

Les valeurs

Walt Disney bondit de 4,7%, porté par des résultats trimestriels meilleurs que prévu, le recrutement de 14,4 millions de nouveaux abonnés pour ses services Disney+ (contre 9,8 millions attendus) et l'annonce d'une augmentation du prix de l'accès à Disney+ sans publicité de 38% en décembre. Walt Disney comptait un total de 221,1 millions d'abonnés pour sa plateforme de streaming à la fin du troisième trimestre, un nombre supérieur à celui annoncé dernièrement par Netflix, qui a lui perdu des clients au cours du dernier trimestre. Afin d'attirer de nouveaux abonnés, Disney proposera en décembre une offre d'accès à Disney+ avec publicité pour 7,99 dollars par mois, le même prix qu'elle facture actuellement pour la version sans publicité, a souligné l'entreprise. Les prix pour accéder à la plateforme Hulu augmenteront eux de 1 à 2 dollars par mois en décembre. La société s'attend à ce que Disney+ devienne rentable au cours de l'exercice 2024.

Le groupe a toutefois revu à la baisse ses prévisions d'abonnés à long terme pour les clients Disney+, en raison de la perte des droits de diffusion du cricket en Inde. La directrice financière, Christine McCarthy, a ainsi déclaré aux investisseurs lors d'une conférence téléphonique que la société s'attend désormais à avoir entre 135 millions et 165 millions de clients "principaux" de Disney+ et jusqu'à 80 millions de clients pour le produit Disney+ Hotstar en Inde d'ici la fin de l'exercice 2024, soit un maximum de 245 millions. Un chiffre inférieur aux 230 à 260 millions estimés précédemment. Sur son troisième trimestre fiscal, le géant du divertissement a fait état d'un bénéfice par action ajusté de 1,09 dollar (96 cents de consensus), en hausse de 36% sur un an, grâce à la reprise de la fréquentation de ses parcs d'attractions. Les ventes ont bondi de 26% pour atteindre 21,5 milliards de dollars, tirées par la montée en flèche des revenus des parc et dépassant les attentes des analystes de 21,5 Mds$.

Boeing cède 0,6%. L'avionneur a livré mercredi son premier 787 Dreamliner depuis mai 2021. American Airlines est l'heureux propriétaire de cet appareil, qui a rencontré de nombreux problèmes de production au cours des derniers mois. L'avionneur américain a confirmé la reprise des livraisons à la suite "d'analyses techniques approfondies, de vérifications et d'activités de retouche pour s'assurer que tous les avions sont conformes aux spécifications rigoureuses de Boeing et aux exigences réglementaires".

La FAA avait approuvé le mois dernier le plan d'inspection et de modernisation de Boeing nécessaire pour répondre aux normes de certification. Les livraisons du gros-porteur de Boeing ont été perturbées lorsque des problèmes sont apparus pour la première fois il y a environ deux ans, et ont été interrompues par la FAA à la mi-2021 après que d'autres petits défauts eurent été découverts par les ingénieurs de Boeing. Le groupe de Seattle a environ 120 modèles de 787 en attente de livraison.

T-Mobile US (-0,8%). Deutsche Telekom, premier actionnaire de T-Mobile US avec 48,5% du capital, s'attend à devenir majoritaire bien avant 2024. L'opérateur américain, qui représente les trois cinquièmes du chiffre d'affaires du groupe allemand, a gagné des abonnés après sa fusion avec Sprint et le déploiement de son service 5G. Au cours du dernier trimestre, T-Mobile a acquis 1,7 million de clients, portant le total de sa base à 110 millions. Le directeur général de la DT, Timotheus Hoettgas, a déclaré que l'acquisition d'une participation majoritaire dans T-Mobile US était le projet stratégique le plus important du groupe à l'heure actuelle.

Bumble cède 7,8%. L'éditeur d'applications de rencontres en ligne a revu à la baisse sa prévision de chiffre d'affaires annuel et a dévoilé un résultat trimestriel inférieur aux attentes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 30/09/2022

Après l'onde de choc Apple hier jeudi (-2,84% sur le Nasdaq, -1,54% sur le DJIA et -4,9% pour Apple), la cote américaine reste pour l'heure incertaine...

Publié le 30/09/2022

Après l'onde de choc Apple hier jeudi (-2,84% sur le Nasdaq, -1,54% sur le DJIA et -4,9% pour Apple), la cote américaine reste pour l'heure incertaine...

Publié le 30/09/2022

Après l'onde de choc Apple hier jeudi (-2,84% sur le Nasdaq, -1,54% sur le DJIA et -4,9% pour Apple), la cote américaine reste pour l'heure incertaine...

Publié le 30/09/2022

Les marchés actions américains ont clôturé dans le rouge sur fond de craintes de récession de plus en plus réelles. Déjà sonnés par le contexte de resserrement agressif des politiques…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/09/2022

Au cours du premier semestre 2022, Prologue, société technologique de croissance spécialisée dans les domaines du logiciel, des services informatiques et de la formation, a enregistré une très…

Publié le 30/09/2022

Theradiag a annoncé la désignation du cabinet Crowe HAF par le conseil d’administration de la société en qualité d’expert indépendant dans le cadre du projet d’offre publique d’achat…

Publié le 30/09/2022

Lors de la dernière Assemblée générale mixte annuelle, les actionnaires du Groupe LDLC ont approuvé la proposition de versement d'un dividende de 2 euros par action au titre de l'exercice…

Publié le 30/09/2022

ArganLa foncière spécialisée dans le développement et la location de plateformes logistiques dévoilera son chiffre d'affaires du troisième trimestreKaufman and BroadLe groupe immobilier publiera…

Publié le 30/09/2022

Slawomir Krupa, directeur général adjoint en charge des activités de Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs de Société Générale, a été proposé par le conseil…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Pour vous former en bourse

Nos webinaires d'octobre sont en ligne :
100% gratuits, 100% bonne humeur 😉


JE PARTICIPE