5 583.17 PTS
+0.31 %
5 531.0
+0.30 %
SBF 120 PTS
4 455.46
+0.30 %
DAX PTS
12 950.94
-0.20 %
Dowjones PTS
24 886.81
+0.21 %
6 953.63
+0.00 %
Nikkei PTS
22 437.01
-1.11 %

Clôture de Wall Street : timide rebond après le statu quo de la Fed

| Boursier | 376 | Aucun vote sur cette news

Les actions américaines ont repris un peu de hauteur mercredi, après deux jours de baisse. La Fed a maintenu ses taux inchangés, mais s'est montrée optimiste pour la croissance économique et l'inflation.

Clôture de Wall Street : timide rebond après le statu quo de la Fed
Credits Reuters

Wall Street a retrouvé mercredi le chemin de la hausse, après une chute de 1,5% à 2% des principaux indices sur les deux précédentes séances. La réunion de la Fed (la dernière présidée par Janet Yellen) s'est soldée, comme anticipé, par un statu quo sur les taux d'intérêts directeurs, même si la banque centrale américaine a laissé la porte ouverte à un nouveau resserrement monétaire en mars. Du côté des entreprises, les résultats de Boeing (+4,9%) ont été très bien accueillis, tandis que les cours du pétrole ont rebondi et que les marchés obligataires se sont stabilisés après deux jours de turbulences. Après la clôture, les comptes de Facebook ont en revanche déçu, faisant chuter le cours de 5% en cotations post-séance...

A la clôture, le Dow Jones a regagné 0,28% à 26.149 points (après -2% en deux séances), tandis que l'indice large S&P 500 a pris 0,05% à 2.823 pts (après -1,8% en 2 jours) et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a avancé de 0,12% à 7.411 pts (après -1,3% en 2 jours).

Sur les marchés obligataires, les rendements des emprunts d'Etat se sont stabilisés après leur forte hausse des derniers jours, dans l'anticipation d'un durcissement de politique monétaire cette année. Le rendement du bon du Trésor américain (T-Bond) à 10 ans est resté stable à 2,72% mercredi, proche de son plus haut niveau depuis près de 4 ans, en avril 2014. Les taux américains se sont fortement tendus depuis le début de l'année, le 10 ans ayant achevé 2017 sur le niveau de 2,40%.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a peu évolué, cédant 0,07% mercredi soir à 89,10, restant proche de son plus bas depuis trois ans face à un panier de 6 devises internationales. L'euro a gagné 0,07% à 1,2415$ dans les échanges entre banques.

Trois ou quatre hausses des taux de la Fed cette année ?

La Fed a donc maintenu ses taux directeurs inchangés ce mercredi, dans une fourchette de 1,25% à 1,50% La banque centrale américaine a cependant laissé la voie ouverte à une nouvelle hausse des taux lors de sa réunion de mars. Elle a ainsi légèrement infléchi son discours en se montrant confiante sur une accélération de l'inflation en cours d'année.
Elle a ajouté s'attendre à une croissance modérée de l'économie du pays cette année, évoquant des améliorations notables en matière d'emploi, de dépenses des ménages et d'investissements. "Sur une base de 12 mois, l'inflation devrait être en hausse cette année et se stabiliser", autour de l'objectif de 2% visé par la Fed sur le moyen terme, a poursuivi la banque centrale.

Dans ces conditions, certains analystes s'attendent à ce que le nouveau patron de la Fed, Jerome Powell (qui prendra officiellement ses fonctions samedi), adopte un ton légèrement plus haussier que Janet Yellen. Ainsi, alors que jusqu'ici les projections de la Fed privilégiaient un scénario de 3 hausses de taux d'un quart de point en 2018, certains experts n'excluent plus une 4ème hausse si la hausse des prix prend de l'ampleur pour se rapprocher de l'objectif de 2% que s'est fixé la Fed.

Pétrole et or retrouvent des couleurs

Le pétrole a repris des couleurs mercredi après deux séances baissières malgré l'annonce d'une hausse des stocks de pétrole brut, la première hausse après 10 semaines de recul... Le cours du brut léger américain (WTI) a progressé mercredi de 0,36%, à 64,73$ (contrat à terme de mars sur le Nymex), tandis que le baril de Brent a fini presque stable (+0,04 %) à 69,06$ le baril. Les stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis ont progressé de 6,8 millions de barils sur la semaine close au 26 janvier, à 418,4 millions de barils, alors que le consensus tablait sur une légère hausse de 0,1 million de barils.

L'or a rebondi après avoir subi 4 séances baissières d'affilée : l'once de métal jaune a fini à 1.349,10$ l'once, en hausse de 0,7%, pour le contrat à terme d'avril sur le Comex.

Sur le plan macro-économique, le chiffre-clé de la semaine sera le rapport sur l'emploi en janvier, publié vendredi. En attendant, le rapport du cabinet ADP sur l'emploi dans le secteur privé a fait état mercredi de 234.000 créations de postes, un nombre supérieur au consensus d'environ 195.000. Par ailleurs, l'indice PMI manufacturier de la région de Chicago pour le mois de janvier 2018 est ressorti à 65,7, contre un consensus de 64 et après 67,8 en décembre. Enfin, les promesses de ventes de logements a augmenté de 0,5% en décembre par rapport à novembre, en ligne avec le consensus de place, après une augmentation de 0,3% en novembre.

VALEURS A SUIVRE

Boeing (+4,9%) a dévoilé des comptes records pour 2017. Les revenus s'élèvent à 25,37 Mds$, contre 23,29 Mds$ un an avant. Le résultat net s'affiche à 3,13 Mds$, contre 1,63 Md$ un an plus tôt. Le bénéfice par action ressort à 5,18$, contre 2,59$ sur la même période de l'exercice précédent. En non-GAAP, le bpa s'élève à 4,80$, contre 2,47$ sur le T4 2016. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,89$, pour des revenus de 24,7 Mds$. Pour 2018, le groupe vise un bpa compris allant de 13,80 à 14$ (contre 12,04$ en 2017), pour des revenus logés entre 96 et 98 Mds$ (contre 93,39 Mds$ en 2017). Boeing anticipe par ailleurs la livraison de 810 à 815 avions commerciaux cette année, contre 763 en 2017 et 748 en 2016.

Facebook (-0,1%) a publié ses résultats du quatrième trimestre après la clôture, faisant chuter le titre de près de 5% en cotations post-séance. Les profits s'élèvent à 4,27 Mds$ (1,44$ par action), contre 3,57 Mds$ (1,21$ par action) un an avant. Les revenus s'affichent à 12,97 Mds$, contre 8,81 Mds$ un an plus tôt. Sans prendre en compte l'impact de la réforme fiscale américaine, le bénéfice par action ressort à 2,21$. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,95$, pour des revenus de 12,5 Mds$. Par ailleurs, le temps passé par les internautes sur le réseau social a baissé, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur les futurs revenus publicitaires.

Apple (+0,3%). Après la justice française, les autorités américaines s'intéressent à leur tour à l'affaire du bridage volontaire des performances de certains anciens iPhones par Apple. Selon l'agence 'Bloomberg', le département américain de la Justice et la SEC Securities and Exchange Commission (SEC, gendarme de la Bourse) ont ouvert une enquête pour savoir si la firme à la pomme a enfreint la législation boursière dans sa communication sur le ralentissement volontaire de ces anciens modèles équipés de batteries usées. Le gouvernement a demandé des informations au groupe, précise l'agence de presse américaine, qui cite des sources proches du dossier. Apple n'a pas répondu aux demandes de commentaires. Le département de la Justice et la SEC ont eux aussi refusé de commenter l'information.

AMD (+6,7%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 61 M$ (0,06$ par action), contre une perte de 51 M$ (0,06$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ajusté ressort à 0,08$, contre une perte par action de 0,01$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 1,48 Md$, contre 1,11 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 0,05$, pour des revenus de 1,4 Md$. Sur le premier trimestre du nouvel exercice, le groupe vise des revenus compris entre 1,50 et 1,60 Md$, contre 1,25 Md$ de consensus.

Electronic Arts (+7%) a dévoilé ses comptes du troisième trimestre fiscal 2018. Les revenus sont de 1,16 Md$, contre 1,15 Md$ un an avant. La perte nette s'élève à 186 M$ (0,60$ par action), contre une perte de 1 M$ un an avant. Sans prendre en compte l'impact de la réforme fiscale US, la perte par action trimestrielle s'affiche à 0,03$. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action de 0,23$, pour des revenus de 1,14 Md$. Sur l'exercice, le groupe vise des revenus de 5,1 Mds$, pour un bpa de 3,25$. Sur le quatrième trimestre fiscal, les revenus sont attendus par EA à 1,532 Md$, pour un bpa de 1,86$.

Juniper Networks (-7,6%) a présenté ses comptes préliminaires du quatrième trimestre. Les revenus sont de 1,24 Md$, en baisse de 11% en glissement annuel. La perte nette s'élève à 148,1 M$ (0,40$ par action), contre un bénéfice de 189 M$ (0,49$ par action) un an avant. En non-GAAP, sans prendre en compte l'impact de la réforme fiscale US, le bénéfice par action s'affiche à 0,53$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,52$, pour des revenus de 1,24 Md$. Sur le premier trimestre 2018, le groupe vise des revenus d'environ 1,05 Md$, pour un bpa compris entre 0,22$ et 0,28$. Le consensus de place est logé à 0,42$ de bpa et 1,15 Md$ de revenus.

Illumina (-3,5%) a publié ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus sont de 778 M$, en hausse de 26% en glissement annuel. Les bénéfices s'affichent à 68 M$ (0,46$ par action), contre 124 M$ (0,84$ par action) un an avant. En non-GAAP, le bpa ressort à 1,44$, contre 0,85$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,22$, pour des revenus de 753 M$. Sur 2018, le groupe vise des revenus en hausse de 13 à 14%, pour un bpa compris entre 4,50 et 4,60$. Sur 2017, Illumina affiche des revenus de 2,75 Mds$, et un bpa de 4$.

Eli Lilly (-5,4%) a présenté ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus grimpent de 7% en glissement annuel, à 6,16 Mds$. La perte nette s'élève à 1,66 Md$, contre un profit de 772 M$ un an avant. Le bénéfice par action non-GAAP ressort à 1,14$, contre 0,95$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,07$, pour des revenus de 5,9 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa compris entre 4,81 et 4,91$, contre 4,28$ en 2017.

D.R. Horton (+1%) a annoncé ses comptes du premier trimestre fiscal 2018. Les bénéfices sont de 189 M$ (0,49$ par action), contre 207 M$ (0,55$ par action) un an avant. Les profits prennent en compte une charge exceptionnelle de 108,7 M$ liée à la réforme fiscale américaine. Les revenus ressortent à 3,33 Mds$, contre 2,9 Mds$ un an plus tôt et 3,2 Mds$ de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise des revenus compris entre 15,5 et 16,3 Mds$.

Ingersoll-Rand (+2,3%) a présenté ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 460 M$ (1,81$ par action), contre 199 M$ (0,75$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,02$, en hausse de 21% en glissement annuel. Les ventes s'élèvent à 3,62 Mds$, contre 3,36 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,03$, pour des revenus de 3,52 Mds$.

Johnson Controls (-1,8%) a annoncé ses comptes du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 230 M$ (0,25$ par action), contre 329 M$ (0,35$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,54$, en hausse de 2% en glissement annuel. Les ventes grimpent de 5% à 7,44 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 51$, pour des revenus de 7,2 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 2,75 et 2,85$.

Broadcom (+3%) a dévoilé ses nouvelles prévisions. Sur le premier trimestre fiscal 2018, le groupe vise désormais des revenus compris entre 5,3 et 5,35 Mds$, contre une précédente anticipation de 5,3 Mds$. Le bénéfice par action est quant à lui attendu à environ 5,10$, contre 4,95$ de consensus. Sur le second trimestre, les revenus sont anticipés à 5 Mds$ (plus ou moins 75 M$).

Xerox (+4,4%) bondit ce jour à Wall Street. Le groupe japonais Fujifilm Holdings Corp. va prendre le contrôle de la firme américaine dans le cadre d'une opération qui donnera naissance à une entité pesant 18 Mds$. Xerox va d'abord fusionner avec la joint venture opérée avec Fujifilm en Asie. Les actionnaires actuels de Xerox recevront un dividende cash exceptionnel de 9,8$ par titre. Fujifilm détiendra au final 50,1% de l'entité combinée.

Thomson Reuters (-7%). Un groupement mené par Blackstone a comme prévu accepté d'acquérir le contrôle de l'activité Finance et Risque de Thomson Reuters, dans le cadre d'une opération valorisant la totalité de l'activité à 20 Mds$. Le Canada Pension Plan Investment Board et le fonds souverain singapourien GIC Pte, sont partenaires de Blackstone sur cette opération, qui porte sur le rachat de 55% de l'activité. Thomson Reuters estime les produits de la cession à 17 Mds$, dont 3 Mds$ provenant du groupement acquéreur et 14 Mds$ financés par la dette et des titres préférentiels.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2018

Havas, filiale du groupe Vivendi, va ouvrir à Montréal un Centre d’innovation dédié à l’intelligence artificielle (IA) appliquée à l’expérience client. L’objectif de ce dernier est…

Publié le 24/05/2018

Alstom et nombre d’entreprises, de villes et de pays partenaires se sont réunis aujourd’hui à Leipzig en Allemagne pour le lancement officiel de l’Alliance pour la décarbonisation des…

Publié le 24/05/2018

Gazprom a dû céder aux exigences de la commission européenne et évitera ainsi une amende qui aurait pu aller jusqu'à 10 % de son chiffre d'affaires...

Publié le 24/05/2018

Vinci a signé hier une convention d’achat d’actions avec un prestataire de service d’investissement. Aux termes de cette convention, le prestataire de service d'investissement vendra à Vinci,…

Publié le 24/05/2018

Le broker relève tout de même sa cible