5 340.45 PTS
-
5 335.00
-
SBF 120 PTS
4 251.42
-
DAX PTS
13 058.66
+0.50 %
Dowjones PTS
23 430.33
+0.31 %
6 308.61
-0.09 %
Nikkei PTS
22 438.97
+0.80 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture de Wall Street : sur les sommets malgré la Corée du Nord

| Boursier | 227 | Aucun vote sur cette news

Les deux principaux indices américains ont fini vendredi à des niveaux record, malgré un nouveau tir de missile par Pyongyang et des "stats" décevantes. Le pétrole a bondi de 5% sur la semaine.

Clôture de Wall Street : sur les sommets malgré la Corée du Nord
Credits Reuters

La Bourse de New York a fait fi des nouvelles moroses en cette fin de semaine pour finir sur de nouveaux records historiques pour les indices phares Dow Jones et S&P 500. Les investisseurs ont ignoré l'annonce d'un nouveau tir de missile balistique intercontinental par la Corée du Nord, qui a survolé le Japon... Ils ne se sont pas non plus inquiétés de l'annonce de ventes de détail et d'une production industrielle inférieures aux attentes en août. A noter que ce vendredi était une journée des 'Quatre Sorcières', avec l'expiration simultanée des options sur indices, options sur actions, et des contrats à terme sur indices ou actions.

L'indice Dow Jones a gagné 0,29% à 22.268 points vendredi en clôture, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,19% à 2.500 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a avancé de 0,3% à 6.448 pts, à seulement 0,2% de son plus haut niveau historique de 6.460 atteint mercredi. Sur la semaine, les trois indices ont effacé leurs pertes de la semaine précédente, en rebondissant de 2,1% pour le DJIA, de 1,6% pour le S&P 500 et de 1,4% pour le Nasdaq.

La demande de pétrole se redresse, favorisant le rééquilibrage du marché

Le pétrole et les valeurs pétrolières se sont nettement raffermis cette semaine, profitant d'informations optimistes sur la demande mondiale d'or noir. Le cours du baril de pétrole léger américain (WTI ou light sweet crude) s'est stabilisé vendredi proche de 50$, à 49,89$. Sur 5 séances, le WTI a bondi de 5% et il a repris 8% depuis le 31 août dernier. Le Brent de la Mer du Nord a gagné vendredi 0,27% à 55,62$ (+3% sur la semaine).

L'Opep a relevé sa prévision de la demande pour son pétrole en 2018 et a fait état de signes montrant que l'accord d'encadrement de la production contribuait à réduire une offre excédentaire qui pèse sur les prix. De son côté, l'AIE a fait état jeudi d'un début de désengorgement du marché grâce notamment à une croissance de la demande plus forte que prévu en Europe et aux Etats-Unis. Enfin, l'IEA voit la consommation mondiale de pétrole et autres carburants liquides augmenter de près de 20% d'ici 2040, grâce aux secteurs des transports et de l'industrie.

Rebond des taux américains et du dollar, malgré des statistiques en demi-teinte

Le marché obligataire américain, qui avait servi de valeur-refuge la semaine dernière, a nettement reculé cette semaine, faisant mécaniquement remonter les taux d'intérêts. Le rendement du T-Bond à 10 ans a ainsi fini vendredi à 2,20%, une hausse de 1 point de base sur la séance, mais un bond de 15 pdb sur 5 jours. Vendredi dernier, le taux du T Bond à 10 ans était tombé à 2,05%, au plus bas depuis novembre 2016.

Sur le marché des changes, la livre sterling a volé la vedette cette semaine, s'envolant après la réunion, jeudi, de la Banque d'Angleterre (BoE). La devise britannique a gagné 1,28% vendredi pour finir à 1,3571$, ce qui porte son rebond à 2,7% en deux séances. L'euro a pour sa part subi des prises de bénéfices cette semaine, après avoir atteint un pic au-dessus de 1,20$ la semaine précédente. La devise européenne a progressé vendredi de 0,2% à 1,1942$, mais elle a reculé de 0,8% en 5 séances.

Les statistiques américaines du jour sont ressorties en demi-teinte : les ventes de détail ont reculé de 0,2% en août par rapport à juillet, contre un consensus de place de +0,1%. La production industrielle a décliné de manière imprévue en août, en baisse de 0,9% en comparaison du mois antérieur, contre +0,1% de consensus de place.

En revanche, l'indice 'Empire State' d'activité manufacturière régionale de la Fed de New York est ressorti largement supérieur aux attentes en septembre, à 24,4 contre un consensus de place de 19. Et le sentiment des consommateurs (mesuré par l'Université du Michigan) est ressorti meilleur que prévu en septembre à 95,3, contre 95 de consensus de place et 96,8 en août.

LES VALEURS

Oracle (-7,6%) était sous le feu des projecteurs. Le titre de l'éditeur de logiciels d'entreprises a plongé malgré l'annonce de résultats trimestriels pourtant meilleurs que prévu. Ce sont les prévisions du groupe qui laissent planer quelques doutes sur ses perspectives de croissance. Oracle prévoit une hausse de revenu de 2 à 4% au second trimestre fiscal, à devises constantes, alors que le consensus de place était d'environ... 4,7%. Pour le premier trimestre, les revenus sont ressortis en hausse de 7% à 9,2 Mds$. Les revenus cloud ont progressé de 51% à 1,5 Md$. Les profits ont grimpé de 21% à 2,2 Mds$, faisant ressortir un bénéfice par action de 0,52$. En non-GAAP, le bénéfice par action a atteint 0,62$ (+12%), contre 60 cents de consensus.

Le titre de Boeing a bondi de 1,5% à 249$ pour atteindre un record historique après une note positive du broker Canaccord Genuity, qui a relevé son objectif de cours à 235$ (pourtant inférieur au cours actuel...) Canaccord s'attend à de bonnes nouvelles pour le constructeur aéronautique américain, notamment concernant le B-787, lors de la réunion annuelle avec les investisseurs prévue les 18 et 19 septembre.

Les valeurs pétrolières ont marqué le pas vendredi, mais affichent des gains confortables sur la semaine, dans le sillage de la hausse des cours de l'or noir. Parmi les grandes valeurs en vue, figurent ExxonMobil (-0,02% vendredi, mais +1,4% sur la semaine), Chevron (+0,1%, mais +3,3% en 5 séances), Transocean (+0,2% et +9,5% sur la semaine), et Schlumberger (-0,7% vendredi et +3,4% sur la semaine).

Apple a rebondi de 1% vendredi, après une baisse de plus de 2% en 3 séances, suivant la présentation mardi de ses nouveaux produits, dont trois iPhones. Certains analystes citaient une relative déception concernant l'iPhone X (prononcer iPhone Ten ou Dix) qui coïncide avec le 10ème anniversaire de la création de l'iPhone. La commercialisation de cet iPhone X sera plus tardive (pas avant le 3 novembre) que celle des iPhones 8 et 8 Plus dévoilés eux aussi mardi (en vente dès le 22 septembre), ce qui pourrait nuire aux ventes de l'iPhone haut de gamme.

Macy's (+2,6%), la chaîne américaine de distribution, entend recruter environ 80.000 'saisonniers' pour faire face au pic de consommation de la période des fêtes. Il s'agit toutefois d'un niveau de recrutement légèrement inférieur à celui affiché un an auparavant.

Nucor (-0,8%), le géant américain de l'acier, annonce viser, sur le troisième trimestre (clos fin septembre 2017), un bénéfice par action compris entre 0,75 et 0,80$, contre 1$ au second trimestre du même exercice, et 0,95$ sur la même période de l'année dernière. Le consensus de place était logé jusqu'ici à 1,02$.

Alphabet (-0,5%), la maison-mère de Google, pourrait investir 1 Md$ dans le service d'autopartage de Lyft, d'après le 'Wall Street Journal'... Alphabet a également répondu, dans un tout autre registre, aux accusations de 'discrimination de genre'. Alphabet étudie le procès, mais nie les accusations de discrimination salariale ou d'évolution.

Celgene (+1%). Le dossier du groupe pharmaceutique entre dans les 'top picks' de RBC Capital, qui fixe un objectif de cours de 176$. D'après RBC, les perspectives de Celgene sont significativement sous-évaluées, en comparaison des pairs sectoriels.

First Solar (+4,1%). La Deutsche Bank a revu sa recommandation de 'conserver' à 'acheter' sur le dossier de cet acteur de l'énergie solaire. Le broker précise que ses vérifications font ressortir une demande accrue sur le marché américain, ainsi qu'une tendance de prix haussière.

Carnival (-4%). Le géant de la croisière a souffert, après que Credit Suisse a revu sa recommandation de 'surperformance' à 'neutre'. Le courtier évoque des perspectives sectorielles incertaines.

American Airlines (-0,4%) / United Continental (-2,3%). JP Morgan a dégradé American Air et United Continental à 'neutre'. Le broker se montre sélectif dans le compartiment aérien à Wall Street, et recommande par contre le dossier Southwest (+0,7%) à 'surpondérer'. Le courtier juge la valorisation de Southwest attractive, mais s'inquiète par contre de l'impact des tendances de prix et des coûts de carburant sur American et United.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

  COMMUNIQUE DE PRESSE   Paris, le 20 novembre 2017   Evolution du capital de Direct Energie    Cession par EBM Trirhena AG d'une partie de sa participation Environ 4,7% du…

Publié le 20/11/2017

   Communiqué de Presse   Paris, le 20 Novembre 2017   Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital…

Publié le 20/11/2017

Les résultats du premier semestre étant en ligne avec les prévisions du groupe, le Conseil d’administration de la société Bigben Interactive a, lors de sa réunion du 20 novembre 2017, décidé…

Publié le 20/11/2017

Bigben a enregistré au premier semestre, clos fin septembre, de l’exercice 2017/2018 un résultat net de 4,2 millions d’euros, en hausse de 102,4% et un résultat opérationnel courant de 6…

CONTENUS SPONSORISÉS