En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Clôture de Wall Street : regain d'aversion au risque, 3e baisse d'affilée

| Boursier | 220 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a poursuivi sa correction, mardi, alors que Donald Trump brandit à nouveau l'arme des taxes douanières contre la Chine, l'Amérique du Sud et la France.

Clôture de Wall Street : regain d'aversion au risque, 3e baisse d'affilée
Credits Reuters

La Bourse de New York a corrigé mardi pour la 3e séance consécutive, les investisseurs prenant des bénéfices après les récents records, et digérant mal les dernières prises de position protectionnistes de Donald Trump. Le président américain affirme désormais qu'il pourrait attendre l'élection présidentielle américaine (en novembre 2020...), avant de signer un accord commercial avec la Chine ! Dans ce contexte anxiogène, les valeurs-refuge ont été très recherchées, à commencer par les obligations (entraînant une détente des taux d'intérêts), l'or et le yen japonais.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 1,01% à 27.502 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,66% à 3.093 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a fléchi de 0,55%, à 8.520 pts. Le secteur des semi-conducteurs (qui a fortement progressé depuis début 2019) a perdu 1,5%, mesuré par l'indice SOX de Philadelphie.

Les marchés n'ont pas accru leurs pertes davantage à l'annonce des conclusions du rapport d'enquête démocrate sur la procédure de destitution de Donald Trump. Le rapport, publié mardi, a fait émerger des preuves "accablantes et incontestables" que le président américain a abusé de son pouvoir, selon le patron de la commission du renseignement à la Chambre des représentants, l'élu démocrate Adam Schiff. Une porte-parole de la Maison blanche a répliqué sèchement qu'au contraire, "l'imposture" de l'enquête en destitution n'a produit "aucune preuve" contre Donald Trump.

Les valeurs-refuge recherchées

Sur le marché des changes, le dollar a reculé face aux grandes devises mondiales, dans la perspective d'un regain des tensions commerciales qui pèserait sur la croissance. L'indice du dollar, qui mesure sa variation face à un panier de 6 devises de référence, a cédé 0,13% à 97,73 points après une baisse de 0,45% lundi. Le yen a progressé de 0,3% et le franc suisse de 0,4% face au billet vert, tandis que l'euro a grappillé 0,03% à 1,1080$.

Les obligations progressent nettement, entraînant un forte détente des taux (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans plonge ainsi de 12 points de base (centièmes de point), retombant à 1,70%.

L'or a aussi retrouvé son statut de valeur-refuge, regagnant 0,95% à 1.483,20$ l'once pour le contrat à terme de février sur le marché Comex. Le métal jaune avait reculé de 2,8% en novembre, les espoirs d'un accord commercial ayant profité aux actifs risqués au détriment de l'or. Mais la perspective d'un regain de tension sur le front commercial profite à nouveau à l'or ce mardi.

Pas d'accord entre Washington et Pékin avant... fin 2020 ?

Après les récents records boursiers salués par Donald Trump, le président américain a donc cassé l'ambiance depuis deux jours, en multipliant les annonces concernant de nouvelles taxes douanières. Alors que la semaine dernière, un accord commercial de "Phase 1" semblait à portée de main avec la Chine, Trump a affirmé mardi depuis Londres, où il assiste au sommet de l'Otan, qu'il n'avait pas de date butoir pour boucler un accord commercial avec la Chine, ajoutant même qu'il serait peut-être préférable d'attendre l'issue de l'élection présidentielle de 2020...

La veille, le site d'information Axios avait déjà écrit que les discussions commerciales étaient une nouvelle fois gelées, en raison des divergences sur Hong Kong après la promulgation par Donald Trump d'une loi soutenant le mouvement pro-démocratie.

Rappelons que si aucun accord n'est conclu d'ici au 15 décembre, l'administration Trump menace de taxer à 10% environ 156 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires. Lundi, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross a en effet affirmé que Donald Trump était prêt à mettre en oeuvre ces taxes si un accord commercial n'est pas conclu."Si rien ne se passe d'ici-là, le président a clairement indiqué qu'il appliquera les droits de douane, les droits de douane majorés", a ainsi déclaré M. Ross à la chaîne 'Fox Business'.

Mardi matin, les médias chinois annonçaient quant à eux ce matin la prochaine publication par Pékin d'une liste noire "d'entités non fiables", qui pourraient faire l'objet de sanctions en réaction à la législation américaine favorable aux manifestants pro-démocratie à Hong Kong. Promulgué par Donald Trump la semaine dernière, cette loi est considérée par Pékin comme une ingérence dans ses affaires intérieures.

Menaces de droits de douanières tous azimuts

Lundi, Donald Trump a par ailleurs annoncé le rétablissement "avec effet immédiat" des droits de douane de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium en provenance d'Argentine et du Brésil. Le président américain accuse les deux pays sud-américains d'avoir procédé à une "dévaluation massive de leurs monnaies" qui pénalise les agriculteurs américains, a-t-il tempêté.

Et dans la nuit de lundi à mardi, Washington a brandi la menace de taxer 2,4 milliards de dollars de produits français en représailles contre la taxe Gafa. Le Bureau du représentant américain au commerce (USTR) a ainsi remis son rapport très attendu, dans lequel il a déclaré envisager de surtaxer des produits français jusqu'à 100%. Si cette taxe se concrétise, les fromages, certains produits de luxe (cosmétiques...) et les vins pétillants seraient parmi les produits visés...

Mardi soir cependant, à l'issue d'une rencontre à Londres au sommet de l'Otan, Donald Trump et Emmanuel Macron se sont dits confiants quant à la possibilité de régler le différend qui les oppose sur la taxe Gafa.

L'Opep attendu sur ses quotas à Vienne en fin de semaine

Le pétrole en revanche n'a pas beaucoup réagi aux aléas des discussions commerciales. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a gagné 0,30% à 56,10$ sur le Nymex (contrat à terme de janvier), mais le Brent de la mer du Nord a reculé de 0,2% à 60,82$ pour le contrat à terme de février.

Selon les dernières rumeurs de marché relayées par 'Reuters', l'Arabie saoudite pousserait l'Opep+ à s'accorder pour réduire sa production d'or noir de 400.000 barils supplémentaires par jour. Vendredi, l'agence 'Bloomberg' avait de son côté écrit que Riyad était déterminé à ne plus ajuster sa production à la baisse pour compenser les manquements des autres membres, qui dépassent leurs quotas... L'Opep et ses alliés, dont la Russie, doivent se réunir jeudi et vendredi à Vienne pour décider de l'avenir de leur accord de réduction de la production destiné à soutenir les cours de l'or noir.

VALEURS A SUIVRE

Le Dow Jones a été plombé par les fortes baisses des titres Goldman Sachs (-2,4%), Intel (-2,7%) et Dow (-2,5%). Sur les 30 composants du DJIA, seules 5 valeurs défensives sont parvenues à se maintenir dans le vert en clôture : Merck & Co (+0,4%), Verizon (+0,3%), Procter & Gamble (+0,15%), Coca-Cola (+0,07%), et Visa (+0,06%).

AK Steel a bondi de 4,3%. Le groupe sidérurgique fait l'objet d'une offre d'acquisition de Cleveland-Cliffs (-10,7%) pour 1,1 milliard de dollars. La finalisation est attendue au premier semestre 2020. Les actionnaires d'AK Steel recevraient 0,40 titre Cleveland-Cliffs par action détenue.

UnitedHealth (-0,99%), assureur-santé américain, a émis des prévisions quelque peu décevantes. Pour l'exercice 2020, le groupe table sur un bpa allant de 16,25 à 16,55$, à comparer à un consensus de 16,46$. Les revenus sont en revanche attendus entre 260 et 262 milliards de dollars, contre 260 milliards de consensus.

Amazon (-0,65%), Alphabet (+0,46%) et Facebook (-0,4%) ont réagi diversement à des conseils d'achat de Citigroup, qui s'affiche en revanche 'neutre' sur Netflix (-1,2%) avec un cours-cible de 325$.

Salesforce.com (+0,35%) et Marvell Technology (-2,5%) publiaient leurs derniers comptes trimestriels après Bourse.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...