En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Clôture de Wall Street : rebond avec les "technos", malgré Boeing

| Boursier | 317 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a progressé lundi, soutenue par les technologiques et un rebond des ventes de détail en janvier aux Etats-Unis. L'action Boeing a chuté de plus de 5% après le crash d'un B-737 MAX en Ethiopie.

Clôture de Wall Street : rebond avec les "technos", malgré Boeing
Credits Reuters

Wall Street a commencé la semaine sur une note optimiste, sur fond de fusion-acquisition dans le secteur technologique, et malgré la chute de l'action Boeing (-5,3%) après l'accident dimanche, d'un B-737 Max 8, le deuxième en moins de 5 mois pour ce type d'appareil. Les ventes de détail ont rassuré en janvier aux Etats-Unis, après leur chute en décembre. Le pétrole a progressé, tandis que le dollar a marqué le pas. Nvidia (+6,9%) a annoncé l'achat du fabricant israélien de puces Mellanox Technologies (+7,7%), tandis qu'Apple a bondi de 3,4% après une recommandation positive d'un broker.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,79% à 25.650 points malgré la chute de Boeing, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 1,47% à 2.783 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a grimpé de 2,02%, pour finir à 7.568 pts. La semaine dernière, les trois indices avaient signé leur première baisse depuis au moins 8 semaines et leur pire semaine depuis le début 2019 : -2,2% pour le Dow Jones en 5 séances, -2,1% pour le S&P 500 et -2,4% pour le Nasdaq.

La livre sterling en hausse avant un nouveau vote sur le Brexit à Londres

Sur le marché des changes, le dollar a légèrement reculé lundi. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de six devises de référence (euro, livre sterling, yen, franc suisse, dollar canadien et couronne suédoise), a fléchi de 0,13% à 97,18 points. L'euro est resté presque stable (-0,04%) à 1,1242$, toujours plombé par les annonces accommodantes de la BCE jeudi dernier.

La livre sterling s'est distinguée par un rebond d'environ 1% (après 8 séances de baisse) à 1,3153$, dans l'espoir que la rencontre prévue lundi soir entre Theresa May et Jean-Claude Juncker à Strasbourg permettra d'éviter un Brexit "dur", sans accord. Le parlement britannique doit voter mardi sur le projet d'accord qu'il avait rejeté une première fois le 15 janvier...

L'Arabie saoudite déterminée à soutenir les cours du pétrole

Le pétrole a progressé lundi après des déclarations montrant la détermination de l'Arabie saoudite à réduire sa production plus que prévu dans l'accord conclu par le groupe de pays producteurs dit "Opep+". Le contrat à terme d'avril sur le brut léger américain WTI a gagné lundi 1,28% à 56,79$ le baril sur le Nymex, et l'échéance de mai sur le Brent a aussi avancé de 1,28% à 66,58$ le baril.

Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih, a jugé peu probable avant le mois de juin une modification de la stratégie d'encadrement de la production de l'Opep et de ses alliés. Riyad prévoit de ramener ses exportations à moins de 7 millions de barils par jour (mbj) en avril tout en maintenant sa production nettement sous 10 mbj, a par ailleurs dit lundi un responsable saoudien.

Bonne surprise pour les ventes de détail aux Etats-Unis

Sur le plan macro-économique, les ventes de détail en janvier ont rassuré, après la grosse déception, vendredi, sur les créations d'emploi en février. Les ventes de détail ont progressé de 0,2% en janvier par rapport à décembre (mieux que +0,1% attendu), après une chute de 1,6% en décembre (lecture révisée en baisse par rapport à -1,2% en première lecture). Les ventes 'core' (hors automobile) ont progressé de 0,9%, contre +0,3% de consensus, et hors automobile et essence, les ventes de détail de janvier se sont affichées en hausse de 1,2%, contre un consensus de +0,6%.

Vendredi, la publication du rapport mensuel sur l'emploi US avait déconcerté les investisseurs. Seuls 20.000 emplois ont été créés le mois dernier, soit le plus faible niveau en 17 mois ! Le consensus s'attendait à 175.000 créations d'emplois. Les revenus horaires moyens ont toutefois progressé plus que prévu, de 0,4% sur un mois (contre +0,3% de consensus), et ont augmenté de 3,4% en glissement annuel (contre +3,3% de consensus).

Jerome Powell reste optimise pour la croissance US

Dimanche, le président de la Fed, Jerome Powell a répété que la banque centrale américaine serait patiente avant de reprendre son cycle de hausse des taux. Lors de l'émission d'information "60 minutes" de la chaîne CBS, il s'est toutefois montré optimiste pour l'économie américaine, excluant tout risque de récession. "Il y a de la place pour plus de croissance dans les 2 années à venir", a ainsi estimé M. Powell.

Il a par ailleurs estimé que Donald Trump, qui critique régulièrement la politique monétaire de la Fed, ne pouvait pas le congédier. M. Powell a ainsi répondu à ce sujet : "Eh bien, la loi est claire, je dispose d'un mandat de quatre ans. Et j'ai bien l'intention de le remplir".

VALEURS A SUIVRE

Le secteur aéronautique a été secoué lundi, au lendemain de l'accident d'un Boeing 737 Max 8 de la compagnie Ethiopian Airlines, le deuxième accident pour cet avion en moins de 5 mois, après celui de Lion Air en Indonésie en octobre dernier.

L'action Boeing a plongé de plus de 13% en début de séance, avant de regagner une partie du terrain perdu, et de finir en recul de 5,3% à 400$. Les compagnies aériennes les plus exposées à cet appareil ont aussi reculé, même si elles ont aussi réduit leurs pertes à la clôture, les analystes préférant attendre les résultats des enquêtes en cours. Southwest Airlines (31 B-737 Max en service et 249 en commande) et United Continental Holdings (douze 737 Max en service et 124 en commande) sont les plus exposées. Les titres Southwest Airlines et United Continental Holdings ont fini respectivement en baisse de 0,3% et 0,02%, après avoir subi des chutes de 3,7% et de plus de 1% peu après l'ouverture. American Airlines a gagné 0,4% en clôture après une baisse de 1% peu après l'ouverture.

A la Bourse de Paris, le titre de Safran a reculé de 1,67%. L'équipementier aéronautique est le fournisseur, dans le cadre de sa coentreprise avec General Electric, du moteur LEAP-1B utilisé sur cet appareil. Le titre de "GE" n'était toutefois pas affecté et a gagné 3,3% à New York. Parmi les autres compagnies ayant acquis ou commandé des B-737 Max, Ryanair Holdings a cédé 1,8% à Dublin.

Nvidia (+6,9%) a confirmé son intention de réaliser une acquisition historique. Le fabricant américain de processeurs graphiques va racheter le groupe américano-israélien Mellanox Technologies (+7,7%) pour environ sept milliards de dollars en numéraire, l'opération se chiffrant à 125$ par titre Mellanox. Nvidia se renforce ainsi dans les puces pour centres de données et réduit sa dépendance vis-à-vis du secteur des jeux vidéos dont il est l'un des principaux fournisseurs de cartes graphiques, estime Reuters. La fusion couronne une collaboration à succès entre les deux groupes.

Apple (+3,4%). Le groupe californien à la pomme a soutenu le Nasdaq. Les spécialistes de Bank of America viennent en effet de relever leur recommandation sur le dossier à l'achat (contre 'neutre'), de source de marché. L'objectif de cours est porté de 180 à 210$.

Tesla (+2,4%) a rebondi après que la direction a clarifié quelque peu sa stratégie de commercialisation de la Model 3 grand public, vendue à partir de 35.000$. Le constructeur de voitures électriques va relever ses prix de vente d'environ 3% dans le monde, et a finalement renoncé à démanteler son réseau de distribution physique pour passer à la vente en ligne (une annonce qui avait inquiété les marchés la semaine dernière). Le groupe augmentera ses prix après le 18 mars, la hausse ne concernant toutefois que les versions les plus onéreuses des Model 3, S ou X. Le Model 3 à 35.000$ reste donc d'actualité, fort heureusement.

Nvidia (+6,9%) va procéder à une acquisition historique. Le fabricant américain de processeurs graphiques va ainsi racheter le groupe américano-israélien Mellanox Technologies (+8%) pour environ sept milliards de dollars en numéraire, l'opération se chiffrant à 125$ par titre Mellanox. Nvidia se renforce ainsi dans les puces pour centres de données et réduit sa dépendance vis-à-vis du secteur des jeux vidéos dont il est l'un des principaux fournisseurs de cartes graphiques, estime 'Reuters'. La fusion couronne une collaboration à succès entre les deux groupes.

Newmont Mining (-0,77%). Le Canadien Barrick Gold (+2%) a abandonné son offre d'achat hostile de 18 Mds$ sur l'Américain Newmont Mining, mais accepte le principe d'une coentreprise dans le Nevada. Newmont avait repoussé la semaine dernière l'offre de Barrick. La coentreprise du Nevada serait détenue à 61,5% par Barrick et 38,5% par Newmont. Les deux alliés estiment que la transaction leur permettra de dégager des synergies annuelles avant imposition de 500 M$ durant les cinq premières années.

Oracle (-0,2%). Nomura Instinet vient de dégrader, de "acheter" à "réduire", sa recommandation sur le titre à Wall Street. L'objectif de cours passe de 53 à 42$.

Facebook (+1,46%). Nomura Instinet vient de rehausser, de "neutre" à "acheter", sa recommandation sur le titre à Wall Street. L'objectif de cours passe ainsi de 172 à 215$.

Levi Strauss va faire son grand retour à Wall Street. Le fabricant de jeans veut lever jusqu'à 587 M$ dans le cadre de son 'IPO' (introduction en bourse). Le groupe plus que centenaire fait état d'une fourchette indicative d'introduction allant de 14 à 16$ par action, pour 36,7 millions de titres proposés. La valorisation ressortirait donc voisine de 6 milliards de dollars. Le groupe veut faire son retour sur la cote américaine sous le symbole 'LEVI'. Levi Strauss était sorti de la cote en 1984 à l'initiative des héritiers du groupe. Les derniers revenus trimestriels ressortaient en hausse de 9% à 1,6 Md$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...