Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 739.73 PTS
-4.75 %
6 699.0
-5.19 %
SBF 120 PTS
5 251.30
-4.54 %
DAX PTS
15 257.04
-4.15 %
Dow Jones PTS
34 899.34
-2.53 %
16 025.58
-2.09 %
1.130
-0.12 %

Clôture de Wall Street : prudence, les taux remontent avec Powell

| Boursier | 297 | Aucun vote sur cette news

la Bourse américaine a terminé sur une note prudente lundi en réaction à nouvelles tensions sur les taux d'intérêts, suivant la nomination de Jerome Powell pour un second mandat à la tête de la Fed.

Clôture de Wall Street : prudence, les taux remontent avec Powell
Credits Reuters

Après un début de séance optimiste, la Bourse américaine a terminé sur une note prudente lundi en réaction à nouvelles tensions sur les taux d'intérêts, suivant la nomination de Jerome Powell pour un second mandat à la tête de la Réserve fédérale. Bien qu'apprécié des marchés, Powell est vu comme un peu plus "faucon" que sa rivale Lael Brainard, qui a cependant été nommée vice-présidente de la Fed par Joe Biden. La cote a été animée par deux grands projets de fusion-acquisition : Monster Beverage (+0,88%) chercherait à se rapprocher de Constellation Brands (-0,47%) et le fonds KKR (stable) a fait une offre d'achat à Telecom Italia (+30% à Milan).

A la clôture, le Dow Jones a fini proche de l'équilibre (+0,05%) à 35.619 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,32% à 4.682 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a reculé de 1,26% à 15.854 pts.

La semaine dernière, le DJIA avait reculé de 1,4% (sa 2e semaine de recul), tandis que le S&P 500 avait légèrement progressé de 0,35%, et que le Nasdaq avait grimpé de 1,2%, soutenu par les valeurs internet et technologiques. La semaine qui s'ouvre sera écourtée par les fêtes de Thanksgiving : les marchés seront fermés jeudi, puis vendredi, ils fermeront à la mi-journée, à 13h locales (19h en France). Dans le commerce, les soldes du "Black Friday" permettront de mesurer l'appétit de consommation dans un contexte d'accélération de l'inflation.

Plus tôt dans la journée, le Nikkei a fini proche de l'équilibre (+0,09%) à Tokyo, le CSI 300 a progressé de 0,46% en Chine, mais en Europe, l'EuroStoxx50 a lâché 0,42%. A Paris, le CAC 40 a cédé 0,1% à 7.105 pts en clôture, mais reste proche de ses records, après avoir signé 7 semaines de hausse consécutives.

Un tandem Powell-Brainard à la tête de la Fed

Après des semaines de suspense, le président américain Joe Biden a donc nommé lundi Jerome Powell pour un second mandat de 4 ans en tant que président de la Fed, une continuité qui a globalement satisfait les marchés, à un moment où la Fed devra manoeuvrer en souplesse pour normaliser sa politique monétaire en phase de sortie de crise du coronavirus, alors que la pandémie n'est toujours pas définitivement maîtrisée. Lael Brainard, la gouverneure de la Fed qui a longtemps tenu la corde pour remplacer Powell, a été nommée vice-présidente en remplacement de Richard Clarida.

La Maison Blanche a salué le travail effectué pendant la crise par Powell et Brainard, et a estimé que "l'Amérique a besoin d'un leadership stable, indépendant et efficace au sein de la Réserve fédérale afin qu'elle puisse aller vers son double objectif" (inflation basse et prix stables, plein emploi). Le président Biden "a pleinement confiance dans l'expérience, le jugement et l'intégrité de Powell et Brainard pour continuer à s'acquitter de ces mandats et aider à reconstruire notre économie en mieux pour les familles de travailleurs", a ajouté la Maison Blanche.

Lors de leur première réaction depuis la Maison Blanche, en présence de Joe Biden, Jerome Powell et Lael Brainard ont tous deux insisté sur leur détermination à maîtriser l'inflation, qui a atteint en octobre 6,2% sur un an, bien au-dessus de l'objectif de long terme de 2% de la Fed. Powell a notamment déclaré que la Fed agirait pour "empêcher l'inflation de s'enraciner durablement".

Tensions obligataires, l'euro au plus bas depuis la mi-2022

Sur les marchés obligataires, ces annonces ont entraîné une remontée des taux d'intérêts, la reconduction de Jerome Powell rendant de plus en plus probable une remontée des taux directeurs à partir de la mi-2022, dès que sera achevé le "tapering" (réduction des achats d'actifs) entamé en novembre.

Le rendement du T-Bond à 10 ans américain a bondi lundi de 8 points de base pour remonter à 1,63% et celui du "30 ans" a grimpé de 7 pb à 1,97%. En Europe, le taux du Bund allemand à 10 ans est remonté de 4 pb à -0,31%.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar gagnait lundi soir 0,51% face à un panier de devises à 96,52 points, tandis que l'euro chutait de 0,46% à 1,1237$, un nouveau plus bas depuis juin 2020, plombé par les craintes de ralentissement économique dans la zone euro sous l'effet de 5e vague de Covid.

Le pétrole rebondit, bras de fer en vue entre Washington et l'Opep+

Malgré les craintes liées au coronavirus en Europe, les cours du pétrole tentent un rebond en soirée. Le baril de WTI a repris 1,1% à 76,75$ (contrat à terme de janvier sur le Nymex) et le Brent de Mer du nord a regagné 1,03% à 79,70$ (contrat de janvier) après des chutes d'environ 3% vendredi pour les 2 variétés de pétrole.

Selon l'agence 'Bloomberg', Joe Biden s'apprêterait à annoncer mardi un plan concerté des grands pays consommateurs de pétrole pour puiser dans leurs réserves stratégiques afin de faire baisser les cours. La Chine, le Japon, l'Inde et la Corée du Sud participeraient à cette alliance.

Toutefois, l'Opep+ juge qu'une hausse de l'offre n'est pas justifiée par les conditions actuelles de marché, et pourrait répliquer en gelant sa propre production, lors de sa réunion du 2 décembre.

L'or a commencé la semaine en nette baisse de 2,4%, retombant à 1.806,30$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex, sa 3e séance de baisse. Le bitcoin évoluait lundi soir autour de 56.150$, en nette baisse de 5,7% sur 24h, et de 12% sur 5 séances.

Indices PMI, Inflation PCE et Minutes de la Fed à venir

Sur le front macro-économique, l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago, publié lundi, est ressorti à 0,76 en octobre, contre -0,18 en septembre, une lecture positive signalant une expansion supérieure à la normale. Néanmoins, le consensus était encore plus haut perché, à 0,90 en octobre. Par ailleurs, les reventes de logements existants ont été plus nombreuses que prévu en octobre, à 6,34 millions d'unités, contre 6,2 millions de consensus de place et après 6,29 millions en septembre, soit une hausse de 0,8% en comparaison du mois antérieur, mais une baisse de 6% en glissement annuel.

Cette semaine, les investisseurs suivront mardi les indices d'activité PMI (manufacturiers, des services et composites) qui seront publiés aux Etats-Unis, mais aussi dans la zone euro et au Royaume-Uni. Ces indices, issus de sondages auprès des directeurs d'achets des entreprises sont précieux pour mesurer l'évolution de l'activité économique.

Mercredi sera très chargé en nouvelles "macro" aux Etats-Unis, jeudi étant férié. On suivra plus particulièrement le rapport gouvernemental sur les revenus et les dépenses des ménages en octobre. L'étude comprend aussi le chiffre très attendu de l'inflation dite PCE et "core PCE", la mesure la plus suivie par la Fed. Parmi les indicateurs attendus mercredi figurent aussi les commandes de biens durables (octobre), le PIB du 3e trimestre (2e lecture), les ventes de logements neufs (octobre), l'emploi hebdomadaire, la balance commerciale des biens (octobre), et la lecture finale de la confiance des consommateurs en novembre (mesurée par l'Université du Michigan). Les Minutes de la dernière réunion de la Fed seront aussi publiées mercredi soir à 20h heure française.

Alors que les pays européens prennent d'un après l'autre des mesures contre une flambée automnale de cas de coronavirus, la pandémie commence aussi à repartir à la hausse aux Etats-Unis. La moyenne à sept jours de nouveaux cas approche à nouveau des 95.000, soit une croissance de 33% sur les deux dernières semaines. Les cas augmentent dans la majeure partie des Etats. Le Dr Anthony Fauci estime que le temps presse pour éviter une nouvelle vague dangereuse. En Europe, le retour de certaines restrictions a provoqué des mouvements d'agitation sociale aux Pays-Bas et en Belgique ces derniers jours.

VALEURS A SUIVRE

KKR (stable) a lancé durant le week-end une offre de 12 milliards de dollars pour le rachat de Telecom Italia, qui a flambé de 30% lundi à la Bourse de Milan L'offre est libellée à 0,505 euro par titre en cash, ce qui représente une prime de 45% sur la clôture de vendredi et matérialise une valeur equity de 10,7 milliards d'euros. L'opérateur affiche un endettement de 22,5 milliards d'euros. Telecom Italia indique que l'offre est supposée être amicale. Elle requiert l'approbation du conseil d'administration de l'Italien et est conditionnée à une période de due diligence de quatre semaines, ainsi qu'à l'approbation du gouvernement italien. Le board de l'opérateur n'a pas donné d'indication sur une éventuelle approbation.

Vivendi (+1,9%), qui détient 24% des parts de "TI", ne devrait toutefois sans doute pas soutenir cette offre, qui sous-évaluerait l'opérateur. C'est du moins ce que précise l'agence Bloomberg, citant une source ayant connaissance directe de la question. Bloomberg note que Vivendi a acquis sa participation dans Telecom Italia à un prix moyen de 1,03 euro par titre.

Monster Beverage (+0,88%). Le fabricant de boissons énergisantes pourrait fusionner avec Constellation Brands (+2,7%). Selon les sources de Bloomberg, le propriétaire des marques Monster Energy, Relentless et Burn a discuté d'un accord potentiel avec divers conseillers. Les détails de l'éventuelle transaction n'ont pas filtré tout comme le fait de savoir si les discussions aboutiront à une fusion complète ou à une 'simple' transaction d'actifs.

Monster Beverage, dont Coca-Cola (+0,6%) est l'un des principaux actionnaires, pèse 47 milliards de dollars à Wall Street contre 44 Mds$ pour le propriétaire des marques Corona Extra et Modelo Especial ainsi que la vodka SVEDKA et le whisky High West aux États-Unis. La relation entre Monster et Coca-Cola pourrait constituer un point de friction, avertit toutefois Kenneth Shea, analyste chez 'Bloomberg Intelligence'. "Je vois une telle transaction, si elle est effectuée, comme mettant en péril l'accord de distribution exclusive de Monster avec Coca-Cola, ce qui pourrait faire dérailler ses ambitions de croissance internationale".

Tesla (+1,7%). Elon Musk, le directeur général du constructeur californien de véhicules électriques, a déclaré vendredi que l'application du groupe automobile était de nouveau accessible après une panne de serveur qui avait empêché de nombreux propriétaires de se connecter à leur voiture. Dans un tweet, Musk a aussi précisé que son Model S Plaid allait probablement arriver sur le marché chinois autour du mois de mars.

Activision Blizzard (-0,3%). Bobby Kotick, CEO de l'éditeur de jeux vidéo, n'exclut pas de démissionner s'il ne parvient pas résoudre rapidement les problèmes liés aux accusations d'abus sexuels qui visent son groupe, a rapporté dimanche Wall Street Journal.

Apollo Global Management (+1,2%), fonds américain d'investissement, étudierait le dossier de la chaîne britannique Marks & Spencer, a indiqué le Sunday Times.

Vonage (+27%). L'équipementier télécoms suédois Ericsson a annoncé l'acquisition du spécialiste américain de l'informatique dématérialisée pour 6,2 milliards de dollars. Ericsson déboursera 21$ par titre Vonage, soit une prime de 28% sur la clôture de vendredi et de 34% sur la moyenne à 3 mois. Vonage a affiché des ventes de 1,4 milliard de dollars sur la période de 12 mois close fin septembre, avec une marge d'Ebitda ajusté de 14% et un free cash flow de 109 millions.

Pfizer (+0,8%) / BioNTech (+11%). Les autorités américaines ont étendu l'administration de doses de rappel du vaccin contre le covid à tous les adultes intégralement vaccinés. Pfizer a en outre indiqué que son vaccin anti-covid avait fourni une protection forte de long terme contre le virus dans le cadre d'une étude sur la tranche d'âge des 12 à 15 ans.

Rivian a trébuché de 8,1% à Wall Street, alors que le concepteur de voitures électriques récemment introduit sur la place américaine, vient d'abandonner ses plans de développement d'un véhicule avec Ford Motor (+5,6%).

Uber (-3,7%) a annoncé un partenariat avec Tokyo Smoke, détaillant en cannabis, afin de permettre les commandes en ligne de cannabis dans l'Ontario, au Canada.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/11/2021

La Caisse Régionale de Crédit Agricole Loire Haute Loire communique son calendrier de publication des résultats pour l'année 2021...

Publié le 26/11/2021

Eurofins Technologies continue d'innover et de développer une large gamme de solutions de diagnostic concernant le COVID-19, notamment en réponse à la...

Publié le 26/11/2021

A la clôture de Wall Street, Moderna a flambé de 20,5%, Pfizer a gagné 6,1% et BioNTech a bondi de 14%.

Publié le 26/11/2021

Le groupe accroît ses capacités de production, d'innovation et de stockage au sein de ses sites d'Aubagne, Cergy et Lourdes afin de répondre à la...

Publié le 26/11/2021

Le Groupe DÉKUPLE, expert du data marketing cross-canal, annonce son chiffre d'affaires des 9 premiers mois de l'exercice 2021...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne