En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 488.02 PTS
+0.67 %
5 495.0
+0.77 %
SBF 120 PTS
4 398.53
+0.75 %
DAX PTS
12 416.97
+0.73 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.178
+0.01 %

Clôture de Wall Street : plombée par la guerre commerciale et la chute du pétrole

| Boursier | 205 | Aucun vote sur cette news

Le DJIA a redonné 0,88% à 24.700 pts, le Nasdaq abandonne 0,55% à 7.717 pts, et le S&P500 a perdu 0,71% à 2.774 pts...

Clôture de Wall Street : plombée par la guerre commerciale et la chute du pétrole
Credits Reuters

Après quatre séances consécutives de rebond, Wall Street a cédé aux prises de bénéfices ce mercredi. L'annonce faite par Washington de nouveaux droits de douane portant sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine a plombé la cote américaine en ce milieu de semaine, en attendant une avalanche de publications trimestrielles américaines dans les prochains jours. Du côté du pétrole, le WTI a plongé de près de 5% à 70,5$, pénalisé par l'accentuation des tensions commerciales et par la reprise d'activités pétrolières en Libye. Le Brent chute de son côté de 6% à 74$. Le DJIA a redonné 0,88% à 24.700 pts, le Nasdaq abandonne 0,55% à 7.717 pts, et le S&P500 a perdu 0,71% à 2.774 pts.

Les dernières menaces américaines ont fait également reculé les actions chinoises et décliner le yuan ce jour. Les investisseurs craignent une escalade du conflit, tandis que le Ministère chinois du commerce se dit choqué par les dernières décisions de l'administration US et affirme que ces tarifs douaniers nuiraient au système établi par l'OMC.

Washington a ainsi publié une liste portant sur 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires qui seront soumis à des droits de douane. Cette liste de l'administration américaine comprend de nombreux produits alimentaires, le charbon, le tabac, des produits chimiques ou technologiques (...). Les États-Unis appliqueront à cette liste des prélèvements de 10%. "durant plus d'un an, l'administration Trump a démontré sa patience en demandant à la Chine d'arrêter ses pratiques inéquitables, d'ouvrir ses marchés et de s'engager dans une véritable concurrence", a affirmé le délégué US au commerce Robert Lighthizer.

Ce responsable constate qu'au lieu de répondre aux préoccupations américaines, la Chine a décidé de représailles contre les produits américains. En effet, rappelons que les deux pays se sont infligés en fin de semaine dernière des tarifs douaniers réciproques portant sur environ 34 milliards de dollars de produits importés. Les Etats-Unis infligent depuis vendredi 25% de droits de douane à cette série de produits chinois importés. Pékin a réagi avec des taxes du même ordre. Les nouveaux prélèvements sur 200 Mds$ de produits imposés par les Etats-Unis devraient entrer en vigueur après une consultation publique de deux mois.

Sur le front économique aux Etats-Unis, l'indice des prix à la production pour le mois de juin 2018 publié par le gouvernement américain est ressorti en croissance de 0,3% en comparaison du mois antérieur, alors que le consensus de place se situait à +0,2%. Par ailleurs, l'indice des prix à la production hors alimentaire et énergie a également grimpé de 0,3%, contre +0,2% de consensus.

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois de juillet est ressorti à +2,1%, en ligne avec la lecture antérieure. Cet indicateur mesure les anticipations d'inflation à un an du point de vue des firmes.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux USA, les stocks de grossistes du mois de mai 2018 se sont établis en progression de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus de place et +0,1% pour le mois antérieur.

Enfin, le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 6 juillet, a fait ressortir une chute de 12,6 millions de barils des stocks de brut hors réserve stratégique, en comparaison de la semaine antérieure (le consensus était de -4,1 millions de barils pour les stocks de brut). Les stocks d'essence ont décliné de 0,7 MB, alors que les stocks de distillés ont progressé de 4,1 MB.

VALEURS A SUIVRE

Twitter (stable). Le broker Nomura, dans une première analyse du dossier, affiche une recommandation "réduire" sur le titre à Wall Street, avec un objectif de cours de 31$. Le réseau social publiera ses résultats trimestriels le 27 juillet.

Fastenal (+10%), l'entreprise américaine de fournitures industrielles, vient de publier ses résultats du second trimestre. Les bénéfices sont de 211,2 M$ (0,74$ par action), contre 148,9 M$ (0,52$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 1,27 Md$, contre 1,12 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,66$, pour des ventes de 1,26 Md$.

Pfizer (-1%) annonce une réorganisation de ses activités. La société pharmaceutique américaine va ainsi mettre en place trois principales unités : une unité de 'Innovative Medicines' qui comprendra désormais des biosimilaires et une nouvelle branche hospitalière pour les anti-infectieux et les injectables stériles afin de mettre l'accent sur le rôle des hôpitaux dans les systèmes de santé ; une unité de médicaments et génériques 'Established Medicines' opérant avec une autonomie substantielle au sein de Pfizer ; et une unité 'Consumer Healthcare' comprenant les médicaments en vente libre du groupe. La nouvelle organisation sera effective au début de l'année fiscale 2019 et ne devrait pas avoir d'impact sur les perspectives financières cette année. Dans un tout autre registre, Donald Trump se réjouit sur le réseau social Twitter de l'inflexion de Pfizer concernant les prix des médicaments. "Je viens juste de discuter avec le Directeur Général de Pfizer et Alex Azar (ndlr : Secrétaire du Département de santé US) à propos de notre plan concernant les prix des médicaments. Pfizer revient sur les hausses de prix, de sorte que les patients américains ne paient pas plus. Nous félicitons Pfizer pour cette décision et espérons que d'autres entreprises feront de même. Bonne nouvelle pour le peuple américain!".

Accenture (stable) nomme Olivier Girard président d'Accenture pour la France et le Benelux. Il prendra ses fonctions le 1er septembre 2018 et dirigera l'entreprise dans la région. Olivier Girard, 53 ans, succèdera à Christian Nibourel, qui quittera Accenture après 11 ans à la tête de l'entreprise en France et au Benelux. Olivier Girard est actuellement responsable du groupe d'activités Products en France et au Benelux, qui regroupe des secteurs tels que l'automobile, les biens de consommation, la grande distribution et l'industrie pharmaceutique. Avant de prendre cette responsabilité en 2013, il était responsable du secteur de la grande distribution pour la même région.

Netflix (+1%). Le broker Stifel maintient sa recommandation "conserver" sur le titre à Wall Street, et rehausse, de 345 à 406$, son objectif de cours. Le groupe publiera ses résultats trimestriels le 16 juillet.

Facebook (stable). La régulatrice britannique de l'information a annoncé mercredi son intention d'infliger une amende de 500.000 livres (565.000 euros) à Facebook. Elle lui reproche une violation de la loi sur la protection des données à la suite du scandale Cambridge Analytica. Le réseau social est sous le coup de plusieurs enquêtes concernant le détournement des données personnelles de quelque 87 millions d'utilisateurs par la société de marketing politique Cambridge Analytica.

21st Century Fox (-4%) reprend la main face à Comcast. Le groupe de Rupert Murdoch a amélioré son offre sur Sky à 14 livres par action, offrant désormais 24,5 milliards de livres pour racheter le groupe britannique de télévision. Fox, qui propose désormais davantage que les 12,5£ par titre offerts par Comcast, a précisé que sa nouvelle offre avait obtenu l'assentiment du comité indépendant de Sky chargé d'évaluer les propositions de reprise. Fox, qui détient déjà 39% de Sky, avait offert en décembre 2016 d'en acquérir la totalité au prix de 10,75 livres par action, déclenchant une controverse et l'ouverture d'une enquête de l'autorité britannique de la concurrence, qui a traîné en longueur.

Tesla (-1%) consolide ses gains récents à Wall Street. Le groupe californien va bel et bien pouvoir construire une usine dans la région de Shanghai, d'une capacité annuelle de 500.000 véhicules. Les autorités de Shanghai et Elon Musk en personne ont confirmé les rumeurs. Elon Musk, patron de Tesla, s'est rendu en Chine afin de rencontrer des représentants gouvernementaux à Shanghai. Tesla a profité de l'occasion pour conclure des accords avec les autorités locales qui permettront au groupe d'ouvrir une usine indépendamment dans la zone industrielle de Lingang, au sud-est de Shanghai. Le site afficherait donc une capacité annuelle conséquente évaluée à un demi-million de voitures. Elon Musk a précisé que ces projets étaient à l'étude de longue date. Tesla a mené de longues négociations afin d'ouvrir sa propre usine en Chine et de renforcer sa position sur le marché en plein essor des voitures électriques, tout en évitant les tarifs douaniers élevés à l'importation. Tesla aura la totale propriété de l'usine, et les modèles conçus en Chine seront dédiés au marché local. Ils n'auront donc en principe aucun impact sur la production américaine, actuellement localisée dans le Nevada. La construction de l'usine chinoise devrait débuter une fois les permis obtenus. La production pourrait commencer d'ici deux ans. Tesla a signé des accords avec le gouvernement municipal de Shanghai, la Shanghai Lingang Area Development Administration et le Lingang Group, d'après le site Web d'information 'Knews', filiale du Shanghai Media Group... Le site de Tesla intègrera recherche et développement, production et commercialisation des véhicules.

Salesforce.com (+2%). Le dossier profite d'une note d'analyste. Oppenheimer a en effet revu à la hausse, de 152 à 160$, son objectif de cours sur le titre à Wall Street.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de VALLOUREC, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 21/09/2018

Comme annoncé le 5 septembre dernier, une nouvelle transaction a été signée par Apax Partners SAS : l'acquisition auprès de SK Capital de la société italienne AEB Group, leader mondial des…

Publié le 21/09/2018

Un broker relève pourtant sa cible

Publié le 21/09/2018

En dépit d'un marché à nouveau bien orienté, STMicroelectronics évolue autour de l'équilibre en matinée après trois séances de progression...