Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 609.15 PTS
+0.62 %
5 609.0
+0.74 %
SBF 120 PTS
4 436.26
+0.66 %
DAX PTS
13 298.96
+0.35 %
Dow Jones PTS
30 218.26
+0.83 %
12 528.48
+0.49 %
1.212
-0.02 %

Clôture de Wall Street : nouveaux sommets, les risques balayés...

| Boursier | 620 | Aucun vote sur cette news

La Bourse américaine a renoué avec les record jeudi, les investisseurs pariant sur un apaisement au Moyen-Orient, malgré les récentes actions d'éclat entre Washington et Téhéran.

Clôture de Wall Street : nouveaux sommets, les risques balayés...
Credits Reuters

Les trois principaux indices boursiers américains ont inscrit jeudi de nouveaux records à la clôture, les marchés pariant sur une désescalade des tensions militaires entre les Etats-Unis et l'Iran. Le président américain Donald Trump s'est montré apaisant mercredi, évitant la surenchère après l'attaque iranienne contre deux bases militaires américaines en Irak, qui n'a pas fait de victimes. Le pétrole se stabilise jeudi, tandis que l'or corrige pour la 2e séance consécutive. L'action Boeing (+1,5%) a rebondi après que des sources américaines et canadiennes ont estimé que le B-737 qui s'est écrasé mercredi à Téhéran a été abattu par erreur par l'Iran...

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,74% à 28.956 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,67% à 3.274 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a progressé de 0,81% à 9.203 pts.

Plus tôt dans la journée, les marchés asiatiques avaient rebondi (+2,3% pour le Nikkei, +0,9% pour le Shanghai Composite), de même que les marchés européens, l'EuroStoxx 50 gagnant 0,65% et le CAC 40 progressant de 0,19%.

Sur le marché des changes, le dollar a progressé pour la 3e séance d'affilée. L'indice du dollar, qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de 6 grandes devises, a gagné 0,15% à 97,44 points, tandis que l'euro est resté stable (+0,05%) à 1,1109$. Sur les marchés obligataires, les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse des cours) se sont détendus, le rendement du T-Bond à 10 ans cédant 2 points de base à 1,85%. En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a en revanche progressé de 3 pdb à -0,18%.

Apaisement des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran

Les cours du pétrole se sont stabilisés après une chute de près de 5% mercredi. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a lâché 0,1% à 59,56$ sur le Nymex (contrat à terme de février), tandis que le Brent de la mer du Nord a fléchi de 0,1% à 65,37$.

L'or a reculé pour la 2e séance, après les signes d'apaisement au Moyen-Orient. L'once de métal jaune a reculé de 0,5% à 1.552,60$ l'once, pour le contrat à terme de février coté sur le Comex.

Les marchés ont été soulagés mercredi par les discours moins belliqueux adoptés à Washington et Téhéran, malgré l'envoi par l'Iran de missiles balistiques depuis l'Iran contre deux bases militaires américaines en Irak. Cette opération a été organisée en représailles contre l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani par un drone américain en fin de semaine dernière en Irak.

Alors que les marchés craignaient une escalade militaire entre les deux pays, ni Donald Trump ni les dirigeants iraniens n'ont semblé en prendre le chemin. Lors d'une conférence de presse, le président américain s'est contenté de répéter que l'Iran "n'aura jamais l'arme nucléaire" et a appelé les autres grandes puissances à trouver un nouvel accord nucléaire avec l'Iran, et à adresser à Téhéran un message unifié et clair.

A Téhéran, le ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif, cité par l'agence de presse officielle IRNA, a indiqué que "nous ne recherchons pas l'escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons contre toute agression". "L'Iran a pris et conclu des mesures proportionnées de légitime défense", a-t-il estimé.

Vers la signature de l'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine

Soulagés par l'apaisement au Moyen-Orient, les investisseurs ont tourné une nouvelle fois leur attention vers les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Il se confirme que le vice-Premier ministre chinois Liu He, principal négociateur commercial de Pékin, se rendra en début de semaine prochaine à Washington pour signer l'accord commercial de phase 1 avec les Etats-Unis.

Gao Feng, porte-parole du ministère chinois au Commerce, a précisé que cette visite aura lieu de lundi à mercredi prochain. La cérémonie de signature est toujours programmée pour le mercredi 15 janvier à la Maison blanche. La signature de cet accord de "Phase 1" est une étape cruciale pour mettre fin à la guerre commerciale que se livrent les deux pays depuis plus d'un an et demi.

Quant à la "Phase 2", elle pourrait n'être conclue qu'après l'élection américaine de novembre prochain, même si les négociations devraient démarrer dès la signature de la Phase 1. "Nous allons entamer tout de suite les négociations sur la phase 2, ça prendra du temps", a indiqué jeudi le président américain.

En attendant l'emploi US en décembre

Sur le plan macro-économique, les chiffres les plus attendus de la semaine aux Etats-Unis sont ceux de l'emploi en décembre, qui seront publiés vendredi. En attendant, les derniers chiffres hebdomadaires ont été de bonne facture : pour la semaine close au 4 janvier, les inscriptions au chômage sont tombées à 214.000, contre 220.000 de consensus et 223.000 pour la lecture révisée de la semaine antérieure.
Pour décembre, le consensus Refinitiv table sur la création de 164.000 emplois et un taux de chômage stable à 3,5%.

Par ailleurs, ce jeudi, le vice-président de la Fed, Richard Clarida, a confirmé l'intention de la Fed de faire une pause prolongée sur ses taux directeurs, après trois baisses en 2019. Il a estimé que la politique monétaire actuelle demeurait appropriée, du moins tant que l'économie restait sur sa lancée.

Pas de risque de récession en vue, selon la Fed

Le numéro deux de la Fed a plus généralement affirmé que la politique monétaire était "en bonne position" et devrait continuer à soutenir une croissance ferme, un marché du travail solide et une inflation proche des 2%. "Nous pensons que la politique est appropriée, et, dans le cadre de nos perspectives de base, demeurera appropriée", a résumé Clarida.

Deux autres responsables de la Fed ont fait des déclarations publiques, jeudi, et ont tous deux estimé que l'économie américaine devrait éviter une récession grâce aux baisses de taux effectuées en 2019. Les chances d'un "atterrissage en douceur" sont "raisonnables", a ainsi estimé James Bullard, le président de la Fed de St-Louis dans un discours à Madison (Wisconsin).

Le patron de la Fed de Minneapolis Neel Kashkari a de son côté affirmé sur la chaîne 'Fox Business' qu'"il n'y a certainement pas dans mes prévisions actuelles le fait qu'une récession viendrait nécessairement dans un an ou deux".

VALEURS A SUIVRE

Boeing (+1,5%). Le titre s'est repris après des informations selon lesquelles le Boeing 737 ukrainien, qui s'est écrasé mercredi à Téhéran, tuant 176 personnes, pourrait avoir été abattu par erreur par l'armée iranienne. Les autorités iraniennes et les premiers éléments de l'enquête évoquaient un problème technique lié à la surchauffe d'un moteur. Mais les chaînes de télévision 'CNN' et 'CBS' et le magazine 'Newsweek' ont cité jeudi des responsables américains, sous couvert d'anonymat, qui sont convaincus que la défense anti-aérienne de Téhéran a abattu le vol PS752 d'Ukraine International Airlines juste après son décollage. La chaîne 'Fox News', elle, cite des responsables du Pentagone qui partagent cette opinion.

Jeudi, le premier ministre canadien Justin Trudeau a lui aussi évoqué la piste d'un tir de missile sol-air, "une possibilité très claire" selon lui, sur la foi "d'informations de sources multiples" provenant des alliés du Canada et de ses propres services de renseignement. Selon Justin Trudeau, ce tir, s'il a bien eu lieu, a pu être effectué de façon "involontaire". Téhéran a démenti cette hypothèse, jugeant qu'elle n'avait "aucun sens".

Kohl's (-6,5%) a décroché, le détaillant américain ayant rapporté une baisse de 0,2% de ses ventes à comparable sur la cruciale période des fêtes de fin d'année. Les profits de l'exercice 2019 sont désormais anticipés en bas de fourchette d'une guidance antérieure allant de 4,75 à 4,95$ par titre, contre 4,88$ de consensus.

Bed Bath & Beyond a coulé de 19%, après avoir publié une perte inattendue pour son troisième trimestre fiscal. La perte atteint 39 M$ et 31 cents par titre, contre 24 M$ de profits un an avant. La perte ajustée par action a représenté 38 cents, alors que les revenus ont décroché à 2,76 Mds$ contre 3,03 Mds$ un an avant. Le groupe retire sa guidance annuelle car il anticipe des pressions continues sur les ventes et la rentabilité au quatrième trimestre.

Apple (+2,1% !). Les ventes d'iPhone en Chine ont augmenté de plus de 18% en glissement annuel sur le seul mois de décembre 2019, selon des chiffres officiels chinois publiés ce jour. Le titre a fini sur un nouveau record, ce jeudi, portant sa capitalisation boursière de plus de 1.360 milliards de dollars !

Xerox (+1,8%) / HP Inc (+1,5%). Xerox avait adressé il y a quelques jours une lettre au conseil d'administration de HP Inc. confirmant l'obtention de 24 milliards de dollars d'engagements de financement provenant de Citi, Mizuho et Bank of America, afin de finaliser sa "combinaison créatrice de valeur" avec HP. Ce dernier ne l'entend pas de cette oreille et affirme que ce financement garanti ne constitue pas une base de discussion, le montant de 33,5 milliards de dollars de l'opération demeurant insuffisant.

Tesla (-2,2%) a marqué le pas après ses récents records. La veille, la capitalisation boursière du concepteur de voitures électriques a atteint 88 milliards de dollars, dépassant celles de Ford et GM réunis. Après l'ascension du titre, le courtier Baird, qui a conseillé le dossier Tesla à 'surperformance' durant plusieurs années, a dégradé sa recommandation à 'neutre' ce jour, recommandant des prises de bénéfices après le généreux rally. L'objectif de cours de la firme se situe à 525$, ce qui est tout de même supérieur au cours actuellement coté. "Nous nous mettons de côté, certes las de la bataille après plusieurs années d'un dur combat, comprenant (environ) 20% de surperformance sur l'année passée..." L'analyste Ben Kallo, qui reste confiant dans les perspectives de long terme de Tesla, juge désormais les estimations "correctement calibrées" et la valorisation "plus équilibrée".

De source de marché, CFRA vient également de dégrader la valeur du californien Tesla à 'vendre' avec un objectif de 400$.

Ailleurs sur la cote américaine, Occidental Petroleum (+0,8%) va licencier et réduire ses coûts suite aux rachat d'Anadarko Petroleum pour 38 Mds$. JC Penney (-10,8%) a affiché une baisse des revenus à comparable sur la période des fêtes. Twitter (+0,5%) enfin, veut tester de nouvelles fonctionnalités permettant aux utilisateurs de contrôler qui sera en mesure de répondre à leurs tweets.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 04/12/2020

L'Olympique Lyonnais informe avoir obtenu un pré-accord de ses prêteurs bancaires et obligataires pour la mise en place d'un PGE (Prêt Garanti par l'État) complémentaire, dit "PGE Saison", de…

Publié le 04/12/2020

26 OCA numérotées de 209 à 234 ont été émises

Publié le 04/12/2020

Amplitude Surgical annonce la décision du Tribunal Judiciaire de Valence dans son litige avec l'URSSAF au titre de la taxe sur la promotion des...

Publié le 04/12/2020

La Banque centrale européenne a notifié à Société Générale l’exigence de capital supplémentaire au titre du P2R (Pillar 2 requirement) à partir du 1er janvier 2021. Cette dernière est…

Publié le 04/12/2020

La BCE (Banque Centrale Européenne) a notifié l'exigence de capital supplémentaire au titre du P2R - Pillar 2 requirement - à partir du 1er janvier...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne