Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 765.52 PTS
-0.44 %
6 724.5
-0.97 %
SBF 120 PTS
5 259.98
-0.46 %
DAX PTS
15 169.98
-0.61 %
Dow Jones PTS
34 334.21
-0.88 %
15 555.05
-2.72 %
1.131
+0.08 %

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le S&P 500 et le Nasdaq !

| Boursier | 1264 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a terminé en nette hausse jeudi soir, soutenue par les résultats d'entreprises meilleurs que prévu.

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le S&P 500 et le Nasdaq !
Credits Reuters

La Bourse de New York a terminé en nette hausse jeudi soir, soutenue par des résultats d'entreprises meilleurs que prévu, dont ceux de Merck & Co (+6,2%), Ford (+8,9%), Caterpillar (+4,1%) ou encore Comcast (-1%). Les indices S&P 500 et Nasdaq ont terminé sur de nouveaux sommets historiques. Les investisseurs ont ignoré l'annonce d'un ralentissement de la croissance économique à 2% en rythme annuel au 3e trimestre aux Etats-Unis.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,58% à 35.730 points, non loin de son dernier record de mardi, tandis que l'indice large S&P 500 a grimpé de 0,98% à 4.596 pts, un nouveau record donc. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a bondi de 1,39% à 15.448 pts, inscrivant son premier record depuis le 7 septembre dernier. A une séance de la fin du mois boursier d'octobre, les trois indices ont bondi de plus de 5% ce mois-ci, effaçant leur recul de l'ordre de 4,5% encaissé en septembre sur fond de craintes inflationnistes.

Alors que la saison des résultats d'entreprises bat son plein, les grandes valeurs technologiques ont jusqu'ici publié des comptes meilleurs qu'anticipés au 3e trimestre, notamment Microsoft (+0,37%) et Alphabet (-0,25%) mardi soir, en attendant Amazon (+1,6%) et Apple (+2,5%) ce jeudi soir après la clôture.

Sur le marché pétrolier, les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé après un début de séance en recul. Le baril de WTI a gagné 0,2% à 82,81$ (contrat à terme de décembre sur le Nymex), tandis que le Brent a cédé 0,3% à 84,32$ (contrat de janvier). L'indice du dollar perdait en fin de soirée 0,48% face à un panier de devises, à 93,35 pts. Le rendement du T-Bond à 10 ans remontait de 4 points de base à 1,57% et celui du Bund à 10 ans a pris 4 pb à -0,14%. L'or a gagné 0,2% à 1.802,60$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le bitcoin gagnait en fin de soirée 2,6% à 60.350$ sur le site Coindesk.

La croissance a ralenti à 2% au 3e trimestre aux Etats-Unis

Sur le front des nouvelles macro-économiques, la croissance américaine a ralenti plus nettement que prévu au troisième trimestre. Le PIB a ainsi progressé au rythme annuel de 2%, après une hausse de 6,7% au 2e trimestre, et contre un consensus placé à +2,6%. L'indice des prix rattaché au PIB a en revanche progressé plus que prévu, de 5,7% en rythme annuel, contre un consensus de 5,3%. L'indice des prix 'core' a affiché pour sa part une hausse de 4,5%.

Sur le marché de l'emploi les chiffres continuent de pointer vers une amélioration. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont à nouveau diminué la semaine passée et restent bien ancrées sur leur niveau de mars 2020, avant la crise sanitaire. Pour la semaine close au 23 octobre, les inscriptions au chômage ont atteint 281.000, en repli de 10.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 288.000.

Par ailleurs, l'indice des promesses de ventes de logements de la National Association of Realtors américaine a affiché une baisse surprise de 2,3% à 116,7 en septembre, alors que le consensus tablait sur une hausse de 0,5%. Il s'agit du plus fort repli de l'indice depuis avril.

La BCE reste ultra-accommodante, la banque du Canada réduit la voilure

En Europe, la Banque centrale européenne a, sans surprise, laissé sa politique monétaire inchangée, renvoyant à décembre des décisions cruciales sur l'évolution de ses achats d'obligations et la normalisation à venir de sa stratégie... L'institution a réaffirmé son intention de maintenir pour l'instant ses achats d'obligations sur les marchés, qui visent à empêcher l'augmentation du coût du crédit, et répété sa promesse de maintenir des taux bas pendant plusieurs années encore, un engagement qui suscite depuis quelques mois les doutes de certains investisseurs face à l'accélération de l'inflation.

En revanche, la banque nationale du Canada se prépare à mener une politique monétaire moins accommodante en raison de forces inflationnistes "plus puissantes et persistantes que prévu". Elle a mis fin brusquement à son programme d'assouplissement quantitatif, et a indiqué prendre la voie vers une hausse des taux directeurs, sans doute courant 2022.

Quant à la Réserve fédérale américaine, elle se réunira mardi et mercredi prochain et devrait décider du calendrier de réduction de son programme d'achats d'actifs ("tapering"), qui pourrait commencer dès novembre ou à défaut, à partir de décembre, selon les économistes. Quant aux premières hausses de taux directeurs, elles ne sont pas attendues avant la fin 2022, voire en 2023.

VALEURS A SUIVRE

Ford s'est envolé de 8,9%, porté par la révision à la hausse de sa guidance annuelle et l'annonce d'un retour du dividende. Le constructeur automobile anticipe désormais un résultat opérationnel ajusté de 10,5 à 11,5 Mds$ en 2021 contre 9 à 10 Mds$ précédemment. Le free cash-flow est toujours attendu entre 4 et 5 Mds$. Au troisième trimestre, la firme a enregistré un bpa ajusté de 51 cents, contre 65 cents un an plus tôt, pour des revenus de 35,7 milliards de dollars (-5%). Le consensus tablait sur un bpa de 27 cents pour des recettes de 31,6 Md$. Le free cash-flow ajusté a atteint 7,7 Mds$.

"Nous sommes pleinement investis dans cet avenir et nous prenons de grands virages", a déclaré le DG, Jim Farley, au sujet des plans de croissance de l'entreprise lors d'une conférence téléphonique avec les analystes. "Nous agissons de manière agressive pour mener la révolution du véhicule électrique... D'ici le milieu des années 2020, Ford disposera d'une capacité de production permettant de construire plus d'un million de véhicules électriques à batterie par an et je pense que nous aurons besoin de plus". Le groupe de Détroit bénéfice actuellement de la forte demande pour sa Mustang Mach-E.

L'entreprise prévoit d'investir 40 à 45 milliards de dollars en dépenses d'investissement stratégiques entre 2020 et 2025, dont la moitié des plus de 30 milliards de dollars qu'elle prévoit de consacrer exclusivement aux VE au cours de cette même période. Si Ford est moins touché par la pénurie de puces que certains de ses concurrents, il estime que le phénomène pourrait se prolonger jusqu'en 2023. "Les usines de Ford ne tourneront pas à plein régime avant la fin de l'année prochaine", a souligné le directeur financier John Lawler. Ford annonce enfin le versement d'un dividende trimestriel de 10 cents après avoir suspendu tout versement en mars 2020.

Merck & Co a bondi de 6,2%, soutenu par le relèvement de ses objectifs annuels. Le géant pharmaceutique, qui bénéficie d'une forte demande pour son traitement phare contre le cancer, Keytruda, et d'une reprise des ventes de ses vaccins non-COVID-19, s'attend désormais à ce que son bénéfice ajusté pour l'ensemble de l'année se situe entre 5,65 et 5,70 dollars par action, contre 5,47 à 5,57$ précédemment. Cette prévision ne comprend pas la contribution potentielle du molnupiravir, le traitement expérimental de Merck contre le Covid-19, qui selon les résultats provisoires d'un essai clinique réduit d'environ 50% la probabilité d'une hospitalisation ou d'un décès chez les patients présentant un risque élevé de développer la maladie. Le chiffre d'affaires 2021 est attendu entre 47,4 et 47,9 Mds$, en croissance de 14 à 15%.
La firme a enregistré un bénéfice net de 4,57 milliards de dollars au troisième trimestre, soit 1,81 dollar par action, contre 2,94 Mds$ ou un bpa de 1,16$ un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bpa ressort à 1,75$, contre 1,55$ de consensus. Les ventes de Gardasil, traitement préventif contre les cancers causés par le virus du papillome humain, ont augmenté de presque 68% à 1,99 Md$ tandis que celles de Keytruda ont bondi de 22% à 4,53 Mds$. Les revenus globaux ont atteint 13,15 Mds$ contre 12,32 Mds$ de consensus.

Caterpillar (+4,1%) a aussi dépassé les attentes des analystes au troisième trimestre. Le fabricant d'équipements de construction et d'exploration minière a réalisé sur les trois mois clos fin septembre un bpa ajusté de 2,66 dollars contre 1,52 dollar un an plus tôt et 2,20$ de consensus. Le chiffre d'affaires a progressé de 25% à 12,4 milliards de dollars contre 11,84 Mds$ attendus. Le groupe, dont l'activité est considérée comme un baromètre de l'économie, a bénéficié d'une hausse de la demande de construction en Amérique du Nord et d'une hausse des prix du pétrole et des matières premières qui incite les clients à commander davantage d'équipements alors qu'ils augmentent leur production. Les revenus issus de l'activité des industries de la construction, la principale division de Caterpillar, ont augmenté de 30% pour atteindre 5,26 milliards de dollars.

Facebook (+1,5%). Le titre a salué l'annonce par Marc Zuckerberg, le patron de Facebook, que le groupe allait changer de nom et se rebaptiser "Meta", en référence aux Metavers, ces environnements de mondes virtuels partagés et connectés, que Zuckerberg considère comme "le futur de l'Internet mobile".

Ce changement de nom entend refléter la diversité des activités du groupe, qui comprennent Facebook, Instagram, Whatsapp et Oculus. Il intervient au moment où le Facebook est au centre de polémiques sur sa prédominance sur les réseaux sociaux mondiaux.

Comcast (-1%). Le groupe de télécommunications et médias a pourtant dévoilé des comptes supérieurs aux attentes des analystes au troisième trimestre. Sur la période, la firme a enregistré un bénéfice net de 4,04 milliards de dollars, soit un bpa ajusté de 87 cents, contre 65 cents un an plus tôt et 75 cents de consensus, pour un chiffre d'affaires de 30,3 Mds$ (+19%) contre 29,8 Mds$ attendus.

La société basée à Philadelphie a notamment bénéficié de la forte croissance des revenus de sa branche médiatique NBCUniversal et d'un afflux de visiteurs dans ses parcs à thème Universal Studios. Le trimestre a été le plus rentable pour les parcs à thème de la société depuis le début de la crise. Le groupe a, en revanche, recruté seulement 300.000 abonnés au haut débit sur le trimestre, soit moitié moins qu'à la même période l'année dernière. Un niveau néanmoins supérieur aux attentes du marché. A l'inverse, son activité de téléphonie mobile, Xfinity Mobile, a enregistré son meilleur résultat trimestriel depuis son lancement en 2017, ajoutant 285.000 clients.

eBay a chuté de 6,7%, plombé par des prévisions jugées décevantes pour la fin d'année. Le géant américain des enchères en ligne table, au quatrième trimestre, sur un chiffre d'affaires allant de 2,57 à 2,62 milliards de dollars, soit une hausse de 3 à 5%, et sur un bpa ajusté compris entre 97 cents et 1,01 dollar, là où le consensus attendait un bpa ajusté de 1$ pour des revenus de 2,65 Mds$. La pandémie a donné un coup de fouet à eBay en 2020 car la fermeture de l'économie a encouragé les achats en ligne, mais cet élan s'estompe à mesure que les gens reprennent leurs habitudes de consommation 'traditionnelles', comme les voyages et les sorties au cinéma ou au restaurant.

Sur le trimestre clos fin septembre, eBay a annoncé un bpa ajusté de 90 cents pour un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de dollars, en hausse de 11% (+10% à change constant), contre 2,46 Mds$ attendus. La valeur brute de marchandise a reculé de 10% à 19,5 milliards de dollars. La société a déclaré avoir racheté pour 2,4 milliards de dollars d'actions ordinaires au cours du trimestre. "Nos résultats du troisième trimestre, qui s'expliquent par la finalisation de la migration des paiements gérés, l'expansion de notre portefeuille publicitaire et la croissance des volumes dans nos catégories cibles, montrent que notre stratégie continue de fonctionner", a indiqué Jamie Iannon, le DG de l'entreprise.

Globalfoundries a reculé de 1,3% pour son premier jour de cotation à Wall Street. Le fabricant de semi-conducteurs a levé environ 2,6 milliards de dollars via son offre publique de vente. Le prix d'introduction a fait ressortir une valorisation de 26 milliards de dollars.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/12/2021

Le Conseil d’administration d'Advicenne a décidé de soumettre à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 21 janvier 2022, les projets de transfert de cotation de ses titres du…

Publié le 03/12/2021

Pharmagest a annoncé que Dominique Pautrat quittera ses fonctions de Directeur Général pour prendre la Présidence du Directoire de La Coopérative Welcoop, maison-mère de Pharmagest, à compter…

Publié le 03/12/2021

Suite à la survenance d’un problème qualité ayant affecté certaines de ses prothèses, Carmat a pris la décision de suspendre temporairement, à titre préventif, les implantations de son cœur…

Publié le 03/12/2021

Le Président du Conseil d'Administration de Pharmagest a proposé au Conseil d'Administration, réuni le 03 décembre 2021, la nomination suivante...

Publié le 03/12/2021

La société Foncière Volta envisage le rachat de tout ou partie de l'emprunt obligataire émis par la Société en deux tranches le 28 décembre 2017 et le...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne