En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.98 PTS
-
5 317.0
-
SBF 120 PTS
4 247.11
-
DAX PTS
12 168.74
-
Dowjones PTS
25 776.61
-0.39 %
7 420.66
-0.41 %
1.115
-0.04 %

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500 !

| Boursier | 409 | Aucun vote sur cette news

Wall Street a fini en légère hausse vendredi soir, ce qui a permis au S&P 500 et au Nasdaq d'inscrire de nouveaux records. La forte hausse surprise du PIB US au 1er trimestre et les bons résultats de grands groupes l'ont emporté sur les doutes.

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500 !
Credits Reuters

A l'issue d'une séance hésitante, la Bourse de New York a fini dans le vert vendredi, après l'annonce d'une hausse du PIB de 3,2% au 1er trimestre aux Etats-Unis, très supérieure aux attentes. L'avalanche de résultats de sociétés s'est poursuivie, toujours contrastée, ne permettant pas de dégager une tendance claire pour l'évolution de la conjoncture. Les indices Nasdaq composite et S&P 500 se sont toutefois hissés à de nouveaux sommets historiques en cette fin de semaine. Les marchés ont salué les résultats meilleurs que prévu d'Amazon (+2,5%) et de Ford Motor (+10,7%), mais ont sanctionné ceux d'Intel (-9%) et d'ExxonMobil (-2,1%) qui ont fortement déçu.

A la clôture, l'indice Dow Jones a progressé de 0,31% à 26.543 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,47% à 2.939 pts et que le Nasdaq composite a progressé de 0,34% à 8.146 pts.

Pour le Nasdaq comme pour le S&P 500, il s'agit du deuxième record en une semaine, après celui inscrit mardi. Sur l'ensemble de la semaine, le DJIA est resté stable, tandis que le S&P 500 a gagné 0,8% et que le Nasdaq a bondi de 1,8%.

Toute la semaine, les indices boursiers ont été tiraillés entre les annonces contrastées de résultats d'entreprises. Au sein du Dow Jones, qui ne compte que 30 membres, les bons résultats de sociétés comme Microsoft (+5,1% sur la semaine) ont été contrebalancés par des déceptions pour 3M (-13%), Intel (-11%), AT&T (-4,2%), Caterpillar (-3,7%) ou encore Procter & Gamble (-0,6%). La plus grosse capitalisation du DJIA, Apple, a de son côté stagné sur la semaine, en attendant la publication de ses comptes mardi prochain, le 30 avril.

Le Nasdaq et le S&P 500, basé sur des échantillons de valeurs beaucoup plus vastes, ont en revanche profité des comptes meilleurs que prévu de nombreux groupes, dont Amazon, Ford Motor, Microsoft, Facebook, Coca-Cola, Hasbro, Twitter, United Technologies ou encore Lockheed Martin.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) a marqué le pas, vendredi, cédant 0,17% à 98,04$ après un gain de 1,2% en deux semaines. L'euro s'est offert un rebond technique de 0,19% à 1,1151$, mais est resté proche de son plus bas niveau depuis 2017 face au billet vert.

Sur les marchés obligataires américains, le rendement de l'emprunt d'Etat de référence, le T-Bond à 10 ans, a cédé vendredi 3 points de base à 2,50%. Malgré une croissance supérieure aux attentes au 1er trimestre aux Etats-Unis, les investisseurs tablent sur la poursuite d'une politique monétaire accommodante de la part de la Réserve fédérale.

Forte hausse surprise du PIB des Etats-Unis au 1er trimestre

Le PIB a ainsi cru de 3,2% au 1er trimestre en rythme annuel, un chiffre bien supérieur à toutes les attentes des économistes, qui tablaient sur une croissance de l'ordre de 2%, après +2,2% au 4è trimestre 2018. Cependant, en examinant de près la demande sous-jacente, il apparaît que la consommation des ménages a été moins forte que prévu, de même que l'inflation.

Les dépenses de consommation (qui représentent plus des deux tiers du PIB) n'ont ainsi progressé qu'au rythme d'1,2% de janvier à mars, contre 2,5% au quatrième trimestre. Le phénomène pourrait être lié en partie au "shutdown" de l'administration fiscale en janvier, qui a retardé l'envoi des chèques de remboursement du trop-perçu d'impôt sur le revenu dans le cadre de la retenue à la source. Par ailleurs, cette année, certains déductions profitant aux foyers aisés ont aussi été rabotées.

Il apparaît que la forte hausse du PIB résulte en partie de facteurs techniques et temporaires, comme la réduction du déficit commercial ou l'accumulation des stocks des entreprises. Les entreprises avaient importé fortement en 2018, avant l'entrée en vigueur de taxes sur certains produits, notamment chinois, ce qui a perturbé les statistiques.

Une rencontre Donald Trump-Xi Jinping au mois de juin ?

Par ailleurs, l'indice final du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan, publié vendredi est ressorti à 97,2 en avril, un peu plus haut que prévu (97,1) et après 97 en mars. L'indice des anticipations s'est raffermi à 87,4 en fin de mois, mais demeure en baisse en comparaison du mois de mars, alors que celui des conditions actuelles s'est établi à 112,3, également en retrait par rapport au mois précédent.

Sur le front des négociations commerciales, les spéculations ont repris sur la date de conclusion d'un accord entre les Etats-Unis et la Chine, qui sera salué par un sommet entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jiping.

Jeudi soir, le président américain a affirmé qu'il accueillerait "bientôt" son homologue chinois Xi Jinping à la Maison-Blanche, sans plus de précisions. Selon le quotidien chinois 'South China Morning Post', le président chinois Xi Jinping pourrait rencontrer Trump à Washington en juin. "Le mois de juin est une option mais cela pourrait être plus tard", a cependant nuancé le quotidien en citant une source anonyme.

La conclusion d'un accord mettrait un terme à un conflit commercial pesant depuis près d'un an sur l'économie mondiale, à coups de sanctions douanières réciproques entre Washington et Pékin.

Donald Trump fait chuter le pétrole de ses plus hauts depuis 6 mois

Le pétrole a bu la tasse, vendredi, après des propos de Donald Trump affirmant avoir réclamé à l'Opep une baisse des prix du brut... Les cours de l'or noir ont bondi d'environ 40% depuis le début de l'année pour atteindre ces derniers jours leurs plus hauts niveaux depuis près de 6 mois.

Le contrat à terme de juin sur le brut léger américain WTI a reculé vendredi de 2,93% à 63,30$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance juin chutait de 2,96% à 72,15$ à la clôture du Nymex. Jeudi, le Brent avait franchi brièvement en début de séance le seuil des 75$ pour la première fois depuis 6 mois, après la décision de l'Allemagne et de la Pologne de suspendre leurs importations de brut russe via l'oléoduc Droujba, en raison d'une contamination au chlorure organique.

Vendredi, on a appris en outre que le nombre de forages en activité aux Etats-Unis a fortement baissé cette semaine, passant de 825 à 805 selon les statistiques hebdomadaires publiées par la firme parapétrolière Baker Hugues. Cette nouvelle est de nature à soutenir les cours du pétrole, mais les marchés ont surtout réagi aux propos de Donald Trump.

Le président américain a ainsi affirmé vendredi avoir appelé l'Opep à faire baisser les prix du baril de pétrole, ce qui aurait déjà eu, selon lui, pour effet de faire reculer le coût de l'essence. "Les prix de l'essence sont en train de baisser. J'ai appelé l'OPEP et leur ai dit, +vous devez les faire baisser +", a affirmé le locataire de la Maison-Blanche devant des journalistes.

VALEURS A SUIVRE

Intel (-9% !) a publié des résultats conformes aux attentes au 1er trimestre, mais a réduit ses prévisions de chiffre d'affaires pour le deuxième trimestre et l'ensemble de l'exercice. Ces annonces font craindre que le ralentissement actuel du secteur des semi-conducteurs se poursuive jusqu'à la fin de l'année. Pour le trimestre en cours, le groupe prévoit ainsi un bénéfice par action de 0,83$ pour un chiffre d'affaires de 15,6 milliards de dollars, à comparer à des attentes du marché de 1,01$ et de 16,85 Mds$. Pour l'ensemble de 2019, la prévision de ventes est ramenée à 69 Mds$ au lieu de l'objectif de 71,5 Mds$ qui avait été communiqué aux investisseurs en janvier. Au premier trimestre, le bénéfice par action a atteint 0,89$, légèrement supérieur au consensus.

ExxonMobil (-2,1%) a régressé suite à ses publications financières trimestrielles. Pour le premier trimestre 2019, le géant pétrolier d'Irving a réalisé un bénéfice net de 2,35 milliards de dollars soit 55 cents par action sur une base diluée, contre 4,65 milliards de dollars et 1,09$ par titre un an avant. Ainsi, le bénéfice a chuté de moitié en glissement annuel. Le bpa de 55 cents est à comparer à un consensus de 69 cents. Le compte n'y est donc vraiment pas. Les revenus trimestriels sont ressortis quant à eux à 63,6 milliards de dollars, alors que le consensus de place se situait à 64,8 milliards. Les recettes totales s'élevaient à 68,2 milliards l'an dernier, à la même époque.

Chevron (-0,7%) a pour sa part dépassé les attentes de profits. Le groupe pétrolier a affiché au premier trimestre un bénéfice net de 2,65 milliards de dollars et 1,39$ par action, contre 3,64 Mds$ un an avant. Le consensus de bpa était de 1,30$. Les revenus totaux ont reculé de 7% à 35,2 milliards de dollars, et ratent en revanche le consensus qui approchait des 38 Mds$. Les bénéfices de l'amont ont régressé de 7% à 3,1 Mds$, alors que ceux de l'aval ont chuté de 65% à 252 M$.

Amazon (+2,5%). Le groupe basé à Seattle a publié des bénéfices très supérieurs aux attentes, soutenus par son activité de services en ligne aux entreprises ainsi qu'une hausse des revenus publicitaires et des revenus tirés des services aux vendeurs tiers sur sa plateforme d'e-commerce. Le bénéfice net du premier trimestre a ainsi plus que doublé pour atteindre un niveau record de 3,6 milliards de dollars, soit 7,09$ par action, alors que les analystes n'attendaient que 4,67$... Le chiffre d'affaires d'Amazon a bondi de 17% sur un an pour atteindre 59,7 Mds$, en ligne avec les attentes du consensus. Ce rythme de croissance est cependant le plus faible depuis le 1er trimestre 2015.
Pour le 2ème trimestre 2019, Amazon a dit s'attendre un bénéfice opérationnel de 2,6 à 3,6 Mds$, inférieur aux 4,2 Mds$ attendus par les analystes, ce qui indique que le groupe compte augmenter ses investissements dans les mois qui viennent.

Ford Motor (+10,7%!) s'enflamme à Wall Street. Le groupe vient de battre aisément le consensus de profits sur le trimestre clos. Le management se montre par ailleurs confiant pour l'année 2019, sur des marchés pourtant volatils. Sur le premier trimestre 2019, le groupe du Michigan a affiché des revenus totalisant 40,3 milliard dollars, en retrait de 4% en glissement annuel. Le bénéfice net trimestriel est quant à lui ressorti à 1,15 milliard de dollars soit 29 cents par action, en retrait de plus de 30% en glissement annuel. Le bénéfice ajusté par action s'est établi à 44 cents, contre un consensus de 27 cents par titre. Les revenus sont ressortis quant à eux en ligne avec les attentes.

American Airlines (-1%) est revenu dans le vert après un début de séance en baisse. La compagnie aérienne vient de de relever de 650 M$ ses estimations concernant les coûts du carburant... En conséquence, elle a révisé en baisse ses prévisions de bénéfices, s'attendant par ailleurs à un impact de 350 M$ du fait de l'immobilisation des 737 MAX. Le transporteur, numéro un américain du secteur par le nombre de passagers, et second opérateur de flotte du 737 MAX, table désormais sur un bénéfice ajusté 2019 allant de 4$ à 6$ par titre, contre une guidance antérieure de 5,5-7,5$ et un consensus de 5,6$ environ. Pour le trimestre clos, la compagnie aérienne américain a affiché un bénéfice net de 185 millions de dollars soit 41 cents par action, contre 159 millions un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 52 cents, contre 51 cents de consensus.

Starbucks (+0,4%) a rehaussé ses estimations de bénéfices pour l'année 2019, en marge de trimestriels supérieurs aux attentes. La chaîne de cafés de Seattle a réalisé sur le trimestre clos un bénéfice net de 663 millions de dollars soit 53 cents par action. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 60 cents, contre un consensus de place de 56 cents et un niveau de 53 cents un an avant. Les revenus à comparable ont augmenté de 3% dans le monde, en ligne avec le consensus des analystes. Les revenus consolidés se sont appréciés de 4,5% à 6,31 milliards de dollars. Le groupe dit désormais tabler sur un bénéfice annuel ajusté par action allant de 2,75 à 2,79$. La guidance de croissance à comparable est quant à elle maintenue entre 3 et 4%.

Colgate-Palmolive (+0,6%), colosse des produits de consommation, a dépassé les attentes pour le trimestre clos. Le groupe a ainsi réalisé un bénéfice net de 560 millions de dollars soit 65 cents par action, contre 634 M$ un an avant. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 67 cents, contre 66 cents de consensus. Les revenus ont décliné de 3% à 3,88 milliards de dollars. La marge brute s'est tassée à 58,9%. Le groupe envisage en 2019 une croissance organique de 2-4%.

Zimmer Biomet (-0,7%) a publié pour son premier trimestre fiscal un bénéfice net de 246 millions de dollars soit 1,20$ par action, ainsi qu'un bénéfice ajusté par action de 1,87$ à comparer à un consensus de 1,86$. Le concepteur d'appareil orthopédiques a affiché des revenus de 1,98 milliards de dollars sur la période close, légèrement supérieurs aux attentes de marché.

Mattel (-1,1%) a fini en baisse malgré un début de séance positif. Le géant du jouet a annoncé pour son premier trimestre une perte de 184 millions de dollars soit 53 cents par action, mais la perte ajustée par action est ressortie moins lourde que prévu à 44 cents, contre -56 cents de consensus. Les revenus trimestriels ont totalisé 689 M$, contre 637 M$ de consensus de place.

Goodyear (-1,6%). Le leader américain des pneumatiques a annoncé pour son premier trimestre un profit ajusté supérieur aux attentes, malgré des ventes un peu courtes. Sur le trimestre clos fin mars, la perte nette est ressortie à 61 millions soit 26 cents par titre, contre 75 M$ de profit un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 19 cents, contre 50 cents un an avant et 6 cents de consensus. Les revenus ont décliné de 6% à 3,6 Mds$, avec une baisse des volumes de 3%. Le groupe devrait supprimer 1.100 postes en Allemagne.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/05/2019

Information aux ationnaires...

Publié le 22/05/2019

La cotation de la société de biotechnologie spécialisée dans le développement de nouveaux traitements pour les maladies liées à l'âge, reprendra le 23 mai...

Publié le 22/05/2019

Ce partenariat vise à publier sur PagesJaunes (site & mobile) un parcours de prise de rendez-vous en ligne pour les établissements et professionnels de santé...

Publié le 22/05/2019

Situé à proximité du centre-ville de Champigny-sur-Marne, cet ensemble immobilier est composé de 2 bâtiments en R+6...