Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 993.60 PTS
+2.28 %
6 986.50
+2.22 %
SBF 120 PTS
5 406.18
+2.2 %
DAX PTS
15 456.10
+2.2 %
Dow Jones PTS
34 297.73
-0.19 %
14 149.12
-2.48 %
1.128
-0.19 %

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le Dow Jones et le S&P 500 !

| Boursier | 605 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a fini globalement en hausse mercredi, les indices Dow Jones et S&P 500 signant même de nouveaux records.

Clôture de Wall Street : nouveaux records pour le Dow Jones et le S&P 500 !
Credits Reuters

La Bourse de New York a fini globalement en hausse mercredi, les indices Dow Jones et S&P 500 signant même de nouveaux records, tandis que le Nasdaq a très légèrement reculé, sur fond d'envolée du nombre de cas de coronavirus dans le monde et de tensions sur les taux d'intérêts. Le pétrole a progressé après une nouvelle forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis, et le taux des emprunts US à 10 ans est remonté à 1,54%, au plus haut depuis un mois.

A la clôture, le Dow Jones a avancé de 0,25% à 36.488 points, effaçant son précédent record de 36.432 pts inscrit le 8 novembre dernier. L'indice phare a été soutenu notamment par Nike (+1,4%), Walgreens Boots Alliance (+1,6%), Home Depot (+1,1%) et Johnson & Johnson (+1,1%). L'indice large S&P 500 a inscrit mercredi son 70e record en 2021, finissant en hausse de 0,14% à 4.793 pts, tandis que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a reculé de 0,1% à 15.766 pts, les grandes "techs" étant à la peine face à la tension observée sur les taux d'intérêts.

A 2 séances de la fin 2021, le DJIA affiche une performance positive annuelle de 19,2%, le S&P 500 a bondi de 27,6% et le Nasdaq a grimpé de 22,3%.

Huit des onze indices sectoriels du S&P 500 ont fini en hausse mercredi, à commencer par l'immobilier (+0,6%), la santé (+0,6%), les utilities (+0,5%), les biens de consommation de base (+0,4%) et les matériaux de base (+0,4%), à savoir des secteurs défensifs et cycliques. Les investisseurs ont en revanche été plus prudents sur les secteurs les plus fortement valorisés que sont les technologiques (+0,07%) et les services de communication (-0,3%).

"Tsunami" de cas de variant Omicron dans le monde

Les investisseurs ont continué d'observer la progression du variant Omicron dans le monde, mais continuent de tabler sur une vague aux effets sanitaires et économiques moins graves que les précédentes vagues. Les cas d'infection au Covid-19 dans le monde ont atteint un niveau record sur les sept derniers jours, selon des données de 'Reuters' révélées ce jour. Près de 900.000 cas par jour en moyenne ont été signalés dans le monde entre le 22 et le 28 décembre. Au plan mondial, l'OMS s'est inquiété mercredi d'un "tsunami de cas" provoqué par la circulation simultanée des variants Delta et Omicron du coronavirus.

Aux Etats-Unis comme ailleurs, le nombre de cas continue de flamber, mais n'entraîne pas pour l'instant de forte hausse des hospitalisations. La moyenne des nouveaux cas détectés sur 7 jours est monté à un record de 267.305 mardi outre-Atlantique, contre 243.099 lundi et a plus que doublé (+126%) depuis 15 jours, selon les comptes tenus par le 'New York Times'. Le nombre d'hospitalisations a augmenté dans des proportions moindres (+11% en 15 jours) pour atteindre 74.962, soit un peu plus de la moitié de son pic depuis le début de la pandémie (137.516 en janvier 2021).

Le pétrole progresse, les taux à 10 ans grimpent

Le pétrole a fait du yo-yo mercredi, mais la hausse l'a finalement emporté, grâce à l'annonce d'une nouvelle forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis. Le baril de brut léger américain WTI a gagné 0,8% à 76,56$ (contrat à terme de février sur le Nymex), après avoir fluctué entre le rouge et le vert. Le Brent de Mer du nord a avancé de 0,37% à 79,23$ (contrat de mars).

Selon le Département américain à l'Energie, les stocks domestiques de brut ont reculé de 3,6 millions de barils sur la semaine achevée le 24 décembre, la 3e semaine de fort recul de ces stocks. Malgré la récente correction due à la vague d'Omicron, le WTI gagne plus de 58% depuis le début 2021, soutenu par la reprise de la demande mondiale, après le choc de la pandémie de Covid-19 en 2020.

Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 10 ans a bondi mercredi de 6 points de base pour atteindre 1,54%, au plus haut depuis un mois. Fin 2020, ce taux était à 0,9%, et il s'est apprécié à mesure que la reprise économique post-pandémique a conduit la Réserve fédérale à envisager de retirer ses mesures de soutien exceptionnelles aux marchés, puis à remonter ses taux directeurs, sans doute vers la mi-2022, afin de contrôler la flambée d'inflation qui a accompagné la sortie de crise du Covid.

Le déficit US de la balance des biens s'est creusé en novembre

Sur le marché des changes, l'indice du dollar ne profitait pas mercredi soir de la hausse des taux, et reculait de 0,3% à 95,91 pts face à un panier de devises, tandis que l'euro gagnait 0,34% à 1,1347$. L'or a cédé mercredi 0,3% à 1.805,80$ l'once sur le Comex (contrat de février). Le bitcoin recule mercredi soir autour de 47.180$, en baisse de 1,8% sur 24h, selon le site Coindesk.

Dans l'actualité macro-économique outre-Atlantique, le déficit de la balance du commerce international de biens s'est creusé plus que prévu en novembre à 97,8 milliards de dollars, contre 86 Mds$ de consensus et après 83,2 Mds$ en octobre. L'administration précise que ce net creusement de 17,5% du déficit d'un mois sur l'autre traduit à la fois des exportations américaines de biens en léger repli, à 154,7 Mds$, et un gonflement des importations, à 252,4 Mds$.

Par ailleurs, l'indice des promesses de ventes de logements a affiché un recul surprise de 2,2%, en novembre par rapport à octobre, alors que le consensus tablait sur une hausse de 0,6%. Ce passage à vide est lié "à une faible offre de logements, mais aussi au fait que les acheteurs sont hésitants sur les prix des maisons", selon Lawrence Yun, économiste en chef de la Fédération nationale des agents immobiliers (NAR). Enfin, Les stocks des grossistes se sont appréciés de 1,2% en novembre sur un mois, contre 1,6% de consensus et après +2,5% en octobre.

Concernant la Réserve fédérale, le président américain Joe Biden envisagerait de nommer l'ancienne secrétaire adjointe au Trésor Sarah Bloom Raskin au poste de vice-présidente de la Fed chargée de la supervision bancaire, selon le 'Wall Street Journal'. Ce poste est vacant depuis que Randal Quarles l'a quitté. Quarles, souvent jugé complaisant vis-à-vis de Wall Street, abandonnera par ailleurs fin décembre ses fonctions de gouverneur de la Fed. D'après le Wall Street Journal, Biden réfléchit aux nominations de trois nouveaux gouverneurs de la Fed.

VALEURS A SUIVRE

Les opérateurs de croisières ont sous-performé, alors que de nombreux cas de coronavirus ont été détectés dans les navires, parmi les passagers et les membres d'équipage. Carnival Corp (-0,5%), Royal Caribbean (-0,04%), Walt Disney (-0,2%) et Norwegian Cruise Line (-1,5%) ont tous fini en baisse. Les autorités sanitaires américaines, les CDC, ont ouvert des enquêtes sur des cas de Covid sur 86 bateaux de croisières, faisant craindre de nouvelles mesures de restriction pour le secteur.

Les compagnies aériennes ont reculé, victimes des annulations de vols liés au variant Omicron, qui a décimé les équipages. Parmi les plus fortes baisses figurent United Airlines (-1,8%), Delta Air Lines (-1,2%) et American Airlines (-2,6%), tandis que Southwest Airlines (+0,9%) s'en tire mieux.

Biogen (+9,4%) a bondi après des informations de presse faisant état d'un intérêt du groupe sud-coréen Samsung pour la "biotech" américaine basée à Cambridge, dans le Massachusetts. Selon le quotidien 'Korea Economic Daily', qui a cité des sources au sein de banques d'affaires, Samsung serait en négociations pour un achat qui valoriserait Biogen à plus de 50.000 milliards de won, soit environ 42 milliards de dollars. Si elle se concrétisait, il s'agirait de la plus importante acquisition jamais réalisée par le conglomérat sud-coréen.

Apple (stable) paie jusqu'à 180.000$ pour empêcher les employés de faire défection, relate 'Bloomberg'. Selon des sources citées par l'agence d'information, le géant technologique accorde à certains ingénieurs des bonus inattendus de 50.000 à 180.000$ en unités d'actions restreintes, qui sont acquises sur quatre ans pour les empêcher d'être débauchés par des rivaux tels que Meta (-0,9%), ex-Facebook. Au cours des derniers mois, Meta avait séduit une centaine d'ingénieurs d'Apple qui, toutefois, aurait aussi récupéré quelques employés de haut niveau de Meta, selon Bloomberg.

Apple aurait par ailleurs placé l'usine de Foxconn à Sriperumbudur, en Inde, "en probation", selon Reuters. Le groupe à la pomme n'a pas spécifié le sens de cette "probation", mais l'agence précise que l'année dernière, quand Apple avait mis une usine de Wistron en Inde "en probation", il avait ajouté qu'il n'allait pas donner de nouvelles affaires à Wistron jusqu'à ce que l'entreprise revoie sa manière de traiter les travailleurs.

L'usine Hon Hai Precision Industry (Foxconn), qui emploie 17.000 personnes, a été fermée le 18 décembre après des manifestations ayant suivi une intoxication alimentaire de 250 employés vivant dans un dortoir d'usine. Un porte-parole d'Apple a déclaré que le groupe californien avait envoyé des auditeurs inspecter les dortoirs de l'usine, située près de Chennai, et que certains logements et salles à manger ne satisfaisaient pas à ses exigences. Apple affirme qu'il travaille avec Foxconn afin de résoudre les problèmes.

Les analystes indiquent quant à eux que la fermeture de l'usine - qui fabrique des iPhone 12 et effectue des essais de production d'iPhone 13 - aura probablement un impact minime à court terme.

Alibaba (-2,3%), le colosse chinois du commerce en ligne, pourrait vendre une partie de sa participation dans Weibo à l'entreprise publique Shanghai Media Group, selon Bloomberg. Des personnes proches du dossier affirment que les pourparlers n'en sont qu'à leurs débuts et pourraient aboutir à l'achat de la totalité de la participation de 30% d'Alibaba par Shanghai Media Group. L'article indique que le gouvernement est préoccupé par l'influence de l'entreprise sur l'opinion publique et souhaite qu'Alibaba vende ses actifs médiatiques.

JD.com (-0,36%), autre géant chinois de la vente en ligne, a annoncé qu'il allait renforcer de 50% ses plans de rachat d'actions, allant désormais jusqu'à 3 milliards de dollars. Le groupe a aussi dévoilé un emprunt 'vert' de 2 milliards de dollars.

PayPal (stable) cherche à faire des acquisitions en Asie, selon le 'Nikkei'. Dans une interview, le CEO Dan Schulman a déclaré que la société cherchait à se développer dans la région par le biais d'investissements, de rapprochements et d'acquisitions dans le sillage de son achat de Paidy en septembre. Schulman a déclaré : "Paidy et de nombreuses ressources additionnelles, ainsi que des acquisitions supplémentaires potentielles au Japon, seront vraiment au centre de notre activité là-bas". Le patron a indiqué que le coronavirus avait rapproché le monde de trois à cinq ans de la transition vers une économie numérique. Le Nikkei rapporte que pour 2025, PayPal vise 50 milliards de dollars de revenus - un chiffre qui, selon l'article, nécessiterait une croissance annuelle de 20% - et 750 millions de comptes actifs.

Tesla (-0,2%). Elon Musk, qui avait laissé les internautes décider pour lui d'une cession de 10% de sa participation au capital du constructeur de véhicules électriques Tesla, termine sa besogne. Il a encore écoulé 934.090 actions hier mardi pour un peu plus d'un milliard de dollars. Ainsi, au total, le CEO a vendu pour près de 16 milliards de dollars d'actions en huit semaines. Le milliardaire a, en outre, exercé en totalité ses options d'achat d'actions expirant en août. Les dernières transactions font partie d'un plan établi par Musk le 14 septembre pour exercer des options et vendre des actions. Les options qu'il a exercées font partie d'une tranche d'environ 23 millions d'options d'achat d'actions expirant en août 2022.

Rivian Automotive (-3,4%) a reporté à 2023 les livraisons de son pick-up électrique et de son SUV équipé de grandes batteries.

Victoria's Secret (+12%) a bondi ce jour à Wall Street, la marque américaine de lingerie ayant annoncé un programme accéléré de rachat d'actions d'un montant de 250 millions de dollars.

Cal-Maine Foods (-5,3%) devrait souffrir ce jour à Wall Street, le producteur d'oeufs ayant affiché des résultats trimestriels décevants, plombés par les coûts salariaux et d'emballage.

Morgan Stanley (-1,2%) serait sur le point de prendre le contrôle de sa coentreprise chinoise de courtage en portant sa participation de 4,1% à 94%, selon un document boursier évoqué par Reuters.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/01/2022

En attendant les éclairages sur le prochain resserrement monétaire de la Fed.

Publié le 26/01/2022

Eutelsat Communications et Intersat, l'un des principaux fournisseurs de solutions Internet en Afrique, ont signé un accord de capacité pluriannuel...

Publié le 26/01/2022

Une demande ferme

Publié le 26/01/2022

En dépit de la persistance des difficultés engendrées par la pandémie de Covid, le Groupe Egide a démontré sa résilience en assurant sa croissance en...

Publié le 26/01/2022

Fortement secoué depuis le début de l'année en Bourse, Valneva s'offre un copieux rebond ce mercredi...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne