Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 598.25 PTS
+1.02 %
6 592.50
+0.97 %
SBF 120 PTS
5 158.43
+0.91 %
DAX PTS
15 568.22
+0.32 %
Dow Jones PTS
34 999.31
-0.17 %
15 059.47
+0.69 %
1.180
-0.17 %

Clôture de Wall Street : nouveaux records avec le plan infrastructures

| Boursier | 54 | Aucun vote sur cette news

Dans le sillage des places européennes, Wall Street a grimpé ce jeudi, le S&P 500 et la Nasdaq signant des records.

Clôture de Wall Street : nouveaux records avec le plan infrastructures
Credits Reuters

La Bourse de New York a progressé jeudi, malgré des statistiques mitigées sur l'emploi, soutenue par l'annonce d'un accord bipartisan sur le plan de rénovation des infrastructures aux Etats-Unis, voulu par le président Joe Biden. Le Nasdaq comme le S&P 500 ont fini sur des niveaux record. Le pétrole est resté sur ses plus hauts niveaux depuis plus de deux ans, tandis que la croissance du PIB du 1er trimestre a été confirmée en hausse de 6,4% aux Etats-Unis en rythme annuel.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,95% à 34.196 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,58% à 4.266 pts, un nouveau sommet historique. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a gagné 0,69% à 14.369 pts, signant son 3e record d'affilée en clôture.

Seuls deux des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont fini dans le rouge jeudi. Les plus fortes hausses ont été affichées par les financières (+1,2%), les industrielles (+0,8%) et l'énergie (+0,85%). Les places européennes ont aussi terminé en nette hausse jeudi, après la publication de bons indicateurs montrant une amélioration du climat des affaires sur le Vieux continent, notamment en Allemagne (indice Ifo) et en France (indicateur Insee). L'EuroStoxx 50 a gagné 1,2% et à Paris, le CAC 40 a gagné 1,2%.

Accord conclu sur un plan bipartisan pour les infrastructures US

Les marchés ont accueilli avec satisfaction l'annonce d'une avancée en vue du plan de rénovation des infrastructures aux Etats-Unis. Après des semaines de négociations, Joe Biden a ainsi annoncé jeudi qu'"un accord a été trouvé" avec un groupe bipartisan de sénateurs sur un package de 1.200 milliards de dollars, incluant 579 milliards de dollars de dépenses nouvelles, selon la presse américaine.

Pour être adopté, ce projet bipartisan doit encore être en mesure de recueillir une majorité qualifiée de 60 voix sur 100 au Sénat (où les Démocrates ne disposent que de 50 sièges).

Il s'agirait en outre d'une première étape, le président américain ayant des projets plus ambitieux (plus de 2.000 Mds$), mais que les Républicains refusent de soutenir. Les Démocrates devraient donc présenter un second volet en vue de le faire adopter à la majorité simple, mais là aussi les négociations s'annoncent complexes.

Baisse plus lente que prévu du chômage, malgré la demande des entreprises

La séance a été marquée par une série de statistiques américaines en demi-teinte, notamment une déception sur les chiffres hebdomadaires de l'emploi. Ainsi, les inscriptions au chômage n'ont que très légèrement reculé (-7.000 à 411.000) la semaine dernière, après une hausse surprise la semaine précédente. Le consensus était positionné à 380.000 inscriptions au chômage. La moyenne à quatre semaines s'établit encore à 397.750, en hausse de 1.500. Avant la crise du coronavirus, cette moyenne était de l'ordre de 220.000.

Les économistes attribuent la lenteur du recul du nombre de chômeurs (malgré une forte demande de la part des entreprises) à la prolongation des aides mise en place pour faire face à la crise du coronavirus, qui dissuaderaient beaucoup d'Américains de rechercher un emploi. Cependant, de nombreux Etats ont annoncé récemment qu'ils allaient mettre fin prématurément à ces aides de 300$ par semaine, ce qui devrait entraîner une hausse des retours à l'emploi pendant l'été.

Par ailleurs, la croissance de l'économie américaine a été confirmée au rythme annuel de 6,4% au premier trimestre, après une hausse de 4,3% au trimestre précédent. Il s'agit de la 3e et dernière estimation du PIB. Les dépenses personnelles de consommation se sont envolées, sur un rythme de 11,4%, contre 11,3% pour leur précédente évaluation.

Les commandes de biens durables ont progressé un peu moins que prévu en mai, de 2,3% sur un mois, contre +2,8% de consensus. Ces commandes avaient reculé de 0,8% en avril, leur première baisse depuis avril 2020. Hors transport, les commandes de biens durables ont augmenté de 0,3% contre +0,8% attendu, après +1,7% en avril (lecture révisée en hausse).

A noter que la Réserve fédérale doit publier les résultats de ses tests de résistance après la clôture du marché. Les grandes banques devraient toutes passer l'examen, ce qui ouvrirait la voie à un doublement du retour aux actionnaires au cours des quatre prochains trimestres.

Les marchés soupèsent toujours le nouveau ton de la Fed

Sur le front monétaire, les marchés continuent de digérer la nouvelle approche adoptée il y a une semaine par la Réserve fédérale, qui prépare désormais les marchés à une réduction progressive de son soutien, compte-tenu de la vigueur de la reprise économique. Le débat est désormais entrouvert sur une réduction des achats d'actifs ("tapering") tandis que les premières hausses de taux directeurs se profilent pour 2023 (et non 2024), voire dès la fin 2022.

Le nouvelles projections montrent ainsi que le taux des fed funds (actuellement proche de zéro) serait de 0,6% à la fin 2023, ce qui impliquerait deux hausses de taux d'un quart de point cette année là. 13 membres de la Fed sur 18 s'attendent à ce que les taux directeurs soient relevés courant 2023. Et 7 d'entre eux voient les taux remonter dès 2022, dont Raphael Bostic (Fed d'Atlanta) et James Bullard (Fed de St-Louis).

Mardi, le président de la Fed, Jerome Powell, s'est toutefois montré très prudent sur l'évolution de la politique monétaire, lors d'une audition devant une commission de la chambre des représentants. Tout en saluant la vigueur de la reprise économique, qui s'accompagne d'une inflation accrue, il a souligné que les facteurs d'incertitudes demeurent sur le marché de l'emploi, et empêchent la banque centrale d'agir trop rapidement pour retirer son soutien exceptionnel mis en place en mars 2020 pour lutter contre la crise du coronavirus.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar était stable en fin de soirée à 91,80 points face à un panier de 6 devises de référence, tandis que l'euro grappillait 0,07% à 1,1933$. Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 30 ans pointait à 2,10% (stable) et celui du T-Bond à 10 ans était aussi stable à 1,49%.

Le bitcoin rebondit, le pétrole toujours en forme

Sur le marché des cryptos, le bitcoin a poursuivi son rebond après un passage sous 30.000$ mardi... Le BTC gagnait jeudi soir environ 4,6% sur 24h s'affichant autour de 34.760$ sur la plateforme Bitfinex. La poursuite de la répression chinoise avec la décision des autorités locales de fermer de nombreuses fermes de minage de cryptomonnaies continue à hanter le marché. Par ailleurs, l'or a reculé jeudi de 0,4% à 1.776,70$ l'once pour le contrat à terme d'août sur le Comex.

Enfin, les cours du pétrole ont progressé légèrement, toujours sur leurs plus hauts depuis plus de deux ans, après l'annonce, mercredi, d'une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis, pour la 5e semaine consécutive. Le baril de WTI a avancé de 0,3% à 73,30$ sur le Nymex pour le contrat à terme d'août, alors que le baril de Brent de la mer du Nord (contrat d'août) a grimpé de 0,5% à 75,56$. Les deux variétés de pétrole ont enchaîné 4 semaines de hausse consécutive, et ont bondi de plus de 50% depuis le début de l'année pour le WTI et de 45% pour le Brent.

L'Opep+ se réunira le 1er juillet pour déterminer son niveau de production pour le mois d'août et au-delà. Les analystes sondés par 'Bloomberg' s'attendent en moyenne à ce que l'alliance de 23 pays producteurs annonce une nouvelle hausse de 550.000 barils par jour en août, ce qui serait un geste modeste, et ne couvrirait pas le déficit d'offre mondiale, estimé par l'Opep à environ 2 millions de barils par jour.

VALEURS A SUIVRE

* Eli Lilly (+7,3%) a annoncé qu'il déposerait plus tard dans l'année une demande de mise sur le marché de son médicament expérimental contre la maladie d'Alzheimer, le donanemab, auprès de l'agence américaine du médicament (FDA) qui lui a accordé le statut de traitement innovant ("breakthrough therapy").

* Accenture a gagné 2%, dopé par le relèvement de ses objectifs annuels. L'entreprise spécialisée dans les prestations de conseil en management, de services en technologies et de services d'externalisation table désormais sur un bpa 2021 compris entre 9,07$ et 9,16$ pour des revenus en hausse de 10 à 11%. La marge opérationnelle est anticipée à 15,1%. Sur son troisième trimestre fiscal, le groupe a enregistré un bpa de 2,40$ contre 1,90$ un an plus tôt pour des recettes de 13,26 Mds$, en croissance de 21% et supérieurs aux 12,79 Mds$ de consensus. La firme a par ailleurs déclaré un dividende trimestriel de 0,88$ par action, en hausse de 10% sur un an. Accenture bénéficie de l'adoption du travail à distance par de plus en plus d'entreprises.

* Grosse cession pour eBay (+1,9%). La place de marché américaine va vendre un peu plus de 80% de ses activités sud-coréennes au détaillant local E-Mart pour un montant de 3,44 trillions de wons (3 milliards de dollars). eBay conservera une participation de 20% dans l'activité coréenne, dont la valeur implicite globale est d'environ 3,8 milliards de dollars. "Cette opération réunit deux entreprises de commerce électronique et de détail solides qui peuvent libérer un énorme potentiel en Corée et offrir un plus grand choix aux clients", a déclaré Jamie Iannone, directeur général d'eBay. L'opération devrait être conclue d'ici la fin de cette année ou au début de l'année prochaine, en fonction de l'obtention des autorisations réglementaires habituelles.

Bay Korea, qui était le principal acteur du commerce électronique en Corée du Sud jusqu'en 2015, a vu la croissance de ses transactions ralentir à partir de 2016 en raison de l'intensification de la concurrence de sociétés comme Coupang, l'actuel numéro 1 du commerce électronique, selon les analystes. Même si à l'image de ses concurrents en ligne, eBay a profité de la pandémie, le groupe a continué à croître à un rythme plus lent que ses rivaux, notamment Amazon. Sous la houlette de Jamie Iannone, ancien cadre dirigeant de Walmart, eBay s'est engagé dans un vaste projet de cessions d'actifs afin de redynamiser l'entreprise. L'année dernière, elle a vendu son site de revente de billets sportifs et de spectacles StubHub à Viagogo pour 4,05 milliards de dollars. Elle a également accepté de céder son activité de petites annonces à la société norvégienne Adevinta (maison-mère de Leboncoin) dans le cadre d'une transaction en numéraire et en actions d'une valeur de 9,2 Mds$.

* Visa (+0,66%) sort le chéquier ! Le géant américain du paiement va verser 1,8 milliard d'euros pour racheter Tink, une plateforme bancaire ouverte européenne qui permet aux institutions financières, aux fintechs et aux commerçants de créer des outils, des produits et des services de gestion financière sur mesure pour les consommateurs et les entreprises européennes, en se basant sur leurs données financières. Grâce à une API unique, Tink permet à ses clients d'accéder à des données financières agrégées, d'utiliser des services financiers intelligents tels que la connaissance des risques et la vérification des comptes, et de créer des outils de gestion des finances personnelles.

Tink est intégré à plus de 3.400 banques et institutions financières, touchant des millions de clients bancaires en Europe. Tink conservera sa marque et son équipe de direction actuelle, et son siège social restera à Stockholm, en Suède. La combinaison de l'infrastructure éprouvée de Visa et de son investissement soutenu dans la résilience, la cybersécurité et la prévention de la fraude avec les API, la technologie et les relations avec la clientèle de Tink devrait contribuer à accélérer l'adoption de l'open banking en Europe en garantissant une plateforme sûre et fiable pour l'innovation, affirme Visa.

* Blackstone (stable) a relevé son offre d'achat sur St. Modwen Properties pour la porter à 1,25 milliard de livres (1,46 MdE), une proposition que le promoteur immobilier britannique dit avoir acceptée.

* Oracle (-0,4%) a été retenu par Deutsche Bank pour simplifier les systèmes informatiques de la banque et lui permettre de réduire ses dépenses, a annoncé un membre du conseil d'administration de la première banque allemande.

* Amazon (-1,5%). Le bilan du "Prime Day", l'opération promotionnelle d'Amazon, a une nouvelle fois rencontré le succès cette année, avec des ventes supérieures à 11 milliards de dollars aux Etats-Unis, en hausse de 6,1% par rapport à 2020, selon le cabinet Adobe Digital Economy Index. Les revenus ont atteint 5,6 milliards de dollars lundi et 5,4 milliards mardi, a précisé mercredi Adobe dans un communiqué. Le Prime Day, une période cruciale de promotions pour le géant américain du e-commerce, s'est en fait étalé sur deux jours, lundi et mardi. Cette année, la hausse des coûts de livraison, liée à la crise du Covid et à l'inflation des prix de l'énergie, ont cependant rendu les rabais moins attractifs que par le passé. Le respect des délais de livraison a aussi représenté un défi important pour le groupe américain, en raison des perturbations liées à la sortie de crise du Covid.

La hausse des recettes est survenue "malgré les rabais relativement faibles dans la plupart des catégories, ce qui suggère qu'il y a une demande refoulée pour les achats en ligne, au moment où les consommateurs ont hâte d'un retour à la normale", a souligné le directeur d'Adobe Digital insights, Taylor Schreiner. Amazon ne communique pas lui-même les chiffres de vente du Prime Day. Le groupe basé à Seattle a tout de même salué, dans un communiqué, "la meilleure période de deux jours pour les vendeurs tiers d'Amazon, qui sont presque tous des commerces de petite et de moyenne taille". Selon Amazon, les abonnés Prime des 20 pays où l'opération "Prime Day" était organisée, ont acheté au total plus de 250 millions d'articles.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/07/2021

Les actionnaires du cabinet Wavestone ont également approuvé le remboursement des aides perçues dans le cadre du dispositif d'activité partielle...

Publié le 28/07/2021

Maisons Du Monde a réalisé un bénéfice de 20,5 millions d'euros au cours du premier semestre 2021, après avoir enregistré une perte de 20,4 millions un an plus tôt. Son résultat opérationnel…

Publié le 28/07/2021

Le spécialiste de l'hydrogène, McPhy Energy, a vu ses pertes doubler au cours du premier semestre 2021: elles ont en effet été de 8,6 millions d'euros, alors qu'elles étaient de 4,3 millions un…

Publié le 28/07/2021

Le groupe Fnac-Darty recule de 5% ce mercredi en bourse de Paris à 52 euros, alors que selon 'Mediapart', plusieurs magasins de l'enseigne ont été...

Publié le 28/07/2021

Le groupe Fnac-Darty recule de 5% ce mercredi en bourse de Paris à 52 euros, alors que selon 'Mediapart', plusieurs magasins de l'enseigne ont été...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne