En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 801.55 PTS
+0.03 %
5 801.5
+0.1 %
SBF 120 PTS
4 579.97
+0.25 %
DAX PTS
13 084.85
-0.42 %
Dow Jones PTS
27 598.28
-0.19 %
8 290.70
-0.07 %
1.110
+0.19 %

Clôture de Wall Street : nouveau record, de justesse, pour le Dow Jones

| Boursier | 336 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a commencé la semaine sur une note hésitante, dans un marché calme pour Veteran's Day aux Etats-Unis.

Clôture de Wall Street : nouveau record, de justesse, pour le Dow Jones
Credits Reuters

La Bourse de New York a marqué le pas lundi, sur fond de suspense sur les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Les prises de risque sont restées minimales en l'absence de certains intervenants pour la journée des Vétérans. Les marchés obligataires américains étaient les seuls à être totalement fermés pour ce jour férié. L'ambiance a été alourdie par de nouvelles violences à Hong Kong, où la police a tiré à balles réelles, lundi, sur les manifestants pro-démocratie. L'indice hongkongais Hang Seng a plongé de 2,6% lundi à la clôture.

A la clôture, l'indice Dow Jones est parvenu à se hisser en terrain positif (+0,04%) à 27.691 points et à inscrire de justesse un nouveau record, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,20% à 3.087 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologies et biotechnologiques, a fléchi de 0,13% à 8.464 pts.

Du côté des valeurs, le fabricant de puces pour mobiles Qualcomm a chuté de 2,3% après un abaissement de recommandation d'un broker, tandis que la chaîne de pharmacies Walgreens Boots Alliance a bondi de plus de 5% après des informations de 'Bloomberg' affirmant que le fonds KKR serait prêt à épauler le groupe pour un retrait de la cote via un LBO géant. Boeing a grimpé de 4,5% après que la direction du groupe a indiqué espérer une autorisation de vol pour son B-737 MAX en janvier prochain.

Suspense sur les négociations commerciales

La semaine dernière, les trois indices avaient gagné respectivement 1,2% pour le Dow Jones, 0,9% pour le S&P 500 et 1% pour le Nasdaq composite, dans l'espoir de la signature rapide d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

En fin de semaine, le doute s'est toutefois insinué, des sources américaines évoquant un report jusqu'en décembre de la signature de l'accord, initialement attendue en novembre. En outre, Donald Trump a démenti jeudi que cet accord dit de "Phase 1" comprendrait un calendrier de retrait progressif des barrières douanières érigées depuis 16 mois entre les Etats-Unis et la Chine. Pékin avait précédemment affirmé que ces engagement figurerait dans le texte, ce qui avait rassuré les marchés financiers...

Donald Trump a remis la pression samedi, en affirmant que Washington ne signerait un accord avec la Chine qu'à la condition qu'il soit favorable aux Etats-Unis.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à 6 devises de référence, a subi lundi des prises de bénéfices (-0,14% à 98,22 points) après son gain de 1,3% la semaine passée dans l'espoir d'un accord commercial entre Washington et Pékin. L'euro a regagné lundi 0,14% à 1,1031$.

Le Royaume-Uni évite de justesse la récession au 3e trimestre

La livre sterling a bondi de 0,62% à 1,2853$ après l'annonce d'un accord entre l'europhobe Nigel Farage et le Premier ministre Boris Johnson. Farage a accepté de ne présenter aucun candidat de son "Brexit Party" dans les 317 circonscriptions gagnées par les conservateurs en 2017 en vue des législatives du 12 décembre.

La livre a aussi un peu profité des chiffres de la croissance au Royaume-Uni au 3e trimestre, publiés lundi. Ils ont montré que le pays avait évité la récession, même si la croissance est tombée au plus bas depuis 2009, au moment de la crise des "subprimes". Le PIB a ainsi progressé de 0,3% au troisième trimestre après un recul de 0,2% au deuxième trimestre. Deux trimestres consécutifs de recul du PIB auraient signalé une récession technique.

Jerome Powell attendu mercredi sur les taux

Les marchés obligataires américains sont fermés lundi pour Veteran's Day. Vendredi, le rendement du T-Bond à 10 ans avait terminé à 1,94%, signant sa plus forte hausse hebdomadaire depuis près de 6 ans (+22 pdb en 5 séances !) Ce taux était tombé à 1,53% il y a un mois, dans la crainte d'une récession, qui semble désormais s'éloigner après une 3e baisse des taux de la Fed le 30 octobre, et grâce à la détente dans la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

Les taux américains se sont vivement redressés depuis que la Fed a indiqué que la baisse des taux du 30 octobre (la 3e cette année), serait la dernière avant un bon moment, sauf dégradation imprévue de la conjoncture économique aux Etats-Unis.

Dans ce contexte, la prochaine intervention publique de Jerome Powell, le président de la Fed, prévue mercredi, sera suivie de très près par les marchés. Il témoignera à propos des perspectives économiques devant le 'Joint Economic Committee' du Congrès américain à Washington.

Le pétrole fléchit, Riyad évoque l'après-pétrole pour la 1e fois

Le pétrole recule légèrement lundi, après avoir regagné 1,7% pour le WTI la semaine passée. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a cédé lundi 0,66% à 56,86$ sur le Nymex (contrat à terme de décembre), tandis que le Brent de la mer du Nord a lâché 0,53% à 62,18$ (contrat à terme de janvier).

Les investisseurs se montrent en outre prudents après avoir analysé le document d'introduction en Bourse d'Aramco, le géant saoudien, qui vient d'être publié. La souscription des titres commencera le 17 novembre à la Bourse de Riyad, mais ni la fourchette de prix ni le nombre de titres proposé n'ont encore été dévoilés.

En outre, le prospectus indique que la demande mondiale de pétrole pourrait atteindre un sommet dans 20 ans avant de subir une lente érosion sous l'effet du développement d'autres sources d'énergie. C'est la première fois que le pays admet que la manne pétrolière pourrait à long terme être battue en brèche.

L'or est encore délaissé par les investisseurs en ce début de semaine : le cours de l'once de métal jaune cède lundi soir 0,47% à 1.456$ pour le contrat à terme de décembre sur le Comex, après avoir perdu plus de 3% la semaine dernière, sa pire semaine depuis 2 ans.

VALEURS A SUIVRE

Boeing a bondi de 4,5%, après que la direction du groupe a indiqué s'attendre à une autorisation de vol de son B-737 MAX en janvier prochain. Le constructeur aéronautique américain a estimé possible que les livraisons de nouveaux exemplaires du 737 MAX aux compagnies aériennes puissent recommencer en décembre. Il a ajouté qu'il s'efforçait de faire valider les nouvelles règles de formation des équipages "ce qui doit se faire avant la reprise de l'exploitation commerciale du MAX, que nous prévoyons désormais en janvier".

Un article du 'Wall Street Journal' indiquait ce week-end que le groupe aéronautique négociait avec les régulateurs l'autorisation de livrer à nouveau ses B-737 MAX aux compagnies l'ayant commandé, avant la finalisation de la formation des pilotes à cet appareil.

Alibaba a reculé de 0,24% malgré un record pour la "Journée des célibataires", avec 38,4 milliards de dollars de ventes faites via ses sites d'e-commerce (+26% par rapport à 2018). Le succès de ce "Singles' Day" a toutefois été terni par un regain de violence dans les manifestations pro-démocratie à Hong Kong, où le géant chinois du commerce en ligne compte se faire coter prochainement. Or lundi, l'indice Hang Seng a plongé de 2,6% à Hong Kong, et les banques ont fermé plus tôt que prévu, face à de nouvelles manifestations violentes. La cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a appelé au calme, affirmant que la violence ne permettrait pas aux opposants d'obtenir ce qu'ils réclament.

Selon l'agence 'Bloomberg', Alibaba espère lever jusqu'à 15 milliards de dollars américains lors de sa cotation à Hong Kong, qui serait la plus grosse introduction en Bourse depuis 2010 dans la métropole du sud de la Chine, en proie à une forte agitation politique depuis cinq mois.

Xerox (-1,2%) proposerait au fabricant de PC et d'imprimantes HP Inc une période de quatre semaines de due diligence réciproque. C'est du moins ce qu'affirme 'Bloomberg'. Rappelons que HP a reconnu la semaine dernière avoir été approché par Xerox en vue d'un possible rapprochement.

Walgreens Boots Alliance (+5%) grimpe à Wall Street ce lundi, alors que selon 'Bloomberg', KKR aurait approché la chaîne pharmaceutique américaine en vue de son acquisition. Si elle venait à aboutir, la transaction constituerait un record du genre dans la catégorie LBO. Walgreens Boots Alliance capitalise actuellement 56 milliards de dollars à Wall Street. Le groupe fait face à un environnement peu propice, victime de pressions sur les parts de marché et les remboursements des médicaments.

Reuters avait déjà indiqué la semaine dernière que le groupe considérait une opération stratégique, après avoir attiré l'intérêt d'acteurs du private equity. Mais l'agence ajoutait que plusieurs firmes de private equity aurait fait marche arrière, devant les perspectives difficiles d'activité et les challenges en matière de financement.

Qualcomm a cédé 2,3% après que Morgan Stanley a revu sa recommandation de surpondérer (achat) à pondération en ligne (neutre). Le broker juge le titre du fabricant de puces pour mobiles désormais pleinement valorisé, après ses récents gains engrangés notamment suite à des résultats meilleurs que prévu au 3e trimestre.

Apple (+0,8%). L'Apple Card crée la polémique. La carte nouvellement lancée du groupe à la pomme est accusée de discrimination sexuelle, puisque ses algorithmes permettant de déterminer les plafonds de crédit pourraient bien être plus favorables aux hommes. Goldman Sachs, partenaire d'Apple sur l'Apple Card, a publié un communiqué afin d'expliquer qu'il ne tenait pas compte dans ses décisions de facteurs tels que le sexe.

Tesla (+2,3%). La firme de Wall Street Jefferies vient de rehausser son objectif de cours à 400$ sur la valeur du constructeur californien de véhicules électriques, contre 300$ auparavant visés. La recommandation du broker est toujours à l'achat sur ce dossier Tesla. Jefferies relève que les niveaux de marge brute sont cohérents avec l'hypothèse d'une rentabilité soutenue.

Cisco Systems (-1,5%), le géant californien des équipements de réseaux, est en revanche victime d'une sévère dégradation de courtier. Ainsi, Piper Jaffray vient de revoir sa recommandation de 'surpondérer' à 'neutre'. Piper Jaffray évoque un ralentissement de l'environnement économique sur les marchés de Cisco et l'absence de catalyseur à court terme pour le titre... Le suspense sera vite levé, puisque le groupe publie mercredi soir ses comptes trimestriels.

SunPower (+1,2%) a grimpé sur le Nasdaq, alors que la filiale de Total (+0,23% à Paris) vient d'annoncer une scission en deux entités distinctes et cotées en bourse. SunPower entend se concentrer sur le stockage, les systèmes de haut rendement et les services énergétiques, alors que Maxeon Solar, nouvelle entité, oeuvrera à la conception et la commercialisation de panneaux solaires. La nouvelle société sera basée à Singapour. Le partenaire chinois TZS (Tianjin Zhonghuan Semiconductor) injectera 298 millions de dollars dans cette nouvelle entité afin de permettre la montée en puissance de la capacité de production.

Tom Werner restera PDG de SunPower, et le groupe maintiendra son siège dans la Silicon Valley. Les deux compagnies coopèreront afin de développer et commercialiser des technologies de panneaux solaires de nouvelle génération, la recherche initiale étant menée par SunPower. Jeff Waters prendra la tête de Maxeon Solar, qui sera également coté sur le Nasdaq. La séparation de Maxeon doit prendre la forme d'un spin-off de ses titres au profit des actionnaires de SunPower, qui sera suivi par un investissement de TZS.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/12/2019

L'effervescence du secteur de luxe ne retombe pas, au contraire. Après le rachat de Tiffany par LVMH, les observateurs du luxe s'attendaient à une réaction de son grand rival, Kering. Elle n'a pas…

Publié le 05/12/2019

8h00 en AllemagneProduction industrielle en octobre8h45 en FranceBalance commerciale en octobre14h30 aux Etats-UnisRapport sur l'emploi en novembresource : AOF

Publié le 05/12/2019

Capgmeni reste bien orienté en cette fin de séance, en hausse de 1,4% à 106 euros...

Publié le 05/12/2019

Le coût d'investissement total du projet atteint environ 380 M$...

Publié le 05/12/2019

"Tous les fondamentaux économiques (...) sont en forte croissance"...