En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 948.94 PTS
+0.49 %
4 938.0
+0.58 %
SBF 120 PTS
3 947.71
+0.61 %
DAX PTS
11 166.74
+0.91 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.138
+0.12 %

Clôture de Wall Street : nouveau coup de blues malgré la croissance

| Boursier | 172 | Aucun vote sur cette news

Wall Street est reparti en baisse vendredi, signant une chute de 3% à 4% sur la semaine. Les inquiétudes concernant la croissance et les taux dominent les esprits, malgré l'annonce d'une hausse de 3,5% du PIB des Etats-Unis au 3ème trimestre.

Clôture de Wall Street : nouveau coup de blues malgré la croissance
Credits Reuters

La Bourse de New York a renoué avec la baisse vendredi, après un rebond technique jeudi, toujours plombée par le secteur technologique, où les géants d'internet Amazon (-7,8%) et Alphabet (-1,8%) ont publié des comptes décevants au 3ème trimestre. L'indice Nasdaq Composite est désormais ancré en zone de correction, caractérisée par une chute de plus de 10% par rapport à ses sommets. La croissance du PIB des Etats-Unis est pourtant ressortie supérieure aux attentes au 3ème trimestre, à 3,5% en rythme annuel, mais l'investissement des entreprises a marqué le pas, ce qui constitue un risque pour la future croissance...

A la clôture, l'indice Dow Jones a rechuté de 1,19% à 24.688 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 1,73% à 2.658 points et que l'indice Nasdaq Composite a reculé de 2,06% à 7.167 points.

Première correction supérieure à 10% du Nasdaq depuis 2 ans

L'indice riche en valeur technologiques et biotechnologiques a désormais chuté de 11,6% par rapport à son dernier record historique inscrit fin août, affichant sa première correction supérieure à 10% depuis 2 ans.

Sur la semaine, le Dow Jones abandonne 3%, le S&P 500 3,4% et le Nasdaq a lâché 3,8%, signant au passage sa 4ème semaine de recul. Le DJIA est désormais en terrain négatif depuis le 1er janvier (-0,13%), ainsi que le S&P 500 (-0,56%) tandis que la progression du Nasdaq se limite à 3% depuis le 1er janvier.

Avec le retour de l'aversion au risque, l'indice VIX de la volatilité est reparti vendredi à la hausse (+7% à 25,86 points) tandis que sur le marché obligataire, les investisseurs sont repassés à l'achat par mesure de sécurité, faisant reculer les taux d'intérêts (qui évoluent à l'inverse des cours des obligations). Le rendement du T-Bond à 10 ans est retombé à 3,08% (-4 points de base).

Sur le marché des changes, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, a reculé de 0,34% à 96,35 points, sous le poids des craintes entourant l'évolution de la croissance économique aux Etats-Unis. L'euro a repris de la hauteur après deux séances de baisse, remontant au dessus du seuil psychologique de 1,14$ à 1,1417$ (+0,38%), au lendemain de la réunion de la BCE, qui s'est soldée par un statu quo sur la politique monétaire européenne.

Le pétrole a poursuivi son rebond entamé jeudi, après une chute de 10% depuis le début du mois. Le contrat de décembre sur le brut léger américain (WTI) a avancé de 0,39%, à 67,59$ le baril. La même échéance sur le Brent de Mer du nord a gagné 0,95% à 77,62$ le baril. Les cours sont cependant en baisse sur l'ensemble de la semaine, malgré l'approche des sanctions américaines contre l'Iran, prévues le 4 novembre, qui font craindre une contraction de l'offre d'or noir.

Une croissance supérieure aux attentes, mais des investissements au ralenti

La séance a été marquée d'une part par des résultats d'entreprises décevants, notamment les ventes et les prévisions d'Amazon pour les ventes de fin d'année, ainsi que des recettes moins élevées que prévu pour Alphabet, la maison mère de Google. D'autre part, la publication du PIB américain du troisième trimestre a jeté un froid, même si la croissance est ressortie plus haute que prévu à +3,5% en rythme annuel contre +3,3% attendu par le consensus des économistes, et après +4,2% au 2ème trimestre.

La croissance a été soutenue par les dépenses de consommation, qui comptent pour 70% dans le PIB, et qui ont augmenté de 4%, contre +3,3% de consensus. Toutefois, les investissements des entreprises ont de leur côté fortement ralenti, ce qui fait craindre que la montée des barrières douanières a commencé à peser sur le moral et les anticipations de croissance des entrepreneurs américains. Les investissements ont ainsi progressé de 0,8% en rythme annuel, au plus bas depuis 2016, après avoir bondi de 8,7% au 2ème trimestre.

Sauf imprévu, la Fed prévoit de relever ses taux en décembre

Mercredi, la Réserve fédérale américaine a publié son Livre Beige, dans lequel elle a également fait état de craintes liées à la hausse des droits de douane imposées par Donald Trump. De nombreuses entreprises ont fait état d'une hausse des coûts des matières premières, notamment dans l'automobile, ce qui les a amenées à relever leurs prix de vente.

"Plusieurs districts ont indiqué que les entreprises font face à une hausse des coûts des matériaux de base et du transport, ainsi qu'à des incertitudes sur l'environnement commercial et/ou à des difficultés à trouver de la main d'oeuvre qualifiée", a notamment relevé le Livre Beige, qui servira de base de réflexion aux membres de la Fed pour leur réunion des 7 et 8 novembre prochains.

Selon les projections faites par la Fed lors de sa réunion de septembre, la banque centrale devrait relever encore une fois ses taux directeurs d'un quart de point d'ici à la fin de l'année. Les marchés s'attendent à ce qu'elle fasse ce geste lors de sa réunion des 18 et 19 décembre. Elle porterait alors le taux des "fed funds" entre 2,25% et 2,5%, malgré les critiques répétées de Donald Trump, qui estime que la Fed relève ses taux trop rapidement, et risque d'enrayer la croissance.

VALEURS A SUIVRE

Amazon (-7,8%) a annoncé un bénéfice de 2,88 Mds$ (5,75$ par action) au 3ème trimestre, contre 256 M$ (0,52$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 56,57 Mds$, contre 43,74 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 3,14$, pour des ventes un peu plus élevées, de 57,1 Mds$. Le résultat opérationnel est de 3,72 Mds$, contre 347 M$ sur la même période de l'exercice précédent.

Sur le quatrième trimestre, le groupe vise des ventes comprises entre 66,5 et 72,5 Mds$ (inférieures au consensus, calé à près de 74 Mds$), pour un résultat opérationnel entre 2,1 et 3,6 Mds$.

Alphabet (-1,8%) a lui aussi déçu les investisseurs avec ses résultats du troisième trimestre. Le résultat net ressort pourtant supérieur aux attentes à 9,19 Mds$ (13,06$ par action), contre 6,73 Mds$ (9,57$ par action) un an avant. Mais les revenus sont ressortis un peu en dessous du consensus à 33,74 Mds$, contre 27,77 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 10,4$, pour des revenus de 34 Mds$. Les revenus de Google s'affichent à 33,59 Mds$, contre 27,65 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent, faisant ressortir des revenus publicitaires de Google en croissance de 20%.

Intel (+3,1%) a de son côté fait mieux que prévu au troisième trimestre. Les revenus sont de 19,2 Mds$, contre 16,1 Mds$ un an avant. Les bénéfices s'affichent à 6,4 Mds$, contre 4,5 Mds$ un an plus tôt. Le bénéfice par action ressort à 1,38$, contre 0,94$ il y a un an. En non-GAAP, le bpa s'élève à 1,40$, contre 1,01$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,15$, pour des revenus de 18,1 Mds$. Sur le T4, le groupe vise un bpa de 1,22$, pour des revenus de 19 Mds$. Sur 2018, le bpa est désormais attendu à 4,53$, et les revenus à 71,2 Mds$. Intel visait jusqu'ici des revenus annuels de 69,5 Mds$ et un bpa de 4,15$.

Snap (-10,1%) publie ses résultats du troisième trimestre. La perte nette s'élèvent à 325 M$ (0,25$ par action), contre une perte de 443 M$ (0,36$ par action) un an avant. La perte par action ajustée s'affiche à 0,12$, contre une perte par action de 0,14$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus se montent à 298 M$, contre 208 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,14$, pour des revenus de 283 M$. Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens progresse de 5% en glissement annuel, à 186 millions, mais recule de 1% par rapport au T2 2018. Sur le T4, le groupe vise des revenus compris entre 355 et 380 M$.

Goodyear Tire & Rubber (+1,1%) annonce ses résultats du troisième trimestre. Les profits sont de 351 M$ (1,48$ par action), contre 129 M$ (0,50$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,68$, contre 0,70$ sur la même période de l'exercice précédent. Les ventes s'affichent à 3,93 Mds$, contre 3,92 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,75$, pour des revenus de 3,9 Mds$.

Charter Communications (-6,3%) publie ses résultats du troisième trimestre. Les profits sont de 493 M$ (2,11$ par action), contre 48 M$ (0,19$ par action) un an avant. Les revenus montent de 4,2% à 10,89 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,05$, pour des revenus de 10,9 Mds$.

Colgate-Palmolive (-6,6%) annonce ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 523 M$ (0,60$ par action), contre 607 M$ (0,68$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,72$, en recul de 1% en glissement annuel. Les ventes s'élèvent à 3,85 Mds$, contre 3,97 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,72$, pour des ventes de 3,9 Mds$.

Weyerhaeuser (-8,5%) annonce ses résultats du troisième trimestre. Les profits s'élèvent à 255 M$ (0,34$ par action), contre 130 M$ (0,17$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,28$, contre 0,34$ un an plus tôt. Les ventes montent de 2% à 1,91 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,37$, pour des ventes de 1,95 Md$.

First Solar (-9,5%) a publié ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 58 M$ (0,54$ par action), contre 206 M$ (1,95$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 676 M$, contre 1,09 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,42$, pour des ventes de 707 M$. Sur 2018, les ventes sont désormais attendues entre 2,3 et 2,4 Mds$, contre une précédente fourchette de 2,5 et 2,6 Mds$. Le bpa est quant à lui attendu entre 1,40 et 1,60$, contre une précédente fourchette de 1,50 et 1,90$.

Western Digital (-18,2%) a présenté ses résultats du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 511 M$ (1,71$ par action), contre 681 M$ (2,23$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa s'affiche à 3,04$. Les revenus s'affichent à 5 Mds$, contre 5,2 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,06$, pour des revenus de 5,1 Mds$.

Expedia (+2,5%) publie ses comptes du troisième troisième trimestre. Les profits s'affichent à de 525 M$ (3,43$ par action), contre 352 M$ (2,23$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 3,28 Mds$, contre 2,97 Mds$ un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 3,65$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,12$, pour des revenus de 3,3 Mds$.

Mattel (-2,8%) dévoile ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 6,3 M$ (0,02$ par action), contre une perte de 603,3 M$ (1,75$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,18$, contre une perte de 0,04$ par action il y a un an. Les revenus s'affichent à 1,44 Md$, contre 1,56 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,20$, pour des revenus de 1,5 Md$.

Gilead Sciences (+1,6%) a présenté ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 2,1 Mds$ (1,60$ par action), contre 2,72 Mds$ (2,06$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,84$. Les revenus s'affichent à 5,6 Mds$, contre 6,51 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,63$, pour des revenus de 5,37 Mds$. Sur 2018, le groupe vise des revenus compris entre 20,8 et 21,3 Mds$ (contre une précédente fourchette de 20/21 Mds$).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir enfoncé une oblique haussière en place depuis le début du mois de septembre. Du côté des indicateurs techniques, le RSI…

Publié le 21/11/2018

D'autres dirigeants et membres du conseil d'administration de CGG ont également été signalés à l'achat vers la mi-novembre

Publié le 21/11/2018

Boeing a annoncé hier soir que les principaux tronçons de fuselage du 777X ont été assemblés, donnant ainsi naissance au premier exemplaire d’essais en vol de ce nouvel avion. L’appareil…

Publié le 21/11/2018

Nexity prend 0,7% ce mercredi à 41,22 euros dans un volume assez modéré...

Publié le 21/11/2018

Les équipementiers automobiles Hella et Faurecia ont signé un partenariat stratégique portant sur le développement de solutions innovantes dans les domaines de l'éclairage des surfaces et de…