En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 489.61 PTS
+1.05 %
4 500.50
+1.33 %
SBF 120 PTS
3 551.86
+1.5 %
DAX PTS
10 576.27
+2.36 %
Dow Jones PTS
23 919.14
+2.07 %
8 231.31
+0.02 %

Clôture de Wall Street : net rebond dans l'espoir de mesures de relance

| Boursier | 749 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a repris près de 5% mardi au lendemain d'un plongeon de l'ordre de 7% pour ses principaux indices.

Clôture de Wall Street : net rebond dans l'espoir de mesures de relance
Credits Reuters

Wall Street a pansé ses plaies, mardi, au lendemain de sa pire journée depuis la crise financière de 2008. Les principaux indices se sont offert un vif rebond de près de 5%, les investisseurs tablant sur l'adoption aux Etats-Unis d'un plan de soutien et des mesures fiscales pour soutenir l'activité face aux risques posés par l'épidémie de coronavirus. Le pétrole a aussi vivement rebondi après s'être écroulé de près de 25% lundi et les taux souverains se sont réajustés à la hausse, après avoir atteint des plus bas historiques la veille.

A la clôture, l'indice Dow Jones a repris 4,89% à 25.018 points (après un plongeon de 7,8% lundi), tandis que l'indice large S&P 500 a regagné 4,94% à 2.882 pts (-7,60% lundi) et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a rebondi de 4,95% à 8.344 pts (-7,3% lundi). Lundi, les indices américains avaient vécu leur pire séance depuis la crise financière de 2008, frôlant un marché baissier ("bear market") caractérisé par une baisse de 20% par rapport aux derniers pics.

Plus tôt dans la journée, les marchés asiatiques ont rebondi, mais les Bourses européennes ont abandonné leurs gains pour finir en recul. L'indice Shanghai Composite a regagné 1,8% (après -3% lundi), le Hang Seng a repris 1,4% (-4,2% lundi) et le Nikkei a repris 0,85% (après -5%). En Europe, l'indice Eurostoxx 50 a encore cédé 1,66% (après -8% lundi) et à Paris,le CAC 40 a encore perdu 1,5% après un plongeon de 8,4% lundi (sa pire séance depuis octobre 2008). A Francfort, le DAX a encore cédé 1,4% après -7,9% lundi, et à Milan, le Mib a lâché 3,3% après une chute de 11,1% la veille. A Londres, le Footsie 100 a fini proche de l'équilibre (-0,09%) après -7,7% lundi.

Washington prépare des mesures de soutien fiscales

Les marchés américains ont été réconfortés par un projet de mesures de soutien évoqué par Donald Trump (qui a donné jusqu'ici l'impression de minimiser les risques liés au Covid-19). Le président américain a promis des actions "très spectaculaires", citant un éventuel allègement de charges et de taxes sur les salaires, ainsi que des prêts qui pourraient être consentis aux entreprises des secteurs les plus affectés.

Les détails du plan de soutien n'ont cependant pas été annoncés mardi avant la clôture de Wall Street. Selon l'agence 'Bloomberg' Donald Trump, qui a déjeuné mardi avec des sénateurs républicains, leur a annoncé qu'il souhaitait purement et simplement suspendre la taxe sur les salaires jusqu'à l'élection présidentielle de novembre. Le président a aussi affirmé devant les sénateurs qu'il prévoyait une aide pour les entreprises du transport et de l'hôtellerie qui ont été parmi les plus affectées par la crise du coronavirus, a indiqué le sénateur Lindsey Graham cité par 'Bloomberg'.

Donald Trump a également évoqué des prêts aux petites entreprises et a expliqué travailler de près avec les industries dans les secteurs aérien et hôtelier, ainsi qu'avec les croisiéristes, frappés de plein fouet par le coronavirus. De grands chefs d'entreprises seront invités à la Maison blanche pour évoquer les pistes pour atténuer les effets négatifs de l'épidémie de coronavirus.

En fin de semaine dernière, le Congrès américain et Donald Trump avaient débloqué une aide d'urgence de 8,3 milliards de dollars pour le traitement et la prévention du coronavirus.

La propagation du Covid-19 "pratiquement jugulée" en Chine ?

Alors que le bilan du Covid-19 continue de croître dans le monde, en Chine, l'épidémie semble être sur le point d'être maîtrisée. Le président chinois Xi Jinping a effectué mardi matin une visite surprise à Wuhan, d'où est partie l'épidémie. Cité par l'agence officielle 'Chine nouvelle', le président chinois a jugé à cette occasion que "la propagation de l'épidémie est pratiquement jugulée".

Fin janvier, les autorités chinoises avaient placé en quarantaine la province du Hubei, soit environ 56 millions de personnes, confinées chez elles depuis bientôt deux mois. Les mesures de confinement vont désormais être progressivement levées au sein de la province du Hubei, dont les habitants sont invités à reprendre leurs activités professionnelles normales. Mardi, le nombre de nouvelles contaminations s'est établi à seulement 19 dans toute la Chine.

A titre de comparaison, l'Italie, pays d'Europe le plus touché, a annoncé près de 1.800 cas supplémentaires lundi. Le gouvernement italien a pris lundi des mesures draconiennes pour contenir l'épidémie, en annonçant le confinement de l'ensemble de la population alors que jusqu'à présent, la quarantaine était limitée à la Lombardie et 14 provinces du nord du pays.

Aux Etats-Unis, le bilan du coronavirus est monté mardi à 791 cas et 27 morts, et de nombreux événements (salons, réunions professionnelles...) ont été annulés ou reportés.

Rebond technique du pétrole, l'Arabie saoudite inonde le marché

Les cours du pétrole se sont offert un rebond technique mardi, après s'être effondrés lundi de près de 25%, suite à l'échec de la réunion de l'Opep+ et la décision de l'Arabie saoudite d'augmenter à nouveau sa production à partir d'avril. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a regagné 10,4% à 33,36$ (contrat à terme d'avril coté sur le Nymex) après une chute de 24,7% lundi, tandis que le Brent de mer du Nord a rebondi de 10,4% à 37,97$, après avoir plongé hier de 24% (contrat à terme de mai sur le Nymex). Les deux principales variétés de pétrole abandonnent toujours plus de 40% depuis le début de l'année. La perte de lundi a été la pire pour l'or noir depuis la première guerre du Golfe en 1991...

Vendredi, après de longues tractations, la Russie a refusé la proposition de l'Opep, menée par l'Arabie saoudite, qui avait recommandé aux pays de l'alliance dite Opep+ de prolonger leur accord jusqu'à la fin 2020, et d'abaisser leur production commune de 1,5 million de barils par jour supplémentaires. L'accord "Opep+", qui contribuait depuis 2016 à soutenir les cours du brut en limitant la production, a donc volé en éclats, un événement que les marchés financiers n'avaient pas anticipé.

Dans la foulée, l'Arabie saoudite a annoncé une baisse du prix de vente officiel de toutes ses qualités de brut vers toutes les destinations, déclenchant de fait une guerre des prix, ce qui a entraîné un effondrement des cours, le marché mondial étant déjà largement en situation excédentaire. Le géant pétrolier Saudi Aramco a confirmé mardi son intention de relever sa production en avril à 12,3 millions de barils par jour, un niveau record, supérieur de 25% à la moyenne des récents mois... Cela correspond à une production supplémentaire d'environ 2,6 mbp, soit environ 2,5% de la demande mondiale... En outre, en raison du coronavirus, l'agence internationale de l'énergie (AIE) estime désormais que la demande mondiale de brut pourrait reculer cette année pour la première fois depuis 2009...

De nouvelles actions attendues de la Réserve fédérale et de la BCE

Sur le marché des changes, le dollar a vivement rebondi mardi, après avoir dégringolé depuis la baisse surprise de taux de la Fed, le 3 mars dernier. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence a ainsi repris 1,73% à 96,54 points, tandis que l'euro a redonné 1,42%, revenant à 1,1285$, après son récent "rally".

Les marchés espèrent un plan de soutien fiscal aux Etats-Unis, ainsi que de nouvelles actions de la part des banque centrales. La Réserve fédérale américaine, qui se réunira les 17 et 18 mars, dispose d'une marge de manoeuvre plus importante pour baisser ses taux d'intérêts directeurs que la BCE. La banque centrale européenne se réunira jeudi pour décider des mesures de soutien à apporter à l'économie de la zone euro. Elle pourrait réduire encore son taux de dépôt (actuellement négatif à -0,4%) et réorienter ses programmes de rachat d'actifs ("QE3") et de prêts bancaires ciblés (TLTRO) pour soutenir les entreprises confrontées à des problèmes liés au Covid-19.

Aux Etats-Unis, Donald Trump s'en est une nouvelle fois pris à la Réserve fédérale, mardi, réclamant de nouvelles baisses de taux, après celle d'un demi-point effectuée le 3 mars. "Notre pathétique et lente Réserve Fédérale, dirigée par Jay Powell, qui a relevé les taux trop vite et les a abaissés trop tard, devrait ramener nos Taux vers le bas au niveau de ceux des nations concurrentes. Ils disposent maintenant d'un avantage allant jusqu'à deux points, avec une aide encore plus importante sur les devises. Stimulez aussi!", a lancé le président américain sur Twitter.

Sur les marchés de la dette souveraine, les taux d'intérêts ont rebondi mardi, après s'être effondrés depuis une semaine à leurs plus bas historiques. Aux Etats-Unis, le taux du T-Bond à 10 ans est remonté à 0,80%, un bond de 26 points de base (sa plus forte hausse quotidienne depuis juin 2009) dans l'espoir d'un plan de soutien budgétaire aux Etats-Unis. En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans a fini à -0,80% (+6 pdb) et celui de l'OAT française à 10 ans a fini à -0,31% (+8 pdb).

L'or a fait l'objet de prises de bénéfices, cédant mardi 0,90% à 1.660,80$. Le métal jaune a tout de même progressé de 9% depuis le début de l'année, surpassant les autres placements.

VALEURS A SUIVRE

Les valeurs les plus malmenées lundi se sont repris mardi. Dans le secteur pétrolier, ExxonMobil a regagné 3,7% (après -12,2% lundi), ConocoPhillips a pris 2,38% (-24,8% lundi), Chevron a pris 5,3%(-15,3% lundi), Halliburton a pris 6,2% (-37,6% lundi) et Schlumberger a regagné 5% (-27,4% lundi).

Occidental Petroleum (société dont Berkshire Hathaway, le holding du milliardaire Warren Buffett, détient une participation) a rebondi de 14,6%, malgré l'annonce d'une forte réduction de son dividende. Ce dernier sera ramené à 11 cents par trimestre contre 79 cents prévus initialement. Le groupe basé à Houston au Texas a aussi annoncé une nette réduction de ses investissements cette année, qui baisseront de plus de 30% pour revenir à 3,6 milliards de dollars.

Sur le compartiment bancaire, Citigroup a regagné 8,2% (-16,1% lundi), JP Morgan Chase a regagné 7,7% (-13,5% lundi) et Bank of America a gagné 7,6% (-14,7% lundi). Wells Fargo a repris 8% (-12,4% lundi), Goldman Sachs a gagné 6,7% (-10,4% lundi) et Morgan Stanley a pris 5,3% (-10,7% lundi)

Parmi les autres rebonds notable du mardi, figurent Apple (+7,2% après -7,9% lundi), Microsoft (+6,8% après -6,8%), Amazon (+5% après -5,3% lundi) et Alphabet (+4,8% après -6,1% lundi). Facebook a avancé de 5,1% (-6,4% lundi) et Intel de 6,1% (-8,8% lundi).

Les titres des croisiéristes et des compagnies aériennes américaines ont nettement progressé après les propos de Donald Trump évoquant une aide aux croisiéristes et compagnies aériennes face à l'épidémie de coronavirus. Royal Caribbean Cruises a rebondi de 7%, Carnival de 10,5% et Norwegian Cruise Lines 3,4%. Parmi les compagnies aériennes, United Airlines a bondi de 12,3%, American Airlines de 15,2% et Delta Air Lines de 4,4%.

Tesla a gagné 6,1% après une chute de 13,6% lundi. Le CEO du groupe, Elon Musk, a annoncé sur Twitter que le constructeur de voitures électriques avait passé le cap symbolique du million de voitures produites. Par ailleurs, selon un document officiel, Tesla prévoit d'augmenter ses capacités de production en Chine.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2020

UBS réitère sa recommandation d'Achat et son objectif de cours de 83,8 euros sur Sodexo. La banque helvète pointe une croissance organique et une marge de résultat d'exploitation au premier…

Publié le 09/04/2020

Pour renforcer son soutien face à la crise sanitaire, BNP Paribas lance un nouveau plan de soutien d’urgence qui porte l’engagement financier du Groupe à plus de 50 millions d’euros contre 25…

Publié le 09/04/2020

Nomura Holdings Inc communique...

Publié le 09/04/2020

-35% depuis mi-février

Publié le 09/04/2020

Ekinops cède 6,4% à 5,1 euros au lendemain de sa publication trimestrielle...