5 388.27 PTS
-0.21 %
5 390.0
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 298.30
-0.14 %
DAX PTS
13 116.64
-0.07 %
Dowjones PTS
24 634.06
+0.20 %
6 404.33
+0.15 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Clôture de Wall Street : les records encore franchis, de justesse...

| Boursier | 249 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a une nouvelle fois terminé à de nouveaux records historiques, mais la hausse semble s'essouffler par manque de nouvelles incitations haussières.

Clôture de Wall Street : les records encore franchis, de justesse...
Credits Reuters

Les principaux indices boursiers américains sont parvenus mercredi soir à inscrire de nouveaux records historiques. Toutefois, les hausses ont été très modérées, et le nombre de titres en baisse a dépassé le nombre de hausses sur le Nyse comme sur le Nasdaq, ce qui augure peut-être d'un essoufflement du mouvement haussier. Le pétrole WTI est retombé sous les 50$ le baril pour la 1ère fois depuis deux semaines, tandis que le dollar s'est effrité et que les taux ont stagné.

A la clôture, les trois des principaux indices boursiers américains ont donc fini à leur plus haut historique. Le Dow Jones a avancé de 0,09% à 22.661 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,13% à 2.537 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a gagné 0,05% à 6.534 pts. En revanche, le Russell 2000, qui regroupe les small et midcaps américaines, a reculé de 0,5% après avoir inscrit plusieurs records d'affilée. Depuis le début de l'année 2017, ces 4 indices grimpent désormais respectivement de 14,5%, 13,3%, 21,2% et de 10,6% !

Pétrole : les stocks US en baisse, mais les exportations en hausse

Sur le marché des changes, le dollar a marqué le pas pour le deuxième jour d'affilée, malgré l'annonce d'indices d'activité économique plus solides que prévu aux Etats-Unis dans les services comme dans le secteur manufacturier. L'euro a regagné 0,2% mercredi pour finir à 1,1766$. Sur les marchés obligataires américains, le rendement du T-Bond à 10 ans est resté quasi-stable à 2,32%.

Le pétrole a poursuivi sa correction, portant son recul à 3,5% depuis le début de la semaine, après un gain de 9% en septembre. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison novembre a ainsi cédé mercredi soir 0,87%, à 49,98$ sur le Nymex, revenant sous les 50$. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 0,46% à 55,74$ (contrat à terme de décembre).

Le cours du brut a baissé malgré un recul plus marqué que prévu des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis. Cette annonce a cependant été contrecarrée par l'annonce d'une forte hausse des exportations de pétrole brut américain, qui a relancé les craintes de saturation des marchés mondiaux.

Sur le plan macro-économique, les indicateurs du jour ont témoigné de la bonne santé de l'économie américaine. Après l'ISM manufacturier, remonté mardi au plus haut depuis 6 ans, l'indice ISM d'activité dans les services a dépassé les attentes à 59,8 en septembre, contre un consensus de place de 55,5 et une lecture antérieure de 55,3. L'indice IHS Markit PMI final des services est de son côté ressorti à 55,3 contre un consensus de 55,1 et 55,1 en août.

En attendant le rapport complet sur l'emploi en septembre (publié vendredi), le cabinet ADP a fait savoir que les créations de postes dans le secteur privé ont atteint 135.000 emplois le mois dernier contre un consensus de 131.000 et après 228.000 en août (niveau révisé en baisse).

LES VALEURS

PepsiCo (+0,2%) a présenté ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 2,14 Mds$ (1,49$ par action), contre 1,99 Md$ (1,37$ par action) un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,48$. Les revenus s'élèvent à 16,24 Mds$, contre 16,03 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,43$, pour des revenus de 16,35 Mds$. Pour l'exercice 2017, le groupe vise désormais un bpa ajusté de 5,23$, contre une précédente anticipation de 5,13$, et un bpa de 4,85$ en 2016.

Monsanto (stable) a pour sa part très largement dépassé le consensus de profits sur le trimestre clos, de plus de 60 cents par titre. Le bpa est ainsi ressorti positif de 20 cents pour le quatrième trimestre, alors que le consensus était... négatif de 41 cents. Les revenus se sont établis à près de 2,7 Mds$, en croissance de 5% en glissement annuel, battant également le consensus. Pour l'exercice, le bpa est ressorti à 5,09$ et le bpa ajusté à 5,50$, alors que les revenus ont grimpé à 14,6 Mds$. Le groupe anticipe par ailleurs une progression du bpa au 1er trimestre 2018.

Apple (-0,6%). La Commission européenne a décidé d'assigner l'Irlande devant la Cour de justice de l'UE pour non-récupération des 13 milliards d'euros d'aides d'État perçus illégalement par la firme à la pomme... Il y a un peu plus d'un an, le régulateur concluait que les bénéfices fiscaux accordés à Apple par l'Irlande étaient illégaux au regard des règles de l'UE en matière d'aides d'État, car ils permettaient à Apple de payer sensiblement moins d'impôts que les autres entreprises. En principe, les règles de l'UE relatives aux aides d'État requièrent que les aides d'État illégales soient récupérées afin de supprimer la distorsion de concurrence engendrée. L'Irlande disposait ainsi de quatre mois à compter de la notification officielle de la décision de la Commission pour sa mise en oeuvre, soit jusqu'au 3 janvier 2017. Or, l'Irlande n'a toujours pas récupéré à ce jour le moindre centime de la société californienne.

Amazon (+0,8%). L'Union européenne demande par ailleurs au Luxembourg de collecter environ 300 M$ auprès du détaillant en ligne Amazon. D'après l'UE, le pays a en effet accordé au e-commerçant des avantages fiscaux illégaux depuis 2003.

Ford Motor (-0,3%) a dévoilé un plan de cinq ans visant à réduire ses dépenses de... 14 Mds$. Le constructeur automobile du Michigan va rediriger ses investissements vers le segment 'trucks' et l'électrique, ainsi que les véhicules hybrides. Jim Hackett, le directeur général du groupe, précise cependant que l'impact positif sur les profits de Ford ne devrait pas être totalement perceptible avant 2019 ou 2020.

Verizon (+0,1%). Yahoo, désormais propriété de l'opérateur télécom américain Verizon, a précisé, au sujet de la fameuse fuite record de données de 2013, que la totalité des 3 milliards de comptes alors revendiqués avaient en fait été affectés.

Procter & Gamble (+0,3%). Le directeur général David Taylor demande aux actionnaires de voter contre les propositions de l'investisseur activiste Nelson Peltz lors de la prochaine assemblée. Taylor estime que les actionnaires du géant des produits de consommation doivent voter en faveur de son plan de relance interne.

Waste Management (-3,7%). Stifel Nicolaus vient de dégrader la valeur d''achat' à 'conserver' sur la cote américaine. Le broker craint que le titre ne soit 'pricé' pour la perfection, après avoir largement surperformé les marchés.

Kraft Heinz (stable). Goldman Sachs a abaissé d''achat' à 'neutre' son conseil sur la valeur du groupe alimentaire américain. L'objectif de cours est réduit de 95$ à 87$. Le broker estime que les réductions de coûts résultant de la fusion entre Heinz et Kraft se font de moins en moins sentir. Du coup, Goldman juge que la surperformance du dossier en comparaison des pairs devrait être moins prononcée.

Netflix (+3%). UBS a rehaussé son objectif de cours sur la valeur du leader du streaming vidéo de 190$ à 225$. Le broker maintient évidemment son conseil acheteur. UBS prévoit une poursuite de l'expansion du service.

Office Depot (-17,6%). Le fournisseur de produits de bureaux a annoncé l'acquisition de l'acteur des services 'IT' CompuCon auprès du groupe de private equity Thomas H. Lee Partners. L'opération se chiffre à environ 1 Md$. Dans le cadre de l'opération, Thomas H. Lee Partners va monter à 8% du capital d'Office Depot.

Walt Disney (-0,2%). Bob Iger, directeur général de Disney, a avoué que son groupe avait considéré une éventuelle acquisition du réseau social média Twitter, avant de finalement prendre plutôt une participation majoritaire au capital de BAMTech, site de streaming dans le domaine sportif.

Mylan (+16,2%) a fini en vive hausse, alors que Teva Pharmaceutical (-14,5%) a plongé. La FDA américaine (Food & Drug Administration) vient en effet d'autoriser la version générique du Copaxone proposée par Mylan. Copaxone n'est autre que le blockbuster de Teva dans la sclérose en plaques.

Tesla (+2%) a gagné du terrain, alors que de source de marché, la firme Nomura a initié sa recommandation à 'acheter' sur la valeur du concepteur californien de véhicules électriques. Nomura affiche un objectif de cours de 500$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

      Raison sociale de l'émetteur : NATIXIS - SA au capital de 5 019 776 380,80 euros Immatriculée sous le n° B 542 044 524 RCS Paris Siège…

Publié le 14/12/2017

GTT monte de 0,6% ce jeudi à 48,20 euros, alors que la société et le groupe d'ingénierie navale coréen DSEC ont signé un accord de licence et...

Publié le 14/12/2017

Visibilité dégradée à court terme

Publié le 14/12/2017

La majorité des A321neo de Delta seront livrés par l'Airbus U.S. Manufacturing Facility de Mobile, Alabama et équipés de moteurs PW1100G-JM Geared Turbofan (GTF) de Pratt & Whitney...

CONTENUS SPONSORISÉS