En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.95 PTS
-
4 832.00
-
SBF 120 PTS
3 852.26
-
DAX PTS
12 557.64
-1.41 %
Dow Jones PTS
28 210.82
-0.35 %
11 665.37
-0.11 %
1.185
-0.1 %

Clôture de Wall Street : les marchés rebondissent

| Boursier | 471 | 4 par 1 internautes

Après un début de séance difficile, Wall Street a mis de côté les mauvaises nouvelles mercredi et termine dans le vert.

Clôture de Wall Street : les marchés rebondissent
Credits Reuters

Après un début de séance difficile, Wall Street a mis de côté les mauvaises nouvelles mercredi et termine dans le vert. Les sujets d'inquiétude ne manquent pourtant pas : la guerre commerciale reste bien sûr au coeur des préoccupations, en l'absence d'avancée notable dans les négociations entre Pékin et Washington depuis l'escalade de tensions de la semaine dernière. L'inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis, qui se traduit par un rendement des emprunts d'Etat à 10 ans inférieur à celui d'échéances plus courtes comme le 2 ans, s'est accentuée mercredi, faisant craindre une récession... Enfin le Royaume-Uni revient au centre de l'actualité, avec les craintes d'un Brexit dur. Les marchés ont toutefois bénéficié de la vigueur du secteur pétrolier, dopé par la hausse des cours du brut, et du rebond des valeurs financières.

A la clôture, le Dow Jones a gagné 1,00% à 26.036 points ; le S&P500, plus large, avance de 0,65% à 2.888 points. Le Nasdaq s'adjuge 0,38% à 7.859 points.

L'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence gagne 0,19% à 98,09 points. L'euro se traite à 1,1080 dollar, en baisse de 0,09%.

Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse sur le marché new-yorkais Nymex après l'annonce d'une réduction plus forte qu'anticipé des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière, qui a temporairement dissipé les craintes de dégradation de la demande.

Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,55%, à 55,78 dollars le baril. Le Brent a pris 1,65% à 60,49 dollars.

La courbe des taux inquiète

Les taux obligataires restent sous surveillance outre-Atlantique. Après l'inversion des courbes à deux et dix ans il y a quelques jours, c'est le rendement de l'obligation US à 30 ans qui est passé hier sous celui offert par le T-Bill à trois mois - une première depuis 2007. Le rendement des Treasuries à 30 ans est d'ailleurs tombé ce matin à un nouveau plus bas record, à 1,91%. Avec la crainte d'une récession et de l'impact de la guerre commerciale, qui favorisent le retour de l'aversion au risque, les dettes souveraines jouent leur rôle de valeur refuge.

Une telle inversion de la courbe est généralement considérée comme un signe précurseur d'une récession économique... Les politiques ultra-accommodantes des Banques centrales au cours des dernières années sont accusées d'être à l'origine de cette inquiétante curiosité.

Le Brexit aussi

Le Premier ministre britannique a provoqué un tollé ce mercredi en réduisant la durée des débats sur le Brexit. Boris Johnson a demandé mercredi la suspension des travaux du Parlement de Westminster à partir d'une date comprise entre le 9 et le 12 septembre et jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines seulement avant la date prévue du Brexit. La reine Elizabeth a approuvé sa demande. Le Premier ministre britannique peut ainsi raccourcir la durée de la session parlementaire, ce qui a suscité la colère dans l'opposition et même dans certains cercles conservateurs.

Les opposants au Premier ministre dénoncent une volonté de réduire le temps laissé aux députés pour débattre du Brexit et tenter d'empêcher un Brexit sans accord. L'information a fait baisser la livre de 0,6% face à l'euro et au dollar, les marchés redoutant la perspective d'un "no deal".

Les investisseurs n'ont pas le moral

L'indice State Street du moral des investisseurs institutionnels pour le mois d'août 2019 est ressorti à seulement 75,9, contre 84,6 pour la lecture révisée du mois antérieur. L'indicateur global s'est donc effondré de 8,7 points en comparaison du niveau révisé de juillet. La confiance s'est érodée dans toutes les régions. L'indice nord-américain a chuté de 80,3 à 72,5. L'indicateur européen est tombé quant à lui à 89, contre 98,6. Enfin, l'indice asiatique a baissé un peu plus raisonnablement à 89,2, contre 91,8 un mois auparavant.

Le sentiment des investisseurs institutionnels a donc décliné une fois de plus en août, du fait des risques pesant sur l'économie, de l'incertitude politique accrue en Italie, et de la possibilité d'un Brexit dur, commente Rajeev Bhargava, managing director chez State Street Associates, selon lequel les incertitudes relatives à la politique monétaire et commerciale réduisent l'appétit pour le risque... "Les investisseurs expriment une aversion renouvelée au risque dans un contexte de volatilité accrue sur les marchés financiers et face à une inversion confirmée de la courbe des taux", commente de son côté Kenneth Froot.

Les valeurs

Parmi les valeurs en hausse, les pétrolières ont grimpé grâce à la hausse des cours de l'or noir. ExxonMobil gagne 0,9%, ConocoPhillips 1,9% Chevron a pris 0,7%, et Halliburton 4%.

Autodesk (-6,7%), société californienne d'édition de logiciels de création et de contenu numérique, décroche en bourse suite à ses annonces financières. Le groupe a donc réduit ses estimations annuelles, évoquant son exposition large aux secteurs manufacturiers et de construction, qui pourrait peser sur sa guidance.

Hewlett Packard Enterprise (+3,4%) a publié des profits trimestriels supérieurs aux attentes, rehaussant par ailleurs ses prévisions financières annuelles. Sur le troisième trimestre, constate le directeur général Antonio Neri, HPE a amélioré ses marges, délivré de solides résultats non-GAAP et généré un niveau record de free cash flow.

Tiffany (+3%). Le géant new-yorkais de la joaillerie a annoncé pour le second trimestre fiscal clos fin juillet 2019 un bénéfice net de 136 millions de dollars et 1,12$ par action, contre 145 millions de dollars et 1,17$ par titre un an plus tôt. Les revenus ont reculé à 1,05 milliard de dollars, contre 1,08 milliard un an auparavant. Le consensus de marché était logé quant à lui à 1,04$ de bénéfice par action pour 1,06 milliard de revenus. Le groupe maintient par ailleurs ses prévisions pour l'exercice fiscal, tablant sur un profit en légère croissance de 1-4%, une progression 'basse' à un chiffre des revenus et une performance stable de l'activité à comparable. La guidance est ambitieuse, alors que les ventes à comparable viennent de régresser de 4% au second trimestre.

Sotheby's (-0,1). Bruxelles vient de donner son feu vert au rachat de Sotheby's par Next Alt, la holding contrôlée par Patrick Drahi immatriculée au Luxembourg. La Commission européenne a conclu que l'acquisition envisagée ne poserait aucun problème de concurrence car les activités des sociétés ne se chevauchent pas. L'homme d'affaires a annoncé, mi-juin, la reprise du groupe américain spécialisé dans la vente aux enchères d'oeuvres d'art et dans l'immobilier haut de gamme dans le cadre d'une transaction valorisant ce dernier 3,7 milliards de dollars. Patrick Drahi doit désormais convaincre les actionnaires de Sotheby's.

Brown-Forman (-1,4%), le géant américain des boissons alcoolisées, basé à Louisville, connu en particulier pour sa marque Jack Daniel's, corrige à Wall Street. Le groupe a raté le consensus sur le premier trimestre fiscal, clos fin juillet 2019, affichant sur la période un bénéfice net de 186 millions de dollars soit 39 cents par titre, contre 200 millions de dollars un an avant. Les revenus sont ressortis quant à eux stables à 766 millions de dollars. Le consensus de place se situait à 37 cents de bpa pour 773 M$ de revenus. Le directeur général du groupe, Lawson Whiting, ne voit pas trop le problème, estimant que le trimestre s'est déroulé globalement comme prévu, en tenant compte de l'impact des tarifs douaniers et du timing des commandes. Le groupe maintient par ailleurs sa guidance annuelle.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/10/2020

Rassemblant des millions de joueurs, Ubisoft Connect est l'interface universelle pour se connecter avec des amis ou participer à des événements et des activités liés aux jeux...

Publié le 21/10/2020

Les premiers résultats de cette étude d'Onxeo sont attendus début 2021...

Publié le 21/10/2020

Les produits Cast fournissent des données inédites sur l'état structure000

Publié le 21/10/2020

Les concours bancaires utilisés par Courtois dans les comptes consolidés s'élèvent au 30 septembre à 5,38 ME...

Publié le 21/10/2020

Grâce à sa solidité financière, Lisi maintient également intactes ses ambitions stratégiques de croissance à moyen et long terme...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne