En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 195.95 PTS
-
5 192.00
-
SBF 120 PTS
4 120.48
-
DAX PTS
11 401.97
+0.82 %
Dowjones PTS
25 954.44
+0.24 %
7 062.34
-0.06 %
1.134
-0.04 %

Clôture de Wall Street : les marchés dopés par la Fed et Apple !

| Boursier | 48 | Aucun vote sur cette news

Les indices américains ont bondi mercredi, saluant le nouveau ton accommodant de la Fed et les résultats meilleurs que prévu d'Apple malgré la baisse des ventes d'iPhones.

Clôture de Wall Street : les marchés dopés par la Fed et Apple !
Credits Reuters

Wall Street a terminé en vive hausse mercredi, accentuant ses gains après l'annonce par la Fed qu'elle serait désormais "patiente" en matière de politique monétaire. Son président Jerome Powell a affirmé que les taux directeurs étaient désormais "à un niveau approprié par rapport à l'état de l'économie" américaine. Les actions d'Apple (+6,8%) et de Boeing (+6,2%) ont bondi après la publication de comptes meilleurs qu'attendus au dernier trimestre de 2018.

A la clôture, l'indice Dow Jones a grimpé de 1,77%, retrouvant les 25.000 points, à 25.014 points, tandis que l'indice large S&P 500 a pris 1,56% à 2.681 pts, et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a flambé de 2,2%, à 7.183 pts.

Sur le marché des changes, le dollar s'est orienté en baisse, après les annonces de la Réserve fédérale américaine, qui a maintenu ses taux directeurs, et a émis un message jugé très "colombe" envers les marchés financiers. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises de référence (euro, yen, franc suisse, livre sterling, dollar canadien et couronne suédoise) a reculé de 0,44% à 95,40 points, après le communiqué de la Fed affirmant qu'elle serait désormais "patiente" en matière monétaire.

Sur les marchés obligataires américains, les taux des obligations d'Etat se sont détendus (-2 point de base à 2,69% pour le T-Bond à 10 ans).

L'euro a progressé, franchissant même le seuil de 1,15$ en séance, avant de finir à 1,1479$ (+0,4%). La livre sterling a gagné 0,34% à 1,3111$, malgré le refus catégorique de l'Union européenne de renégocier l'accord sur le Brexit. Les marchés font toutefois le pari d'un report de la date-butoir du 29 mars pour le divorce entre le Royaume-Uni et l'UE. Les analystes des grandes banques estiment que Londres et Bruxelles ne prendront pas le risque d'un Brexit "dur", même si celui-ci a augmenté depuis le vote du parlement britannique, mardi soir, réclamant une renégociation.

La Fed n'évoque plus de prochaines hausses de taux

Mercredi, le comité de politique monétaire de la Fed, a donc laissé ses taux directeurs inchangés (entre 2,25% et 2,5%), ce qui était très largement attendu. Mais dans son communiqué, la banque centrale s'est montrée plus "colombe" que prévu, affirmant qu'elle serait "patiente" en matière de politique monétaire et retirant toute mention à de nouvelles hausses de taux.

Elle a même abandonné la phrase sur les "hausse graduelles", qui figurait dans ses précédents communiqués. A l'issue de la réunion des 17 et 18 décembre (où elle avait relevé ses taux d'un quart de point), elle écrivait encore que "de nouvelles hausses graduelles" du taux des "fed funds" étaient "compatibles avec l'expansion continue de l'activité économique aux Etats-Unis"...

L'absence de référence à la moindre hausse, cette fois, a laissé penser aux investisseurs que la Fed se réserve même la possibilité d'abaisser ses taux directeurs, si la situation économique se dégradait nettement cette année...

Pas d'inquiétude majeure affichée pour la croissance

La Fed n'a pas pour autant émis mercredi de diagnostic pessimiste pour la croissance américaine. "Le marché de l'emploi a continué de se renforcer et l'activité économique a progressé à un rythme solide". L'inflation "reste proche" de l'objectif de 2% de la Fed, tandis que les dépenses des ménages ont "continué de croître fortement", a relevé la banque centrale... Le seul bémol est signalé du côté des investissements des entreprises, dont la croissance "a ralenti par rapport à son rythme rapide du début de l'année dernière", signale la banque centrale américaine.

Lors de sa conférence de presse, le patron de la Fed, Jerome Powell, a estimé que les arguments en vue de nouvelles hausses de taux "ont diminué" en raison d'une inflation raisonnable et d'une croissance un peu plus faible. Il a ajouté que le "shutdown" qui a privé le Fed d'un certain nombre de rapports avait rendu plus difficile la tâche de la Fed pour évaluer l'état de l'économie.

La Fed a lancé un autre signal accommodant, mercredi soir, en publiant un second communiqué consacré à la réduction de son bilan, qui se déroule au rythme de 50 milliards de dollars par mois, constituant un autre facteur de resserrement monétaire. Or, la Fed a indiqué mercredi qu'elle était "prête à ajuster le montant de la réduction du bilan", laissant entendre qu"elle pourrait même envisager de cesser complètement ces ajustements en cas de dégradation de la conjoncture.

Le rapport ADP augure d'un bon rapport sur l'emploi vendredi

Sur le front macro-économique, malgré la fin du 'shutdown', la publication des indicateurs économiques reste bousculée. L'annonce des chiffres du PIB au quatrième trimestre par le Bureau of Economic Analysis (BEA), prévue ce mercredi, a ainsi dû être reportée.

En attendant la publication officielle des chiffres de l'emploi en janvier, vendredi, l'institut ADP a annoncé ses données pour le secteur privé. Les créations d'emploi sont ressorties à 213.000 en janvier, selon le rapport d'ADP, largement supérieures à un consensus de 174.000. Les créations de postes dans le secteur privé aux Etats-Unis restent donc à haut niveau, après une lecture de 283.000 pour le mois de décembre 2018

Par ailleurs, les stocks pétroliers ont progressé moins que prévu la semaine dernière, de 0,9 million de barils, à 445,9 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse de 3,1 millions de barils. Le contrat à terme de mars sur le brut léger américain WTI a gagné mercredi soir 1,73%, à 54,23$ le baril, tandis que l'échéance mars sur le Brent progressait de 0,54% à 61,65$.

Le pétrole restait aussi soutenu par l'annonce de sanctions américaines contre le groupe pétrolier vénézuélien PDVSA, qui sont susceptibles de provoquer une nouvelle baisse de la production du pays, au moment ou l'Opep+ a également réduit ses pompages pour soutenir les cours de l'or noir.

VALEURS A SUIVRE

Apple (+6,8%). Malgré les difficultés en Chine et le ralentissement de la demande frappant le produit phare du groupe, l'iPhone, le groupe californien à la pomme est parvenu à dépasser légèrement les attentes de marché pour son premier trimestre fiscal 2019, clos fin décembre. Le géant technologique de Cupertino a bénéficié de la fermeté des activités de services, aux marges copieuses. Les produits 'Wearables' ont également établi un record historique de revenus, tout comme les Macs.

Sur ce 1er trimestre fiscal clos le 29 décembre, le chiffre d'affaires total a atteint à 84,3 milliards de dollars, contre un consensus de 84 Mds$. Cela représente un déclin de 5% en glissement annuel. Le bénéfice dilué par action s'est établi quant à lui en progression de 7,5% à 4,18$, contre 4,17$ de consensus de place. Rappelons qu'Apple avait très désagréablement surpris le 3 janvier par un rare avertissement sur les ventes justifié par le ralentissement en Chine.

Pour le second trimestre fiscal 2019, Apple vise des revenus compris entre 55 et 59 Mds$, à comparer à un consensus de 58,8 Mds$. La marge brute trimestrielle est anticipée entre 37% et 38%. Les dépenses opérationnelles sont attendues entre 8,5 et 8,6 milliards de dollars. Le taux d'imposition est évalué enfin à 17% environ.

Facebook (+4,33%) a publié des comptes meilleurs que prévu après la clôture, faisant bondir le titre de 8% en cotations post-séance. Les revenus du 4ème trimestre ont augmenté de 30% à 16,91 Mds$, contre 16,4 Md$ attendus. Le résultat net a progressé de 61% sur un an, à 6,88 Mds$, faisant ressortir un bénéfice par action de 2,38$, contre 2,19$ de consensus, et après 1,44$ un an plus tôt.

Le nombre d'utilisateurs actifs mensuels du réseau social s'élève à 2,32 milliards à fin décembre 2018 (+9% en un an). Le nombre d'utilisateurs actifs quotidien est quant à lui de 1,52 milliard en moyenne sur décembre (+9%).

Boeing (+6,2%) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus montent de 14% en glissement annuel, à 28,34 Mds$. Le résultat net ressort à 3,42 Mds$ (5,93$ par action), contre 3,32 Mds$ (5,49$ par action) un an plus tôt. En non-GAAP, le bénéfice par action s'affiche à 5,48$, contre 5,07$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 4,58$, pour des revenus de 26,9 Mds$. Sur 2019, le groupe vise des revenus compris entre 109,5 et 111,5 Mds$ (contre 101,1 Mds$ en 2018), pour un bpa ajusté situé entre 19,9 et 20,1$ (contre 16,01$ en 2018).

eBay (+1,1%). Les revenus du quatrième trimestre sont ressortis à 2,88 Mds$, contre 2,71 Mds$ un an avant. Les profits se sont affichés à 760 M$ (0,80$ par action), contre une perte de 2,6 Mds$ (2,51$ par action) il y a un an. Le bpa non-GAAP est ressorti à 0,71$, contre 0,59$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,68$, pour des revenus de 2,8 Mds$. Sur le T1, le groupe vise des revenus compris entre 2,55 et 2,60 Mds$, pour un bpa logé entre 0,62 et 0,64$.

AMD (+20% !). Le rival d'Intel (+2,1%) a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus se sont élevés à 1,42 Md$, contre 1,34 Md$ un an avant. Les bénéfices s'élèvent à 38 M$ (0,04$ par action), contre une perte de 19 M$ (0,02$ par action) un an plus tôt. En non-GAAP, le bénéfice par action est ressorti à 0,08$, contre 0,01$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 0,08$, pour des revenus de 1,45 Md$. Sur le premier trimestre 2019, le groupe vise des revenus d'environ 1,25 Md$ (plus ou moins 50 M$).

Amgen (-3,7%) a présenté ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices s'élèvent à 1,93 Md$ (3,01$ par action), contre une perte de 4,26 Mds$ (5,89$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 3,42$, contre 2,89$ un an plus tôt. Les revenus montent de 7% à 6,23 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,27$, pour des ventes de 5,8 Mds$. Sur 2019, le groupe vise des revenus compris entre 21,8 et 22,9 Mds$ (contre 23,75 Mds$ en 2018), pour un bpa compris entre 13,10 et 14,30$ (contre 14,40$ en 2018).

Juniper Networks (-7,6%) a annoncé ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 192 M$ (0,55$ par action), contre une perte nette de 148 M$ (0,40$ par action) un an plus tôt. En base ajustée, le bpa ressort à 0,59$, contre 0,53$ un an avant. Les revenus s'affichent à 1,18 Md$, contre 1,24 Md$ il y a un an. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,57$, pour des ventes de 1,2 Md$. Sur le T1, le groupe vise des revenus d'environ 980 M$, pour un bpa d'environ 0,20$. Sur 2019, le bpa est attendu entre 1,75 et 1,85$, contre 1,88$ en 2018.

Alibaba (+6,3%) a dévoilé ses comptes du troisième trimestre fiscal. Les revenus sont de 17,06 Mds$, en croissance de 41% en glissement annuel. Les bénéfices s'élèvent à 4,81 Mds$ (1,84$ par action), en progression de 37%. Le bénéfice par action non-GAAP s'affiche de son côté à 1,77$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,63$, pour des revenus de 17,3 Mds$.

Nasdaq Inc (+1%) a annoncé ses comptes du quatrième trimestre. Le groupe affiche une perte de 44 M$ (0,27$ par action), contre un bénéfice de 163 M$ (0,97$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,26$. Les revenus ressortent à 645 M$, contre 630 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,14$, pour des revenus de 643 M$... Par ailleurs, le Nasdaq a lancé la bataille avec Euronext pour le rachat de la Bourse d'Oslo, en dévoilant une offre sur Oslo Bors avec le soutien du 'board' de l'opérateur norvégien. L'offre de Nasdaq se situe à 152 couronnes norvégiennes par action, valorisant Oslo Bors 6,54 milliards de couronnes (770 M$). Nasdaq indique que le conseil d'administration et l'équipe de direction d'Oslo Bors recommandent son offre.

AT&T (-4,3%) a annoncé ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 4,9 Mds$ (0,66$ par action), contre 19 Mds$ (3,08$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 0,86$, contre 0,78$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 47,9 Mds$, contre 41,7 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,86$, pour des revenus de 48,5 Mds$.

General Dynamics (-2,9%) a dévoilé ses résultats du quatrième trimestre. Les profits s'élèvent à 909 M$ (3,07$ par action), contre 636 M$ (2,10$ par action) un an avant. Les revenus s'affichent à 10,38 Mds$, contre 8,28 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,98$, pour des revenus de 10,36 Mds$.

McDonald's (-0,2%) a publié ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus s'affichent à 5,16 Mds$, contre 5,34 Mds$ un an plus tôt. Le résultat net ressort à 1,42 Mds$ (1,82$ par action), contre 699 M$ (0,87$ par action) un an avant. Les ventes "comparables" sont en hausse de 4,4%. Le bpa ajusté ressort à 1,97$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,89$, pour des revenus de 5,2 Mds$ et des ventes "comparables" en croissance de 3,7%.

Microsoft (+3,3%) dévoilera également ses comptes du second trimestre fiscal ce soir, après la clôture. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action trimestriel de 1,09$, pour des revenus de 32,5 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bpa de 0,96$, et de revenus de 28,92 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre fiscal 2019, Microsoft avait annoncé viser, sur le T2 fiscal, des revenus compris entre 31,9 et 32,7 Mds$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2019

Median Technologies présentera les résultats d'une étude conduite en collaboration avec Sanofi...

Publié le 20/02/2019

La date de détachement du dividende est prévue au mercredi 29 mai...

Publié le 20/02/2019

Le chiffre d'affaires tombe à 226,28 ME en 2018...

Publié le 20/02/2019

Icade est notée BBB+/ Perspective stable par S&P...

Publié le 20/02/2019

Les perspectives sont florissantes pour l'exercice 2019 avec un objectif de livraison de 80 demi-heures de nouvelles productions...