Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 660.59 PTS
-0.41 %
6 673.5
-0.25 %
SBF 120 PTS
5 106.23
-0.44 %
DAX PTS
14 261.19
-0.57 %
Dow Jones PTS
33 597.92
+0. %
11 497.39
-0.45 %
1.050
-0.06 %

Clôture de Wall Street : les indices boursiers restent sous pression après la Fed

| Boursier | 515 | Aucun vote sur cette news

Wall Street a de nouveau fléchi ce jeudi, après la sanction de la veille consécutive à un discours toujours très dur de Jerome Powell...

Clôture de Wall Street : les indices boursiers restent sous pression après la Fed
Credits Reuters

Wall Street a de nouveau fléchi ce jeudi, après la sanction de la veille consécutive à un discours toujours très dur de Jerome Powell... Le S&P 500 perd encore 0,84% à 3.757 pts, le Dow Jones cède 0,35% à 30.076 pts et le Nasdaq -1,37% à 11.066 pts. Sur le Nymex, le baril de brut WTI reprend 0,8% à 83,60$. L'indice dollar monte encore de 0,5% face à un panier de devises, tandis que les taux longs se tendent toujours...

Comme attendu, la Fed a annoncé hier soir sa troisième hausse de taux consécutive de 75 points de base, publiant une déclaration presque identique à celle de juillet. Les marchés étaient beaucoup plus concentrés sur le nouveau résumé des projections économiques (SEP), qui a montré une projection médiane des décideurs monétaires de 4,4% sur les taux à fin 2022, avant un pic de 4,6% en 2023. La prévision médiane pour 2024 est de 3,9% (contre 3,4% en juin) et la prévision initiale pour 2025 est de 2,9%. La projection à long terme est inchangée à 2,5%. Les membres du FOMC, comité de politique monétaire de la Fed, ont également relevé l'estimation du taux de chômage pour 2023 à 4,4%, contre 3,9% en juin.
Lors de sa conférence de presse, Jerome Powell, patron de la Fed, a affirmé que son message principal n'avait pas changé depuis Jackson Hole, la Fed étant fermement résolue à continuer à travailler jusqu'à ce que l'inflation revienne à 2%, au prix d'une certaine douleur économique - pour ne pas utiliser le terme banni de récession. Les commentaires sur la poursuite des hausses de taux et un éventuel ralentissement ont fourni quelques indications supplémentaires en comparaison des remarques passées. Powell a souligné encore la résilience de l'économie, même s'il ne nie pas qu'une probable période de croissance inférieure à la tendance se profile.

La banque centrale US estime que "de nouvelles hausses de taux seront appropriées"... Selon Powell, "le marché du travail américain reste "extrêmement tendu", mais nous prévoyons que l'offre et la demande sur le marché du travail se rééquilibreront au fil du temps". Selon lui, "il n'y a pas de place pour de la complaisance sur l'inflation" (...) "Au cours des prochains mois, nous serons à l'affût des preuves indiscutables du reflux de l'inflation. Pour l'instant il n'y a que de faibles signaux de ralentissement du marché du travail". Toujours selon Powell, "nous ne sommes arrivés qu'au plus bas niveau de ce que nous considérons comme une politique restrictive"(...) "Réussir un atterrissage en douceur est délicat, personne ne sait si ce processus aboutira à une récession ou non"...
Détaillant un peu plus ses propos, le patron de la Fed a souligné "qu'une part importante des membres du FOMC est favorable à une hausse des taux supplémentaire de 100 pdb au total d'ici la fin de 2022". Et de préciser : "La médiane des projections donne une hausse de taux de 125 points de base d'ici la fin de l'année". A l'image de ses déclarations très restrictives faites à l'occasion de Jackson Hole le mois dernier, Powell a répété "qu'il n'y avait pas de méthode indolore pour faire baisser l'inflation" (...) "Je ne connais pas la probabilité d'une récession, mais il est possible que nous aurons une période de croissance bien plus faible".

La fourchette de taux des fed funds est donc désormais logée entre 3 et 3,25%. Le baromètre en temps réel FedWatch du CME Group montre une probabilité forte, de 68%, d'une nouvelle hausse de taux de 75 points de base le 2 novembre, à l'issue de la prochaine réunion, contre 32% de probabilité d'une hausse de 50 points de base. Le même outil donne à 68% environ une fourchette de 4,25% à 4,5% sur les taux au 14 décembre, à l'issue de la dernière réunion de l'année.

Côté indicateurs, les inscriptions au chômage sont encore une fois ressorties moins élevées qu'anticipé la semaine passée aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 17 septembre, des inscriptions au chômage au nombre de 213.000, en hausse de 5.000 par rapport au niveau révisé à la baisse de la semaine antérieure. Le consensus tablait sur 217.000 nouvelles inscriptions. La moyenne à quatre semaines s'établit à 216.800, en baisse de 6.000. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 3 septembre atteint 1,379 million, en repli de 22.000 sur sept jours (1,418 million de consensus).

La balance américaine des comptes courants pour le deuxième trimestre 2022, qui vient aussi d'être publiée, est ressortie déficitaire de 251 milliards de dollars, contre 259 milliards de dollars de consensus.

L'indice des indicateurs avancés du Conference Board pour le mois d'août 2022 est ressorti en retrait de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus proche de la stabilité et après un repli de 0,5% - en données révisées - un mois avant...

Les valeurs

FactSet Research Systems dévisse de 8,2%. Le groupe vient de publier pour son quatrième trimestre fiscal 2022, clos fin août, des revenus GAAP de 499 millions de dollars en augmentation de 21%, portant ses recettes annuelles à 1,84 milliard de dollars. Le bénéfice GAAP par action sur le quatrième trimestre a été de 2,69$, en hausse de 2,3% en comparaison de l'an dernier, alors que le bénéfice ajusté par action a été de 3,13$, en hausse de 8,7%. Le groupe, fournisseur mondial d'informations financières intégrées, d'applications analytiques et de services de pointe, a ainsi dégagé sur l'exercice un bénéfice ajusté par action de 13,43$ en augmentation de près de 20%... Pour l'exercice clos, le consensus... FactSet était de 13,49$ de bénéfice ajusté par action.

Coinbase (-6,9%). Selon le Wall Street Journal, la plateforme d'échange de cryptomonnaies aurait considéré l'idée, plus tôt cette année, de gagner de l'argent en spéculant sur les 'cryptos'. Cet audacieux projet aurait été abandonné...

Target (-3,8%), le détaillant discount américain, a annoncé des plans de recrutement concernant jusqu'à 100 000 saisonniers pour la période des fêtes de fin d'année. Le groupe prévoit en outre de proposer des offres festives plus tôt que jamais...

Kohl's (-3,5%). Ancora, actionnaire à 2,5% du capital, tente d'évincer la directrice générale Michelle Gass et le président du conseil d'administration Peter Boneparth. L'investisseur veut ainsi les faire remplacer par des dirigeants ayant une expérience des redressements.

Accenture (-1,1%), le géant du consulting coté à Wall Street, a battu le consensus de profits et de revenus sur le trimestre clos, mais livré par ailleurs des perspectives mitigées. Le titre reste donc bloqué sur des planchers de 18 mois sur la cote américaine. Pour son quatrième trimestre fiscal 2022, clos fin août, Accenture a fait état d'un bénéfice net de 1,67 milliard de dollars soit 2,6$ par titre, contre 1,42 milliard et 2,2$ par action un an auparavant. Le consensus FactSet était de 2,57$ de bénéfice par action. Les revenus trimestriels se sont appréciés de près de 15% à 15,42 milliards de dollars, contre 15,39 milliards pour le consensus FactSet. La croissance en Amérique du Nord en dollars US a été de 18%, contre 12% en Europe et 13% sur les marchés dits... "de croissance". L'impact des devises sur les revenus a été négatif de 7,5%. Le niveau de new bookings a progressé de 22% à 18,4 milliards de dollars.
Pour son premier trimestre fiscal 2023 juste entamé, le groupe table sur des revenus allant de 15,2 à 15,75 milliards de dollars, à comparer à un consensus FactSet de 16,2 milliards. Le bénéfice par action 2023 est attendu entre 11,09 et 11,41$, contre 11,93$ de consensus.

Darden Restaurants (-4,4%), le groupe de restauration de Floride, a annoncé pour son premier trimestre fiscal 2023, clos fin août 2022, des revenus totaux en augmentation de 6,1% à 2,45 milliards de dollars, avec une expansion de 4,2% à restaurants comparables. Le bénéfice dilué par action a été de 1,56$, contre 1,76$ un an plus tôt. Le groupe aux chaînes Olive Garden et LongHorn Steakhouse maintient par ailleurs ses perspectives, tablant sur des revenus allant de 10,2 à 10,4 milliards de dollars, une croissance de 4% à 6% à comparable... et une inflation totale d'environ 6%. Le bénéfice dilué des opérations continues est attendu entre 7,4 et 8$.

Salesforce.com (+1,7%), le géant des logiciels cloud, a dévoilé des plans de moyen terme visant à atteindre une marge opérationnelle de 25% à l'horizon 2026. Le groupe entend, pour y parvenir, améliorer fortement son efficience.

Lennar (+2%), le promoteur immobilier américain, a dévoilé des profits supérieurs aux attentes de marché pour son troisième trimestre fiscal, profitant de niveaux record de prix. Les ventes unitaires de nouveaux logements ont toutefois déçu quelque peu.

Manchester United (+1,1%), le club anglais de football coté à Wall Street, a réduit ses pertes (ajustées) sur la période close et rétabli ses prévisions financières annuelles pour la première fois depuis la pandémie. Sur l'exercice clos en juin, le club contrôlé par la famille Glazer a affiché des revenus en augmentation de 18% à 583 millions de livres, un Ebitda ajusté en baisse de 15% à 81 millions et une perte opérationnelle plus que doublée à 87 millions de livres. Néanmoins, la perte ajustée sur la période est réduite de 24% à 34 millions. La dette nette s'est toutefois creusée à 515 millions de livres, en augmentation de 23%. Sur le trimestre écoulé, les revenus se sont appréciés de 26% à 118,5 millions, alors que la perte ajustée a été réduite de 40% à 20,2 millions de livres.
Pour l'exercice entamé, le club envisage des revenus allant de 580 à 600 millions de livres, alors que l'Ebitda ajusté est anticipé entre 100 et 110 millions de livres.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 03 janvier
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 07/12/2022

Wall Street reste sous pression ce mercredi, le S&P 500 grappillant 0,11% à 3...

Publié le 07/12/2022

Wall Street est encore attendu dans le rouge avant bourse ce mercredi, le S&P 500 abandonnant 0,4%, le Dow Jones 0,2% et le Nasdaq 0,6%...

Publié le 06/12/2022

La cote américaine a fléchi encore mardi : Le S&P 500 abandonne 1,44% à 3...

Publié le 06/12/2022

La cote américaine fléchit encore ce mardi...

Publié le 06/12/2022

La cote américaine s'affiche incertaine avant bourse ce mardi...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2022

Cet investissement de 112 ME constitue un montant record dans l'histoire de Réalités...

Publié le 07/12/2022

Hugo Brugière est nommé PDG de Boostheat...

Publié le 07/12/2022

Information aux porteurs d'OCEANEs Vertes...

Publié le 07/12/2022

Evolution du Conseil d'administration d'Eiffage...

Publié le 07/12/2022

Le prix de vente des actifs cédés par Memscap s'établit à 3 M$...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRES

Impôt sur le revenu : comment le réduire à quelques jours de la fin de l'année ?

Jeudi 08 décembre
de 19h à 20h

M'INSCRIRE GRATUITEMENT