En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 487.40 PTS
+0.66 %
5 479.00
+0.72 %
SBF 120 PTS
4 395.12
+0.67 %
DAX PTS
12 393.74
+0.55 %
Dowjones PTS
26 706.40
+0.19 %
7 582.75
+0.18 %
1.175
-0.18 %

Clôture de Wall Street : les craintes de guerre commerciale plombent l'ambiance

| Boursier | 392 | Aucun vote sur cette news

La Bourse américaine a encore reculé mercredi, Donald Trump menaçant désormais de taxer de nombreux produits chinois. Les investisseurs craignent qu'une guerre commerciale ne fasse dérailler la croissance économique.

Clôture de Wall Street : les craintes de guerre commerciale plombent l'ambiance
Credits Reuters

Les marchés américains ont subi une deuxième séance baissière, mercredi, après des signes inquiétants d'une escalade dans les mesures protectionnistes prévues par Donald Trump. Après l'acier et l'aluminium, le président américain menace désormais de taxer de nombreux produits chinois, et a bloqué le rachat de Qualcomm par la société de Singapour Broadcom. Avec le limogeage de Rex Tillerson (ex-secrétaire d'Etat) et le remplacement de Gary Cohn (ex-conseiller économique), ce sont autant de signes d'un durcissement de la position du président américain en matière diplomatique et commerciale.

A la clôture, le Dow Jones a cédé mercredi 1% à 24.758 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,57% à 2.749 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a lâché 0,19% à 7.496 pts.

En attendant la réunion de la Fed des 20 et 21 mars

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a légèrement progressé de 0,09% à 89,74. L'euro a cédé mercredi 0,2% face au billet vert, à 1,2370$, après avoir dépassé la veille le seuil de 1,24$ en séance.

Sur les marchés obligataires, les taux d'intérêts ont continué de se détendre mercredi, le rendement du T-Bond américain à 10 ans cédant 3 points de base à 2,81%. La publication d'une inflation modéré en février et de ventes de détail décevantes laissent penser que la Fed n'accélérera pas le rythme de ses hausses de taux cette année, au-delà de trois tours de vis.

La banque centrale américaine se réunira mardi et mercredi prochain, et les marchés s'attendent à cette occasion à un relèvement d'un quart de point du taux des "fed funds". Ils sont aussi impatients d'entendre de vive voix la stratégie de son nouveau président, Jerome Powell. Depuis sa prise de fonction, tout début février, il s'agira de la première réunion de politique monétaire de M. Powell en tant que président de la Fed, et de sa première conférence de presse à ce poste.

Après deux séances de baisse, les cours du pétrole ont légèrement rebondi mercredi, malgré une hausse plus forte que prévue des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis. Le cours du baril de brut WTI a repris 0,41%, à 60,96$ pour le contrat à terme d'avril, et le Brent de mer du nord a avancé de 0,25% à 64,80$. Les stocks de brut ont augmenté de cinq millions de barils la semaine dernière outre-Atlantique, leur plus forte hausse depuis la fin janvier et bien plus que l'augmentation attendue de deux millions. Toutefois, ce chiffre a été contre-balancé par un recul plus important que prévu des réserves d'essence et de produits distillés.

Trump s'en prend à la Chine, au risque de provoquer un guerre commerciale

Sur le front politique, la Maison Blanche a affirmé mercredi que l'administration Trump cherchait à inciter la Chine à réduire de 100 milliards de dollars son excédent commercial avec les Etats-Unis. Pour y parvenir, l'agence 'Reuters' a rapporté que le président veut imposer des tarifs douaniers pouvant toucher jusqu'à 60 milliards de dollars d'importations chinoises, en ciblant notamment la technologie et des télécommunications.

De nombreux investisseurs craignent qu'en cas de représailles de la Chine et d'autres pays soumis aux taxes de Trump annoncées la semaine dernière, les entreprises américaines ne soient elles aussi visées par des barrières douanières dans certaines parties du monde.

L'annonce de la nomination de Larry Kudlow, un économiste favorable au libre-échange, comme premier conseiller économique de Trump, en remplacement de Gary Cohn, a été bien accueillie par les marchés, mais n'a pas suffi à soutenir les indices boursiers. Les valeurs industrielles ont été particulièrement attaquées, dont Boeing (-2,5%), DowDuPont (-2,2%) et Caterpillar (-0,7%).

Inflation modérée et ventes de détails en baisse depuis trois mois

La publication d'un recul des ventes de détail aux Etats-Unis en février, pour le troisième mois consécutif, a aussi pesé sur la cote, signalant un ralentissement de la croissance en début d'année. Les ventes de détail ont ainsi reculé de 0,1% sur un mois, contre un consensus de place logé à +0,4% ! Hors automobile, les ventes ont tout de même augmenté de 0,2%, mais le consensus était de +0,4%.

Par ailleurs, une nouvelle mesure de l'inflation est ressortie modérée, confirmant d'autres données publiées ces derniers jours (salaires, prix à la consommation). L'indice des prix à la production a progressé de 0,2% en février sur un mois, en ligne avec le consensus, après un gain de 0,4% pour le mois de janvier. En glissement annuel, le "PPI" progresse de 2,8% (+2,5% hors alimentaire et énergie).

VALEURS A SUIVRE

Les financières étaient à la peine mercredi, leurs perspectives de profits étant réduites par un recul des rendements obligataires ces derniers jours. Ceux-ci se sont détendus alors que les chiffres d'inflation ne montrent pas de dérapage haussier, ce qui devrait modérer les ardeurs de la Fed en matière de hausse des taux. Les titres de Goldman Sachs (-1,5%), JP Morgan (-1,1%), Morgan Stanley (-1,8%) et Bank of America (-0,7%) ont notamment cédé du terrain.

Broadcom (-0,2%) a officiellement abandonné mercredi son offre de 117 Mds$ pour l'acquisition de Qualcomm (+0,7%). Broadcom a donc plié devant l'opposition de Donald Trump, qui avait bloqué le 'deal', évoquant des motifs de sécurité nationale. L'opération aurait constitué la plus importante acquisition technologique de l'histoire. Broadcom avait initialement contesté la décision de la Maison Blanche, mais semble finalement se résoudre à la 'défaite', avec ce retrait formel, après avoir mené pourtant une lutte agressive ces derniers mois pour conclure la transaction. Broadcom retire également ses propositions de nominations au conseil d'administration de Qualcomm. Le groupe singapourien se dit évidemment déçu de l'issue de cette affaire, et maintient quoi qu'il en soit son projet de 'relocalisation' de son siège social aux États-Unis. Une assemblée extraordinaire des actionnaires est attendue le 23 mars... Donald Trump avait signé lundi soir un décret interdisant le rapprochement entre le fabricant américain de puces et Broadcom, basé à Singapour. Trump disait alors disposer de "preuves crédibles" que l'opération éventuelle puisse nuire à la sécurité des USA...

Boeing (-2,5%) a livré son 10.000ème 737 ! Lors d'une cérémonie organisée à l'usine de Renton pour célébrer l'occasion, Kevin McAllister a admis que le groupe pourrait encore accroître la cadence de production de son best-seller pour faire face à la demande. "Cet appareil est très demandé, donc nous étudions toujours nos options", a indiqué le directeur général de Boeing Commercial Airplanes.

Accenture (-0,9%) a été choisi par les studios Walt Disney comme membre fondateur et partenaire de l'innovation de StudioLAB, une structure qui se propose de repenser, concevoir et prototyper les expériences de divertissement et les capacités de production de demain en s'appuyant sur les nouvelles technologies.

Vera Bradley (-8,2%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 8,5 M$ (0,24$ par action), contre une perte de 3,4 M$ (0,09$ par action) un an avant. En base ajuste, le bpa ressort à 0,33$. Les revenus s'élèvent à 132 M$, contre 134,8 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,32$, pour des revenus de 130 M$. Sur le T1, le groupe vise des revenus compris entre 84 et 89 M$, pour une perte par action entre 0,08 et 0,10$.

Microsoft (-0,6%). A l'occasion du Tech Summit qui se déroule à Paris les 14 et 15 mars, Microsoft officialise aujourd'hui l'ouverture de ses data centers en France, trois en région parisienne et un dans la région marseillaise, en présence notamment de la Centrale d'Achat de l'Informatique Hospitalière - CAIH ainsi que du Conseil Départemental du Val d'Oise qui figurent parmi les premiers clients de ces data centers.

Nvidia (+0,4%). D'après nos informations, le broker RBC Capital maintient sa recommandation "surperformance" sur le titre à Wall Street, et rehausse, de 280 à 285$, son objectif de cours.

Alphabet (+0,8%). Google ne veut plus des publicités pour les monnaies digitales telles que le Bitcoin, l'Ethereum ou le Ripple ! Le groupe a annoncé ce jour qu'il allait interdire ces pubs pour les cryptomonnaies, ainsi que pour les contenus associés, à partir du mois de juin 2018. Plus généralement, le groupe californien entend interdire les publicités concernant les produits financiers non régulés ou spéculatifs...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

La rencontre décisive aura lieu jeudi 27 septembre. Le nouveau patron d’Air France-KLM, Benjamin Smith, s’est en effet « engagé à négocier avec l'intersyndicale la semaine prochaine» «pour…

Publié le 21/09/2018

Ça se complique pour Engie en Belgique...

Publié le 21/09/2018

Danske Bank recule de plus de 2% à 173,20 couronnes danoises, pénalisé par un scandale de blanchiment présumé. Depuis le début de l'année, le titre a chuté de plus de 30%. La filiale…

Publié le 21/09/2018

16,4 millions d'euros garanti sur 5 ans

Publié le 21/09/2018

Laurent-Perrier Tours-sur-Marne, le 21 septembre 2018   Communiqué financier   L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé…