En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 116.79 PTS
-0.55 %
5 082.00
-1.21 %
SBF 120 PTS
4 103.77
-0.48 %
DAX PTS
11 589.21
-1.07 %
Dowjones PTS
25 308.61
-1.55 %
7 097.13
-2.49 %
1.146
-0.33 %

Clôture de Wall Street : léger coup de blues après la Fed

| Boursier | 217 | Aucun vote sur cette news

La Bourse de New York a terminé mercredi en légère baisse après la décision de la Fed de relever ses taux et d'abandonner sa politique monétaire dite "accommodante". Les valeurs bancaires ont pesé sur la cote.

Clôture de Wall Street : léger coup de blues après la Fed
Credits Reuters

Après avoir passé l'essentiel de la séance dans le vert, les indices boursiers américains ont inversé la tendance, mercredi soir, après la décision, pourtant sans grande surprise, de la Fed de relever ses taux directeurs pour la 3ème fois cette année. Les valeurs bancaires ont pesé sur la tendance, les commentaires de Jerome Powell paraissant plus modérés que prévu. Même si la banque centrale a décidé de ne plus qualifier sa politique monétaire d'"accommodante", elle n'a pas adopté pour autant un ton plus "faucon" et ne prévoit pas d'accélérer le rythme de ses hausses de taux par rapport à ses précédentes projections faites en juin.

L'indice Dow Jones a reculé à la clôture de 0,40% à 26.385 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 0,33% à 2.905 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a fléchi de 0,21%, pour finir à 7.990 pts.

Les taux des T-Bonds se détendent, pas de dérapage inflationniste en vue

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a légèrement progressé de 0,2% à 94,32 points après la décision de la Fed. De son côté, l'euro a cédé 0,21% à 1,1741$. Sur le marché obligataire américain, le rendement du T-Bond à 10 ans est retombé à 3,05%, en recul de 5 points de base par rapport à la veille, alors que la Fed n'a pas relevé ses projections de taux directeurs par rapport à juin dernier.

La Réserve fédérale américaine a donc relevé mercredi ses taux directeurs pour la 3ème fois cette année, pour les porter entre 2% et 2,5%. Son président Jerome Powell, a souligné que la croissance et le marché de l'emploi était "forts" aux Etats-Unis, tandis que l'inflation demeurait proche de l'objectif de 2% que s'est fixé la banque centrale américaine.

Une quatrième hausse d'un quart de point du taux des "fed funds" semble se profiler pour la réunion de décembre, 12 des 16 membres de la Fed y étant désormais favorables, selon le communiqué de la Fed. Fait notable : la Fed a également supprimé le terme "accommodant" pour désigner sa politique monétaire, qui figurait dans ses communiqués depuis une dizaine d'années, suite à la crise des subprimes de 2008.

Pour autant, dans ses projections économiques, qui vont jusqu'en 2021, la banque centrale ne s'est pas montrée plus "faucon" que lors de sa dernière réunion de juin. Elle a certes relevé sa prévision de croissance pour 2018 et 2019, mais ses projections pour les taux directeurs, l'inflation et l'emploi sont quasi-inchangées, ne traduisant pas de changement d'orientation vers une politique monétaire plus restrictive.

Jusque là, pas d'effets négatifs liés aux tensions commerciales

L'abandon de la formule "la politique monétaire reste accommodante" "ne signifie pas un changement dans le rythme de hausse de taux", a ainsi assuré Jerome Powell. "Il s'agit plutôt de la reconnaissance du fait que l'économie évolue en ligne avec nos attentes", a-t-il précisé.

Le patron de la Fed a par ailleurs indiqué que les tensions commerciales actuelles ne se sont pas traduites dans les données macro-économiques, même si un nombre croissant d'entrepreneurs avaient indiqué à la Fed leur inquiétude.

M. Powell a admis qu'il s'inquiétait de savoir "où cela va mener". "Si cela débouche sur une baisse des barrières douanières, ce serait une bonne chose". Si ça débouche sur davantage de protectionnisme, "ce serait mauvais pour l'économie des Etats-Unis, pour les travailleurs américains et leurs familles, ainsi que pour les économies d'autres pays", a-t-il ajouté.

Le Japon dans la ligne de mire de Donald Trump

Après la Chine et l'Europe, Donald Trump semble vouloir s'attaquer à un nouvel adversaire, à savoir le Japon. Le président américain a rencontré mercredi à New York le Premier ministre nippon Shinzo Abe, et les deux dirigeants sont convenus d'entamer des négociations sur un nouvel accord commercial. "Nous nous sommes mis d'accord pour lancer des négociations commerciales entre les Etats-Unis et le Japon", a ainsi déclaré le président américain à des journalistes en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.

Comme pour les autres pays ciblés, Donald Trump reproche au Japon d'entretenir un déficit commercial en défaveur des Etats-Unis. Selon Washington, le déficit avec Tokyo a atteint en 2017 56,6 milliards de dollars (114,7 Mds$ d'exportations vers le Japon et 171,3 Mds$ d'importations). Donald Trump pourrait viser plus particulièrement le secteur automobile japonais, principal poste d'exportation vers le marché américain avec environ 50 Mds$ de véhicules et de pièces détachées.

Par ailleurs, les négociations difficiles se poursuivent entre les Etats-Unis et le Canada pour parvenir à un nouvel accord de libre-échange nord-américain Nafta (qui regroupe Etats-Unis, Mexique et Canada). La date-butoir de vendredi, fixée par les Etats-Unis, approche sans qu'un accord n'ait encore été conclu.

Prises de bénéfices sur le pétrole

Sur le plan macro-économique, les ventes de logements neufs ont atteint 629.000 unités aux Etats-Unis en août, proches du consensus de 630.000 et en hausse par rapport à juillet (608.000 unités). La lecture du mois de juillet a toutefois été révisée en baisse par rapport aux 627.000 initialement annoncés.

Par ailleurs, les stocks commerciaux de pétrole brut, hors réserve stratégique, ont progressé la semaine dernière pour la première fois depuis 6 semaines. Ils ont augmenté de 1,9 million de barils, à 396 millions de barils, alors que consensus tablait sur une 6ème baisse d'affilée (-1,3 mb).

Ces chiffres ont entraîné des prises de bénéfices sur le pétrole, qui évolue cependant proche de son plus haut niveau depuis la fin 2014 sur fond de limitation de l'offre mondiale (Iran, Venezuela...) Mercredi soir, le contrat à terme de novembre sur le brut léger américain WTI a perdu 0,98%, à 71,57$ le baril. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent de mer du Nord cédait 0,66% à 81,33$.

VALEURS A SUIVRE

Les valeurs bancaires ont reculé après les annonces de la Fed, qui ne semble pas encline à accélérer le rythme de ses hausses de taux. Les banques, dont les bénéfices sont soutenus par des taux plus élevés ont fini en nette baisse, à l'instar de JP Morgan Chase (-1,2%), Goldman Sachs (-1,56%) et American Express (-1,7%) tous trois membres de l'indice Dow Jones.

L'action Ford Motor a reculé de 1,28%. Le PDG du groupe automobile a déclaré mercredi que les taxes douanières instaurées par Donald Trump sur les importations de métaux (25% sur l'acier et 10% sur l'aluminium) coûteraient 1 milliard de dollars au groupe. James Hackett, qui s'exprimait lors d'une conférence à New York, a ajouté que les tarifs douaniers étaient très négatifs pour Ford et que le groupe se fournissait principalement auprès d'entreprises américaines.

Ford avait précédemment déclaré que même en achetant aux Etats-Unis la grande majorité de l'acier et de l'aluminium utilisés dans ses usines américaines, les tarifs douaniers pourraient entraîner une hausse des prix des matières premières aux Etats-Unis.

Nike (-1,3%) a reculé au lendemain de comptes trimestriels qui sont pourtant ressortis robustes dans l'ensemble. Le groupe de Beaverton, Oregon, a dépassé le consensus de profit et maintenu ses estimations pour l'ensemble de l'exercice 2019. Pour le premier trimestre fiscal 2019, clos fin août, le bénéfice net s'est apprécié à 1,09 Md$ soit 67 cents par titre, contre 950 M$ et 57 cents par action un an auparavant. Le consensus était de 63 cents de bpa.

Apple (-0,8%). Qualcomm (-1,3%), leader américain des 'puces' pour smartphones, accuse le fabricant de l'iPhone d'avoir volé des logiciels et outils pour aider à améliorer les produits de son rival Intel. La firme de San Diego a déposé une plainte devant la justice californienne. Le procès devrait se dérouler en avril prochain, selon les informations de 'Bloomberg'. Autrefois client de Qualcomm, Apple se fournit désormais uniquement chez Intel (-0,4%). Or, Qualcomm affirme que le groupe de Cupertino a aidé les ingénieurs d'Intel à améliorer ses puces pour doper leurs performances en utilisant ses propres secrets de fabrication. Apple aurait ainsi violé les conditions des licences détenues par Qualcomm. "

Alphabet (stable). Google a admis ce mercredi avoir commis des erreurs concernant la protection des données personnelles de ses utilisateurs, à l'occasion d'une audition devant une commission du Sénat américain. Des dirigeants d'autres groupes internet dont Twitter, Facebook, Apple et Amazon, étaient aussi convoqués mercredi par cette commission sénatoriale pour une audition sur la protection des données.

Blackstone (-1,2%), bientôt propriétaire de la division Financial & Risk de Thomson Reuters, pourrait se séparer de FXall, une plateforme de trading de devises. Selon 'Bloomberg', qui cite des personnes proches de la situation, l'opération pourrait rapporter plus de 3 milliards de dollars à la firme d'investissement.

KB Home (-3%) a publié ses résultats du troisième trimestre. Les revenus grimpent de 7% en glissement annuel, à 1,23 Md$. Les bénéfices montent de 74% à 87,5 M$, faisant ressortir un bénéfice par action de 0,87$, en croissance de 71%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,77$, pour des ventes de 1,3 Md$. Le groupe a livré 2.988 maisons sur la période (+8%), au prix moyen de 408.200$ (en légère baisse par rapport à l'an dernier).

Cintas (-5,5%) a dévoilé ses comptes du premier trimestre fiscal 2019. Les revenus s'élèvent à 1,7 Md$, en croissance de 5,4% en glissement annuel. Les profits sont de 212 M$, contre 217 M$ un an plus tôt. Le bénéfice par action s'affiche à 1,89$, contre 1,96$ un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,93$, contre 1,48$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,78$, pour des revenus de 1,7 Md$. Sur l'exercice fiscal 2019, le groupe vise des revenus logés entre 6,8 et 6,855 Mds$, pour un bpa de 7,19 à 7,29$.

Tesla (+2,8%) entend sortir sa mise à jour logicielle V9 d'ici la fin de la semaine, a affirmé le patron du groupe, Elon Musk, sur le réseau social Twitter. Il s'agirait, selon le site spécialisé Electrek, de la plus importante mise à jour software en deux ans pour le constructeur californien de véhicules électriques. Cette nouvelle version comprendrait par ailleurs des amélioration significatives de l'Autopilot, système d'aide à la conduite du groupe, ainsi que... des jeux classiques d'Atari.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

                                                                   Communiqué de…

Publié le 18/10/2018

Des entrepreneurs investisseurs pour les entrepreneursUn club de Business Angels créé par des entrepreneurs et dirigeants d'entreprises,...

Publié le 18/10/2018

Quantum Genomics poursuit le déploiement de son plan stratégique à 3 ans "BAPAIs Fast Growth"...

Publié le 18/10/2018

Au 30 juin 2018, les produits opérationnels de Sensorion, essentiellement le crédit d'impôt recherche, s'élevaient à 1,3 millions d'euros, soit +18...

Publié le 18/10/2018

Rallye " réfute fermement les allégations de Madame Sophie Vermeille, conseil de fonds spéculatifs, relayées par Challenges et mettant en cause la validité de ses comptes ", annonce la…