Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 765.52 PTS
-0.44 %
6 773.0
-0.26 %
SBF 120 PTS
5 259.98
-0.46 %
DAX PTS
15 169.98
-0.61 %
Dow Jones PTS
34 580.08
-0.17 %
15 712.04
-1.74 %
1.131
0. %

Clôture de Wall Street : le S&P 500 frôle son record avant Thanksgiving

| Boursier | 526 | Aucun vote sur cette news

L'incertitude a dominé mercredi à Wall Street, à la veille de Thanksgiving, les investisseurs soupesant les risques liés à l'inflation et à la résurgence de la pandémie de coronavirus.

Clôture de Wall Street : le S&P 500 frôle son record avant Thanksgiving
Credits Reuters

L'incertitude a dominé mercredi à Wall Street, à la veille de Thanksgiving, les investisseurs soupesant les risques liés à l'inflation et à la résurgence de la pandémie de coronavirus. Les Minutes de la Fed ont montré que plusieurs responsables envisagent une accélération du "tapering", ce qui pourrait conduire aux premières hausses de taux directeurs avant la mi-2022. L'inflation mesurée par le "core PCE" a accéléré en octobre à 4,1% sur un an contre 3,7% en septembre. Parallèlement, les dépenses des ménages américains ont augmenté plus que prévu en octobre et les inscriptions au chômage sont retombées au plus bas depuis 1969, témoignant d'une robuste reprise économique.

Après avoir hésité entre le rouge et le vert, le Dow Jones a fini proche de l'équilibre (-0,03%) à 35.804 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 0,23% à 4.701,46 pts, finissant à un cheveu de son record du 8 novembre (4.701,70 pts). Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 0,44% à 15.845 pts.

Du côté des valeurs, Gap a plongé de 24% après une grosse déception sur ses comptes trimestriels, la chaîne de magasins de vêtements ayant été plombée par des problèmes de chaîne d'approvisionnement. Les grands magasins Nordstrom ont sombré de 29%, là aussi en raison de résultats inférieurs aux attentes.

Rappelons qu'en raison des fêtes de Thanksgiving, les marchés américains seront fermés jeudi, puis rouvriront pour une demi-séance vendredi (clôture à 13h locales, soit 19h en France). Dans le commerce, les soldes du "Black Friday" permettront de mesurer l'appétit de consommation dans un contexte d'accélération de l'inflation, de pénuries de certains produits et de remontée des cas de Covid-19.

L'indice "core PCE" continue d'accélérer en octobre

La semaine étant écourtée par Thanksgiving, une avalanche de statistiques américaines est tombée ce mercredi, à commencer par les revenus et les dépenses personnelles des ménages américains pour octobre, qui ont augmenté plus que prévu. Les revenus se sont ainsi améliorés de 0,5% par rapport à septembre, contre 0,2% de consensus, et les dépenses ont grimpé de 1,3% contre 1% de consensus de marché.

L'indice des prix 'core PCE', la mesure d'inflation préférée de la Fed, a progressé de 0,4% en octobre sur un mois et de 4,1% sur un an, des chiffres conformes aux attentes du marché, mais qui traduisent une accélération par rapport à septembre (+0,2% et 3,7%).

L'indice final du sentiment des consommateurs américains de l'Université du Michigan est ressorti à 67,4, contre 66,8 en première lecture et 71,7 en octobre. L'indice des anticipations d'inflation rattaché à cet indice "UMich" est ressorti à 4,9% contre 4,8% en octobre. Si la lecture finale est un moins mauvaise que les données initiales, le moral des ménages reste sur des plus bas depuis 10 ans et l'inflation inquiète de plus en plus les Américains.

A ce sujet, les Minutes de la Fed, publiées dans la soirée, ont montré que les responsables de la banque centrale américaine prennent très au sérieux le risque inflationniste et se tiennent prêts à agir plus vite que prévu, tant pour mettre un terme au programme d'achat d'actifs que pour relever les taux directeurs "plus vite que les marchés le prévoient" si l'inflation continuait de flamber.

Un marché de l'emploi US très dynamique

Le marché de l'emploi continue de s'améliorer avec des inscriptions au chômage en forte baisse pour la semaine du 14 au 20 novembre : -70.000 à 199.000, au plus bas depuis 1969 ! Le consensus tablait plus modestement sur -10.000, vers 260.000.

Par ailleurs, pour sa 2e lecture, la croissance du PIB des Etats-Unis au 3e trimestre a été revue en légère hausse, à 2,1% en rythme annuel contre 2% en 1ère lecture, et 2,2% de consensus. L'indice des prix rattaché au PIB a progressé sur un rythme de 5,9%, plus que les 5,7% de consensus. Les dépenses personnelles de consommation ont augmenté sur un rythme de 1,7%, contre 1,6% de consensus.

Les commandes de biens durables ont affiché un recul surprise de 0,5%, en octobre, contre +0,2% de consensus. Hors transport, elles ont toutefois augmenté comme attendu de 0,5% sur un mois. Les ventes de logements neufs ont déçu en octobre à 745.000, contre 800.000 de consensus et après 742.000 en septembre (un chiffre révisé en forte baisse).

Le pétrole marque le pas après une hausse surprise des stocks US

Le déficit du commerce international de biens s'est nettement réduit en octobre à 82,9 milliards de dollars contre près de 95 milliards de consensus et après 97 Mdsd$ en septembre. Les stocks préliminaires de grossistes pour octobre se sont appréciés de 2,2% contre 1% de consensus.

Les cours du pétrole se sont stabilisés mercredi, au lendemain de l'annonce par les Etats-Unis et 5 autres pays d'un déblocage d'une partie de leurs réserves stratégiques pour peser sur les cours du brut. Mercredi, la publication des stocks de brut (hors réserves stratégiques) a surpris, avec une hausse de 1 million de barils à 434 mb, contre une baisse de 1,8 mbj attendue.

Mercredi soir, le baril de brut léger américain WTI a fléchi de 0,1% à 78,39$ (contrat à terme de janvier sur le Nymex) et le Brent de Mer du nord a cédé 0,07% à 82,25$ (contrat de janvier).

Le rythme du "tapering" de plus en plus débattu à la Fed

Deux jours après l'annonce par Joe Biden de la reconduction de Jerome Powell pour un nouveau mandat de 4 ans à la tête de la Fed, les taux d'intérêts ont marqué le pas, après deux séances de forte hausse, dans l'anticipation d'un resserrement monétaire dès la mi-2022, voire plus tôt. Ainsi, aussitôt nommé, "Jay" Powell s'est engagé à agir pour empêcher l'inflation de "s'enraciner durablement".

De son côté, Raphael Bostic, le patron de la Fed d'Atlanta, a indiqué mardi que la Fed pourrait avoir besoin d'accélérer le 'tapering', pour l'achever dès la fin du 1er trimestre (au lieu de la mi-2022), afin de se donner plus de flexibilité concernant la hausse ultérieure des taux.

Mercredi, la présidente de la Fed de San Francisco, Mary Daly, s'est aussi dite ouverte à une accélération du "tapering" si l'inflation restait élevée et si la croissance de l'emploi restait forte. "Si les choses continuent à faire ce qu'elles ont fait, alors je soutiendrais complètement une accélération du rythme de la réduction progressive des achats d'actifs", a-t-elle déclaré lors d'une interview avec Yahoo Finance. La semaine dernière Richard Clarida, le vice-président de la Fed (qui sera remplacé par Lael Brainard fin janvier) avait suggéré que la Fed envisage un rythme plus rapide de "tapering" lors de sa réunion de la mi-décembre.

Mercredi soir, le rendement du T-Bond à 2 ans a grimpé de 4 points de base à 0,64% tandis que le taux à 10 ans américain a cédé 2 points de base à 1,64% (contre 0,90% fin 2020). En Europe, le taux du Bund allemand à 10 ans est resté stable à -0,22%. Sur le marché des changes, l'indice du dollar est reparti en hausse de 0,34% face à un panier de devises à 96,84 points, tandis que l'euro a rechuté sous 1,12$ en séance, retombant au plus bas depuis juin 2020. Après 4 séances de baisse, l'or s'est stabilisé sous 1.800$ l'once à 1.784,30$ (+0,1%) pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le bitcoin évolue mercredi soir autour de 57.365$, en baisse de 0,6% sur 24h.

VALEURS A SUIVRE

Nordstrom (-29%), la chaîne américaine de magasins, décroche à Wall Street. Le groupe dévoilait en effet des résultats affectés par la faiblesse des stocks et les coûts salariaux élevés. Sur le troisième trimestre fiscal, le bénéfice ajusté par action a été de 39 cents, contre 56 cents de consensus et 22 cents un an plus tôt. Les revenus se sont établis à 3,64 milliards de dollars, ce qui dépasse tout de même le consensus de marché, contre 3,1 milliards de dollars un an avant. Le management admet que le groupe a dû lutter face aux pénuries. Le détaillant affirme qu'il doit évoluer plus rapidement pour gagner des parts de marché, dans un contexte de charges accrues.

Gap a plongé de 24% suite à sa publication trimestrielle, les opérateurs sanctionnant les challenges significatifs de supply chain plombant la guidance annuelle. Pour le troisième trimestre fiscal, le groupe a affiché un bénéfice ajusté par action de 27 cents, largement inférieur aux attentes de marché. Les revenus ont totalisé 3,94 milliards de dollars, inférieurs de 11% au consensus, contre 4 milliards un an avant. Le groupe attend un impact allant jusqu'à 650 millions de dollars sur ses revenus du fait des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et notamment de fermetures au Vietnam. Les coûts de fret pèsent par ailleurs. Ainsi, le groupe réduit sa guidance annuelle de bpa ajusté entre 1,25 et 1,40$, contre 2,1 à 2,25$ pour la fourchette antérieure et 2,2$ de consensus.

Deere (+5,3%), le colosse américain des équipements agricoles, grimpe à Wall Street. Le groupe a révélé pour le trimestre clos des profits et des ventes supérieurs aux attentes de marché, malgré les pressions sur la chaîne d'approvisionnement. Le bénéfice net trimestriel a représenté 1,28 milliard de dollars, 4,12$ par titre, contre 757 millions de dollars un an plus tôt soit 2,39$ par action. Les revenus ont été de 11,33 milliards, contre 9,73 milliards un an avant. Ainsi, les revenus se sont améliorés de 19% et le bénéfice a presque doublé. Le groupe table désormais, pour l'exercice 2022, sur un bénéfice allant de 6,5 à 7 milliards de dollars, reflétant "une demande saine". Pour l'exercice clos, le bénéfice a été de 5,96 milliards de dollars soit 18,99$ par titre, plus que doublé.

Autodesk (-15,5%) a corrigé, les opérateurs sanctionnant des prévisions jugées décevantes. Pour le troisième trimestre, le groupe a pourtant dépassé les attentes de marché, affichant un bénéfice ajusté par action de 1,33$ à comparer à un consensus de 1,25$. Un an plus tôt, le bpa hors éléments se situait à 1,04$. Les revenus trimestriels du groupe software ont été de 1,13 milliard de dollars, 1% de mieux que le consensus, contre 952 millions de dollars un an plus tôt. Pour le quatrième trimestre fiscal, la prudence prévaut donc, le groupe envisageant des revenus allant de 1,185 à 1,2 milliard de dollars, pour un bénéfice ajusté par action allant de 1,41 à 1,47$.

HP Inc (+10%) bondit après ses résultats financiers. Pour le quatrième trimestre fiscal, le groupe a dégagé un bénéfice ajusté par action de 94 cents à rapprocher d'un consensus de 88 cents. Un an plus tôt, le bpa ajusté était de 62 cents. Les revenus trimestriels ont totalisé 16,7 milliards de dollars, sur ce trimestre clos en octobre, dépassant de près de 9% le consensus de marché. Les revenus se situaient à 15,3 milliards sur la période correspondante, l'an dernier. Sur l'exercice clos, le bpa ajusté a atteint 3,79$, largement supérieur à la guidance du groupe et au consensus. Les revenus annuels ont totalisé 63,5 milliards, en croissance de 12,1%.

Dell Technologies (+4,8%) a dépassé les attentes au troisième trimestre, grâce à de solides ventes de PC. Sur la période, le groupe texan a dégagé un bénéfice ajusté par action de 2,37$, à rapprocher d'un consensus de 2,33$ et d'un niveau de 2,03$ un an avant. Les revenus trimestriels se sont élevés à 28,4 milliards de dollars, 4% de mieux que le consensus, contre 23,5 milliards de dollars un an auparavant. Le bénéfice net consolidé a été de 3,89 milliards de dollars et 4,87$ par titre, quadruplant en glissement annuel. La demande en PC et serveurs a été dopée par l'adoption de modèles hybrides de travail par les entreprises.

VMware (+1,9%), le géant des solutions de virtualisation, a affiché au troisième trimestre fiscal un bénéfice ajusté par action de 1,72$, contre 1,54$ de consensus et 1,66$ un an avant. Les revenus sur ce trimestre clos en octobre ont représenté 3,19 milliards de dollars, contre 3,12 milliards de consensus et 2,86 milliards un an plus tôt. Rappelons que VMware a finalisé sa scission de Dell, qui détenait 81% du groupe software, pour devenir une entité séparément cotée.

Tesla (+0,6%). Elon Musk a désormais vendu plus de la moitié des titres qu'il était supposé écouler suite à son controversé sondage Twitter sur le sujet. Le patron milliardaire du constructeur de véhicules électriques, homme le plus riche de la planète, a ainsi vendu 934.091 actions additionnelles pour un montant d'environ 1,05 milliard de dollars, selon les déclarations parvenues hier. Il a aussi exercé 2,15 millions de stock options, et les cessions ont été opérées pour couvrir l'imposition liée à cette transaction, selon les déclarations. Ainsi, Musk a désormais cédé 9,2 millions de titres Tesla pour près de 10 milliards de dollars. Il avait précédemment soumis sur le réseau social Twitter un sondage dans lequel il demandait s'il devait vendre 10% de sa participation au capital de Tesla.

Pour atteindre ce seuil des 10%, Bloomberg relève qu'il devrait vendre 17 millions d'actions au total, ce qui représente 1,7% du capital du constructeur automobile. Si ses options exerçables étaient prises en compte dans le calcul de la participation, Musk devrait toutefois vendre encore un peu plus de titres. Le CEO de Tesla a exercé des millions d'options depuis le sondage, toutes à moins d'un an de leurs dates d'expiration.

Apple (+0,3%) a déposé une plainte en Californie contre la firme israélienne NSO, créatrice du logiciel espion Pegasus, qu'il accuse d'avoir surveillé et ciblé des utilisateurs de ses produits aux Etats-Unis. L'institut d'études China Academy of Information and Communications a par ailleurs indiqué que les livraisons de smartphones en Chine avaient bondi de 30,6% sur un an en octobre.

Alibaba (+2,1%). L'Américain Warburg Pincus, actionnaire d'Ant Group, filiale d'Alibaba, a réduit de 15%, à moins de 200 milliards de dollars, son estimation de la valeur de la 'fintech' chinoise, selon une source de Reuters informée du dossier.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/12/2021

Le Conseil d’administration d'Advicenne a décidé de soumettre à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 21 janvier 2022, les projets de transfert de cotation de ses titres du…

Publié le 03/12/2021

Pharmagest a annoncé que Dominique Pautrat quittera ses fonctions de Directeur Général pour prendre la Présidence du Directoire de La Coopérative Welcoop, maison-mère de Pharmagest, à compter…

Publié le 03/12/2021

Suite à la survenance d’un problème qualité ayant affecté certaines de ses prothèses, Carmat a pris la décision de suspendre temporairement, à titre préventif, les implantations de son cœur…

Publié le 03/12/2021

Le Président du Conseil d'Administration de Pharmagest a proposé au Conseil d'Administration, réuni le 03 décembre 2021, la nomination suivante...

Publié le 03/12/2021

La société Foncière Volta envisage le rachat de tout ou partie de l'emprunt obligataire émis par la Société en deux tranches le 28 décembre 2017 et le...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne