En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 442.75 PTS
-
4 450.50
-
SBF 120 PTS
3 499.45
-
DAX PTS
10 332.89
-0.23 %
Dow Jones PTS
23 433.57
+3.44 %
8 229.54
+2.24 %

Clôture de Wall Street : le naufrage, malgré la Fed (-12% !)

| Boursier | 856 | 4.86 par 7 internautes

La Bourse de New York a plongé lundi d'environ 12%, malgré le geste fort de la Fed qui a ramené ses taux directeurs à zéro dimanche soir. Le pétrole a sombré sous 30$ le baril.

Clôture de Wall Street : le naufrage, malgré la Fed (-12% !)
Credits Reuters

Rien n'y a fait... Malgré les annonces fortes de la Fed, dimanche soir, et l'urgence nationale décrétée vendredi soir par le gouvernement fédéral américain pour lutter contre le coronavirus, la crainte d'une récession aux Etats-Unis a provoqué lundi un nouveau vent de panique sur les marché financiers. A la clôture, l'indice Dow Jones a fondu de 12,9% à 20.188 points, tandis que l'indice large S&P 500 a abandonné 12% à 2.386 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, s'est effondré de 12,3% à 6.904 pts.

Pour le Nasdaq, il s'agit de la pire journée de son histoire. Quant au DJIA, il n'avait pas connu une telle déroute depuis le krach boursier de 1987. Plus tôt dans la journée, les indices européens avaient terminé en baisse moins prononcée, l'EuroStoxx 50 chutant de 5,25% et le CAC 40 lâchant 5,75%.

"L'indice de la peur" atteint des sommets historiques

Depuis leurs pics historiques de février, les trois indices américains ont désormais abandonné 32% pour le Dow Jones, tandis que le S&P 500 et le Nasdaq ont flanché de près de 30%. Une chute intervenue avec une rapidité jamais observée depuis la crise financière de 2008.

L'indice Vix de la volatilité, aussi appelé l'indice de la peur, a grimpé lundi à un niveau record (+43,6% à 83 points !) au dessus de ses niveaux de la fin 2008, dans le sillage de la faillite de la banque Lehman Brothers, qui avait entraîné la débâcle boursière et entraîné une récession.

Depuis une semaine, les marchés ont pris brutalement conscience de la gravité de la crise sanitaire mondiale créée par le coronavirus Covid-19. L'épidémie qui a frappé durement la Chine (désormais en convalescence) se propage désormais rapidement en Europe et aux Etats-Unis. De ce fait, cette pandémie provoque, une paralysie des économies concernées, assénant un coup d'arrêt brutal à la croissance économique.

La pandémie de Covid-19 a désormais affecté plus de 181.000 personnes dans le monde et a fait 7.074 morts, dont 3.217 en Chine et davantage (3.857) hors de Chine... Lundi soir, les Etats-Unis comptaient 4.283 cas et 74 morts.

Ni la Fed ni Donald Trump ne parviennent à rassurer

Partout dans le monde, les banques centrales et les gouvernements se mobilisent, mais cela n'a pas empêché les marchés financiers de s'affoler, les investisseurs fuyant les actifs risqués et recherchant du cash à tout prix. Les analystes regrettent le manque de coordination et de préparation des banques centrales et des gouvernements, notamment aux Etats-Unis, où jusqu'à la semaine dernière, le président Trump avait minimisé la pandémie et ses risques.

Quant à la Fed, ses dirigeants estimaient encore il y a deux semaines que leurs taux directeurs, fixés alors à 1,50%-1,75% ne seraient pas modifiés en 2020 dans un contexte de croissance modérée. Ces taux ont depuis été ramenés dans l'urgence à 1%-1,25% le 3 mars, avant d'être rabotés d'un point entier dimanche soir, pour tomber à 0%-0,25%, au plus bas depuis 2008-2009, en pleine crise des "subprimes".

La Fed est intervenue massivement depuis la semaine dernière sur les marchés de taux à court et moyen terme, puis dimanche, elle s'est aussi engagée à racheter au moins 700 milliards de dollars d'actifs à plus long terme (obligations d'Etat et créances hypothécaires). Son président Jerome Powell a assuré que la banque centrale américaine ferait le nécessaire pour assurer la liquidité sur les marchés interbancaires, en vue de fournir du crédit aux entreprises comme aux particuliers.

Un plan de soutien au secteur aérien attendu aux Etats-Unis

En outre, les principales banques centrales mondiales (BCE, Fed, BoJ, BoE, banques centrales du Canada et de Suisse), ont lancé dimanche une action concertée pour assurer l'approvisionnement suffisants des marchés financiers en dollars américains.

Lundi, les marchés attendent avec fébrilité l'annonce par l'administration Trump d'un plan de relance fiscal et de soutien aux secteurs les plus touchés par le Covid-19, notamment les compagnies aériennes. Ce plan s'ajoutera aux fonds (jusqu'à 50 milliards de dollars) qui seront débloqués pour lutter directement contre le coronavirus dans le cadre de l'état d'urgence nationale qui a été décrété vendredi soir par le président américain.

Le pétrole plonge sous les 30$ le baril

La crise du coronavirus se double d'un krach pétrolier, déclenchée le 6 mars dernier par l'Arabie Saoudite et la Russie, qui ont mis fin à leur accord de réduction de la production, au moment où la demande mondiale se réduit face à la crise du coronavirus... Lundi, les cours du baril sont tombés sous le seuil des 30$ le baril, au plus bas depuis début 2016, il y a plus de quatre ans.

Lundi, le cours du baril de brut léger américain (WTI) a perdu 9,6% à 28,70$, pour le contrat à terme d'avril coté sur le Nymex, tombant au plus bas depuis février 2016. Le Brent de mer du Nord a lâché 11% à 30,05$ (contrat à terme de mai), un plus bas depuis janvier 2016, après être passé sous les 30$ en séance. Les deux variétés de pétrole ont désormais abandonné près de 60% depuis le début de l'année....

L'or a continué de perdre du terrain, après avoir chuté de 9% la semaine dernière, servant de source de liquidité d'urgence à des investisseurs acculés par les appels de marge. Lundi, le métal jaune a perdu jusqu'à 4% en séance, avant de finir en perte de 2% à 1.486,50$ l'once pour le contrat à terme d'avril sur le Comex. L'or, pourtant considéré comme une valeur-refuge, a désormais effacé l'ensemble de ses gains réalisés depuis le début de l'année, et pointe désormais au plus bas depuis le 20 décembre dernier.

A Wall Street, seules les obligations d'Etat font l'objet d'une fuite vers la sécurité, faisant chuter les taux d'intérêts, qui évoluent en sens inverse des cours. Le rendement du T-Bond a 10 ans a perdu 22 points de base à 0,74%. Sur le marché des changes, le dollar a perdu 0,73% à 98,03 points, mesuré par l'indice du dollar, qui reflète l'évolution du billet vert face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise).

Les indicateurs économiques US commencent à flancher

Sur le plan macro-économique, les statistiques américaines commencent à refléter les dégâts de Covid-19. Publié lundi, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York s'est ainsi effondré à -21,5 en mars, au plus bas depuis la crise financière de 2009.

Vendredi déjà, l'indice préliminaire du sentiment des consommateurs, mesuré par l'Université du Michigan, était ressorti à seulement 95,9 en mars, contre 98 de consensus et après 101 pour la lecture finale du mois de février.

Vers une récession outre-Atlantique ?

De nombreux économistes estiment que les Etats-Unis vont connaître une forte contraction du PIB au 2e trimestre, voire une récession si la contraction s'étend sur 2 trimestres. Dans une note publiée ce week-end, la banque d'affaires américaine Goldman Sachs estime que le PIB de la première économie mondiale pourrait se contracter de 5% au deuxième trimestre, après une croissance nulle au cours des trois premiers mois de l'année.

Les économistes de la banque américaine ont par conséquent ramené leur prévision de croissance sur l'ensemble de 2020 à 0,4% contre 1,2% estimé précédemment pour les Etats-Unis. "L'incertitude qui entoure tous ces chiffres est bien plus grande que la normale", souligne GS. "Les consommateurs et les entreprises continueront à réduire leurs dépenses de voyage, de divertissement et de restauration, tandis que les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et le resserrement des conditions financières freineront davantage la croissance", relèvent les économistes de GS.

VALEURS A SUIVRE

* TechnipFMC (-13,4% à Wall Street). Le groupe de services pétroliers franco-américain a annoncé la suspension de son opération de scission en raison des conditions de marché très chahutées provoquées par l'épidémie de coronavirus.

* Delta Air Lines (-6,6%) et United Airlines (-14,8%) ont décroché, mais American Airlines a rebondi de 11,2%. Comme l'ensemble du secteur, les transporteurs américains ont revu drastiquement à la baisse leur programme de vols pour les prochaines semaines afin de faire face à la chute de la demande à la suite de la propagation de l'épidémie de coronavirus.

* Apple (-12,8%) a écopé de la sanction financière la plus élevée jamais infligée par le régulateur français. L'autorité de la concurrence vient en effet de condamner le géant américain à une amende de 1,1 milliard d'euros pour s'être rendu coupable d'ententes au sein de son réseau de distribution et d'abus de dépendance économique vis-à-vis de ses revendeurs indépendants " premium ". Les deux grossistes, Tech Data et Ingram Micro, ont également été sanctionnés, respectivement à hauteur de 62,9 et 76,1 millions d'euros au titre de l'une des pratiques d'entente.

* ExxonMobil (-9,5%) et Chevron (-16,4%) plongent dans le sillage de la chute des cours de l'or noir. Chesapeake Energy s'effondre de son côté de 31% sur des craintes de faillite.

* MGM Resorts (-33,6%) et Wynn Resorts (-24,4%) plongent après l'annonce de la fermeture de leurs casinos à Las Vegas.

* JP Morgan (-14,9%), Morgan Stanley (-15,6%), Goldman Sachs (-12,7%) ou encore Citigroup (-19,3%) pointent également en net repli. Outre les craintes de récession, les huit plus grandes banques américaines ont annoncé qu'elles cessaient de racheter leurs propres actions et utiliseront à la place ce capital pour prêter aux particuliers et aux entreprises touchés par le coronavirus.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
7 avis
Note moyenne : 4.86
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/04/2020

Le produit de cette émission obligataire sera utilisé pour le refinancement du crédit relais conclu dans le contexte de l'acquisition d'Altran Technologies...

Publié le 08/04/2020

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 08/04/2020

Sur les farines de sarrasin, l'activité est fortement impactée avec la fermeture des crêperies et restaurants...

Publié le 08/04/2020

U10, qui ne distribuera pas de dividende, précise l'impact de la crise sanitaire...

Publié le 08/04/2020

Un acompte sur dividende de 0,17 euro par action ayant été versé en septembre 2019, cette proposition de dividende de Spie impliquait un solde de 0,44 euro par action...